MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Brésil’

Le trésor perdu de Rio

La guerre de succession d’Espagne éclate le 13 mai 1702. Une coalition européenne, Prusse, Angleterre, Autriche, Provinces Unies, Portugal, Savoie et Danemark, attaque la France et l’Espagne. En 1700, Philippe V, petit fils de louis XIV, a succédé au roi d’Espagne Charles II. La grande alliance menée par l’Angleterre redoute notamment l’ouverture de l’empire colonial espagnol au commerce français et de la sorte que la France puisse profiter des richesses du nouveau monde. Cela reste intolérable pour l’Angleterre et le Portugal, hors de question que les navires français viennent faire commerce dans les eaux du Brésil où le port de Rio accumule l’or découvert au nord de la ville dans les montagnes du Minas Gerais, et cela attise bien des convoitises ! En 1710, une expédition française de 1 000 hommes et 5 vaisseaux menée par Jean François du Clerc tente de prendre d’assaut le port de Rio pour s’emparer de l’or portugais. L’expédition tourne au massacre, les assaillants français sont capturés et sont exécutés sommairement ou emprisonnés dans des conditions inhumaines et servent de main d’œuvre dans les mines d’or tant convoitées. En France en 1711, le royaume est ruiné par les conflits à répétition et, 9 ans après le déclenchement de la guerre, France et Angleterre ne cessent de se chercher des noises …
Ainsi, sous prétexte de venger l’honneur de l’expédition française ayant échouée devant Rio, les Français envisagent de mener des représailles ! Il s’agit d’un prétexte, la France a besoin d’argent et vite. Malgré les réticences initiales à la cour, le roi met à la disposition de l’expédition 15 bâtiments et 2 000 hommes. L’expédition sera menée par un corsaire, Duguay-Trouin, un malouin ayant tout connu des fortunes de la mer, la gloire, la capture, les évasions, la défaite. Ses nombreux faits d’arme ont convaincu Louis XIV de faire du corsaire un capitaine de la Marine Royale. Duguay-Trouin impose ses choix et 17 bâtiments composent sa flotte, 5 600 hommes dont 2 000 soldats d’infanterie et près de 740 canons. Début juin 1711, la jonction de tous les navires s’opère au large du Cap-Vert. Le 27 août, l’ensemble de la flotte mouille au large de la baie brésilienne de tous les saints. Le 11 septembre, les Français approchent de la baie de Rio. Le malouin l’ignore mais son plan est déjà éventé et les Portugais attendent de pied ferme les navires français. Les défenses de la ville furent renforcées après l’expédition de Duclerc et les Anglais prévenus envoient des renforts en urgence !

L’attaque française.

180 000 carats

Bahia, province du Brésil, en 2001 un chercheur de fortune amateur, creuse un puits de mine sur le terrain d’une ferme, l’homme cherche des émeraudes dont la région regorge, ainsi que d’autres minéraux plus ou moins rares. Notre homme va trouver une masse énorme, de 38 kilos, un cristal monobloc d’où émergent quelques colonnes d’un vert foncé, il ne le sait pas, mais il vient de trouver la plus grosse émeraude du monde, d’un seul bloc et pesant 180 000 carats ! Le Brésil et plus largement cette région d’Amérique du Sud donnent les plus gros cristaux monobloc du monde.

Non taillée et surtout, trop grosse pour être vraie, personne ne s’y intéresse vraiment, elle est vendue une première fois pour 5 000 dollars ! Puis rechange de mains pour 20 000 dollars (18 000 euros) et elle va être revendue encore et encore, prenant de la valeur à chaque vente. Une fois de plus, comme c’est bien souvent le cas avec les découvertes hors normes, l’inventeur a laissé passer la chance de sa vie… L’émeraude géante, qui se trouve aujourd’hui aux États-Unis est actuellement au cœur d’un procès, le Brésil la considérant comme trésor national, la réclame et la justice américaine doit statuer sur son légitime propriétaire. Elle n’a pas été déclarée lors de sa découverte et a été sortie clandestinement du Brésil… Sa valeur actuelle est estimée à 320 millions d’euros !

Source : atlantico.fr