MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Peinture’

Trésor de grenier, suite

En 2014 un fuite de toiture dans une vieille demeure de Toulouse permettait la découverte d’un tableau oublié dans une soupente, un tableau qui sera à sa découverte attribué au peintre Caravage ! Probablement pillé par les armées de Napoléon (Monnaies & Détections 88). Après des années d’expertises et contre-expertises, le tableau devait finalement passer en salle des ventes en juin dernier, les Caravage ne sont pas signés et pour certains le doute persistait. La mise à prix devait démarrer à 30 millions d’euros, quand même ! L’État français avait dans un premier temps, bloqué la sortie de territoire, ce qui permet aux musées français d’enchérir à moindre coût, l’interdiction de sortie de territoire faisant sérieusement baisser le prix d’une œuvre d’art.
Finalement les musées français ont laissé passer, et il n’y a pas eu de vente aux enchères, la transaction s’est faite de gré à gré. L’acheteur serait un milliardaire américain et le supposé Caravage baptisé « Judith et Holopherne » aurait changé de main pour plus de 100 millions d’euros…
Sources : connaissancedesarts.com / Monnaies & Détections 88

Rembrandt inconnu

Un amateur d’art avait acheté une toile à Londres il y a près de deux ans. Le style du tableau, non signé, lui avait fait penser à un Rembrandt, toile achetée 148 000 euros. Après l’avoir confiée aux experts du musée d’Amsterdam qui possède la plus grosse collection de Rembrandt, l’expertise a prouvé que l’amateur avait vu juste, jackpot !
Personne n’a osé donner une estimation, mais on parle désormais de millions d’euros ! Le tableau pourrait faire partie d’un diptyque (une paire) daté aux environs de 1634, l’autre partie ayant été rachetée par la famille Rothschild il y a quelques années, pour la somme de 160 millions d’euros…
Source : arts-in-the-city.com

Un sous-préfet condamné pour vol

L’ancien sous-préfet de Brioude (Haute-Loire) à été reconnu coupable de vol et de faux et usage de faux, après avoir remplacé un tableau de la sous-préfecture par une copie, assez grossière ! L’original avait été revendu pour 10 000 euros d’après ses propres dires, alors qu’il savait que la toile en valait au moins 150 000… Deux ans de prison ferme et trois amendes dont le cumul atteint 161 200 euros. Dans le même temps, le Canard Enchainé révélait début avril, la « disparition » de quatre toiles de maître des murs de l’Assemblée Nationale ! Depuis, trois des tableaux ont mystérieusement réapparus, on les a retrouvés posés contre un mur… Il en manque toujours un. Dans la foulée lemonde.fr a sorti un excellent article relatant les disparitions les plus prestigieuses de ces dix dernières années. Vous aurez remarqué que l’on parle plus volontiers de disparitions, de détournements ou d’emprunts que de vols, c’est sans doute ce que l’on nomme le politiquement correct…
Préfectures, sous-préfectures, musées, ambassades et jusqu’à l’Elysée ! Aucun n’y échappe, la ville de Nice aurait ainsi perdu (dernier recensement décembre 2017) plus d’un millier d’œuvres de ses musées ! Selon la Mairie de Nice, il ne s’agit pas de vol, on a simplement déplacé les objets et momentanément perdu leurs traces… Tout est possible puisqu’en 2014, le Ministère de l’Intérieur avait repéré sur eBay, de la porcelaine de Sèvres, dont la moindre tasse coûte un bras, « empruntée » cette fois tout simplement à l’Elysée !
Sources : lexpress.fr, &
lemonde.fr/ces-œuvres-d-art-qui-disparaissent.