MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Brèves

Gladiateurs

Étonnante découverte à Pompéi. Les ruines de la célèbre ville italienne ensevelie par le volcan le Vésuve en l’an 79 nous ont habitué aux découvertes archéologiques, mais celle-ci est particulière : une fresque murale représentant un combat de gladiateurs vraiment réaliste, et même sanglant ! L’un des deux combattants a une main tranchée, on peut même dire que littéralement, il pisse le sang… et implore la pitié du public en levant le pouce de son autre main. C’est le public et le maître de cérémonies – empereur, gouverneur ou autre personnage important– qui accordait ou non, la grâce des combattants blessés. Dans le cas présent, on ne connaît pas la fin de l’histoire…
Source : thehistoryblog.com

 

Record pour un Louis d’Or

Qui n’est pas vraiment un Louis d’or d’ailleurs, puisque cette monnaie vaut quatre Louis d’or, il y avait les Louis d’or, les doubles Louis, les quatre, les six… La monnaie royale n’ayant rien inventé, elle a simplement copié les Romains !
Revenons à cette monnaie de quatre Louis d’or, frappée en l’an de grâce 1640 à l’atelier de Paris. Cette monnaie était proposée aux enchères fin septembre à Bordeaux. Sur une estimation de 70 000 euros, elle a explosé les estimations atteignant la somme colossale de 288 000 euros ! Nouveau record mondial pour ce type de monnaie ! À la question : peut-on découvrir une telle monnaie dans un trésor ? La réponse est oui ! C’est rare, mais tout à fait possible, le seul problème étant que si vous la trouvez en France et que vous la déclarez, vous n’aurez droit à rien…
Source : parismatch.com

Mine de tungstène et d’or

Le tungstène a la particularité d’être le métal le plus proche de l’or, en ce qui concerne le poids, les deux métaux ayant quasiment la même masse volumique, 19,30 pour l’or // 19,25 pour le tungstène, les faussaires se servent d’ailleurs de cette particularité pour fourrer les lingots d’or avec du tungstène… La grosse différence entre les deux métaux, c’est leur dureté, l’or est malléable et fond à 1064°, le tungstène lui est extrêmement dur et réfractaire, son point de fusion est à 3422° ! Il est assez rare de découvrir, à l’état natif, les deux en même temps, c’est pourtant ce que vient de révéler la société “Apollo Minérals” qui envisage de demander un permis d’exploitation pour l’ancienne mine de Salau en Ariège, une mine de tungstène fermée en 1986. Les dernières analyses prouvent que le filon de tungstène est toujours rentable et qu’en plus il contient de l’or ! jusqu’à 16 g par tonne de roche sur les meilleurs veines et 8 g par tonne pour le reste, en plus du tungstène. C’est le seul filon de tungstène connu en France. La demande de ce métal est en hausse constante, c’est la Chine qui détient les plus grosses réserves mondiales de tungstène, 60 % pour les filons connus, et qui fournit plus de 80 % de la demande mondiale. Il serait intéressant de savoir si des prospecteurs ou orpailleurs d’Ariège ont déjà découvert des pépites ou paillettes de tungstène ? Attention, si vous trouvez une pépite de tungstène, de couleur grisâtre et inoxydable comme l’or, ne mordez pas dedans, comme pour tester une pépite d’or, là, vous risquez d’y perdre une dent…
Sources : ladepeche.fr & 20minutes.fr

1000 pièces d’argent

Un trésor du 17e siècle caché dans une église du 14e ! Découverte à l’actif d’une équipe d’archéologues polonais à proximité de la ville de Barczewo. Une majorité de monnaies polonaises de faible valeur à l’époque, des groschens, quelques pièces prussiennes et lituanienne, toutes en argent et ayant été frappées sous le long règne du Roi Sigismund III Vasas (1587-1632). La plupart des monnaies ont beaucoup circulé, l’une d’elle est même percée, laissant penser qu’elle fut un temps portée comme médaille. Le contenant, intact, est original pour un tel dépôt, une petite tasse de céramique émaillée qui était remplie à ras bord et qui est à elle seule un trésor.
Source : thefirstnews.com

Fibule or not fibule ?

C’est la question que l’on peut se poser en regardant les photos de cet objet en argent recouvert de feuilles d’or, découvert par un bûcheron polonais, dans une forêt de Poméranie. Malheureusement aucune des photos fournies par le musée de Okręgowe Koszalin ne montre l’objet dans sa totalité ! Difficile de se faire une idée, il est présenté comme un clip ou agrafe. Des fouilles lancées sur le site de la découverte ont permis de découvrir trois autres clips du même métal et rien d’autre ! Il n’est pas impossible que les morceaux de photo, montrent plusieurs clips… Les responsables du musée ont avancé comme hypothèse : la possibilité d’un marchand ambulant de fibules ? On ne peut pas vraiment dire, que ça fasse avancer le schmilblick…
Source : thefirstnews.com

Histoire d’une chevalière

23 janvier 2019, deux prospecteurs, Étienne et Jean-Pierre, arpentent la plage du Sillon à Saint-Malo, la cité des Corsaires ! La récolte n’est pas terrible, il y a beaucoup d’aluminium ramené par la marée sur cette plage, et puis Étienne voit enfin du jaune apparaitre, une belle chevalière en or de 12 grammes et en plus avec des armoiries ! Il le dit lui-même, la première fois qu’il fait une telle découverte en 30 ans de prospection, les prospecteurs sont des gens modestes…

Les deux prospecteurs vont tenter d’identifier le propriétaire de la chevalière. Dans un premier temps grâce au poinçon du joaillier, ils vont trouver un fil à tirer, le joaillier Rennais existe toujours, il leur annonce que la bague a été façonnée par son prédécesseur dans les années 1960 et finalement trouve un nom de famille, dans ses archives ! Un châtelain de la région rennaise, d’où les armoiries. La chevalière n’était pas sous le sable depuis bien longtemps, elle avait été perdue en juillet 2018 et a désormais retrouvé son propriétaire, ce dernier la tenait de son père, qui l’avait fait façonner en 1960 aux armoiries de leur famille.

Source : francebleu.fr

Torque

Un jeune homme de 25 ans qui se promenait dans une forêt en Pologne a découvert deux torques en or datées de l’âge du bronze ! Il n’a pas eu besoin de détecteur, son téléphone lui a suffi. Alors qu’il parlait à sa petite amie, tout en marchant les yeux fixés au sol, il a aperçu un bout de fil jaune qui dépassait de l’humus et brillait au soleil ! Le premier est constitué d’un seul fil d’or torsadé, le second rassemble plusieurs fils d’or réunis par une boucle. Tous les deux sont constitués de fils très fins. Des découvertes similaires ont déjà eu lieu en République tchèque et en Allemagne.
Source : thefirstnews.com

Une pièce d’or

Et un sceau teutonique du 14e, ce sont là les plus belles découvertes d’un prospecteur polonais. Ce dernier a une particularité, il est policier et c’est même le site de la police de Strzelce Krajeńskie qui a publié les photos ! Il faut avouer que ce n’est pas banal, ce n’est pas en France que l’on verrait çà, même si de nombreux policiers et gendarmes prospectent pendant leurs loisirs, ils préfèrent rester discrets… L’inventeur a remis ses découvertes au musée local qui devrait les exposer après étude…
Source : thefirstnews.com

Maya

Découverte intéressante par des archéologues mexicains, sur le site Maya de Chichen dans le Yucatan : une grotte contenant de nombreuses poteries, pour certaines en parfait état ! Le plus drôle de l’histoire, c’est que cette grotte fut découverte il y a 50 ans par des locaux, ces derniers avaient prévenu les autorités qui avaient dépêché sur place un “archéologue” et celui-ci fit murer la grotte sans y pénétrer !
Toujours d’après les locaux, ils auraient eu peur d’une légende… Cette peur des mauvais esprits aura au moins eu le mérite de préserver la grotte et son contenu des pillards, pendant 50 ans…
Source : sputniknews.com

Pie voleuse

On a déjà évoqué à plusieurs reprises des histoires de trésors découverts par des animaux, ici c’est un oiseau, une pie, qui est à l’origine d’un trésor, puisque c’était son trésor ! Un employé des forêts domaniales qui élaguait un chêne dans le parc du château de Versailles a découvert un magot dans une branche creuse, amassé par une pie, et qui s’est avéré contenir 1131 monnaies ! Principalement des centimes d’euros en cuivre. Elle avait probablement amassé son magot près des fontaines du parc, ou les touristes jettent de nombreuses monnaies. Les hommes étant cruels, ils lui ont volé son trésor…
Source : ouest-france.fr