MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘douzain’

98.01

François à Saint-Gaudens a trouvé cette monnaie italienne du Piémont, la famille Radicati comte de Passerano. Il s’agit d’un douzain d’Hercule Radicati. A l’avers la légende présente : + HE. IIII. –RADICATI. Écu de France couronné, accosté de deux H, un D sous l’écu. Revers : croix cantonnée aux 1 et 4 d’un lis, aux 2 et 3 d’une couronne. Et la légende classique française SIT NOMEN DNI BENEDICTA mais incomplète et illisible (Béni soit le nom du Seigneur). Monnaie en piètre état de conservation mais dont la cotation collection avoisine les 20 euros.

On continue dans la foulée et soixante-dix ans plus tard avec cette monnaie, ma foi d’assez belle conservation de Guillaume IX d’Orange, un denier tournois de 1650 : GVILLELM (rose) D. G. PRI. AVR. Buste cuirassé à droite. Revers : DENIER. TOVRNOIS. (date). Trois lis posés deux et un. Une petite faiblesse de frappe la classe en TB+, son estimation est de 40 euros.

On passe à une monnaie de la République romaine : un quinaire de Cornelia avec la tête de Jupiter à droite anépigraphe. Au revers, une Victoire debout à droite couronnant un trophée. CN LENT à l’éxergue “Cnæus (Cornelius) Lentulus” (Cneius Cornelius Lentulus). Le portait est beau, le flanc n’est pas tout à fait rond c’est dommage mais la monnaie a de beaux restes, en TB+ estimation 40 euros.

Difficile en revanche d’identifier formellement les deux monnaies romaines suivantes : pour la première il s’agit d’une impératrice, le revers montre une allégorie avec la corne d’abondance, beaucoup de monnaies peuvent correspondre à ce schéma. Tout au plus précisons que selon le type de coiffure, nous sommes en présence d’une impératrice du début du troisième siècle, l’une des Julia peut-être ? Pas d’estimation pour cette monnaie dans cet état malgré sa belle patine. La seconde est peut-être une monnaie de Philippe l’arabe, sans certitude et elle est extrêmement corrodée. Elle est sans valeur de collection également.

Petit objet médiéval portant le nom de capsulae qui servait d’élément de ceinture. La plupart du temps en bronze, le vôtre porte encore des traces de dorures et d’émaux rouges. Sa taille est de 3,2 cm pour une largeur de 2 cm. Il semble que l’élément central soit mobile autour d’un axe qui a été martelé.

Trouvaille 83.07

J’ai acheté le dernier numéro de Monnaies & Détections (81), et c’était très intéressant, je suis nouveau dans la détection… J’aimerais vous envoyer les photos d’une monnaie et d’un outil pour voir s’ils sont intéressants pour la publication sur la revue. J’ai passé des heures sur les sites français de monnaies pour découvrir ce qu’est ma trouvaille, c’est la première qui ne soit pas une savonnette et en argent. Je crois que la période est entre 1350 et 1500. Si vous voulez la publier, c’est avec plaisir, Roberto

A première vue c’est une monnaie des Dauphins de Viennois, un carlain ou douzain, voire éventuellement un sizain, le prince assis tenant un sceptre de la main droite, adossé de deux dauphins. Au revers croix feuillue. Votre photo ne nous permet pas de lire la légende et de l’attribuer correctement : s’agit-il d’un carlin de Guigues III ? Mais le peu de légende disponible ne correspond pas à ce que nous devrions lire des légendes du Dauphin de Viennois ? A approfondir donc !

Votre « outil » comme vous dites est un embout de fuseau en bronze pour filer la laine, mais difficile à dater car ils ont été utilisés à presque toutes les époques et n’ont que peu varié de forme au cours des siècles…