MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Archive pour juillet, 2017

Des milliards !

De roubles… Des journalistes russes, se sont transformés en chasseurs de trésors le temps d’un reportage. Ils avaient entendu des rumeurs sur la découverte à 160 km de Moscou d’un amas de billets de banque dans un ancien silo à missile, devenu depuis une mine à ciel ouvert. Après bien des recherches ils ont réalisé une découverte des plus surprenantes, un gigantesque tas de billets, l’équivalant de plusieurs milliards de roubles datant de l’Union Soviétique ! Ce qui a donné, entre autres, cette incroyable photo d’un journaliste debout sur des milliers de billets pourrissant à l’air libre ! De quoi donner des cauchemars à tout collectionneur de billets. Personne ne sait combien il y en a, difficile d’estimer l’épaisseur du tapis de billets, les journalistes parlent de plus de 15 mètres et de centaines de tonnes ! La dissolution de l’URRS en 1991 signa la disparition du rouble soviétique qui fut définitivement retiré en 1993. Apparemment les Russes ne connaissent pas le recyclage et pour faire fuir les curieux la rumeur prétendait même que la zone était radioactive ! Les journalistes ont démontré le contraire, compteur Geiger à l’appui…On y voit d’énormes liasses de 100 roubles à l’effigie de Lénine. A l’époque de l’URRS un salaire de 100 roubles était considéré comme suffisant pour vivre…
Sources : Komsomolskaya Pravda & à voir, la vidéo sur YouTube : Guys find billions of Soviet Rubles buried in abandoned missile silos.

Agenda 95

BUGEAT • 19
Dimanche 6 août 2017
Bourse toutes collections
Salle du Foyer Rural, place du Champs de Foire, 19170 Bugeat
De 8h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 05.55.46.70.87

LEUCATE VILLAGE • 11

Dimanche 13 août 2017
29e bourse multi-collections
Complexe sportif, avenue de la Caramoun, 11370 Leucate Village
De 9h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 04.67.27.93.98

SAINT-GILLES-CROIX-DE-VIE • 85

Dimanche 13 août 2017
59e salon du collectionneur
Salle polyvalente, 20 quai des greniers,
85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie. De 9h à 18h Entrée gratuite.
Renseignements : 02.51.22.87.99

GANGES • 34
Dimanche 20 août 2017
29e bourse toutes collections
Salle des Fêtes, 29 avenue Louis Pasteur, 34190 Ganges
De 9h à 17h. Entrée 2 €.
Renseignements : 04.66.64.39.77

PLELAUFF • 22

Dimanche 27 août 2017
4e rencontre numismatique
Centre Carmina, 16 Kergall, 22570 Plélauff.
De 9h à 18h Entrée gratuite.
Renseignements : 02.96.24.85.24

VITTEL • 88

Dimanche 27 août 2017
33e salon des collectionneurs
Salle du Moulin, Parc de Badenweiler, rue du petit Ban,
88800 Vittel. De 8h30 à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 03.29.08.27.87

SAINT-HILAIRE-DE-RIEZ • 85

Dimanche 3 septembre 2017
52e bourse des collectionneurs
Salle de La Baritaudière, rue des Pins, 85800 Saint-Hilaire-de-Riez
De 9h à 18h30. Entrée gratuite.
Renseignements : 02.51.55.33.74

BARLIN • 62

Dimanche 10 septembre 2017
Salon toute collections
Espace culturel (Zone Actigreen), rue des Charmilles, 62620 Barlin
De 9h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 06.63.32.16.28

JONZAC  17

Dimanche 10 septembre 2017
9e bourse multicollections
Salle des fêtes, Château-Mairie de Jonzac, 17500 Jonzac
De 9h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 06.17.39.24.52

VILLEBON-SUR-YVETTE  91

Samedi 16 septembre 2017
Salon toutes collections
Centre culturel Jacques Brel, rue Jacques Brel,
91140 Villebon-sur-Yvette. De 9h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 06.37.86.82.81

LA CRAU  83

Dimanche 17 septembre 2017
6e salon multicollections
Espace culturel Jean-Paul Maurric, avenue des Faurys,
83260 La Crau. De 9h à 18h. Entrée gratuite.
Renseignements : 06.80.46.17.31

LAON  02

Dimanche 17 septembre 2017
37e bourse aux monnaies de Laon
Logis Abbatial Saint Martin, Ville Haute, 02000 Laon
De 9h à 17h. Entrée gratuite.
Renseignements : 03.23.25.71.02

SAINT-SULPICE-LA-POINTE  81

Dimanche 17 septembre 2017
7e bourse toutes collections
Salle Joël Braconnier, chemin de la Messale,
81370 Saint-Sulpice-la-Pointe. De 9h à 17h. Entrée gratuite.
Renseignements : 09.63.65.34.30

DREUX  28

Samedi 23 septembre 2017
20e salon numismatique de Dreux
Maison Godeau, 2 place Evesham, 28100 Dreux
De 9h à 17h. Entrée : 1 €.
Renseignements : 06.20.41.30.41

AURILLAC  15

Dimanche 24 septembre 2017
34e salon toutes collections
Salle de Lescudilliers, rue Denis Papin, 15000 Aurillac
De 9h à 18h. Entrée 2 €.
Renseignements : 04.71.48.33.30

SAVIGNY-SUR-ORGE  91

Dimanche 24 septembre 2017
14e salon multicollections
Gymnase Pierre de Coubertin, Stade Jean Moulin, 33 av. de l’Armée Leclerc, 91600 Savigny-sur-Orge.
De 8h30 à 17h Entrée gratuite.
Renseignements : 06.81.89.84.32

Sommaire 95

Vécu
16e Rallye Occitanie à Najac
Chercheurs de trésors russes
Aventure australienne, suite et fin !
Brèves
Histoire
Île de la Réunion ou les ravines aux trésors
Le feu dans l’Antiquité
Numismatique
2 e commémoratives
Animaux sur les monnaies
Article interactif
Les chaines de la production
monétaire gauloise
Numismatique (suite)
La Nouvelle Aquitaine, une grande partie de l’ancien territoire d’Aliénor d’Aquitaine – 2e partie
Rétro
Les premiers détecteurs de métaux tout public – Suite
Trouvailles
Monnaies/objets
Courrier
Banc d’essai
Déus XP : les nouveaux disques HF
Librairie
Agenda
Petites annonces

Edito 95

Une fois de plus un prospecteur travaillant avec la DRAC locale a déclaré un trésor du IIIe siècle trouvé dans un champ labouré. Cela se passe en 2012, il a récupéré sa part après étude en toute discrétion. A l’occasion de la vente de la part de l’inventeur, la feuille de chou locale en fait ses gros titres et Bam ! l’HAPPAH porte plainte contre X pour utilisation illégale de détecteur de métaux. Son président que je ne nommerai pas, ferait mieux de se pencher sur la dernière étude scientifique anglaise : « Les effets des labours sur les artefacts enfouis » dont je vous cite la conclusion : « De manière cruciale, les résultats montrent que le niveau de fragmentation des artefacts récupérés augmente avec le temps. Le labour est la cause principale de la dégradation complète des artefacts métalliques. Et donc la récupération par détection de métaux (bien que certains soient destructeurs) est préférable à l’alternative de ne rien faire… » Que dire de plus ? Reparler de la bêtise de nos administrations ? Non ! Moi je continue à prospecter parce que j’aime ça et quand la chance me sourit, je communique mes infos à des gens triés sur le volet, que je connais, qui aiment leur métier et respectent mon anonymat.
Bonne lecture
Gilles Cavaillé

94.12

De musketer 24 nous proviennent ces deux pièces.
Un centenionalis de Constantin le Grand (diamètre 19 mm, poids 1,77 g) au type Beata tranquillitas, Constantin Ier, 321 atelier de Trèves. Avers : CONSTAN-TINVS AVG : “Constantinus Augustus” : Constantin auguste. Buste casqué, drapé et cuirassé de Constantin auguste à droite. Revers : BEATA TRAN QVILLITAS VOTIS XX PTR : L’Heureuse Tranquillité, vœux pour vingt années de règne. Autel surmonté d’un globe et de trois étoiles. La monnaie possède une jolie patine et une usure prononcée, son estimation tourne autour des 15 euros.
La seconde est d’une toute autre époque, c’est une monnaie royale de Charles VII le victorieux ou Charles VIII. Avers : (lis) KAROLVS FRACORV REX (ponctuation par deux annelets superposés). Bien que la légende soit illisible, la première lettre K se devine et permet de l’attribuer à un Charles plutôt qu’à un Louis. Deux lis dans un trilobe (Charles, roi des francs). Le revers présente TVRONVS CIVIS FRAHCIE (ponctuation par deux annelets superposés). Croix dans un double quadrilobe (Cité française de Tours). Monnaie usée en TB estimée à 25 euros.

Brève de bronze

 

Par une matinée radieuse et lesté d’un pote détectisant, le cousin Gaston s’en allait promener sa poêle de par la garrigue héraultaise.
Comme à l’ordinaire c’est au pif qu’il choisissait ses lieux de glaneries artefactiennes, et c’est donc avisant une colline accueillante, que Gaston s’y hâta.
Non non, y’a pas de jeu de mot.
Il faisait beau, tout ça, nani nannère.
Et bon.

Un large chemin tracé au bull arpentait le promontoire et menait en son puech (ou « puy », attendu que les sommets de collines se nomment comme ça, entre autres en Occitanie, alors que généralement les « puits » sont dans les creux… ici les puys sont en haut et les puits en bas… faut pas chercher…) jusqu’à une esplanade au milieu de laquelle trônait un château d’eau.
Les abords défoncés par les travaux n’avaient aucun air archéologique, ni le moins du monde patrimonial, c’est donc la conscience tranquille et sifflotant une paillarderie, que la partie de détecte commença. Entre les pots de petits suisses, les étrons coiffés de leur PQ à fleurs, accompagnés du mégot de circonstance (non, pas celui de la clope, le vrai, le dernier issu du serrage de conclusion) (rohhhh Najac ! Oui je sais…………..) les canettes de bière et autres reliefs que les promeneurs et pique-niqueurs avaient abandonnés sur place, les deux poêleurs espéraient bien qu’il devait gésir quelques monnaies modernes…
Passons sur les tas de merdouilles polluantes et autres machins d’aluminium, dont les coins à pique-nique sont jonchés, le quidam étant vraiment un porc.
Encore que le porc est probablement plus propre et respectueux de son environnement.
Bref.

Après une bonne heure de rien du tout, et à la limite de la fuite vers le plus proche estaminet, le premier qui fit sonner un espoir quelque peu concret, fut le pote à Gaston.
A une petite vingtaine de centimètres de creux, icelui sortit une magnifique hache de bronze.
Pitaing cong, se dit le cousin, c’est la première fois qu’il détecte, je l’amène avec moi et c’est lui qui pioche du beau !!!
Il ne pouvait pas dire mieux… une hache ? Point du tout, ce fut 7 de ces dames qu’il tira du trou, posées les unes sur les autres…
Gaston s’étouffait…
L’esprit vaquant à des pensées égorgeantes et vengeresses, mené par la poêle affreusement silencieuse, le Gaston fut brusquement tiré de ses rêveries par un tintement caractéristique du père Fisher. Claquement aigu et sec, bien que relativement faible. C’était à moins d’un mètre du trou de son pote. Du détecteur s’entend. Le trou.
Encore une tirette de bibine, probablement.
Allez, hop Gaston creuse mais point de tirette et ça continue de sonner… et de plus en plus fort et de plus en plus net.
Jusqu’à une bonne soixantaine de centimètres, lorsqu’une petite masse verte se montre.
Dégageant l’objet délicatement, c’est une belle hache de bronze qui apparaît.
Superbe pioche de rattrapage, et battement de cœur !
A tout hasard et surtout par acquis de conscience, notre homme passe un autre coup de propointeur. Rebelote, ce dernier couïne pleins pots.
Une autre !

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 94

Un archéologue amateur trouve un trésor

L’archéologue amateur (présenté comme tel par la presse), étant bien sûr un prospecteur équipé d’un détecteur de métaux… Le prospecteur en question était d’ailleurs à la recherche de militaria en forêt de Soy, dans les Ardennes, lorsqu’il est tombé sur un beau trésor de l’âge du bronze, pointes de lances, haches et bracelets. Résidant dans un pays civilisé, le Luxembourg, il a pu déclarer sa trouvaille et offrir son trésor à la commune de Jalhay.
Source : rtl.be

94.09

Le bienheureux David avec son Déus a trouvé dans les Pyrénées cette monnaie peu courante, un gros en argent de Jaime Ier (1213-1276), roi d’Aragon. Avers : +IACOBVS DEI GRA REX ARAGONV. Revers : +DOMINVS MONTISPESVLANI. C’est une monnaie rare, elle est en TTB et s’évalue 1500 euros.

Chasse au cercueil !

Vu le titre, on pourrait penser à une recherche macabre, mais non pas du tout ! Il existe en Bretagne et plus généralement dans le grand Ouest et probablement dans d’autres régions de France, une tradition qui consiste à enterrer une boite, nommée cercueil, lors d’un enterrement de jeune fille/garçon se préparant à sauter le pas du mariage.

Photo 1

Cette tradition se perd dans la nuit des temps, certainement une origine plus ou moins catholique qui a dévié en fiesta avec le temps…
Fiesta souvent bien arrosée, en Bretagne en tout cas, je vous le confirme ! Début 2005, j’étais invité à une de ces journées, je me souviens des jeux de pistes, de la partie de paintball et au final d’une belle journée avec la famille et les amis qui se termina autour d’un banquet dans le jardin des parents du futur marié. Assurancetourix le barde, n’était pas là, mais tout le reste y était ! Et vers deux ou trois heures du matin, celles et ceux qui avaient encore les yeux ouverts, participèrent à l’enterrement du fameux cercueil. Celui-ci avait été fait par un des oncles du marié, menuisier-ébéniste ça aide, on y met ce que l’on veut, souvent des bouteilles, des peluches pour les futurs bébés, des lettres et autres babioles…
Quelques semaines plus-tard, le 25 juin 2005, une belle Bretonne dans sa robe d’un blanc nacré, prenait pour mari un grand brun au regard ténébreux. Deux beaux bébés arrivèrent dans la foulée ou presque.
La tradition veut que, normalement, le cercueil soit « exhumé » à l’arrivée du premier bébé. Mais bien souvent pour x raison, déménagement et autres, il reste en terre et comme tout ce qui est caché on l’oublie plus ou moins.
Et le temps passa jusqu’à un beau jour de 2016 – donc 11 ans plus tard ! – où quelqu’un posa enfin la question : et le cercueil vous l’avez déterré ? Ah tiens non, mais il faudrait déjà le retrouver… Avec un détecteur de métaux peut-être, et dans ces cas-là, c’est à bibi qu’on pense… Voilà comment je me suis retrouvé à chercher un cercueil, une première pour moi ! (1)

Photo 2

On se souvenait tous à peu près de l’endroit, le long d’une grange. Une fois la zone nettoyée, j’ai passé quelques coups de poêle. Je comptais sur les capsules et têtes de bouteilles en alu pour repérer le magot et après quelques bouts de ferrailles et dessus de boites de conserves un son assez diffus, mais large s’est fait entendre. Quelques coups de pelles donnés par le marié, c’était pour remplir sa cave, fallait bien le faire creuser un peu… deux ou trois coups de barres à mines pour être sûr, et bingo on était pile dessus ! (2)

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 94

Objet mystère

Peter Fergus, un prospecteur anglais du Devon, a découvert avec son détecteur un objet qui intrigue les archéologues. Probablement d’époque médiévale, en argent et en partie recouvert de feuilles d’or. Les experts du British-Museum le situent entre le sixième et onzième siècle, peut-être le couvercle d’un reliquaire ? Vieux de plus de 300 ans et contenant plus de 10 % de métal précieux il a tout de même reçu la mention de trésor !
Source : devonlive.com