MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Philippines’

Yamashita Gold !

La chasse aux fabuleux trésors japonais semble reprendre aux Philippines, avec une demande d’un groupe de recherche qui n’a pas l’air amateur et probablement bien informé. Sa source est apparemment un ancien soldat japonais âgé de 90 ans connaissant l’emplacement d’un dépôt qui serait resté inviolé… Les journalistes parlent, eux, toujours des trésors du général Yamashita, pure invention des services secrets US, pour dédouaner l’empereur du Japon et ses proches*.
Les chercheurs ont posé une demande de forage de grande ampleur sur une zone précise de Baguio, déjà connue pour avoir livré au moins une cache impériale*. Les incroyables découvertes réalisées par le passé sur les caches impériales ont de quoi motiver.
Sur la photo ci-jointe, on peut voir un soldat US, au centre, qui tient une barre – de 12 kilos vu les dimensions – à ses pieds et au fond, il y a des barres bien plus grosses ! Certaines, sont probablement les fameuses barres de 75 kilos qui furent retrouvées dans plusieurs dépôts. Les Japonais avaient pris pour habitude de fondre systématiquement l’or volé, sous forme de très gros lingots, certainement pour limiter le vol parmi leurs propres troupes, il faut être au moins deux pour déplacer ce genre de barre et personne ne part en courant avec un lingot d’or de 75 kilos !
Sources : philstar.com // * Tout sur les trésors japonais dans : Monnaies & Détections 84 et 85 « Nom de code : Kin no Yuri »

Nom de code : Kin No Yuri

Deuxième partie : suite du n° 84

1er juin 1945, tunnel n° 8 sous la montagne de Bambang, nord des Philippines. Le n° 8 rejoint le n° 9 traversant de part en part la montagne, il est long de plusieurs kilomètres. Les 175 ingénieurs en chef du Lys d’or y sont réunis, un ingénieur pour chaque site impérial*. Le saké coule à flot et à chaque tasse on hurle un Banzaï. Le long du tunnel des tonnes de barres d’or, de platine, des lingots de toutes tailles, des barils de pièces d’or, des Bouddhas en or, des vases remplis de diamants, de rubis s’entassent, le trésor des Princes !

Dans un des tunnels adjacents, plus de 200 prisonniers coréens, les rares survivants de ceux qui ont creusé les tunnels sont sous bonne garde. Discrètement, le général Yamashita et les Princes de sang en charge de l’opération Kin No Yuri, accompagnés d’une dizaine d’officiers sortent du tunnel et quelques minutes plus tard une immense explosion retentit, suivie d’un silence… de mort.

Près de 1000 hommes, soldats japonais, ingénieurs et prisonniers de guerre viennent d’être ensevelis vivants ! Yamashita rejoint la poche de Kiangan qu’il va tenir jusqu’à la reddition d’octobre 1945, les Princes sont exfiltrés vers le Japon à l’aide d’un sous-marin.

La dernière des caches impériales vient d’être définitivement murée. Maintenant, la plus grande des chasses aux trésors terrestres de tous les temps peut commencer, celle des 175 caches impériales !

La légende de Santa Romana

Comme nous l’avons vu précédemment, l’interrogatoire du Major Kojima, le chauffeur du général Yamashita, fut confié à un officier du renseignement de la C.I.A, surnommé Santy, de son vrai nom Severino Garcia, dit aussi Santa Romana. Né aux Philippines il s’était engagé bien avant la guerre dans l’armée US. Son appartenance au renseignement, sa connaissance des langues en plus de l’anglais, le tagalog pour les Philippines et du japonais, le désigne naturellement pour l’interrogatoire de Kojima, il ne le sait pas encore, mais ce coup du destin va changer sa vie et faire de lui un homme richissime ! Son supérieur qui participa aussi aux interrogatoires, le capitaine Joseph McMicking va lui aussi devenir subitement très riche. Que les deux hommes qui ont fait parler Kojima soient du jour au lendemain, après la guerre, devenus millionnaires n’est certainement pas dû au hasard.

À sa mort en 1974, Santy laissa une multitude de comptes et coffres bancaires dans le monde entier pour une valeur estimée de 50 milliards de dollars ! Ses héritiers n’y ont jamais eu accès…

Une chose primordiale est à retenir, les seules informations dont disposaient les Américains, fin 1945, sont celles fournies par Kojima et en tant que chauffeur de Yamashita, ce dernier ne pouvait connaître et n’avoir vu que les sites fermés entre juin 1944 et octobre 1945, tous ceux qui avaient été fermés entre 1942 et juin 1944, avant l’arrivée de Yamashita aux Philippines, lui étaient inconnus.

Après avoir parlé et raconté tout ce qu’il savait, le Major Kojima va disparaître corps et bien, jamais plus personne ne le reverra…

Les sites à trésors

Dès le blocus des Philippines, début 1943, par les sous-marins US, le principal objectif du Lys d’or fut de trouver des sites pour cacher ses innombrables trésors. Si les diamants et pierres précieuses pouvaient encore être évacués, non sans risque, par avion, la quantité d’or et de platine amassée rendait cette option impossible tout simplement à cause du poids ! Il est aussi probable qu’une quantité (inconnue) d’uranium fut cachée aux Philippines, les Japonais eux aussi tentaient de maîtriser l’arme atomique. De par sa situation géographique, les trois quarts des prises de guerre transitaient obligatoirement par les Philippines.

Ce sont les princes, Chichibu en tête, qui choisirent les principales caches. Les monuments historiques, cathédrales, temples, monastères et autres, furent privilégiés, leurs emplacements échapperaient normalement aux constructions modernes d’après-guerre ainsi qu’aux fouilles. Sur ce dernier point, les Japonais commirent une erreur de jugement, le dictateur Ferdinand Marcos (1917-1989) qui s’empara, après guerre, des Philippines ne s’arrêtait pas à ce genre de détail et il mettra la main sur de nombreux trésors japonais ! Il trouvera, entre autres, deux caches impériales sous la cathédrale de Manille : butin inconnu ?

Les sources d’eau étaient aussi des endroits privilégiés pour cacher des trésors, on ne construit pas au-dessus d’une source ou d’une rivière.

Le dédale de Manille 

Mais, plus que tout autre cache, ce sont les grottes naturelles et les souterrains qui arrivent en tête de liste. Les Japonais aiment les tunnels, ils en sont mêmes les spécialistes, y compris de nos jours, l’actuel tunnel ferroviaire le plus long du monde se trouve à Seikan, au Japon et mesure plus de 50 kilomètres. … La suite dans Monnaies & Détections n° 85