MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Archive pour août, 2020

Le mur

Découverte étonnante pour des ouvriers sur le chantier de construction d’un immeuble, en Pologne dans la ville de Poznan. Les ouvriers sont tombés sur les restes d’une fondation gigantesque, un mur de plus de 4 mètres d’épaisseur et dont la base se trouve à 7 mètres de profondeur sous le niveau actuel ! Les archéologues pensent qu’il s’agit là des restes de l’enceinte fortifiée de la première capitale du pays ! Les historiens et les archéologues l’imaginaient dans la ville voisine de Gniezno, sans avoir jamais réussi à la trouver et pour cause, puisqu’ils ne cherchaient pas au bon endroit… La datation laisse penser que ce mur fut érigé entre l’an 968 et l’an 1000, d’après les chroniques de l’histoire il mesurait 12 mètres de haut pour 4 mètres de large à sa base et entourait entièrement la première colonie de Barbares qui fit souche et fonda sous le règne de Mieszko I, ce qui allait devenir l’actuelle Pologne. Les promoteurs du chantier sont inquiets, avec une telle découverte, il n’est pas dit que l’immeuble voie le jour…


Source : thefirstnews.com

113.03

Steaky steak est dans l’Aveyron. Il nous envoie cette série de belles trouvailles :

Une bague en or d’époque gallo-romaine avec un chaton en ovale où devait être insérée une pierre ou alors une intaille.

Il a également trouvé trois monnaies en or.

La première est attribuée à Philippe VI de Valois (1328-1350). C’est une chaise d’or. L’écu d’or « à la chaise » est ainsi désigné en raison de la stalle gothique où est assis le souverain. Frappée à partir de 1337, cette monnaie fait écho à la guerre de Cent Ans : le roi, couronné, n’est plus vêtu du manteau royal, mais du haubert et de la cotte d’armes ; il ne tient plus le sceptre et la fleur de lis, mais l’épée de la main droite et l’écu de France de la main gauche. Les émissions de 1349 furent celles dont le titre en métal précieux fut le plus bas, conséquence des revers militaires et des difficultés économiques dues à la peste (Texte musée Carnavalet Paris). Avers : + PHILIPPVS DEI – XGRA – FRANCORVM. Revers : + XPC: VINCIT: XPC: REGNAT: XPC: INPERAT. Croix quadrilobée et fleuronnée, dans un quadrilobe orné de feuilles et cantonné de quatre trèfles sans queue (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande). C’est une monnaie commune parmi les monnaies or et celle-ci est fendue jusqu’au centre. Son état est donc un petit TB à 550 euros.

Les deux autres monnaies sont des « francs à cheval », la photo, de piètre détail surtout pour la première, ne permet pas d’agrandir sans pixeliser pour lire et différencier l’appartenance. Nous pensons néanmoins qu’il s’agit d’une monnaie de Jean II le bon. Avers : IOHANNES: DEI – :GRACIA: – FRANCOR: REX. Jean II chevauchant à gauche, l’épée haute, coiffé d’un heaume. Revers : + XP’C* VINCIT* XP’C* REGNAT* XPT+ XP’PERAT. Croix feuillue avec quadrilobe en cœur. La frappe est faible, il y a quelques marquages sur la monnaie, c’est un TB+ à 750 euros pour la première, la seconde est un niveau au-dessus pour l’état et se négocie aux alentours de 1000 euros.

Enfin on termine par un sceau : sceau de la fin XVe siècle, au style gothique rhénan pour un chevalier ou marchand anobli dont l’écu armorié figure au centre des arcatures gothiques. Au-dessus et dans les coins on voit un petit castel et deux mains probables (mains d’Anvers ?), le texte difficile à lire pourrait être les nom et prénom du propriétaire, et peut-être son titre ? SAD OMSO GOUGNOES. Sur l’extrémité de la tige de préhension, semble figurer une marque gravée en guise de contre sceau. Ce sceau provient de la zone d’influence balte ou de la Hanse.

 

Des pièces de la Horde d’or retrouvées fin juin à Moscou

Moscou, capitale de la Fédération de Russie, ne cesse de grandir. Les villages qui l’entourent sont petit à petit englobés dans cette ville qui compte aujourd’hui près de 13 millions d’habitants. Partout on construit, on transforme ou l’on rénove. C’est à l’occasion de travaux sur les rives de la rivière Malaya Sosenka dans l’ancien village de Kommunarka qu’une équipe d’archéologues a découvert fin juin 2020 de nombreux objets anciens datant pour la plupart de la fin du XVe et du début du XVIe siècles.

Dirham d’argent de Toqtamysh Khan
(782-801 / 1380-1398).
© NumisMall.com

La Horde d’or

Guerriers mongols.
© portalostranah.ru

Le terme de Horde d’or représente un état mongol, le khanat de Kiptchak (du nom des anciens occupants de la région) dirigé par une dynastie issue de Djötchi, le fils aîné de Gengis Khan. Ce khanat s’est implanté en Russie centrale du milieu du XIIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle. Le territoire du khanat de la Horde d’or créé en 1240 couvrait un espace immense : s’étendant depuis les steppes du nord de la mer Noire – où fut établie la capitale, Saray (près de l’actuelle Volgograd) –, il englobait le bassin de l’Oural, le cours inférieur du Don, du Donetz, du Dniepr et de la Volga, le Kazakhstan et la Sibérie jusqu’à l’Irtych au nord du lac Balkach. La soumission des principautés de la Russie est conduite dans les années suivantes par Batu, fils de Djötchi. Toutes les villes de la Russie, sauf Novgorod, sont ruinées par cette invasion.
Le territoire de la Horde d’or commence à se morceler en 1430, avec la création du khanat de Crimée par un descendant du fils de Djötchi, entre l’embouchure du Dniestr et du Dniepr, celle du khanat de Kazan en 1438 puis du khanat d’Astrakhan entre la Volga, le Don, le Kouban et le Terek en 1466.
Pendant ainsi environ 200 ans, sous l’autorité d’une succession de Khans, les soldats de la Horde d’or pillent la région, brûlent les villes, écrasent et rançonnent les populations locales ou les réduisent en esclavage. Les Tatares de Crimée poursuivent leurs incursions jusqu’au règne de Catherine II où le khanat de Crimée est rattaché à la Russie, après la défaite du dernier des descendants régnant de Gengis Khan face aux Russes en 1783. Aujourd’hui encore en Russie le souvenir de ces guerriers à cheval est présent et maintient une diffuse inquiétude dans les mémoires.

La plupart des terres étaient des steppes. Près de 6 millions de km² de terres appartenaient aux dirigeants de la Horde à son apogée. © histerl.ru

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°113 …

Agenda

BEAUVAIS • 60
Dimanche 30 août 2020
42e foire à la collection
Elispace, 3 rue Henri-Spaak, 60000 Beauvais
De 8h30 à 17h30. Entrée 2 e €
Renseignements : 06.74.76.73.85

DOLE • 39
Dimanche 30 août 2020
Bourse toutes collections
Dolexpo, 1 rond-point des droits de l’homme, 39100 Dôle
De 9h à 17h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.38.49.72.04

VITTEL • 88
Dimanche 30 août 2020
36e salon des collectionneurs
Salle du Moulin, parc de Badenweiler, rue du petit Ban, 88800 Vittel
De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 03.29.08.27.87

SAINT-REMY • 71
Samedi 12 septembre 2020
14e bourse numismatique
Salle Georges Brassens, face à la mairie, 71100 Saint-Rémy
De 8h30 à 16h30. Entrée 1 e €
Renseignements : 06.87.09.56.27

CREVECŒUR-LE-GRAND • 60
Dimanche 13 septembre 2020
20e salon toutes collections
Salle des fêtes, place de la mairie,
60360 Crèvecœur-le-Grand
De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 07.87.71.26.77

GRETZ-ARMAINVILLIERS • 77
Dimanche 13 septembre 2020
Bourse toutes collections
Maison de la culture et des loisirs, 2 rue du Rocher, 77220 Gretz-Armainvilliers
De 8h à 16h30. Entrée gratuite
Renseignements : 06.74.23.19.28

DREUX • 28
Samedi 26 septembre 2020
23e salon numismatique
Maison Godeau, 2 place Evesham, 28100 Dreux
De 9h à 17h. Entrée 1 e €
Renseignements : 06.20.41.30.41

BELFORT • 90
Du 26 au 27 septembre 2020
Bourse toutes collections
Salle des fêtes, place de la République, 90000 Belfort
De 9h à 17h. Entrée 1 e €
Renseignements : 06.79.91.07.06

Sommaire du n°113

Vécu
Cahiers de prospection 2005
Un impressionnant trésor découvert par des détectoristes à Buzău en Roumanie
Un trésor espagnol sur une plage de Floride
Des pièces de la Horde d’or retrouvées fin juin à Moscou
Gold en Australia – 1e partie
Le trésor caché par Forrest Fenn enfin découvert
La Ciste au hasard
Brèves
Histoire
Et Bonaparte vola le trésor des chevaliers de Malte
S. Georgius. Equitum. Patronus
Numismatique
En 1870, il y a exactement 150 ans, 4 types différents de pièces 5 francs sont frappés
Man, un royaume discret
Les ateliers monétaires provisoires sous la Révolution – 1e partie
Le ducat
Trouvailles
Courrier
Librairie
Agenda
Petites annonces

Édito n° 113

Nos sorties de numéros sont très ponctuelles et respectent les dates de parution.
Le confinement a retardé le N° 112 de un mois. Nous avons décidé de rattraper ce retard sur les six prochains numéros. Ainsi au lieu de sortir tous les deux mois, nous sortirons tous les mois plus vingt-cinq jours. C’est la raison pour laquelle vous recevez ce numéro aux alentours du 20 août
plutôt qu’en fin de mois. Le N° 114 sera donc présent en kiosque le 14 octobre et le 115 le 9 décembre.
Nous avons initié dans les deux derniers numéros une nouvelle rubrique appelée la photo insolite, on pensait que le délai de quatre mois vous permettrait de nous envoyer des photos sympathiques et curieuses pour continuer ce petit délire, hélas nous n’avons pas
eu de retour. C’est votre journal, vous pouvez y participer en nous envoyant la photo de votre collègue prospecteur qui s’est emmêlé les pinceaux en sautant les fils de fer du champ et se retrouve accroché aux barbelés la tête près d’une bouse de vache fraiche ! Allez, on compte sur vous, ces situations insolites et humoristiques existent tous les jours en prospection, il suffit de les saisir au vol.
Bonne lecture, 
Gilles Cavaillé

Un trésor caché par les Vandales retrouvé après 1800 ans

Goths et Vandales sont dans notre imaginaire des peuples conquérants que fuyaient les populations locales d’Europe. Ces deux tribus germaniques se sont installées dans les années 100 après J.C. en Pologne, l’une au nord, l’autre plus au sud. Selon le professeur Andrzej Kokowski de l’Institut d’archéologie de l’Université Marie Curie-Skłodowska de Lublin, elles se sont combattues vers la fin du deuxième siècle ou au début du troisième siècle lorsque les Goths descendent vers le sud pour s’installer sur les rives de la mer noire. Le trésor découvert récemment à Cichobórz dans la commune polonaise de Hrubieszów au sud de Lublin près de la frontière ukrainienne nous rappelle cette période.

Fin du deuxième siècle : les Goths combattent les Vandales pendant leur “grand voyage” de la Scandinavie à l’Europe du Sud-Est. © d’après Google maps

La découverte du trésor

La presse polonaise nous indique qu’en 2019 un agriculteur du village de Cichobórz, dans la commune polonaise de Hrubieszów, se déplace dans un champ récemment labouré. Certains journaux expliquent qu’il y ramasse ici et là des bois perdus par des cerfs pendant l’hiver alors que d’autres sous-entendent qu’il recherche des objets anciens. Son regard est soudainement attiré par un petit disque brillant. C’est un denier romain en argent ! Il regarde autour de lui, et il en voit un autre, puis encore un, et encore un autre… Il les recherche avec fébrilité et en ramasse ainsi des centaines. C’est incroyable, extraordinaire, stupéfiant. Il est euphorique. Il réfléchit à ce qu’il doit faire et décide de se rendre au musée d’Hrubieszów, la commune dont dépend Cichobórz. Les responsables du musée le reçoivent, l’écoutent et envoient un agent sur place. Rapidement celui-ci découvre d’autres monnaies. Une fouille minutieuse du champ est alors organisée et au total 1753 monnaies sont trouvées sur une surface de quelques centaines de m². Probablement que la boîte qui contenait ces pièces a été brisée par le soc d’une charrue lors du labourage du champ et que les pièces ont été dispersées. Bartłomiej Bartecki, le directeur du musée Stanisław Staszic à Hrubieszów est abasourdi. C’est l’un des plus importants trésors monétaires romains trouvés en Pologne qui vient d’être déposé dans son musée.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°112 …

Trésor du confinement !

Le confinement dans de nombreux pays, a eu pour effet de cloîtrer des milliers de prospecteurs chez eux, le manque de détection en a conduit plus d’un à prospecter leurs jardins et l’on a pu voir de belles découvertes sur les forums de détection. Une Anglaise résidant à Portsmouth, Amanda Johnson, a quant à elle emprunté le détecteur de son fils pour l’essayer dans son jardin, histoire de faire passer le temps… Et la chance de la débutante a frappé, une nouvelle fois. Amanda, a découvert près d’un de ses massifs de fleurs une pièce d’or ! Une monnaie du 16e siècle, frappée sous Henry VII, d’environ 30 mm de diamètre pour un poids de 5 grammes. La monnaie a été estimée 2500 Livres Sterling !

Source : thesun.co.uk

112.8

Bonjour la rédaction. En ces temps de confinement dans le 90 et en attendant de retrouver un peu de liberté avec mon détecteur…, c’est avec plaisir que je me replonge dans les anciens numéros. Merci pour votre engagement pour que notre passion soit un jour reconnue comme d’utilité publique !! Sauvons notre histoire, elle est sous nos pieds. Quelques photos de trouvailles, si vous pouviez me dater la bague, et me donner votre avis sur l’objet en forme d’anneau. Un grand merci. PS, vous pouvez faire figurer les photos dans un prochain numéro si vous le souhaitez. Bague poids 1,52 g, taille 20 x 12 et monnaie gauloise Sénon au sanglier, trouvées près de Port-sur-Saône. Anneau ? 11,93 g, 23 de diamètre 16 intérieur, trouvé à côté de Belfort, 90. Thierry 
Bague atypique de fabrication artisanale, de taille considérable (20 mm), consistant en un écu supportant la lettre G de typographie moderne. Il semble qu’il y ait aussi un liséré faisant le tour de l’écu en simples petites barres parallèles. Le chaton est relié à l’anneau plat et large par les côtés de l’écu avec une ovalisation des deux côtés de l’écu qui surligne un simple ovale géométrique comme décoration. L’anneau est brisé ; en considérant la relative modernité de la lettre on pourrait se lancer dans une datation fin XVIIIe- XIXe siècle.
Le potin Sénon est à la tête d’indien et au sanglier, au premier siècle avant JC. Anépigraphe. Tête “d’indien” fortement stylisée à droite, six mèches de cheveux tirées en arrière. Revers : aussi anépigraphe, sanglier, enseigne à droite ; au-dessous, trois points posés en triangle. Monnaies en TB++ estimée 25 euros.
Quant à votre anneau, il n’ y a pas grand-chose à dire…

Le trésor de Begoml en Biélorussie

Alexander Nikolaevitch Naumovets, un habitant de Borisov près de la petite ville de Begoml, district de Vitebsk, située à 100 kilomètres au nord de Minsk, la capitale de la Biélorussie, se promène sur une route forestière lorsqu’il distingue sur le sol quelque chose qui ressemble à une plaque rectangulaire. Il comprend que l’objet qui a attiré son attention est un vieux portefeuille lorsque celui-ci s’effrite entre ses doigts et que des pièces de monnaie tombent à terre.
Plusieurs journaux locaux, Les Nouvelles populaires de Vitebsk, Les informations de Borisov, le Journal de Vitebsk et quelques autres ont relaté cette découverte début février 2020.

La remise du trésor au musée de Begoml

La presse biélorusse ne nous dit pas si Alexander Nikolaevitch Naumovets flâne en  rêvant, recherche des champignons ou utilise un détecteur à métaux le long du chemin qu’il emprunte au moment de sa découverte en cette fin de janvier 2020. Elle nous explique seulement qu’il remet le jour même son trésor à Olga Tolyarenok, la responsable du musée de Begoml. Ce trésor est composé de 19 pièces de monnaie en argent du XVIIe siècle frappées pour beaucoup sous Sigismond III Vasa (Zygmunt III Waza), roi de Pologne et Grand-duc de Lituanie, de deux broches, d’une boucle d’oreille et d’un fragment de bague.

Le trésor trouvé en janvier 2020 à Begoml. © Родныя Вытокі

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°112 …