MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘monnaie gauloise’

103.1

Christelle a trouvé cette gauloise dans le département du Tarn, son poids est de 1,8 g. Il s’agit d’un exemplaire particulièrement bien venu et assez bien centré de la série dite « au daim » (tourné à droite, mais qui retourne la tête vers la gauche). Cette série du sud-ouest, qui circulait dans le Tarn et le sud-ouest avec les monnaies « à la croix », comporte plusieurs variétés dont deux figurent au La Tour (BnF 3566 et 3567 Pl. X). Le poids de votre pentapole au daim est un peu plus faible que le poids moyen d’autres exemplaires connus. Cette monnaie a été frappée au premier siècle avant Jésus Christ, tête stylisée à droite avec grenetis, daim bondissant au revers, un signe X derrière la croupe et à l’exergue le haut des lettre COP. Cette monnaie est assez rare et son état TTB lui attribue une estimation à 350 euros.

Trouvaille 74.07

Si cela est réalisable pouvez-vous m’aider à trouver l’origine d’une pièce semble-t-il en or, d’un poids de 3,9 grammes pour un diamètre de 16,4 mm ? Je vous autorise bien sûr à publier les photos de la pièce dans votre revue, pièce trouvée dans le nord de la France, tout proche de la ville de DOUAI (la valeur de cette pièce, si toutefois c’en est une, m’intéresserait aussi). Jean-Pierre

Il s’agit d’un très rare exemplaire appelé « à la tête diadémée », série 04 de l’ouvrage Delestrée Tache : Nouvel atlas des monnaies gauloises, Vol I de la Seine au Rhin. IIIe-IIe siècle avant Jésus-Christ, du littoral à la vallée de l’Oise (ce que confirme l’emplacement de Douai). Voilà ce qui est dit par l’ouvrage sur la tête diadémée : la série est citée pour mémoire, car la provenance d’un seul exemplaire sur le littoral ne suffit aucunement à considérer qu’il s’agit là d’émissions du nord ouest. Le type « à la tête diadémée » pourrait aussi bien se rattacher au faciès nord armoricain des hémistatères montrant au droit un profil apollinien lauré. Aucune trouvaille en contexte ne permet de hasarder une datation précise. Avers : profil à droite avec double diadème dans la chevelure, partie antérieure d’un cheval à droite : derrière la nuque partie postérieure de l’équidé. Revers : deux chevaux galopant à gauche, dont l’un est monté par un cavalier au torse vu de face, brandissant un torque dans la main droite levée et tenant un bouclier ovale de la main gauche. A l’exergue, légende simulée, c’est une succession de iiii. Pas de cotation possible pour cette monnaie hors cote.

Trouvaille 67.32

Voilà une très belle monnaie gauloise trouvé par David sur la commune de Montauban. Elle possède un très haut relief sous la forme d’un portrait de Perséphone dégénéré à gauche, avec chevelure en rouleau et épi sur le devant. Au revers, croix bouletée au centre dont les bras coupent un cercle en leur milieu et forment par leurs barbelures des chevrons à l’intérieur de ce cercle des lunules dans chaque canton. Belle monnaie en bon état avec très haut relief, son estimation est à plus ou moins 1000 €.

La monnaie gauloise, naissance et évolution

Auteur : Georges Depeyrot

D’abord copiée sur des modèles grecs, la monnaie gauloise devient rapidement originale et constitue un support majeur pour l’art des Celtes. Très vite, chaque peuple y grave son identité ethnique en choisissant les représentations spécifiques qu’il affiche sur ses faces. On y retrouve le plus grand catalogue de symboles que la civilisation gauloise nous ait légué. Elle transmet un message identitaire et politique sur l’organisation de la Gaule. Elle est aussi le témoignage d’un art unique, d’une création qui fit l’admiration de nombreux artistes modernes. Georges Depeyrot est directeur de recherches au CNRS, spécialiste en numismatique et en économie monétaire. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur les monnaies de l’Antiquité.

Format 22 x 28 cm, 136 pages, cartonné, plus de 450 photographies en couleurs, 26 €

Parution février 2013