Toulouse 23 janvier 1944 : les déboires de la Luftwaffe

L’occupation allemande dans le sud ouest de la France

Fin 1943, l’armée allemande occupe le sud-ouest de la France et sa présence est forte.
A l’automne 1943, le Feld Marechal de la Luftwaffe Hugo Sperrle procède à une inspection en règle à Toulouse-Francazal. Débarquant d’un Junkers52 en tôle ondulée, le « gros » maréchal fait une tournée des troupes (1), serrant les mains de militaires en uniforme de parade, saluant en particulier l’escadrille KG76.
Cette escadrille (« KampfGeschwader » 76 – escadre de combat) est équipée de bombardiers bimoteurs Junkers88 (2) c’est une escadrille d’attaque mais c’est aussi une unité d’entrainement pour les jeunes pilotes, avant qu’ils n’aillent rejoindre le front.

Basée à Francazal, elle effectue souvent des démonstrations de force pour impressionner la population, c’est l’un des volets de la guerre psychologique menée par le Reich. Le 9 novembre 1943, par exemple, une parade aérienne a lieu sur Toulouse. Les avions du quatrième groupe de la KG76 survolent Toulouse à très basse altitude. Les Junkers88 passent en rase motte au-dessus des toits de la « ville rose » (3) pendant que les soldats défilent dans la rue au son de la fanfare (4).

23 janvier 1944 : branle bas de combat !

Le dimanche 23 janvier 1944, la Luftwaffe est sur le pied de guerre. Les alliés ont débarqué la veille en Italie, à Anzio-Nettuno (opération « Shingle » ) (5) et tous les avions allemands basés dans le sud de la France attaquent la flotte alliée. Plus de 200 avions sont en l’air ce jour-là. Les Heinkel 177 de l’escadrille KG40 décollent de Bordeaux, les Junkers 88 de la KG26 de Montpellier, et les Dornier 217 de la KG100 de Toulouse/Blagnac.

La suite dans Monnaies & Détections n° 123

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*