MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘prospection legale’

La loi évolue favorablement en Belgique

Prospecteur depuis maintenant vingt années, je suis toujours animé par cette passion comme au premier jour et ce, malgré les nombreuses attaques et diffamations subies toutes ces années par une catégorie de charlatans ayant une vision simplifiée de l’histoire et de l’archéologie. D’après ces individus, nous les amateurs n’avons aucun droit de regard sur notre histoire n’étant pas assez qualifiés pour exhumer d’un champ, d’une prairie ou d’une forêt, un simple objet de la vie quotidienne de nos ancêtres.

Nous sommes tous ânes ! Selon eux …

Dans mon article « Prospection et numismatique » M&D n° 103, déc 2018-janv 2019, pages 36-41, j’ai évoqué avec lucidité l’apport de nos découvertes, le monde numismatique est depuis bien longtemps derrière nous ! Le monde universitaire de plusieurs pays comme la Hollande, le Luxembourg, le Danemark, l’Angleterre et la Belgique ont également compris depuis des années l’importance de nos découvertes, primordiales pour l’étude des grandes invasions, des guerres, des épidémies, des routes commerciales, des exodes, etc, etc. Ainsi ces pays disposent pour la plupart de bases de données d’objets découverts par les prospecteurs et cela pour le bien de tous ! L’histoire, l’archéologie et la science avancent au lieu de reculer ou de stagner. Hélas certains pays ont choisi la route inverse : la France, l’Italie, le Portugal. Ces pays restent cloitrés dans leur certitude. La dernière loi en France résume à elle seule la situation, la détection des métaux ne sera jamais légalisée dans ce pays, elle sera toujours bannie des milieux historiques, archéologiques et universitaires… pire de plus en plus de prospecteurs risquent de se retrouver devant les tribunaux comme de vulgaires délinquants !
La prospection en France se résume en un seul MOT : « CLANDESTINITÉ » et rien d’autre !

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 106

Ruée vers l’or en Mauritanie

Après le Sénégal et la Guinée (Monnaies & Détections n° 70), c’est la Mauritanie qui est aux prises avec la fièvre de l’or ! Face à l’orpaillage clandestin, le Gouvernement mauritanien a mis en place un permis d’orpaillage ; depuis le 25 avril, il y a déjà plus de 20 000 orpailleurs déclarés ! En plus du permis, les chercheurs d’or qui ont un détecteur doivent l’avoir fait dûment dédouaner, 250 euros de taxes… Cela dit les GPX 5000 se revendent localement aux alentours de 10 000 euros ! De nouvelles zones aurifères ont été découvertes dans le nord du pays, à 250 km de Nouakchott et les autorités ont bien du mal à canaliser l’afflux de milliers de prospecteurs !
Et ça ne va sûrement pas se calmer, le non au Brexit anglais, entraînant la chute de la livre sterling a fait flamber le cours de l’or…
Source : www.rfi.fr/afrique

Le liard inestimable

Bien entendu, le journaliste fait dans la surenchère, il faut vendre du papier, mais l’article mérite quelques analyses. En premier lieu, le journaliste utilise à outrance le terme « fouille » totalement inadapté à la détection de loisir. La détection se fait sur un champ agricole régulièrement travaillé semble-t-il. Le prospecteur a demandé l’autorisation du propriétaire. Il trouve une monnaie apparemment anodine qui comme des millions d’autres n’offrent aucun intérêt pour les archéos car archi-connues. Et là tout s’emballe ! Un aimable fonctionnaire de la BNF, payé semble-t-il à passer sa vie sur les forums de détection et doté d’un grand savoir dépose plainte pour « non déclaration de découverte archéologique fortuite ». Tiens, tiens, on n’est plus sur l’interdiction d’utiliser un détecteur de métaux sans autorisation. Et ceci est très important, car l’Etat reconnait ici, implicitement, la détection de loisir. Les termes ne sont pas anodins. La seule erreur du prospecteur est de ne pas avoir fait sa déclaration dans les trois jours ; mais comment pouvait-il le faire ? La DRAC se contrefiche éperdument des doubles tournois et dix centimes Napoléon ramassés à foison tous les jours. Comment, pour un prospecteur débutant, identifier et cerner l’intérêt national de sa trouvaille ? Justement en la postant sur des forums spécialisés où des érudits vont assez rapidement conclure à l’intérêt de la monnaie, et au quidam prospecteur de faire ensuite sa déclaration ? L’autre solution consiste à remplir les fiches de déclarations officielles de vos trouvailles et détritus et laisser le soin aux archéos d’identifier et de trier les monnaies inédites inestimables !!! Mais je ne crois pas que l’on ferait des heureux dans le camp adverse.

Ce qu’il faut retenir pour rester dans la légalité :
- ne pas prospecter sur un site archéologique,
- avoir l’autorisation du propriétaire*,
- faire la déclaration officielle à la DRAC dans les trois jours.

* Le plus, en cas de trouvaille importante est de lui faire mentionner par écrit qu’il vous a mandaté à retrouver une pièce agricole perdue, ceci confirmera la notion de fortuité.