125.01

Bonjour à toute l’équipe. Voici 3 pièces trouvées en début d’année dans le nord-ouest de la Vendée dans 3 champs différents, serait-il possible de pouvoir les identifier et de les faire paraître sur ma revue préférée ? 1e et 2e photos : bronze, 1.04 g, D : 11 mm au plus large. 3e et 4e photos : Bronze, 1.05 g, D : 13 mm au plus large. 5e et 6e photos : billon 1.62 g, D : 18 mm au plus large. Bonne journée, Guigui 
Non il n’est pas possible d’identifier les deux petits bronzes de la fin du IVe siècle au milieu Ve, trop usés, sans titulatures lisibles et revers quasiment inidentifiables, il s’agit d’imitations barbares très frustres. On distingue les portraits stylisés à droite sur l’avers et les deux revers présentent, pour le premier : trois personnages filiformes et pour le second un personnage sous un porche ou palmiers.
Le billon est un demi réal de Juana y Carlos au début du XVIe siècle : KAROLVS: ET: IOHANA. Écu couronné, écartelé aux 1 et 4 de Castille, aux 2 et 3 de Léon, enté en pointe de Grenade ; à gauche la lettre L. Revers : HISPANIARVM: ET: INDIA, deux colonnes d’Hercule couronnées, sur la mer, avec la légende PL-VS-VI. La monnaie est très usée, la description se devine à peine, l’état B parait même optimiste. C’est pour cela que l’on vous rajoute un autre exemplaire pour comparaison. Elle peut difficilement rentrer dans un médailler.

La pièce de huit, un monument numismatique

La pièce de huit réaux, plus connue sous l’appellation « pièce de huit » représente à elle seule le symbole de puissance de l’Espagne et de ces colonies d’Amériques. Cette pièce de monnaie fut convoitée par tous !, et en particulier par les pirates, corsaires, flibustiers et autres boucaniers et par la suite des chercheurs d’épaves et autres chercheurs des plages. Bref, cette monnaie est un monument de l’histoire monétaire mondiale.

L’histoire commence ainsi : en 1525, Charles-Quint accorde un privilège permettant aux comtes de continuer à battre une monnaie lourde en argent, le très fameux Joachimtaler d’un poids de 28,5 g à 0,900. Cette monnaie aura une énorme aire d’influence, à tel point que c’est à celle-ci que revient la palme du « dollar » d’argent car il ne faut pas oublier non plus que par le truchement de la « dolera » espagnole, le vrai dollar dérive du thaler. Cette décision capitale de Charles-Quint va avoir des conséquences énormes sur le plan monétaire international.
En 1452, Colomb découvre « l’Amérique », des colons hollandais, belges, anglais, espagnols et portugais vont s’établir sur la côte est américaine. Ils seront à la base de la création de 13 colonies américaines. La plupart a quitté son pays sans emploi et sans argent ! Elle a très peu de numéraire en poche. Charles-Quint semble avoir prévu cette difficulté, il envoie, dès 1523, quantité de réaux outre-Atlantique, de quoi largement faire démarrer les colonies !
En 1535, il autorise le gouverneur Mendosa à créer un atelier monétaire à Mexico. Les premières pièces d’un réal seront ainsi frappées en 1536 sur le continent américain. Plus tard, sous Philippe II (1555-98), les toutes premières pièces de 8 réaux seront frappées à Mexico dès 1570 (27,42 g-0,9305). Par la suite, sous Philippe III (1598-1621), le poids diminue à 26,78 g-0,9305, au XVIIe siècle, Philippe V (1621-1665) augmente de nouveau le poids qui passe à 27, 52 g-0,9305 et va même faire circuler cette monnaie dans les Pays-Bas méridionaux, contremarquée de la toison d’or et aura une équivalence au patagon (28,10 g-0,875) en circulation.

Au XVIIIe, la situation évolue. La pièce de huit réaux circule largement sur tout le continent américain. Dès 1774, des billets sont émis, libellés à la fois en dollar et en shilling et pence, notamment dans le Maryland. Les Etats-Unis proclament leur indépendance en 1776.
La pièce de 8 réaux circule déjà dans le monde entier et soutient entre autre le commerce avec la Chine. Ceci va avoir une conséquence en Europe, une forme d’alignements de certaines pièces des pays motivés par le commerce international. A la pièce de huit réaux frappée à Mexico par Charles III (27,07 g-0,9166) on trouvera comme « concurrentes » entre autres :
– En Angleterre, sous George III, la couronne (28,2759 g-0925)
– Au Danemark, sous Chrétien VII, le riesdaler (28,89 g-0,875)
– En Russie, sous Pierre-le-Grand, le rouble (28,4 g-0,729)
– En France, sous Louis XV, l’écu (29,40 g-0,917)
– En Autriche, sous Marie-Thérèse, le thaler (28,05 g-0,833)
– Aux Pays-Bas, sous Charles III, le patagon (28,10 g-0,875)
– Etc., etc.

Par ailleurs, il faut signaler un autre évènement majeur. Le 6 juillet 1785, le mot dollar est adopté officiellement comme standard unitaire pour les Etats-Unis. Cette dénomination couvre ce que l’on a appelé jusqu’alors « Spanish Milled Dollar », « Piece of Eight », ou encore « Pillar Dollar ». L’Angleterre qui manque de numéraire à la fin de XVIIIe siècle, fait circuler sur son territoire la pièce de 8 réaux contremarquée de la tête de George III. Il en est de même des premières pièces d’un dollar émises en1794 et 1795 !

La suite dans Monnaies & Détections n° 121

107.13

Bonjour, voici une monnaie que je viens de trouver ce week-end en Ariège (petite sortie entre deux ondées). Je pense qu’elle est en argent et qu’elle pourrait être espagnole. Elle pèse 1 gramme. Pourriez-vous m’en dire plus ? Un fidèle lecteur, William
Oui, il s’agit bien d’une monnaie espagnole : un demi réal de Grenade de l’époque des rois catholiques, fin du XVe siècle. Avers : + FERNANDVS: ET: ELISABT:, faisceau de six flèches (Ferdinand et Isabelle, par la grâce de Dieu). Revers : + REX: ET: REG CAST: LE: Joug ; lettre d’atelier dans le champ au-dessous d’une croix (roi et reine de Castille, Léon, Aragon et Sicile). La monnaie est percée et son état est TB, c’est une monnaie qui se négocie 20 euros.

Trouvaille 78.03

Jean René a pris ses vacances aux Baléares, il y a ses habitudes et ses amis, son détecteur ne le quitte pas et il nous demande d’identifier cette monnaie en argent trouvée sur l’ile. Après quelques recherches nous pouvons confirmer qu’il s’agit d’une monnaie de ALFONSO II de Mallorque (V de ARAGON) (1458-1479) surnommé « el magnanimo ». Référence Cayon 2133, il s’agit d’un réal. Avers : ALFONSUS DEI GRATIA REX ponctuation variée, buste du roi de face couronné dans un polylobe ponctué, intérieur et extérieur. Revers : ARAGONUM ET MAIORICARUM, croix longue aux extrémités élargies dans un polylobe ponctué intérieur et extérieur, une étoile dans chaque canton. Cette monnaie est en état TB et peut s’estimer 350 euros.

Trouvaille 74.02

Magnifique monnaie trouvée par Jean-Louis à Perpignan, on a plaisir à vous faire partager sa trouvaille : un réal en argent de Henry IV roi de Castille et de Léon (Espagne), fin du XVe siècle : ESPAGNE, CASTILLE ET LEON, Henri IV (1454-1474), AR real, Ségovie. Droit : + ENRICVS QVARTV REX CASTEL B. cour. à gauche. Revers : + ENRICVS DEI GRACIA REX CAST. Polylobe écartelé aux armes de Castille et Leon. Au-dessus des armes un T pour la ville de Tolède. Cet exemplaire est très très beau et son estimation est aux alentours de 300 €.