Charlemagne sur eBay

Peut-on faire « fortune » ou au moins une bonne affaire sur eBay, la réponse est oui, à condition d’avoir l’œil averti d’un bon numismate ! Le « Centre Charlemagne » musée d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne et consacré à Charlemagne a récemment fait une affaire sur eBay. Un Normand a mis en vente des monnaies, une collection réalisée par son grand-père, dans le lot, il y avait un rarissime denier d’argent pesant 1,51 gramme pour 19 mm, avec quelques manques, cette monnaie fut frappée « probablement » après septembre de l’an 813, quand Louis le Pieux, fils de Charlemagne fut nommé co-empereur. La mort de Charlemagne quatre mois plus tard, le 24 janvier 814 à Aix-la-Chapelle mit un terme à cette série de monnaies ! Elle est considérée comme étant la plus fidèle concernant le portrait de Charlemagne, ayant été frappée de son vivant et juste avant sa mort. Celle-ci est connue à moins de 50 exemplaires.
Le musée d’Aix n’a pas précisé à quel prix il a réussi à obtenir cette monnaie, ce contentant de dire qu’il s’agit d’une somme à quatre chiffres (en euro) et de rajouter qu’une telle monnaie, même avec ses manques, aurait pu atteindre 160 000 euros dans une vente officielle !
Moralité de cette histoire, si vous vendez une monnaie, trouvée au détecteur ou dans la collection de votre grand-père, tâchez de l’avoir parfaitement identifiée avant, après c’est trop tard…

Source : centre-charlemagne.eu

Que sont devenues les monnaies d’antan ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au fur et à mesure que les années passent et que les produits chimiques sont déversés dans les champs, les monnaies ne brillent plus par leur patine… Imbéciles d’archéologues français qui nient impunément ce constat et ignorent les écrits scientifiques à ce propos de leurs collègues anglais.
Les seules monnaies quasiment lisibles sont un sesterce d’Elagabal qui a régné de 218 à 222 et de Gordien III. Suit un antoninien d’Otacilia Sévera, la femme de Philippe I qui fut empereur en 244-249. Un antoninien de ce dernier est d’ailleurs lisible, grace à la présence du métal argent qui se dégrade moins que le bronze dans le sol.

La suite dans Monnaies & Détections n° 124

121.31

Bonjour les amis, cette monnaie en ARGENT fait la même taille et poids qu’une obole de Marseille, je l’ai trouvée dans le Gard. Merci d’avance, Davidou23
Son poids donné de 0,4 g la classe parmi les oboles. Son usure est importante, on devine néanmoins le portrait à droite, il s’agit d’une obole arverne au cheval et à l’esse couché, cheval bondissant les membres inférieurs bouletés, un S couché au-dessus, avers tête à droite très usée. Monnaie de cotation 70 euros.

120.01

J’en profite pour vous envoyer la photo d’un objet en argent sans poinçon, trouvé dans un herbage. Dimensions : largeur 2,8 cm, longueur 3,7 cm, épaisseur +- 0,2 cm. Je pense que c’est une boucle mais il manque l’autre partie. Quelle époque ? Je vous envoie aussi des photos (pas très jolies, je n’ai pas un bon appareil) d’une pièce en argent : la 1ère, je pense pour un blanc dit guerrier Charles VI 1380-1422. Pourrais-je avoir une cotation ? Ø : 27 mm, P : 1,42 g. D’avance, je vous remercie pour tout, et continuez votre revue qui est intéressante. Je pense envoyer d’autres photos de mes découvertes. Francis
Non, il s’agit d’un fermoir de cape du XIX au XXe siècle.
La monnaie est bien un blanc guénar de Charles VI. Avers : + KAROLVS: FRANCORV: REX, écu de France. Revers : + SIT: NOME: DNI: BENEDICTV. Description revers : croix cantonnée aux 1 et 4 d’une couronne, aux 2 et 3 d’un lis. Votre monnaie semble en état TTB, autant que l’on peut en juger avec le flou artistique à la David Hamilton de l’avers. Son estimation tourne autour d’une quarantaine d’euros.

114.18

Bonjour, je viens vers vous car j’ai trouvé dans un champ de vigne (83) cette monnaie en argent. Son poids est de moins d’un gramme, sa longueur 1,5 cm et sa largueur 1,2 cm. Je pense à une mérovingienne, mais je ne trouve aucune ressemblante pour déterminer plus précisément la période. Pouvez-vous m’en dire plus ? Cordialement, Bruno.
Il s’agit d’une monnaie espagnole frappée dans leurs colonies américaines. Sachez que la tour et le lion sont les symboles de la Castille et du Léon depuis le XVe siècle. Passé le milieu du XVIe siècle, les Espagnols émirent plus fréquemment des valeurs plus lourdes sur des flans épaissis. Ces macuquinas, ou « épis » furent tout simplement découpées sur des feuilles ou des cylindres coulés. C’est la raison pour laquelle la frappe est de très mauvaise qualité. Les valeurs d’estimations sont très élastiques, chères aux USA quand elles sont trouvées dans une épave et peu demandées en Europe.

Un bateau en argent !

Originale comme découverte. Des prospecteurs qui cherchaient un avion allemand s’étant crashé en 1945, ont trouvé avec leurs détecteurs de métaux, sur l’emplacement d’un ancien cours d’eau aujourd’hui asséché qui a totalement disparu, un bateau en argent ! En réalité, c’est une coupe en argent, ayant la forme d’un bateau… D’origine russe comme les poinçons d’orfèvres l’attestent, cette coupe servait à boire de l’hydromel ou de la vodka. Le conservateur du musée de Kołobrzeg qui a récupéré l’objet, espère même avoir touché le gros lot, en effet la famille du dernier Tsar de Russie (Nicolas II, 1868-1918) utilisait ce genre de coupe, et un des poinçons présent sur la coupe/bateau atteste que cette coupe fut importée en Russie entre 1896 et 1908 ! L’enquête se poursuit et des fouilles ont été entreprises, sur le lieu de la découverte, au cas où il s’agirait-là, d’un trésor caché par des Russes fuyant la révolution de 1917…


Source : thefirstnews.com

47 ans plus tard

Debra McKenna, en 1973, perd une bague que son futur mari, Shawn, lui a offert. Elle l’oublie sur un lavabo dans des toilettes quelque-part en Californie, États-Unis. Une bague en argent avec une pierre bleue. En 1977 ils se marient, passent une belle vie ensemble, Shawn décèdera en 2017…
Fin 2019, Marko Saarinen fait une balade en forêt avec son détecteur, dans un parc forestier de Kaarina, sud-ouest de la Finlande et là, en pleine forêt, il trouve une bague en argent à 20 cm de profondeur, une bague avec une pierre bleue ! Internet et les initiales de Shawn ainsi que le nom du lycée et la date gravée sur la bague, lui ont permis de retrouver la trace de Debra, qui a retrouvé sa bague, une bague au destin hors du commun, qui a fait le tour des réseaux sociaux aux États-Unis…
Source : cnews.fr

104.5

Bonjour, petite sortie détection dans un champ. Pourriez-vous m’aider à identifier ces monnaies et me donner une estimation de leurs valeurs, merci à vous. Argent 0,40 g, 10 mm, billon 1,84 g, 25 mm. V.K 27
Vous avez là un jeton de Nuremberg à l’agnel. Avers : agneau pascal à gauche (imité de l’agnel d’or de Louis X 1315), au dessus, un bonfanon ; + HVRTE : BIEN : MOVTON. Le vôtre a été limé pour le réduire ou la tranche taillée pour servir d’aiguisoir à couteau par exemple. La valeur nulle de ces jetons s’y prêtait à l’époque.
Vient ensuite une menue monnaie du XIIIe siècle en bas argent, une maille de la cité de Gand en Flandres vers 1253, on voit de profil une tête de soldat portant le capuchon de mailles et une calotte en acier. Dans un grènetis, tête à gauche casquée. Le casque est orné de trois annelets. Une aigrette comme cimier. Derrière la tête, quatre points disposés en losange. Revers : croix longue double ancrée avec au centre un point. C’est une monnaie en état TB++ estimée à 30 euros.
Enfin votre dernière monnaie semble en argent, épaisse, elle pèse 1,55 g et fait 12 mm de diamètre. Sa tranche épaisse fait pencher pour une monnaie antique ou éventuellement mérovingienne. On exclut toute époque postérieure, mais en l’absence d’un quelconque indice, elle restera indéterminée.

Huit pièces d’argent

Susan Hurelle, 66 ans, est une prospectrice anglaise heureuse, elle vient en effet de trouver son premier trésor ! Huit monnaies romaines en argent trouvées à l’aide de son Déus dans un même champ de Cinderford, dans la région de Gloucester. Le petit dépôt a été déclaré et une nouvelle recherche est déjà prévue sur la zone de découverte en août, après les récoltes. Les monnaies ayant été découvertes sur une petite surface, elles laissent espérer un magot plus conséquent… Susan a simplement déclaré sa découverte au coroner local (un ou plusieurs archéologues par région qui enregistrent et répertorient les découvertes d’amateurs qui trouvent avec ou sans détecteur).
C’est simple et efficace ! Chaque semaine de nouvelles découvertes sont enregistrées dans toute l’Angleterre, alimentant sans cesse les bases de données.
En France, chaque semaine des prospecteurs trouvent des objets ou monnaies qui mériteraient d’être répertoriés et d’alimenter des bases de données, seulement il n’y a personne pour le faire…
Source : express.co.uk

Le trésor de Berthouville

20 mars 1830, un paysan normand, Prosper Taurin, dans le département de l’Eure à Berthouville, passe la charrue dans un de ses champs et tombe sur une tuile, romaine. Sous la tuile un superbe trésor romain composé uniquement d’objets en argent, vaisselle et statuettes ! Le trésor de Berthouville, considéré comme l’un des plus beaux ensembles d’argenterie romaine – tout du moins pour ceux dont on a entendu parler… – fut acheté par le Cabinet des médailles. Pendant des décennies d’expositions, il a continué de s’oxyder et de se ternir. Il y a sept ans le Musée américain et la fondation Getty, proposèrent au Cabinet des médailles de le restaurer gratuitement !
Et c’est donc après un exil de sept ans, deux d’analyses et quatre de restaurations que le trésor de Berthouville, qui a retrouvé toute sa splendeur, a retrouvé sa salle d’exposition. Pour la petite histoire, l’on dit que Prosper considéra qu’il avait été arnaqué sur la valeur du trésor, déjà à l’époque…, estimé et payé 15 000 francs. Il aurait continué ses recherches et trouvé un deuxième dépôt ! Ce qui n’a rien d’étonnant, celui qui est connu ne contient que de l’argent, l’or n’était sûrement pas loin ! Et on raconte localement qu’il aurait été vendre ce deuxième magot à l’étranger…
Source : sciencesetavenir.fr