MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Brèves

Une pièce d’or

Et un sceau teutonique du 14e, ce sont là les plus belles découvertes d’un prospecteur polonais. Ce dernier a une particularité, il est policier et c’est même le site de la police de Strzelce Krajeńskie qui a publié les photos ! Il faut avouer que ce n’est pas banal, ce n’est pas en France que l’on verrait çà, même si de nombreux policiers et gendarmes prospectent pendant leurs loisirs, ils préfèrent rester discrets… L’inventeur a remis ses découvertes au musée local qui devrait les exposer après étude…
Source : thefirstnews.com

Maya

Découverte intéressante par des archéologues mexicains, sur le site Maya de Chichen dans le Yucatan : une grotte contenant de nombreuses poteries, pour certaines en parfait état ! Le plus drôle de l’histoire, c’est que cette grotte fut découverte il y a 50 ans par des locaux, ces derniers avaient prévenu les autorités qui avaient dépêché sur place un “archéologue” et celui-ci fit murer la grotte sans y pénétrer !
Toujours d’après les locaux, ils auraient eu peur d’une légende… Cette peur des mauvais esprits aura au moins eu le mérite de préserver la grotte et son contenu des pillards, pendant 50 ans…
Source : sputniknews.com

Pie voleuse

On a déjà évoqué à plusieurs reprises des histoires de trésors découverts par des animaux, ici c’est un oiseau, une pie, qui est à l’origine d’un trésor, puisque c’était son trésor ! Un employé des forêts domaniales qui élaguait un chêne dans le parc du château de Versailles a découvert un magot dans une branche creuse, amassé par une pie, et qui s’est avéré contenir 1131 monnaies ! Principalement des centimes d’euros en cuivre. Elle avait probablement amassé son magot près des fontaines du parc, ou les touristes jettent de nombreuses monnaies. Les hommes étant cruels, ils lui ont volé son trésor…
Source : ouest-france.fr

624 grammes

Bendigo, Australie, un père de famille se promène dans le Bush australien avec ses deux filles et leur chien, Lucky, un nom qui se traduit par : la chance.
Et ce jour-là, la chance était bien au rendez-vous, une des jeunes filles à tapé dans une pierre qui lui a paru bien plus lourde que les autres. Elle a appelé son père qui était passé dessus sans la voir. Ce dernier qui avait déjà prospecté dans le passé – l’Australie étant la terre des chercheurs d’or – à reconnu dans le caillou une énorme pépite d’or !
Un beau morceau d’or titrant à 22 carats et d’un poids de 624 grammes ! Au cours actuel, un peu plus de 21 000 euros et sans doute plus auprès des collectionneurs… L’endroit de la découverte est tenu secret, le père ayant l’intention de reprendre un détecteur, pour voir si la pépite n’aurait pas des petites sœurs, voire des plus grandes ? Une histoire qui en dit long sur les ressources en or natif du territoire australien, puisque l’on peut encore y trouver des pépites de plus de 500 g juste en se promenant !
Source : bendigoadvertiser.com

Recherches historiques à Valoutina Gora

Un grand projet archéologique franco-russe a été lancé en mai dernier dans la région de Smolensk pour contribuer aux recherches sur la Guerre patriotique (campagne de Russie) de 1812. Pendant un mois, les spécialistes français et russes étudieront le territoire de Valoutina Gora dans la région russe de Smolensk. L’objectif principal sera de retrouver la dépouille du général Gudin, qui a servi sous les ordres de Napoléon, pour l’enterrer à Paris. L’historien Pierre Malinowski est à l’origine de ce projet et l’expédition a reçu l’approbation des deux chefs d’État. Le second objectif : exhumer les dépouilles des soldats tués et enterrés sur le champ de bataille de Valoutina Gora, près de Smolensk, en 1812, afin de les enterrer avec les honneurs. 18 des meilleurs experts du ministère de la Culture et de la recherche participeront côté français : des archéologues, des anthropologues, des topographes, des géographes et plusieurs étudiants. Du côté des Russes, il y aura 10 archéologues et des étudiants de l’université de Kalouga, soit au total une quarantaine de personnes.
Source : Le Point

Regardez le logo des archéos français ou russes !

Vercingétorix aux enchères

Un rare statère au portrait de Vercingétorix, le chef gaulois de la tribu des Arvernes, était proposé aux enchères début juillet par la maison Drouot. De classe I pour un poids de 7,29 grammes, avec la légende « Vercingetorix » en partie rognée, au revers : cheval au galop avec un torque et une amphore, la monnaie qui n’était pas très belle, un avers décentré et usé, avait tout de même une mise à prix de 15/20 000 euros. Après des enchères très disputées c’est un enchérisseur via internet qui l’a emporté, à 83 000 euros…
Source : Drouot enchères

17 000 euros

Trouvés au détecteur ! Et ce n’est qu’une estimation… Encore une belle histoire qui nous vient d’Angleterre, non il n’y a pas plus de trésor en Angleterre qu’en France, la seule différence c’est que, eux, les déclarent !
Lisa Grâce, une prospectrice anglaise, elles sont de plus en plus nombreuses, a trouvé le jackpot et elle ne bricole pas Lisa, équipée d’un GPX 5000 de chez Minelab et avec en plus une bobine énorme ! L’histoire ne dit pas si Lisa avait des informations particulières, on cherche rarement au hasard avec un engin pareil, mais en tout cas elle a mis dans le mille en découvrant dans le Lincolnshire, un superbe pendentif en or d’époque médiévale !
Un pendentif orné d’une grosse améthyste en taille ancienne et de trois pendeloques en tresse d’or. Le bijou a été daté des années 1400/1550. Certains y voient même un bijou qui serait lié au roi Édouard IV (1461-1483). Ils arrivent à cette conclusion, un peu fumeuse, à cause d’un tableau représentant le Roi, qui porte une épingle à chapeau ressemblant au bijou découvert par Lisa et en rajoutant que le style du bijou rappelle le soleil d’or qui était l’emblème d’Édouard IV. S’il y a une vague ressemblance, c’est quand même un peu dur à avaler… Mais peu importe, le simple fait d’associer le nom du roi à ce bijou devrait avoir une influence plus que positive sur les enchères et c’est tant mieux pour Lisa ! A suivre…
Source : dailymail.co

Dinosaure aux enchères

Un rare dinosaure, découvert par un agriculteur américain en 2012 sur ses terres. Aux États-Unis vous êtes propriétaire de votre sous-sol et de ce qu’il contient. « Pas en France ». Le Dinosaure baptisé Skinny était complet à 90 %, ce qui est assez rare – dans les musées de nombreux os manquants sont en résine –, il fait partie de la race des diplodocus, 13 mètres de long pour 6,20 de haut. La maison de vente aux enchères précisait qu’il était possible de le présenter dans une position différente, au cas où votre hauteur sous-plafond ne serait pas suffisante par exemple… Skinny a été exposé plusieurs semaines dans la gare de Londres, avant de prendre le tunnel sous la manche pour être remonté à Paris. Estimation : 1,5 millions d’euros.
Source : lefigaro.fr

Trésor de grenier, suite

En 2014 un fuite de toiture dans une vieille demeure de Toulouse permettait la découverte d’un tableau oublié dans une soupente, un tableau qui sera à sa découverte attribué au peintre Caravage ! Probablement pillé par les armées de Napoléon (Monnaies & Détections 88). Après des années d’expertises et contre-expertises, le tableau devait finalement passer en salle des ventes en juin dernier, les Caravage ne sont pas signés et pour certains le doute persistait. La mise à prix devait démarrer à 30 millions d’euros, quand même ! L’État français avait dans un premier temps, bloqué la sortie de territoire, ce qui permet aux musées français d’enchérir à moindre coût, l’interdiction de sortie de territoire faisant sérieusement baisser le prix d’une œuvre d’art.
Finalement les musées français ont laissé passer, et il n’y a pas eu de vente aux enchères, la transaction s’est faite de gré à gré. L’acheteur serait un milliardaire américain et le supposé Caravage baptisé « Judith et Holopherne » aurait changé de main pour plus de 100 millions d’euros…
Sources : connaissancedesarts.com / Monnaies & Détections 88

15 lingots d’or

A trouver ! C’est un jeu, une sorte de chasse aux trésors, mais avec à la clé de vrais lingots, bon des lingots de 10 grammes, mais quand même… Des lingots cachés par la société de jeu « Escape Hunt » dans ses salles de Nancy (8 lingotins à trouver) et la salle de Jouy-aux-Arches près de Metz (7 lingotins à trouver). Les lingots seront cachés dans les salles de jeux, on vous y enferme et vous devez résoudre des énigmes pour en sortir, et vous aurez la possibilité de trouver un lingot,
mais il faut gagner la partie et résoudre l’énigme pour repartir avec ! Les lingots seront à gagner du 15 juin au 31 décembre.
Source : Escape Hunt Metz