MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘applique’

100.6

Voici quelques objets trouvés en Savoie, tous en Tarentaise. J’ai fait quelques recherches mais sans résultat précis. Voici le descriptif : le soleil est en bronze, mesure 41 mm et pèse 8,12 g, la flèche en bronze pèse 2,25 g et mesure 26 mm (de la pointe au “manche”) sur 23 mm. La monnaie romaine : 26 mm pour 6,42 g. La mérovingienne en or : 13 mm pour 0,93 g, et enfin le plomb pèse 10,75 g et mesure 27 mm par 23 mm. Je vous souhaite une bonne continuation, Thibault.

Il s’agit d’un triens de Viviers en Ardèche, Francs vraisemblablement, il en existe de nombreux exemplaires et celui-ci est à rapprocher avec celui qui est présent dans le Belfort à la réf 4910 (dessin joint). Avers : DNVIITV STONAI, buste diadémé à droite. Revers : -NOTC S couché, AVOTVNO, croix latine potencée sur un globe et un degré accostée de VI VA à l’exergue ONOB. Bel état TTB, estimée à 1200 euros.

La monnaie romaine est un Maiorina de Julien II l’Apostat (362-363) E N FL CL IVLIANVS P F AVG. La première lettre devrait être un D mais nous voyons un E. Buste barbu, diadémé, drapé et cuirassé de Julien II auguste à droite, diadème perlé. “Dominus Noster Flavius Claudius Iulianus Pius Felix Augustus”, (Notre seigneur Flavien Claude Julien pieux heureux auguste). Revers : SECVRITAS REI PVB (La Sécurité du bien public). Taureau passant à droite surmonté d’une étoile. A l’exergue l’atelier se devine SCONS pour Arles. C’est une monnaie en TB estimée à 120 euros.

Le plomb est-il percé dans sa plus grande longueur ? C’est ce que suggère la seconde photo, on y voit un début de cavité, dans ce cas cela pourrait être un plomb servant de scellé pour fermer un sac contenant des marchandises et reconnaitre l’appartenance de ces dernières au fabricant qui aurait apposé ses marques sur le plomb : deux cercles concentriques, un besant au centre et quatre besants formant un carré virtuel autour des cercles, le tout repris deux fois.

Quant au soleil en bronze, il s’agit d’une applique mais peu d’éléments permettent de le dater car ce style figuratif a traversé les siècles…

La pointe de flèche est une pointe de forme triangulaire à pédoncule et ailerons latéraux, la soie est de section ronde. La datation est -900-500 de notre ère.

97.03

Trouvé dans un champ labouré, ce petit bronze représentant un personnage couché sur un poisson plat. Poids 106 g environ, 6 cm de diamètre. Trouvé à côté ce bronze creux de 31 g pour une dimension de 4,5 cm. Nadine
La plaque de métier de pêcheur est exclue, il s’agit plus sûrement d’une applique mais n’ayant pu retrouver la symbolique représentée nous ne pouvons efficacement dater ce bronze. La balance irait plus légèrement sur les XVIIe-XVIIIe plutôt que l’antique.
Concernant l’autre objet, une photo de la façade arrière aurait permis de voir s’il existait un système de fixation comme des trous de rivets. Nous pouvons faire l’hypothèse qu’il s’agisse d’une bouterolle ou d’une situle soudée au seau et servant à fixer l’anse de ce dernier ? Période antique gallo-romaine avec un personnage hirsute, barbe longue coiffée, peut être le dieu Pan s’il s’avère que ce soit des cornes gravées au lieu de mèches de cheveux.

87.04

Bonjour, je vous envoie quelques photos de monnaies pour la rubrique « trouvailles, identification, estimation » de Monnaies & Détections, merci et bonne continuation. La première a été trouvée dans le Gard à Rousson dans un labour, elle pèse 2,04 g, en bronze, diamètre 14 mm. La deuxième photo trouvée en labour dans le 84 à Sérignan pèse 19,01 g, en bronze, diamètre 33 mm. Puis un petit objet, si des fois vous avez une idée, en bronze je pense, trouvé dans le Gard à Pont Saint Esprit dans une vigne, poids 7,65 g et 28 mm x 22 mm. Merci, Thierry
La première monnaie est une monnaie pour Marseille comme l’indiquent immédiatement les caractères grecs MASSA, une drachme légère frappée entre 150 et 125 avant JC. La votre est encore plus légère (bonne balance ?), elle représente le profil d’Artémis à droite, diadémé ; au revers on retrouve à droite le lion marchant avec la légende déjà décrite. Cette monnaie est décentrée sur les deux faces et présente des coups d’engins agricoles, elle s’estime 80 euros.

La seconde est un peu plus récente, il s’agit d’un dupondius pour JULES CÉSAR ET OCTAVE “COPIA”. Avers : IMP. CAESAR. DIVI. IVLI. DIVI. F. Tête d’Octave nue à droite, adossée à la tête de César laurée à gauche ; entre les deux, une palme. “Imperator Cæsar Divi Iuli Divi Filii”, (L’imperator césar divin Jules fils du divin). Revers : COPIA. Proue de navire à droite ornée d’un œil et d’un dauphin ; un astre au-dessus. “Copia” (Copia). Il s’agit de la première émission avec la palme au milieu frappée en 36 avant JC. Votre revers est bien net, cette monnaie s’estime dans les 600-700 euros.

Enfin votre objet est une applique gallo-romaine probablement représentant un visage épais.

Trouvaille 66.13

Bonjour, j’ai trouvé ce demi visage en bronze, qui mesure 5,1 cm de hauteur et 2,8 cm de largeur, dans un labour en Charente-Maritime, proche de la Rochelle. Est-il possible de le dater et de m’en dire plus sur celui-ci ?

Merci, Bastien.

Jolie applique en bronze représentant le visage juvénile de face d’un jeune homme ou jeune femme souriant. En copiant collant et inversant la moitié, on obtient un portrait complet qui est celui d’une jeune femme, avec un bandeau décoré dans les cheveux surmonté d’une fleur centrale. On pourrait penser à une applique antique mais les trous ont l’air d’être mécaniques ; donc objet plus récent.

Trouvaille 65.30

Bonjour, j’ai trouvé cette applique « romane » à Ennery (Val d’Oise) lors d’une sortie avec mon chien. Elle se trouvait au bord d’un chemin dans un champ qui venait d’être labouré, la découverte s’est faite à vue… comme quoi. Pas de nettoyage, juste rincée à l’eau. 

Elle me semble en bronze et pèse 60,2 gr. Si vous pouviez m’en dire plus. Merci, Cis 95.

Cette applique est de style “néo-roman” XIXe s. ou orthodoxe pour le culte, en bronze coulé ou cuivre coulé oxydé (?), il doit manquer l’équivalent pour le dos, les deux parties ayant été rivetées à un noyau de bois devaient former le manche d’un instrument long en bois avec garniture métallique décorée dans un style traditionnel (geste de la main de tradition byzantine-orthodoxe, mais sourire plutôt moderne), on pourrait penser par exemple au manche d’un goupillon d’eau bénite pour l’aspersion ou d’un autre instrument rituel orthodoxe.