Deux jetons fautés à l’effigie de Bonaparte

Début 1796, Bonaparte a 26 ans et de très maigres états de services : le siège de Toulon, fin 1793 et la répression de Paris de l’insurrection royaliste d’octobre 1795, et pourtant, c’est Bonaparte que la République choisit pour l’Italie, uniquement par choix politique. Pour son premier commandement important, Bonaparte trouve une armée solide, fière et expérimentée, mais qui, hélas, manque de moyens et d’organisation. Et pourtant, en dix-huit mois de campagne, de la bataille de Montenotte le 12 avril 1796, à la signature du traité de Campoformio le 18 octobre 1797, Bonaparte conquiert le milanais et la Lombardie et force les Autrichiens à quitter la Sardaigne. Un exploit qui marque les esprits par sa rapidité et par le nombre de victoires. Le traité de paix de Campoformio modifia considérablement les frontières des états. L’Autriche conservait une partie de l’état de Venise et recevait l’archevêché de Salzbourg, mais devait céder à la France le milanais, Mantoue, Modène, les îles ioniennes, et, surtout la Belgique (Pays-Bas autrichiens). Ce traité prévoyait aussi de nouveaux statuts territoriaux pour l’Italie et le Saint Empire qui seraient réglés plus tard au congrès de Rastatt (9 décembre 1797-29 avril 1799). Les victoires du génial Bonaparte et la paix conclue à Campoformio lui valurent l’admiration d’une très grande partie de la population en France, mais, effraya aussi beaucoup de dignitaires de la jeune république. En son honneur, on frappa de nombreuses médailles et jetons à son effigie et cela tant en France qu’à l’étranger. Le portrait du jeune général français était très recherché en Europe, sauf en Autriche. Toutes personnes ayant sur elles des pièces à l’effigie de Bonaparte étaient aussitôt arrêtées.

suite dans le magasine 126

Défendons notre loisir

Vu sur M6 un mini reportage commandité par l’Happah datant du 18 juillet 2022

On y voit une chasse aux jetons interrompues par les gendarmes commandités par un conservateur local qui a tellement honte de lui (ou peur, allez savoir !) qu’il refuse de répondre aux questions du journaliste et à celles de l’organisateur et a demandé à ce que son visage soit flouté sur le reportage.
C’est vous dire comment le mec il assume. Il serait bien de prendre contact avec l’organisateur qui doit savoir comment s’appelle ce conservateur et de l’interpeller via les commentaires sur la page Facebook de ce reportage M6… Je suis sûr qu’il apprécierait et ses collègues aussi.
Le reportage rebondit sur un interview de Desforges le président de l’Happah, là, bien sûr rien de nouveau ! Même son de cloches depuis des années. Mais étudions le contexte de ce reportage.
Desforges est dans un champ cultivé et ramasse des débris de poteries, le champ n’est pas classé site historique et il parle des pillages faits au détecteur sur ce site. Ok le paysage est posé et voici ce que nous devons tous rétorquer en commentaires sur les réseaux sociaux et vous pouvez vous inspirer de ce texte en citant la source.

1 : Il n’y a plus de couches archéologiques et les archéologues enlèvent aux bulldozers cette strate remuée par les engins agricoles pour travailler dessous sans se préoccuper de ce qu’il pourrait y avoir dans la couche enlevée. Nos détecteurs, dans 99,99 % des cas ne vont pas au-delà de la couche travaillée par l’agriculteur donc nous n’interférons jamais avec l’intérêt des archéologues quand nous prospectons un terrain agricole.

2 : Tous les objets archéologiques, petits et grands, incluant tous les métaux sans exceptions ou autres matières (verres, poterie, os, pierre) sont attaqués chaque année par les produits chimiques déversés par
les agriculteurs, oxydant de manière irrémédiable la plupart des métaux. Les engins agricoles ne sont pas en reste et déchiquètent petit à petit et à chaque passage un peu plus le moindre artefact dans le sol cultivé. Le prospecteur qui ôte une trouvaille de ce sol sauve cet objet d’une destruction irrémédiable.

3 : En Angleterre, l’archéologie officielle a commandité une étude scientifique pour analyser la vitesse de destruction des objets archéologiques dans les champs cultivés. Cette étude s’appelle : « les effets des labours sur les artefacts enfouis » par Julian D Richards et D. Haldenby. L’étude s’est faite sur une dizaine d’années et le résultat fut à ce point inquiétant que je vous cite un extrait de la conclusion : « De manière cruciale, les résultats montrent que le niveau de fragmentation des artefacts récupérés augmente avec le temps. Le labour est la cause principale de la dégradation complète des artefacts métalliques. Et donc la récupération par détection de métaux (bien que certains soient destructeurs) est préférable à l’alternative de ne rien faire… » Lien de l’étude anglaise : https://eprints.whiterose.ac.uk/42708/1/

4 : Pourquoi le petit soldat ignare et médiatique de M6 interroge Desforges sans interroger l’autre camp qui aurait pu faire valoir tous ces arguments recevables pour le téléspectateur ou le citoyen totalement étranger à ce débat spécifique ? Parce qu’on ne peut plus faire confiance ni à la télévision ni aux journaux mainstream qui ne font que rabâcher la parole officielle sans ouvrir de débat constructeur. On sait maintenant que les journalistes ne font plus qu’annoncer les dépêches officielles de l’AFP sans avoir les moyens de développer une analyse constructrice et contradictoire du sujet. Alors, à la lecture de cet article, cher Monsieur le citoyen lambda, quand vous verrez un prospecteur dans un champ, au lieu de penser que c’est interdit comme on essaye de vous le faire croire, dites-vous qu’il participe au sauvetage du patrimoine commun et félicitez-le…

Gilles Cavaillé
rédacteur de la revue Monnaies&Détections

ps


PS : pour ceux qui veulent récupérer ce texte et le publier systématiquement sur les réseaux sociaux dans un autre cas de figure que ce reportage de M6, faites un copier coller et mentionnez la source: http://www.monnaiesdetections.com/

detecteurs de métaux, numismatique, défense du loisir de la detection

Pif Gadget et la numismatique ou un article pour les jeunes et les nostalgiques des héros de leur jeunesse

Certains prospecteurs ont peut-être un jour entendu réagir leurs détecteurs à métaux sur un jeton offert dans l’ancienne formule de la revue mythique « Pif Gadget ». Ces jetons sont des passerelles numismatiques entre le jeu et la connaissance.
En ces mois de septembre et d’octobre 2018, le retour en kiosque de « Pif » a étonné enfants et parents. Une nouvelle formule est apparue. Sur un très grand format plié en accordéon, elle contient trois parties : dans la première, des pages présentant les aventures de Pif et Hercule, dans la seconde, des pages informations, blagues et connaissance du monde et dans la troisième, des pages formées de liens numériques vers une « réalité augmentée » permettant au magazine de compléter le seul contenu visible de ses pages.
Depuis cette rentrée, chaque mercredi un nouveau numéro est disponible et apporte des heures d’occupation à des lecteurs plus ou moins jeunes. Chacun s’y distrait et s’y cultive. Nous profitons de cette actualité pour vous présenter quelques sujets liés à la numismatique apparus dans « Pif Gadget » au cours des années écoulées.

Armés d’une pelle et d’une pioche, Pif et Hercule cherchent un trésor.

La numismatique et les gadgets de Pif

La revue « Pif Gadget » est née à la libération en 1944 sous le nom de « Vaillant, le journal le plus captivant ». En 1969 elle prend un nouvel élan en ajoutant à chaque numéro un gadget qui devient l’emblème du journal. Celui-ci garde officiellement le nom de « Vaillant » mais le titre de « Pif Gadget » apparait sur la couverture.
La monnaie est un thème qui revient régulièrement dans le choix du gadget par l’éditeur : jetons, pinces à billets, boîtes magiques mangeuses de pièces, … se succèdent au rythme des années. Dès 1970 les lecteurs de Pif découvrent des monnaies mongoles (très fantaisistes). L’année suivante ce sera le Frandor sur lequel une face présente le visage d’un ancien Grec et l’autre un navire. En 1983, à l’occasion de la sortie du numéro 762, numéro correspondant au 2000e hebdomadaire publié depuis la naissance de Vaillant, une médaille commémorative est offerte à tous les lecteurs. En 1988, dans le numéro 1001, la boîte pique-sous à construire, permet aux enfants de jouer à ramasser de l’argent de poche.

Pif et son compère Hercule tels qu’ils apparaissent dans la nouvelle formule du magazine.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 102