MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘croix’

93.01

J’aimerais avoir quelques infos sur la datation et l’origine de cette croix fortuitée dans l’Hérault… Gros restes de dorure… sous la croute après nettoyage. Dimensions : 4,5 cm x 3,7 cm… épaisseur : 0,2 cm… Ricko 31
Le motif de cette croix est élaboré et semble, avec son motif de rosaces en grenetis, appartenir du fin moyen âge au XVIe siècle, mais sans la bélière on ne peut affiner la datation. ID : JHD

Un fabuleux trésor viking découvert au détecteur de métaux

Début septembre 2014, Derek Mc.Lennan un prospecteur écossais se promène dans le comté de Dumfries, il ne sort jamais sans son fidèle CTX 3030, un détecteur Minelab. Derek qui a 47 ans est à la retraite, une retraite d’homme d’affaires qui lui permet de passer le plus clair de son temps à pratiquer son loisir préféré, la chasse aux trésors ! Alors qu’il prospecte un champ en pâture, le CTX accroche une cible qui semble volumineuse… Derek commence à creuser et il creuse encore et encore jusqu’à 60 cm de profondeur où apparaissent les premiers objets, un trésor ! De l’or, de l’argent, plus d’une centaine d’objets dont un vase en argent énorme ! Derek vient de mettre à jour le plus gros trésor viking jamais découvert en Ecosse ! Le dernier trésor viking, de moindre importance, trouvé par des archéologues en Ecosse, c’était il y a 150 ans… C’est certainement le vase qui a permis à Derek « d’accrocher » le trésor, la plupart des objets, plus petits, étaient au fond du trou entre 1 et 2 mètres de profondeur, hors de portée d’un CTX.

Derek a bien entendu déclaré son fabuleux trésor, sinon on n’en parlerait pas ! Et puis, il ne risque rien, bien que l’Ecosse soit un peu à part dans le système anglais, protégé par le « Treasure Act » qui non seulement protège ses droits, mais va en plus le récompenser pour son acte civique envers le patrimoine écossais. Le terrain où a été trouvé le trésor appartient à l’église d’Ecosse et propriétaire comme inventeur sont déjà d’accord sur un 50/50 de la valeur marchande. Le trésor finira, bien sûr, dans un musée.

Le plus gros morceau du trésor et le plus « détectable » est cet énorme vase en argent d’époque carolingienne ! Un objet très rare probablement originaire d’Allemagne, comme on le voit sur les photos il est encore plein et n’a toujours pas été vidé ! Les archéologues veulent d’abord le passer aux rayons X. Il contient probablement des monnaies et bijoux. Le vase est à lui seul estimé à environ 200 000 livres sterling ! Le reste de la centaine d’objets mis à jour est, si on peut le dire, plus commun. Amulette d’Irlande, bijoux de Scandinavie et d’autres pays anglo-saxons en or et argent, les Vikings étaient de grands voyageurs et pillaient un peu partout ce qui donne à leurs trésors un aspect encore plus magique, avec des artefacts, bijoux et monnaies provenant de toute l’Europe.

Une image figée en terre du 9e et 10e siècle, comme cette croix en argent d’un type très rare, les experts y voient des symboles chrétiens représentant probablement les quatre évangiles.

Autre bijou atypique, cette étonnante épingle en or représentant un oiseau, un bijou-amulette dans le plus pur style viking !

Fabuleux ce trésor et ce n’est pas fini, il y a encore le vase qui contient certainement des merveilles, de quoi faire rêver pendant encore longtemps Derek et tous les amateurs de chasse aux trésors !

Sources : bbc.com & theguardian.com
Crédit photos Church of Scotland

 

Les oratoires et calvaires

Calvaire médiéval (XIIIe siècle) dit Croix des miracles. (La crucifiction).

Pendant les trois premiers siècles, et surtout lorsque sévissait la persécution, les chrétiens tenaient leurs assemblées et exerçaient leur culte partout où ils pouvaient trouver un refuge ou un lieu isolé : champs, bois, navires, solitudes, étables etc…Tout leur tenait lieu de temple comme le mentionne un texte ancien : « Quivis locus ager solitudo navis stabulum instartempli ad sacros conventus veragendos fuit ». Il n’est pas moins avéré toutefois qu’il exista même dès lors des églises publiques où les fidèles se réunissaient dans les intervalles de paix qui leur étaient de temps en temps laissés, car l’histoire nous apprend que plus d’une fois les empereurs romains en décrétèrent la démolition. Alors pour suppléer aux églises proprement dites, ils se construisaient des oratoires cachés aussi bien à l’extérieur que dans un bâtiment ou une demeure. Ceux d’intérieur furent nommés « oratoires domestiques ». Sur ces emplacements d’oratoires se tenaient les synaxes ou assemblées des fidèles pour la pratique du culte religieux. Si l’oratoire se trouvait dans une maison, la pièce lui étant réservé s’appelait « cénacle » généralement placé à l’étage…

La suite dans Monnaies & Détections n° 62