MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘bijou’

Pyramidale

Superbe découverte pour un prospecteur anglais, dans le comté du Norfolk ; son détecteur de métaux lui a permis d’exhumer un petit bijou en or, recouvert de grenats cloisonnés et de forme pyramidale ! Un bijou typique de l’art saxon. On peut en voir des similaires dans le trésor de Staffordshire ou celui de Sutton-Ho et dans bien d’autres trésors saxons. Ce bijou a été daté du VIe siècle, les experts du British-Museum proposant même une fourchette entre l’an 560 et 630 ! Les pierres, d’après les analyses au spectromètre, proviennent d’Inde et du Sri Lanka ! De petites dimensions, 12 x 12 mm, le passant pour une lanière, à sa base, permet d’imaginer qu’il était « peut-être » monté sur le fourreau d’une épée ? Sa valeur « marchande » n’a pas encore été déterminée, elle sera intéressante à connaître, car il est très rare de découvrir ce type d’artefact de façon isolée ! À suivre…
Source : thehistoryblog.com

Bague en or médiévale

Encore un trésor découvert à l’actif d’un prospecteur anglais, Peter McCoy ! Après avoir obtenu l’autorisation d’un agriculteur de Ledbury de prospecter ses terres, Peter y a découvert une superbe bague en or ! Un modeste trésor, mais trésor tout de même, la bague médiévale est datée du XIIIe siècle.
Ensuite, la procédure à suivre est très simple, Peter déclare la découverte au Coroner local, un agent de liaison des services archéologiques présent dans chaque commune, bien souvent des bénévoles ; si l’objet est antique, intéressant pour l’art ou l’histoire ou contient plus de 10 % d’or, il reçoit la mention « trésor » ! Il est ensuite confié à un musée ou un comité d’expertise qui va déterminer sa valeur marchande et puis soit un musée local voire national suivant la qualité de l’objet, fait une offre, sinon le trésor passe aux enchères, dans les deux cas l’inventeur et le propriétaire se partagent la somme obtenue !
Le résultat de ce système on ne peut plus simple étant, et c’est bien le plus important, que les bases de données anglaises s’enrichissent de nouvelles entrées toutes les semaines !
En France, rien de nouveau, le système en place attend on ne sait quoi pour se remettre en cause, et pendant ce temps tout ce qui est perdu est définitivement perdu…


Source : herefordtimes.com

97.15

Bonjour, j’ai trouvé cette bague en or de 18 carats dans un pré. Elle pèse environ 3/4 grammes. Si vous avez une idée de son époque je suis preneur. Et si possible une estimation. Cordialement, Cyrielle.
Un élément déterminant de la date est le poinçon, bien que la photo soit légèrement floutée, on reconnait la tête d’aigle. Il s’agit du deuxième poinçon de la tête d’aigle utilisé entre 1847 et 1919. Vous avez donc la date à un demi-siècle près. On a essayé de démêler les deux lettres entrelacées et la première serait un C mais la deuxième nous parait illisible et tellement alambiquée que l’on n’a pu la raccrocher formellement à une lettre de l’alphabet (peut être un S)… Il en est de même pour le second poinçon illisible mais qui doit être le poinçon de l’artisan. La bague est composée d’un grand anneau large et plat, au niveau de l’épaulement, une décoration ajourée est présente mais pas identifiable en l’état. Reste à redresser proprement l’anneau pour avoir une bague avec un certain cachet !

Acheté 11,50 €

Revendu 756 000 €, c’est sûrement ce qu’on appelle une bonne affaire ! Dans les années 80, une Anglaise qui aime les bijoux rétro acheta dans une brocante une jolie bague, ornée d’une énorme pierre, pour la modeste somme de 10 livres sterling. A ce prix, elle n’imaginait pas avoir fait l’affaire du siècle. C’est il y a quelques mois en voulant faire tester la monture, qui n’avait jamais terni, et pour cause elle était en or, qu’elle a eu la surprise de sa vie. L’expert lui a révélé que la pierre énorme était un diamant et de qualité, une pierre de 26,29 carats d’une pureté classée : vvs2 !
Estimée entre 250 000 / 350 000 £, elle a doublé son estimation la plus haute ! Certainement en grande partie à cause du mystère qui l’entoure, personne n’ayant pu déterminer ni sa provenance ni son histoire…
Source : sothebys.com

Gold Vador

A l’occasion des 40 ans de la saga Star Wars, un bijoutier japonais a créé une réplique du casque du célèbre Dark Vador. Un casque en or massif d’environ 15 kilos, a réserver aux fans fortunés, la mise à prix du casque étant de 154 millions de yens soit environ 1.6 millions d’euros…
Source : papergeek.fr

La chance du débutant…

Elle existe et ce n’est pas Barry Shannon, prospecteur irlandais qui dira le contraire. Quatre jours seulement après avoir acheté son premier détecteur de métaux, il a non seulement trouvé de l’or, mais en plus sous la forme d’un rare bijou ! À moins que ce ne soit un artefact, les archéologues n’ont pas vraiment déterminé sa provenance, en forme de poisson ou de serpent, et long de 7,6 cm, peut-être un morceau de boucle médiévale, les recherches se poursuivent y compris dans le champ de la découverte…

Quand à Barry, désormais une chose est sûre, piqué par le virus de la détection il n’est pas près d’arrêter !

Source : www.irishtimes.com

Trouvaille 71.01

Voilà un objet que nous n’avons pu classer dans une époque et même pour son utilisation, bijou ? broche ? bouton ? Le poids 4,25 g et le lieu de sa trouvaille, à côté de Tarbes, par Titip 65, ne nous aide pas non plus. L’objet semble être en argent pauvre ou du moins alliage à base d’argent, il consiste en une galette de 1,5 à 2 cm de diamètre (estimée) avec les bords qui remontent. Aucune trace de soudure ou de cassure n’apparait permettant d’y fixer une aiguille par exemple. Le côté décoré consiste en une étoile spiralée de deux couleurs ; bleue (verre taillé) et une pâte de verre brun très clair pour la seconde couleur. Le chaton central est vide mais on pense qu’il était occupé par la couleur bleue. La couleur brun sombre est une illusion d’optique de la photo car il s’agit d’éléments ayant perdu la pâte brune. Sans avoir d’exemple réel en tête. Nous pencherions vers l’époque mérovingienne.

Trouvaille 69.20

Magnifique trouvaille faite à la Billebaude dans un petit bois du Gers par un prospecteur qui a désiré rester anonyme : un restant de bijou antique, un pectoral peut-être, bien que la taille (55 à 60 mm dans sa plus grande longueur) le rende un peu petit pour ce type de bijou. Le travail est d’une minutie magnifique, la base du pectoral est un fil d’or enroulé sur lui-même tour après tour pour constituer la plaque.

Il s’agit d’une base de cercle évidée en son centre et dans lequel se trouve un axe diamétral dont le cœur est l’élément décoratif le plus important : un cabochon (bosselé) recouvert de quatre fleurs représentées par sept petites boules d’or dont une centrale. Deux spires de fils d’or torsadés sont placées de part et d’autre de cet élément central. La décoration de l’anneau plat est constituée par une succession d’éléments décoratifs : un fil torsadé surmonté de deux boules d’or est reproduit tout autour de l’anneau. Celui-ci est espacé régulièrement et sa disposition axiale passe par le centre du cercle. On remarque que l’un de ces éléments a disparu, il ne reste plus que les deux petites boules de l’extrémité et on voit des traces (soudure ?) de présence de l’élément disparu. Dès qu’une série de cinq éléments est passée, le sixième est recouvert d’une espèce de cône creux ? Sur les parties à notre disposition, on distingue aussi deux trous de préhension ? sans doute pour fixer l’objet. En circonférence, un double fil d’or torsadé héberge de petites boules d’or réparties à égale distance les unes des autres.

Le bijou me parait être de nature celtique Ve-IIIe avant notre ère. Et il me semble que sur la photo de l’ensemble, la reconstitution n’est pas valable et que la pièce effilée et pointue devrait se décaler de 90° sur la gauche par rapport à l’ensemble.

Magnifique trouvaille remontée d’un sous-bois, je conseille à l’inventeur d’essayer de trouver les petites parties manquantes, non pas au détecteur mais à la batée en lavant la terre et de se rapprocher d’un officiel de la culture si ce dernier ne partage pas la vindicte d’une certaine association virulente. Sinon que ceci reste dans l’oubli comme toutes les trouvailles fortuites de cette année. Vous avez remarqué qu’il n’ y plus de trouvailles en France ? Je ne peux que vous conseiller de lire à ce sujet l’article de notre collaborateur Régis Najac page 14 du numéro 69 de Monnaies & Détections.