MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘plomb’

100.6

Voici quelques objets trouvés en Savoie, tous en Tarentaise. J’ai fait quelques recherches mais sans résultat précis. Voici le descriptif : le soleil est en bronze, mesure 41 mm et pèse 8,12 g, la flèche en bronze pèse 2,25 g et mesure 26 mm (de la pointe au “manche”) sur 23 mm. La monnaie romaine : 26 mm pour 6,42 g. La mérovingienne en or : 13 mm pour 0,93 g, et enfin le plomb pèse 10,75 g et mesure 27 mm par 23 mm. Je vous souhaite une bonne continuation, Thibault.

Il s’agit d’un triens de Viviers en Ardèche, Francs vraisemblablement, il en existe de nombreux exemplaires et celui-ci est à rapprocher avec celui qui est présent dans le Belfort à la réf 4910 (dessin joint). Avers : DNVIITV STONAI, buste diadémé à droite. Revers : -NOTC S couché, AVOTVNO, croix latine potencée sur un globe et un degré accostée de VI VA à l’exergue ONOB. Bel état TTB, estimée à 1200 euros.

La monnaie romaine est un Maiorina de Julien II l’Apostat (362-363) E N FL CL IVLIANVS P F AVG. La première lettre devrait être un D mais nous voyons un E. Buste barbu, diadémé, drapé et cuirassé de Julien II auguste à droite, diadème perlé. “Dominus Noster Flavius Claudius Iulianus Pius Felix Augustus”, (Notre seigneur Flavien Claude Julien pieux heureux auguste). Revers : SECVRITAS REI PVB (La Sécurité du bien public). Taureau passant à droite surmonté d’une étoile. A l’exergue l’atelier se devine SCONS pour Arles. C’est une monnaie en TB estimée à 120 euros.

Le plomb est-il percé dans sa plus grande longueur ? C’est ce que suggère la seconde photo, on y voit un début de cavité, dans ce cas cela pourrait être un plomb servant de scellé pour fermer un sac contenant des marchandises et reconnaitre l’appartenance de ces dernières au fabricant qui aurait apposé ses marques sur le plomb : deux cercles concentriques, un besant au centre et quatre besants formant un carré virtuel autour des cercles, le tout repris deux fois.

Quant au soleil en bronze, il s’agit d’une applique mais peu d’éléments permettent de le dater car ce style figuratif a traversé les siècles…

La pointe de flèche est une pointe de forme triangulaire à pédoncule et ailerons latéraux, la soie est de section ronde. La datation est -900-500 de notre ère.

Trouvaille 80.06

Trouvaille de Emmanuel à Castelnaudary. Plomb de la Compagnie des Indes. Avers : les armes royales entourées de la légende FLOREBO QU FERAR (je prospère là où je m’implante). Au revers les armes de la Compagnie des Indes. Sa datation se situe à la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Trouvaille 76.25

Bonjour à tous, voici une plaque en plomb (9 x 5,5 cm) trouvée en labour dans le nord Isère près de Meyssiez (38). Je pense à une plaque commémorant une alliance entre deux familles ? un mariage ? Pouvez-vous me le confirmer et peut-être m’en dire plus ? Merci d’avance, cordialement, Laurent

Votre hypothèse est bonne, la forme des écus, les deux victoires soutenant une couronne et la décoration chargée de végétaux penche pour un style du XVIIe siècle. La couronne comporte trois fleurs de lys et deux demi fleurs de lys, il s’agit d’une couronne de Fils de France. L’écu de gauche est l’écu de France, l’écu de droite est aux armes de la Maison d’Espagne. Cette plaque date du début juin 1660, date de l’union entre le roi de France Louis XIV avec l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche, pour conclure la paix et le traité des Pyrénées par cette union. Les deux écus armoriés sont unis par des “lacs d’amour” cordons de mariage symbolisant une union matrimoniale et “amoureuse”. On voit donc les armes de France  tenues par une victoire ailée, armes accolées aux armes de la maison d’Espagne tenues par une autre victoire (l’honneur étant sauf, chaque souverain concluant une guerre par une victoire – diplomatique – afin qu’aucun pays ne perde la face)… Cette plaque était fixée sur un bien (selon la taille : coffre, carrosse etc.) appartenant à un membre de la suite espagnole de l’Infante (ou ambassadeur, diplomate espagnol de l’entourage de l’Infante), se rendant à la cour de France pour les noces royales. En effet, l’Infante n’est pas encore mariée, mais le projet de mariage est déjà conclu et ratifié (lacs d’amour autour des écus), sinon la plaque porterait les armes de la Reine de France, (les mêmes armes mais mi-parti fondues en un seul écu) post -mariage. Cette plaque de plomb devait être colorée de peintures ou émaillée en surface.

Trouvaille 68.18

Pourriez-vous me donner une date pour ce plomb de scellés trouvé dans un champs à Saint Aubin en Normandie ? Alain

Si vous n’avez pas jugé utile de photographier l’autre face, on peut en tirer la conclusion qu’il est uniface, cette forme d’écu rond couronné est reconnaissable du XVIIIe siècle. Malheureusement l’inscription n’est pas lisible : GRANDE E, alors à vous lecteurs de fouiller dans vos plombs de sacs pour déchiffrer l’inscription manquante.