MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Archive pour novembre, 2016

Agenda 91

ROMORANTIN-LANTHENAY • 41
Samedi 3 décembre 2016
27e bourse multicollections
Pyramide centre culturel François 1er,
avenue de Paris, 41200 Romorantin-Lanthenay
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 02.54.76.44.04

AUCH • 32
Dimanche 4 décembre 2016
7e bourse numismatique et autres collections
Hall du Mouzon, rue du Général De Gaulle, 32000 Auch
De 8h30 à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 05.62.05.46.82

DRANCY • 93
Dimanche 4 décembre 2016
11e journée des collectionneurs
Salle Joliot Curie, 107 avenue Jean Jaurès, 93700 Drancy
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 01.48.32.44.25

HYERES-LES-PALMIERS • 83
Du 9 au 11 décembre 2016
Grande bourse
numismatique hyéroise
Salle du Forum Casino, 1 avenue Ambroise-Thomas, 83400 Hyères-les-Palmiers. De 9h à 13h et de 14h à 18h Entrée gratuite. Renseignements : 04.94.65.06.93

BAGNOLET • 93
Samedi 10 décembre 2016
Monexpo 2016
Hôtel Novotel, 1 avenue de la république, 93170 Bagnolet
De 9h à 16h. Entrée 4 e
Renseignements : tresorier@amisdeleuro.org

LILLE • 59
Samedi 10 décembre 2016
38e rencontre internationale des collectionneurs
Lille Grand palais, Hall Paris 1, bd des Cités Unies, 59000 Lille
De 9h à 17h. Entrée 3 e. Renseignements : 03.20.94.10.08

MILLY LA FORET • 91
Dimanche 18 décembre 2016
7e salon multicollections
Gymnase, 18 rue de l’Hermite, 91490 Milly la Forêt
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 06.08.26.51.40

DOMBASLE SUR MEURTHE • 54
Dimanche 8 janvier 2017
12e bourse numismatique et salon des collectionneurs
Salle polyvalente, avenue Léomont, 54110 Dombasle sur Meurthe
De 9h à 17h30. Entrée 2 e. Renseignements : 06.32.88.25.14

FEGERSHEIM  • 67
Dimanche 8 janvier 2017
19e salon toutes collections
Centre sportif et culturel, 17 rue du Général De Gaulle, 67640 Fegersheim
De 8h à 17h. Entrée 2.50 e. Renseignements : 03.88.64.16.77

SAINT-ETIENNE • 42
Dimanche 8 janvier 2016
37e salon numismatique de Saint-Etienne
Maison de quartier du soleil, 24 rue Beaunier, 42000 Saint-Etienne
De 8h30 à 16h30. Entrée 2 e. Renseignements : 04.77.46.77.10

LILLEBONNE • 76
Dimanche 15 janvier 2017
27e bourse des collectionneurs
Salle des Aulnes, rue Thiers, 76170 Lillebonne
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 02.35.38.06.88

LUYNES • 13
Dimanche 15 janvier 2017
40e bourse aux monnaies d’Aix‑en-Provence
Espace Ughetti, route de Gardanne, 13090 Luynes
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.42.27.71.74

CAISSARGUES • 30
Dimanche 29 janvier 2017
25e salon des collectionneurs
Complexe Saint Exupéry, zone euro 2000,
avenue de la Dame, 30132 Caissargues
De 8h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.66.29.19.65

VERN-SUR-SEICHE • 35
Dimanche 29 janvier 2017
Bourse aux livres et aux collections
Salle des fêtes de la Chalotais, 35770 Vern-sur-Seiche
De 9h à 17h. Entrée 1 e. Renseignements : 06.83.82.41.70

Sommaire 91

Vécu
Journal d’un CDD
XP European Gold Rally
Le trésor de Zhang Xianzhong
Le trésor du déménageur

Brèves

Histoire
Les lieux de culte souterrains
L’histoire des reliquaires, croix et autres amulettes

Article interactif
Les pointes de flèches de type Palmela en France

Numismatique
L’aventure coloniale française – 1e partie

Rétro
Année 1953 : apparition des premiers détecteurs de métaux tout public

Trouvailles
Monnaies/objets
Courrier
Librairie
Agenda
Petites annonces

Edito 91

Un peu déçus mais pas découragés par le très faible investissement des inventeurs de pointes de flèches de Palmela, nous savons que des prospecteurs refusent de participer par peur de représailles, c’est une erreur ! Notre statut  journalistique protège de facto nos sources, alors participez en masse et en dernière limite vous pouvez utiliser un envoi postal anonyme pour vos photos. On y perdra en qualité d’image mais l’important est d’exploser les données connues. Inventeur, vous seriez vous-même ravi, de voir qu’un collègue en a trouvé une pas loin de la vôtre…
Antoine 64, est un véritable conservateur virtuel de musée, un musée non pas de monnaies antiques, non pas de statues de marbres romaines mais un musée de détecteurs. Il nous fait le plaisir de remonter le temps et nous montrera, au fil des numéros à venir, l’évolution des détecteurs de métaux jusqu’à aujourd’hui.
    Bonne lecture et joyeux Noël à tous !
    Gilles Cavaillé

200 deniers

Un beau trésor romain composé de 200 monnaies en argent, des deniers, contenus dans un vase en céramique. C’est la belle découverte d’un groupe d’étudiants en archéologie espagnols, sur le vaste site romain d’Empûries, qui est fouillé depuis des décennies, près de Barcelone sur la Costa Brava.
Le dépôt date du premier siècle avant J-C. Il était caché dans une des chambres de la villa romaine, en cours de fouille, villa qui fut incendiée et c’est probablement pour cette raison que le trésor est resté en place… 24 amphores qui contenaient du vin ont aussi été mises au jour, accompagnées d’un simpulum en bronze, une louche romaine, servant à puiser le vin dans les amphores.
Source : catalannewsagency.com

90.09

Trouvées dans une petite poche au fond d’un tiroir poussiéreux par Jean, deux monnaies dont Jean aimerait connaitre l’origine et la valeur de collection.
L’écu en argent est attribué à Ferdinand II roi de Naples, Italie, royaume des deux Sicile, 120 grana, 1838. Avers : FERDINANDVS II. DEI GRATIA REX 1834. Portrait à droite de Ferdinand II des Deux-Siciles. Revers : REGNI VTR. – SIC. ET HIER. Armes couronnées de Bourbon-Sicile. La monnaie a une vilaine rayure à 3 heures et son usure lui confère un état TB maximum. Elle s’échange pour une trentaine d’euros.
La seconde monnaie est une pièce en or espagnole de 14 g, poids théorique. Avers : CAROL. III. D. G. – HISP. ET. IND. R. Buste de Charles III à droite, les cheveux noués par un ruban, cuirassé et drapé, plus le collier de l’Ordre de la Toison d’or ; fleur 1788 fleur. (Charles III, par la grâce de Dieu, roi d’Espagne et des Indes).
Revers : AUSPICE. DEO .S. IN UTROQ. FELIX. Écu couronné à multiples quartiers entouré du collier de l’Ordre de la Toison d’or, accosté de 4-S, coupant la légende en haut et en bas. La traduction est (Sous le regard de Dieu, dans un monde et l’autre). Cette monnaie est très courante et se vend à peine au dessus du poids dans cet état TTB 500 euros.

Le Garrett ACE 300i

L’ACE 300i par sa fonctionnalité, sa polyvalence, son prix, à l’instar de son processeur, se positionne d’emblée en tête des « détecteurs tout public » les plus abordables du moment.

Il reprend l’essentiel de l’ACE 250 dans sa forme, son principe de fonctionnement, mais en l’équipant de son nouveau processeur « 8.161.400 » la marque lui a conféré de nouveaux réglages, affichages comme l’identification visuelle numérique « ID » de la conductivité des cibles détectées (0 à 99), une nouvelle fréquence de travail un peu plus élevée de 8 kHz avec décalage, une nouvelle amplification du circuit audio modulant la largeur des impulsions sonores pour des réponses plus nettes et réactives.
Dans quelles mesures, toutes ces nouveautés le rendent-il différent et plus performant que son prédécesseur ?
Je vais essayer de répondre à ces diverses interrogations dans ces quelques pages de présentation et d’essais !

Matériel et mécanique

A l’ouverture on retrouve toutes les lignes caractéristiques des « ACE » :
- Boîtier jaune avec logo noir plus sobre.
- Canne en « S » démontable en 3 parties avec le repose bras jaune typique de la gamme. Elle est à présent équipée de bagues de serrage. Les divers éléments n’ont plus de jeu entre eux, la détection s’en ressent et en devient du même coup plus agréable !
- Poignée en mousse offrant une bonne prise en mains avec le boîtier de contrôle toujours aussi bien placé. A l’avant de ce dernier, se trouvent la prise de raccordement du disque et le jack pour casque de 6,5 mm.

La façade diffère peu de celle de ses prédécesseurs : partie haute : l’écran LCD ; partie basse : les 6 touches de réglages, ergonomiques, qui tombent toujours aussi bien sous le pouce.
Le 300i fait le même poids que l’Ace 250 car les disques ont été allégés, soit 1,25 kg et permet les mêmes longues heures de recherches sans fatigue.
Le disque de recherche « Proformance » concentrique elliptique de 25 x 18 cm (protège disque compris dans le pack), plus grand que le 22 x 16 cm qui équipait les Ace 150 et 250, offre un bon compromis entre superficie des balayages, profondeur d’investigation et sélectivité des cibles. Robuste mais allégé, il vient se fixer au bas de canne avec l’habituelle visserie plastique Garrett. Le câble, très souple, s’enroule parfaitement et la connectique chromée à vis est fiable.

Disque Proformance elliptique concentrique et nouvelles bagues de serrage.

L’alimentation est assurée, comme avec toute la gamme des ACE, par 4 piles AA alcalines de 1,5 volts pour une autonomie moyenne de 30/35 heures (accus possibles sans perte des performances) et qui se logent par le dessus du boîtier de contrôle.

Repose bras, logement piles, prise disque et prise casque jack 6,5 mm, haut-parleur.


Affichages de l’écran LCD

Le panneau de contrôle et son écran LCD avec ses nouvelles fonctions.

1. Echelle de conductivité graphique d’identification par pixels noirs « Iron résolution », légende détaillée avec les deux grands groupes métalliques : ferreux et non-fereux/métaux « précieux ». Donne une meilleure identification, discrimination des ferreux sur des terrains très pollués. Le curseur noir s’affiche toujours sous la nature métallique probable des cibles.
2. Discrimination progressive et multi-notch visuel pour rejeter/accepter indépendamment une ou plusieurs familles de cibles non consécutives.
3. 4 modes de recherche préréglés et 1 mode personnalisable.
4. Indicateur du niveau de charge des piles.
5. Sensibilité ajustable sur 8 niveaux.
6. Pinpoint/localisation précise et rapide des cibles avec indicateur de profondeur en cm sur quatre niveaux, au centre l’affichage de « PP ».

Le changement majeur se situe au niveau des nouvelles fonctions d’affichage et de réglage. L’amélioration majeure de la nouvelle série ACE-international 2016 se trouve au milieu de l’écran. La conductivité des cibles est désormais traduite par l’affichage d’une valeur numérique à 2 chiffres, réelle carte d’identité des métaux détectés et appelée aussi nombre ID. (7)
Complémentaire de l’échelle de conductivité avec l’affichage du curseur noir sous un des 12 segments pour donner une idée de la nature métallique et la réponse audio, il rend plus exactes, probantes, l’analyse et l’identification des cibles détectées. La reconnaissance magnétique se fait d’un simple coup d’œil à l’écran. Le nombre ID permet de discerner les cibles indésirables répétitives des bonnes, sans être obligé d’employer la discrimination. Une tirette d’aluminium, cartouche de chasse, donneront, en général, une valeur numérique spécifique et reconnaissable. On ne creusera plus systématiquement sur ce type de déchets.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 90

L’Esméralda de Vasco de Gama

En 1998, près de l’île d’Al-Hallaniyah, région du Dhofar, sultanats d’Oman, une épave fut découverte. Les premières fouilles ne furent lancées qu’en 2013, puis deux autres campagnes en 2014/2015. On en connaît aujourd’hui le résultat : l’épave est un navire de l’Armada de Vasco de Gama (1460-1524), l’Esméralda, qui sombra en mai 1503 alors qu’il faisait route vers l’Inde.
De nombreux artefacts ont été renfloués, beaucoup d’armes, la cloche du navire et de nombreuses monnaies, un grand nombre de cruzados d’or et surtout, une monnaie rarissime en argent connue sous le nom d’« Indio de Dom Manuel », en référence au roi Dom Manuel 1er (1469-1521) qui fit frapper cette monnaie destinée uniquement au commerce avec l’Inde. L’Indio d’argent, longtemps considérée comme un mythe et surnommée la monnaie fantôme de Dom Manuel, n’était connue à ce jour, qu’à un seul exemplaire !
Source : coinweek.com

90.02

Je vous envoie cette photo d’un bouton trouvé près d’un bois avec un Garrett et je souhaiterais identifier ce bouton ainsi que son époque. Merci beaucoup ami détectoriste, cordialement, Kylian
Il s’agit d’un bouton fantaisiste ornant certainement une veste de chasse XIXe siècle. Il représente un écu couronné accolé de deux lions ? L’écu comprend quatorze arbres ou champignons répartis en quatre lignes. Le tout reposant sur un socle enrubanné.

Les fontaines

Les fontaines sont des courants d’eau souterraine qui se font jour soit au pied d’une montagne, soit dans les plaines ou les bois ou même au fond d’un puits. C’est l’eau des pluies qui pénètre dans la terre et descend jusqu’à ce qu’elle rencontre un banc d’argile ou de quelque autre substance imperméable à l’eau, de là elle change de direction prend celle du banc, et quand elle rencontre la surface du sol, elle sort sous forme de source. Si cette source se trouve dans un enfoncement, cernée par les hauteurs, l’eau reste là et produit ce qu’on appelle une fontaine.

Fontaine de la Bourlande avec son toit de lauzes et son petit lavoir, fin XVe- XVIe siècle.

Les fontaines périodiques tarissent pendant un certain temps après lequel elles recommencent à couler pour tarir de nouveau, et ainsi de suite. Les fontaines intercalaires donnent constamment de l’eau, mais en moindre quantité pendant un certain espace de temps puis coulent ensuite avec plus d’abondance pendant un autre espace de temps. Les fontaines jaillissantes sont des jets d’eau naturelle qui ont lieu quand le conduit est contourné en forme de siphon renversé en U et que l’orifice par lequel l’eau s’échappe à l’extérieur est plus bas que le réservoir qui la fournit. Les puits artésiens peuvent être regardés comme des fontaines jaillissantes.
Il existe aussi des fontaines salées dont les eaux traversent des bancs de sel gemmes. Des fontaines lumineuses, des fontaines ardentes, des fontaines de places publiques qui sont destinées à embellir le site par leur aménagement, elles peuvent être en grotte, en buffet, à portique, adossées, en pyramide, en niche, etc…

Fontaine avec arcade et toiture en pierre, XVIIe siècle.

La fontaine symbolise la fécondité mais aussi la guérison, puis paradoxalement la malédiction, car quelques-unes d’origine païenne étaient réputées maléfiques. Certaines au contraire avaient des vertus curatives ou guérisseuses, d’autres faisaient l’objet de dépôts d’ex-voto par les pèlerins, qui remplissaient ensuite leurs fioles d’un peu d’eau sacrée. Dans le département 88, au sanctuaire de Grand, il existe une fontaine jaillissante qui était réputée pour guérir des maladies ; le site dédié jadis à Apollon eut même la visite de l’empereur romain Caracalla pour une guérison. Ces fontaines aux vertus sacrées furent depuis l’Antiquité mises sous la protection des nymphes et dédiées à un Dieu ou une Déesse. La fontaine de « Sainte Montaine» qui a pour origine le nom d’une jeune fille, est réputée pour un miracle sur cette enfant adultérine qui fut en réalité abandonnée par son père, qui n’était autre que le roi de France Pépin le Bref.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 90

Dix kilos de beurre

Les trésors archéologiques peuvent se présenter sous différentes formes, celui-là sort vraiment de l’ordinaire : une motte de beurre de 10 kilos et vieille de 2 000 ans ! Non, ce n’est pas une blague, cette motte de beurre a été découverte il y a quelques semaines dans une tourbière, au nord de Dublin par un agriculteur irlandais. La tourbe a la faculté de tout conserver ; à une certaine profondeur, l’humidité, l’hygrométrie et la température restent constantes comme dans une grotte, avec en plus l’absence d’oxygène et donc d’altération de l’objet… D’après les scientifiques qui l’étudient, la motte dégage une forte odeur de beurre rance… Il s’agirait, vu l’endroit de la découverte, d’un don à un Dieu ou une divinité. Les tourbières irlandaises ont déjà délivré de fabuleux trésors, surtout d’époque celtique en or. Mais là, c’est une première…
Source : guide-irlande.com