MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Archive pour septembre, 2020

Bretling

Belle découverte pour un plongeur anglais, Stephen Kershaw, qui plongeait avec un de ses amis sur l’île de Corfou en Grèce. En utilisant un petit détecteur étanche, un Pulsedive étanche à 60 mètres, ils ont découvert une montre de luxe de la marque Bretling ! Ils ont dans un premier temps pensé qu’il s’agissait d’une copie chinoise, plus courante que les vraies… Vérification faite, c’est bien une authentique Bretling, le modèle navitimer chronographe, un modèle de collection qui, suivant l’état, peu se négocier entre 7000 et 10 000 euros pour l’exemplaire découvert et qui leur a permis d’avoir une page dans le Daily mail…

Source : dailymail.co.uk

113.09

Un après-midi dans un champ du 45, il y a quelques mois de cela, détection avec mon détecteur Déus. J’ai trouvé une petite statuette en surface. Pourriez-vous m’aider à l’identifier ? Elle est en bronze. Merci. Loïc 
Il s’agit d’un chérubin tenant un objet non identifié. Plutôt XVIII-XIXe siècle que gallo-romain.

La Ciste au hasard

Sur mon lieu de villégiature, le temps se prêtait à une prospection à la billebaude. Allez c’est dit, cet après-midi, je prends mon sac à dos XP et mon équipement et je pars au hasard. Un rapide coup d’œil sur Iphigénie sur mon iPad m’apprend que le vallon que je vois de la maison louée, s’enfonce profondément, sans route goudronnée, sans habitation. C’est bien le diable s’il n’y a pas un petit promontoire rocheux, un éventuel abri sous roche ou autre chose remarquable et prospectable. Iphigénie ne mentionnant rien de particulier, je m’attends surtout à faire un peu de sport et dépenser quelques calories tout en me faisant plaisir.
La descente au fond du vallon se fait en travers d’une végétation touffue mais pas ronceuse, avec quantité de bois et troncs tombés au fur et à mesure des décennies et des coups de vents et j’arrive sur un chemin de terre bordé d’une part par le coteau d’où je viens et d’autre part par une série de champs étroits qui semblent à l’abandon, les champs étant coincés par l’autre coteau et un petit ruisseau qui s’écoule tranquillement.
Au vu de la végétation dense sur les pentes je prospecte au hasard les parties sans herbes hautes des champs au fur et à mesure de mon avancée. C’est très propre et il n’y a que très peu de déchets et cartouches. A croire que les chasseurs locaux ignorent cette combe ??? Tant mieux d’ailleurs car j’ai le plaisir d’y observer pendant cinq minutes un chevreuil en train de se repaitre. Il semble chez lui ici et parait serein.
Je ne trouve que trois monnaies : un denier de Dardenne, un liard de Louis XIV et un dix francs Guiraud. En objets deux boutons et un anneau en bronze.
Je tombe aussi sur un vieux camion Peugeot abandonné là, il est plus vieux que moi c’est sûr ! C’est un Peugeot D3-D4 appelé gentiment « nez de cochon », construit à partir de 1950 et jusqu’en 65.
C’est quelque chose que j’ai remarqué, dans ces coins paumés en pleine nature, les locaux se débarrassaient de leurs déchets dans la combe derrière la ferme ou dans la pente d’un vallon boisé, dans les années 60 voire 70 avant que le ramassage soit mis en place. On ne peut pas leur en vouloir.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°113 …

300 000 euros

En or et en argent liquide, c’est la somme saisie par la police en région parisienne après l’arrestation d’un gang spécialisé dans les vols de bijoux en or. Une équipe de faux plombiers et faux policiers qui cambriolait principalement des personnes âgées, avec le coup classique du faux plombier pris en flagrant délit ou suivi des faux policiers… L’or, refondu de façon quasi-systématique, était revendu en Allemagne…

Source : leparisien.fr

Trésor de grenier

À l’automne dernier, lors d’une journée d’expertise gratuite, un particulier avait soumis une aquarelle à un groupe d’experts, il n’avait aucune idée de sa valeur. La signature de l’aquarelle : Gauguin. P, le 2 juillet 1865, avait déchaîné les passions : un dessin réalisé par Paul Gauguin (1848-1903), alors âgé de seulement 17 ans ! Le premier dessin connu de Gauguin. On ne lui connaissait, avant cette découverte, que des peintures et il était considéré comme un peintre autodidacte… Plusieurs experts ont confirmé qu’il s’agissait, probablement, du célèbre peintre, d’autres ont préféré ne pas se prononcer. L’aquarelle, un chalet suisse au bord de l’eau, a finalement été vendue 99 000 euros, acquisition d’un particulier français résidant en Suisse, une sorte de retour aux sources pour cette aquarelle.

Source : interencheres.com

Et Bonaparte vola le trésor des chevaliers de Malte

Malte, petit archipel de la Méditerranée entre la Sicile et l’Afrique, capitale La Valette.

L’île a eu une histoire mouvementée entre la conquête de l’islam en 870, ensuite reconquise par Roger de Sicile en 1090, elle tombe par la suite dans le giron des Habsbourg d’Espagne. Malte fut ainsi donnée par Charles Quint aux chevaliers de Rhodes en 1518, ordre religieux et militaire issu des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem fondé en 1099. L’ordre participa à toutes les croisades. Réfugiés à Rhodes en 1308, la chute des templiers ayant servi d’avertissement, les dignitaires de l’ordre s’établissent à Rhodes, très loin du pouvoir de Philippe le Bel. En 1530, l’ordre devient ainsi les chevaliers de Malte.
L’ordre des chevaliers de Malte participe également à la terrible bataille navale de Lépante en 1571 qui oppose la Sainte Ligue, alliance catholique hispano-italienne commandée par Don Juan d’Autriche, demi-frère et amiral du roi d’Espagne Philippe II, contre Sélim II et son grand amiral Ali Pacha, qui un an auparavant a fait tomber le dernier bastion vénitien à Chypre, à Famagouste où ses défenseurs furent traitreusement massacrés après avoir négocié leur reddition. Humilié, l’occident perd pied dans feu sa mare nostrum.
La sainte ligue arme 206 galères et 6 grosses unités appelées galéasses, la flotte est montée par 28 500 soldats dont 8 000 Espagnols chevronnés. En face Ali Pacha dispose de 208 galères et 120 petites unités, et 27 000 soldats dont 10 000 redoutables janissaires. Le combat débute vers 10h20 à 15h. L’anéantissement de la flotte de Sélim II est consommé. Il a perdu 170 galères, coulées ou prises, contre 17 pour Don Juan. Les pertes sont toutefois critiques. Chaque camp déplore 8 000 tués et 22 000 blessés. Les Ottomans abandonnent 3 500 prisonniers et 15 000 esclaves chrétiens. Aussitôt libérés de leurs chaînes, la galère amirale d’Ali Pacha est capturée et l’amiral ottoman est décapité. Sa tête ornera la proue de la galère amirale de Don Juan.
Pendant la bataille, l’ordre des chevaliers de Malte subit de très lourdes pertes. La galère amirale de l’ordre fut prise par les Ottomans et tous les chevaliers furent décapités dont un très grand nombre de dignitaires de l’ordre. Les Ottomans tentèrent d’emporter la galère comme trophée mais durent l’abandonner pour échapper aux massacres. Les Ottomans sauvent 30 galères et autant d’unités plus légères. C’est tout ce qui réchappe du désastre.
Par la suite, l’ordre des chevaliers de Malte aura pour mission d’intensifier la gloire maritime de l’ordre par une lutte sans merci contre les pirates barbaresques qui infestaient la Méditerranée. Les expéditions navales contre les corsaires musulmans furent poursuivies avec de fréquents succès et un butin non négligeable pour les caisses de l’ordre et cela jusqu’au règne de Manoel de Vilhena qui s’éteignit le 12 décembre 1736, après 14 années à la tête de l’ordre des chevaliers de Malte.

Monnaies de Manoel de Vilhena (1722-1736).

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°113 …

22 obus sous la plage

Découverts par un promeneur sur une plage de Gironde à Vendays-Montalivet, 22 obus affleurant le sable. Le recul de la dune par les dernières tempêtes a permis cette découverte. En janvier dernier, la même plage avait déjà vu la mise au jour de sept obus ! Probablement des caches pratiquées par les Allemands avant la déroute…


Source : sudouest.fr

113.2

Bonjour à tous. Je sollicite vos connaissances à propos de la pointe de flèche en cuivre que j’ai trouvée dans la terre de mon jardin potager dans le sud-est. La soie présente un motif incisé en zigzags entrelacés recto-verso. Poids : 13g. Mesures : longueur totale : 81 mm, longueur de la pointe : 40 mm, largeur maximum de la pointe : 19 mm. Merci pour votre aide ! Patrick
Cet objet a la forme d’une pointe de flèche mais cela n’en est pas une pour plusieurs raisons : les pointes de flèches en cuivre datent de l’Age du cuivre comme la Palmela qui a peu de chance de se retrouver dans votre jardin et cette forme n’est pas du tout répertoriée. La soie n’en est pas une, c’est plutôt un manche avec un décor en losange pour une meilleure tenue entre le pouce et l’index éventuellement. Il n’existe pas de soie de cette forme, il n’y a aucun intérêt à décorer une soie qui est une partie que l’on ne peut voir. On pencherait plus certainement sur un petit outil à fard ou d’herboriste pour mélanger, prélever et homogénéiser un onguent quelconque.

Le ducat

Voilà une valeur qui fleure bon la Renaissance puis le Grand Siècle.

Le ducat d’Ernest I.

Le dernier Etat qui en émit (Pays-Bas) avait gagné une course contre le temps et ses derniers concurrents furent quelques principautés allemandes. Prenons l’exemple du ducat d’or de Ernest I, duc de Saxe-Cobourg et Gotha. Deux années d’émission pour un peu moins d’un millier d’exemplaires justifient certainement une cote qui dépasse allègrement les 3 000 euros.
938 millièmes d’or pour une monnaie de 3,5 grammes : le ducat du duc Ernest est la copie du vieux ducat hollandais. Par contre, lorsque les monnaies des Etats de l’Empire Allemand seront entrées dans le système normalisé du mark, le ducat de Ernest I fera pâle figure par rapport à la monnaie de 20 marks de son fils et successeur Ernest II.
Les 20 marks émises avec une face différente pour chacun des 25 Etats qui formèrent l’Empire Allemand de 1870 à 1918 (mais avec une pile commune) pèsent presque 8 grammes d’or. Mais il s’agit d’or à 900 millièmes, l’or plus fin qui a servi en 1836 et 1842 pour les ducats ducaux faisait, quant à lui, 938 millièmes.
Ce titre est appelé, d’ailleurs, « or de ducat ».
La monnaie est intéressante à plus d’un titre, si l’on ose dire, car son côté pile présente l’un de ces blasons qui enchantent les amateurs d’héraldique. Pour les lecteurs qui auront lu le n° 102 de M&D ils repèreront parmi les 24 quartiers qui occupent l’écu, les chevrons de Hanau.
Ernest I meurt en 1844. Une monnaie d’une valeur de deux groschen est frappée cette année-là et jaillit de terre, des décennies plus tard. Lavée, elle révèle des reflets cuivrés. Le 1/15e de thaler qu’elle constitue est fait de billon.
L’argent de cette monnaie titre 229 millièmes et nous frôlons la limite à laquelle l’argent va perdre la main sur le cuivre rouge.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°113 …