MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Louis XI’

Trouvaille 85.03

Quatre monnaies blanches trouvées par Julien dans la commune de Saint Pierre la roche.


Un blanc Dauphiné, Viennois (dauphins du), Louis XI, Montélimar. Avers : + L.VDOVICVS* DALPHS* VIENEN. Écu parti de France et Dauphiné. Revers : + SIT* NOMEN* DNI* BENEDI. Croix cantonnée de deux lis et de deux dauphins. Ponctuation par molette. TTB+ mais la monnaie a éclaté à la frappe, sa valeur oscille à environ 125 euros.


On continue par un demi blanc du même type : Dauphiné, Viennois (dauphins du), Louis XI, demi blanc, atelier romans (point 2 visible base du i de SIT. Avers : + LVDVCS. DPHS. VIENENSIS. Écu écartelé de France-Dauphiné. Revers : + SIT. NOME. DNI. BENEDICT. Croix cantonnée d’un lis et d’un dauphin. Le demi blanc est plus rare que le blanc, son état oscille entre le TB et le TB+. On peut l’estimer à 100 euros.


La troisième est un carlin ou demi gros de Charles VI. Point Premier = cremieux, frappé après 1382. Le roi assis sur un banc, de face, la main de justice à sa droite, deux dauphins affrontés. KAROLUS FRANCORU REX, ponctuation par deux points évidés. Revers : DALPHS VENENS, croix pattée coupant la légende SIT NOME DNI BENEDICTU. C’est la monnaie correspondant à la référence du PA 4912, il n’ a pas été possible de trouver une vente de cette monnaie sur le web, elle est d’une extrême rareté et nous ne pouvons la coter en raison d’absence de ventes antérieures… mais Julien peut s’estimer heureux.


Enfin la dernière est un denier du Dauphiné, Viennois (dauphins du), Charles VII, fils ainé de France 1417-1422, denier point Premier = Crémieux. +KAROLUS FRACOR REX, croix. DALPHS VIENENSIS, dauphin à gauche surmonté d’un lys. 20 euros en l’état.

Portrait du roi Louis XI

Portrait et mœurs du roi

Né le 3 juillet 1423 à Bourges, fils de Charles VII, il devint roi de France le 15 août 1461. On le surnommait l’universelle aragne ou araignée d’après Philippe de Commynes, car il tissait sa toile (stratégique) autour de la capitale pour la gestion des différents domaines de la France, avec un regard sur les différentes seigneuries, le tout faisant allusion à l’araignée qui maîtrise ses proies sur sa toile (territoire) et contrôle les invasions de gros insectes (ennemis). On l’appelait aussi l’audacieux, le patient, l’homme à double facette, mais aussi “le pieux” comme le fut surnommé Louis Ier. Il avait une forte dévotion au point de remuer en permanence dans sa main quelques médailles religieuses en guise d’amulettes protectrices et de se signer à chaque instant. Malgré sa piété, une controverse faisait de lui un homme brutal, cruel, avare et rusé n’ayant aucun attrait pour les arts, seule la musique lui plaisait car elle accompagnait ses dévotions et ses prières.

Il avait un manque d’attrait pour les goûts du raffinement, pour les tenues vestimentaires, pour la nourriture et la culture intellectuelle. Même la chevalerie n’était pas de son goût. Seule la chasse était son loisir favori qui lui prenait la majorité de son temps, dont il savait qu’il ne partagerait cette passion avec aucune épouse, ce qui d’ailleurs lui attira une méfiance de la part des femmes en raison de ses absences…

Découvrez la suite dans Monnaies et Détections n° 68