MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Brèves

Richard Wallace

Juin 2016, un prospecteur, Gwen le Moal, découvrait dans un bois près de Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, un bracelet d’identification militaire de la Seconde Guerre mondiale, au nom de Richard Wallace. Après bien des recherches, Gwen a réussi à retrouver la ville où était né et avait vécu R. Wallace, à Ravenne dans le Nebraska, États-Unis. Richard Wallace avait 29 ans quand il débarqua en juillet 1944 en France, blessé le 8 août pendant la terrible bataille de Saint-Malo, une poche de résistance allemande. Il trouva la mort le 10 août dans un hôpital militaire et son corps resta enterré en France quatre ans, avant d’être rapatrié à Ravenne.
Gwen le Moal a eu l’occasion de rapporter lui-même le bracelet aux descendants de Richard Wallace à Ravenne, un article d’un journal du Nebraska relate son arrivée dans l’auditorium de la ville où une bonne partie de la population avait fait le déplacement, émue par ce geste ! Sûrement un moment très fort pour tout le monde et qui prouve une fois de plus que la détection peut vous emmener très loin…
Source : journalstar.com/Nebraska

3,5 tonnes de lingots

Perdues par un avion ! Un surprenant fait-divers qui a pour cadre la région de Lakoutsk en Sibérie, Russie. Un avion transportant au total neuf tonnes de lingots d’or et d’argent a perdu une partie de sa cargaison au décollage et sur 26 kilomètres, le temps de faire demi-tour et de se poser d’urgence. Une nouvelle qui a déclenché une chasse au trésor dans toute la région !
Les autorités avaient dans un premier temps affirmé que les lingots étaient seulement tombés sur la piste, puis des infos ont filtré révélant qu’une partie du chargement a bien été perdue pendant le demi-tour de l’avion pour revenir sur la piste et donc des lingots d’or et d’argent sont bien tombés sur une distance de 26 kilomètres ! Le total de la cargaison étant estimé à 368 millions de dollars. La raison de la perte n’a pas été précisée, soit une défaillance technique/mécanique ou plus probablement une mauvaise répartition du chargement d’or, ce n’est pas la première fois qu’un avion perd un chargement d’or en plein vol ! (voir Monnaies & Détections n° 42 et 93), la densité de l’or n’étant pas toujours bien prise en compte lors des chargements, ce n’est pas une question de poids mais de répartition des masses…
Sources : zerohedge.com, M&D n° 42 « Un trésor tombé du ciel », M&D n° 93 « Le trésor du Dakota PI-C12 »

5 dollars 1854

Rarissime découverte réalisée par un collectionneur anglais, ce dernier a trouvé une monnaie connue à seulement trois exemplaires ! La 5 dollars or à l’aigle au millésime de 1854 ne fut frappée qu’à 268 exemplaires, trois à ce jour étaient encore connues et pour être tout à fait exact, il n’en reste que deux de localisées, la troisième pièce connue fut volée en 1967 à un collectionneur de Floride et n’a pas réapparu depuis. Celle qui vient de refaire surface en Angleterre a d’ailleurs été confrontée à des photos de la monnaie volée pour être sûr que ce n’était pas la même… Il s’agit bien d’une autre monnaie et ce quatrième exemplaire connu est désormais estimé à plusieurs millions de dollars !
De nombreux dollars or, ont débarqué en France et en Angleterre au cours de la première Guerre mondiale, époque où l’on payait encore en or et il n’est pas impossible que quelques monnaies de 5 dollars 1854 soient encore au fond de vielles armoires…
Source : coinweek.com

Barre d’or

En 2010 une barre d’or de 74,85 onces bardée de poinçons et provenant de l’épave d’un galion espagnol était volée ! La barre d’or était exposée dans un astucieux présentoir qui permettait aux visiteurs de la prendre en main… dans le Musée Fisher à Key West, Floride, États-Unis. Cette barre d’or fut trouvée sur l’épave du Santa Margarita en 1980, coulé au large de Key West parmi une flotte de six navires, dont le célèbre Atocha qui fit la fortune de Mel Fisher, plus de 500 millions d’euros de renfloués sur les différentes épaves !
Sur une photo de 1980 on peut voir Mel Fisher, bouteille de champagne à la main et son fils Kane qui tient à bout de bras le plus gros lingot d’or de l’épave, une fortune à lui tout seul !
La compagnie d’assurance avait offert après le vol, une prime de 10 000 dollars pour toute information et sept ans après le vol la police a arrêté deux hommes qui ont été reconnus sur les vidéos du musée. La barre, elle, n’a pas été retrouvée, la police pense qu’elle a malheureusement été fondue !
74,85 onces d’or représentent 2 328 grammes, soit un peu plus de 75 000 euros au cours actuel. Une belle somme c’est vrai, seulement cette barre d’or couverte de poinçons, qui en faisait un objet unique, était estimée à plus de 500 000 euros…
Source : sun-sentinel.com

Bague d’évêque

Encore un prospecteur anglais… On vous parle souvent d’eux, puisqu’eux déclarent leurs trouvailles… Disons surtout qu’ils peuvent le faire !
Adam, un prospecteur de trente ans a réalisé sa plus belle découverte dans un champ de Beverley Minster, situé dans le Yorkshire. La découverte d’une superbe bague – elle a reçu la mention de trésor – en or 22 carats au motif de Saint-Georges, le Saint patron de l’Angleterre. Les archéologues l’ont datée des années 1450-1550. Elle aurait appartenu à un évêque ou un prêtre (fort riche). Les bagues de ce type étant très prisées des collectionneurs, sa première estimation est de plus de 11 000 euros !
Source : express.co.uk

Réchauffement climatique…

Et chasses aux trésors ! Les deux ne sont pas incompatibles, le réchauffement climatique et la fonte des glaces dans les pays nordiques permettent de belles découvertes, une équipe de chercheurs norvégiens en a récemment eu la preuve. Alors qu’ils mesuraient la fonte de la calotte glacière dans les hauteurs du nord de la Norvège, ils sont tombés sur un véritable trésor à fleur de sol ! Des artéfacts couvrant plusieurs siècles, beaucoup d’armes et mêmes des restes de vêtements, de moins 4000 ans avant notre ère, jusqu’à la période viking, du VIIIe au XIe siècle. Le tout était simplement pris dans la glace et resté hors de vue pendant des millénaires !
L’une des plus belles trouvailles étant une épée viking, intacte et parfaitement conservée. Elle est même considérée comme l’épée viking la mieux conservée jamais découverte en Norvège ! D’un poids de 1200 grammes pour 93 cm de long, le fil de lame est encore parfaitement rectiligne, elle a été soumise à différents examens, y compris des radios et elle aurait été forgée entre l’an 800 et 950 de notre ère !
Sa faible corrosion viendrait du fait, qu’elle n’a jamais été enterrée, rester prisonnière de la glace pendant plusieurs siècles lui a permis d’échapper à la rouille…
Source : sciencepost.fr

Encore une belle découverte d’un prospecteur anglais. Jason Baker n’est pas un débutant, il avait déjà eu les honneurs de la presse spécialisée en 2016 avec la découverte d’un énorme lingot de plomb romain, portant plusieurs marquages, ce dernier a été vendu aux enchères près de 30 000 euros ! (Monnaies & Détections n° 92)

Et Jason, viens de remettre ça, avec la découverte d’une très rare monnaie saxonne en or de la période dite Crondall, une monnaie frappée entre l’an 620 et 645.

« Les monnaies dites saxonnes correspondent plus ou moins à nos monnaies mérovingiennes, typologie et époque, lorsque les Anglais trouvent, chez eux, une monnaie mérovingienne et donc frappée en France, elle prend pour eux le nom de Trémissis… »

Trouvaille réalisée avec un CTX 3030 dans le Devon, la monnaie de Jason, dont la première estimation est de 5 000 euros intéresse le British-Museum !

Sources : devonlive.com / Monnaies & Détections n° 92

 

500 pièces d’or

 

 

 

 

 

 

 

Un nouveau trésor découvert dans une cathédrale. Après le trésor de Cluny trouvé en France (voir le dernier numéro de Monnaies & Détections), c’est une cathédrale polonaise qui vient de délivrer un superbe trésor !

Les archéologues polonais ont découvert à seulement 10 cm de profondeur, dans la cathédrale de Saint Martin et Nicolas à Bydgoszcz, dans le nord de la Pologne, un énorme trésor d’époque médiévale, probablement caché vers 1652 d’après le millésime des monnaies. Près de 500 pièces d’or et 200 artefacts, pour la plupart des bijoux, reliquaires, bagues, croix, chaines, le tout principalement en or ! Les monnaies ont été frappées entre le XVI et XVIIe en Pologne, Autriche, Hollande et Allemagne, la date du dépôt, vers 1632, coïncide avec une invasion de l’armé suédoise. Une première estimation, évalue le trésor à une valeur marchande de plus d’un million d’euros.

Sources : earth-chronicles.com & http://z-news.link

 

Black Sam

Il est toujours considéré comme le plus riche des pirates qui ait jamais vécu, comme étant celui qui amassa la plus grosse fortune. Des centaines de millions de dollars en or et argent volés après l’abordage de 53 navires marchands ! Samuel Bellamy, allias Black Sam le pirate ! Une partie de son trésor fut retrouvé en 1984 par le chasseur de trésor Barry Clifford.

Depuis 2015 les fouilles ont repris sur le site de l’épave, quelques pièces de huit en argent et en or ont bien refait surface avec de nombreux artefacts, le plus gros du trésor est toujours sous l’eau, peut-être dans une seconde épave non localisée ou ailleurs.
Mais le plus surprenant de cette dernière campagne de fouille reste la découverte d’un fémur humain. Allez savoir pourquoi, les archéologues américains espèrent qu’il s’agit là du fémur de Black Sam ! Il y avait pourtant plus de 40 hommes d’équipage sur le Whydha, le dernier navire du pirate, les artefacts découverts autour du fémur laisseraient penser qu’il s’agissait d’un homme important… Une recherche ADN de comparaison avec des descendants de Bellamy est prévue.
Ce serait vraiment une fin incroyable pour Black Sam, surtout que l’on n’est même pas sûr qu’il trouva la mort lors du naufrage (voir l’article du n° 80 : Le trésor de Black Sam), à suivre…

Sources : telegraph.co.uk / Monnaies & Détections n° 80

Huit pièces d’argent

Susan Hurelle, 66 ans, est une prospectrice anglaise heureuse, elle vient en effet de trouver son premier trésor ! Huit monnaies romaines en argent trouvées à l’aide de son Déus dans un même champ de Cinderford, dans la région de Gloucester. Le petit dépôt a été déclaré et une nouvelle recherche est déjà prévue sur la zone de découverte en août, après les récoltes. Les monnaies ayant été découvertes sur une petite surface, elles laissent espérer un magot plus conséquent… Susan a simplement déclaré sa découverte au coroner local (un ou plusieurs archéologues par région qui enregistrent et répertorient les découvertes d’amateurs qui trouvent avec ou sans détecteur).
C’est simple et efficace ! Chaque semaine de nouvelles découvertes sont enregistrées dans toute l’Angleterre, alimentant sans cesse les bases de données.
En France, chaque semaine des prospecteurs trouvent des objets ou monnaies qui mériteraient d’être répertoriés et d’alimenter des bases de données, seulement il n’y a personne pour le faire…
Source : express.co.uk