MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Sur les terres de mon village…

Je passais souvent devant cette vieille ferme pleine de charme qui a su traverser les siècles et qui alimentait jadis en vin et en légumes, un château médiéval situé à plusieurs kilomètres de là. J’imaginais les « vieilleries » enfouies qui devaient s’y cacher. Encore en cours de restauration, les propriétaires actuels ont su redonner vie à cette magnifique demeure. Alors quand ils ont répondu favorablement à ma demande d’autorisation de détecter sur leurs terres, j’étais ravi ! Une seule consigne néanmoins : attendre que les cultures soient coupées avant de pénétrer dans les champs pour respecter le travail de l’agriculteur. Une évidence pour moi. 

C’est le grand jour. Mon autorisation en poche, je pars à l’exploration de ces hectares de terres tant convoités. Et pour cause ! Des champs et des prés à perte de vue qui n’attendent plus que moi ! Le ciel est dégagé et la pluie incessante de ces derniers jours vient enfin de s’arrêter pour laisser place à un magnifique ciel bleu. Les oiseaux commencent tout juste leur migration vers des contrées plus chaleureuses. Je gare mon véhicule devant cette longue allée jonchée de jeunes arbres. Signe de renaissance de ce domaine.

Les chevaux du champ voisin me regardent sortir mon matériel. Ils ne me prêtent que peu d’attention et reprennent rapidement le broutage de leur verte pâture. Le seul obstacle à mon arrivée aussi tardive en ce mois d’octobre est levé. Du moins devrais-je dire coupé. Seuls les pieds de maïs témoignent encore d’une activité agricole récente. Ce champ ainsi dévêtu me donne encore plus cette impression d’immensité. Je sais déjà qu’il me faudra revenir plusieurs fois pour en explorer les moindres mètres carrés.

Je mets la housse de protection sur le boitier du Garrett, on ne sait jamais, le ciel peut vite se couvrir. Je l’allume et mets mon casque. Je suis prêt…

Découvrez la suite dans Monnaies et Détections n° 68

 

Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback depuis votre site web.

Laisser une réponse

*