MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Seconde Guerre mondiale’

22 obus sous la plage

Découverts par un promeneur sur une plage de Gironde à Vendays-Montalivet, 22 obus affleurant le sable. Le recul de la dune par les dernières tempêtes a permis cette découverte. En janvier dernier, la même plage avait déjà vu la mise au jour de sept obus ! Probablement des caches pratiquées par les Allemands avant la déroute…


Source : sudouest.fr

Obus de mortier

Surprenante et dangereuse découverte pour un prospecteur américain dans le Tennessee près de Nashville. Après avoir repéré une grosse masse avec son détecteur, il a sorti un obus de mortier ! Si ce genre de découverte arrive fréquemment en Europe, deux Guerres Mondiales obligent, c’est rare aux États-Unis. Les démineurs prévenus ont préféré le pétarder sur place, l’obus aurait été oublié là, après des exercices préparant le débarquement du 6 juin 1944…
Source : charlotteobserver.com

Enquête dans un champ

Paul, aujourd’hui âgé de 94 ans, est passionné d’aviation. Pendant la seconde guerre mondiale, il fut témoin d’un crash et nous l’a décrit : un avion allemand s’était posé en catastrophe dans un champ de Plaisance du Touch, à quelques kilomètres de Toulouse. Paul nous avait montré le site de crash en déclarant que l’avion avait cisaillé certains arbres de l’allée menant à la propriété. Et en effet, plusieurs tilleuls manquaient au milieu de cette rangée de platanes (photo 1). Mais faute de témoignage précis, notre enquête n’avait pu progresser.
Jusqu’à ce jour de novembre 2017. Ce soir-là, à la fin d’une conférence sur l’archéologie aéronautique, l’un des spectateurs, passionné d’aviation, vient me trouver et me décrit l’épisode que Paul m’a déjà narré. Quand je lui demande s’il possède des informations plus précises, il me répond « je peux vous emmener chez Joseph. Il a 97 ans et il a tout vu quand il était jeune ». Joseph est exactement le témoin recherché.

Un témoignage déterminant

Quelques jours plus tard, Joseph nous reçoit (photo 2). C’est un moment chargé d’émotion. Malgré son grand âge, il vit à son domicile, avec sa femme. Et il nous raconte : « C’était en août 1943, l’année où je suis parti au STO (le “Service du Travail Obligatoire”). J’ai vu l’avion allemand arriver. Il battait des ailes, il s’est posé sur le ventre et pendant sa course, il a arraché un arbre. Le pilote était blessé et les Allemands sont venus le chercher. L’avion avait un seul moteur, rond. Les habitants des environs ont récupéré l’essence dans les réservoirs de l’avion et l’épave a été évacuée ». Joseph nous indique avec précision l’emplacement du crash sur un plan.
Grâce à lui, des éléments sont apparus : la date du crash, août 1943 et le type d’avion, un Focke Wulf 190 (« Un monomoteur allemand avec un moteur rond » : ce ne peut être qu’un Fw 190 car le Messerschmitt 109 avait un moteur en ligne).

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°111 …

Chasse aux trésors en Pologne

Une carte aux trésors pouvant conduire vers onze trésors ! L’histoire paraît trop belle pour être vraie, mais dans le doute… 

Il y a quelques mois, une loge maçonnique qui détenait le journal intime d’un officier allemand de la Seconde Guerre mondiale, le SS Standartenführer Egon Ollenhaue, a rendu public le contenu de ce journal. (photo 1) La raison évoquée pour le divulguer seulement en 2019, soit 74 ans après la fin de la guerre, étant qu’elle voulait que toutes les personnes dont les noms sont cités dans le journal soient décédées. Admettons vu leurs passés c’est assez compréhensible…
Cet officier allemand, raconte sa vie sur environ 500 pages, et au cours de son journal il nous apprend qu’il a participé – si ce n’est organisé – aux caches de 11 dépôts d’or ! Et autres objets de valeurs, ainsi que des œuvres d’art, la plupart de l’or provenant de la région où il était affecté, en Silésie, une des 16 régions administratives de Pologne et bordée par les frontières actuelles de la Tchéquie et de la Slovaquie. Toutes les caches auraient été réalisées dans les derniers mois de la guerre, alors que l’Armée rouge décimait les lignes allemandes, là aussi c’est assez réaliste !

 

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°110 …

Pendant la seconde guerre mondiale, à travers toute l’Europe, des millions d’êtres humains doivent s’expatrier pour fuir le fascisme. Des centaines de milliers, des millions, ne pouvant fuir la barbarie, sont exterminés parce qu’ils sont juifs, gitans, noirs, communistes, patriotes… La récente découverte d’un immense trésor à Keszthely en Hongrie est probablement liée à l’histoire d’une de ces familles juives persécutées par le régime nazi.

La déportation des juifs de Keszthely le 20 avril 1944

Au printemps 1944, l’Allemagne nazie ne semble plus être en capacité d’éviter une défaite bien que leurs dirigeants espèrent encore pouvoir retourner la situation par l’emploi de nouvelles armes (les V1 et V2). A l’Est, depuis la reddition de la sixième armée allemande à Stalingrad en février 1943, l’armée rouge avance partout sur le front en faisant refluer les troupes allemandes qui subissent défaite sur défaite. Sur le Front Ouest, en cette année 1944 les alliés occidentaux (Anglais, Etats-uniens, Français Libres, Canadiens…) qui ont déjà débarqué en Afrique du Nord fin 1942 et en Sicile en 1943, s’apprêtent à débarquer en Normandie. Mais la folie allemande d’extermination des juifs et des Tsiganes se poursuit partout et à un rythme accéléré là où leurs troupes se maintiennent encore. Ainsi la déportation systématique des juifs de Hongrie est organisée en mars 1944. Le 20 avril, la rafle des juifs de Keszthely conduit vers les camps de concentration et d’extermination la quasi-totalité des juifs de cette ville. Avant d’être arrêtées peu de familles réussissent à cacher quelques biens. Dans l’une de ces familles, un numismate place sa collection de monnaies dans des bocaux de verres qu’il enterre dans sa cave. Mais il ne la retrouvera pas car il ne reviendra pas. Selon Gabor Rejto, représentant de la communauté juive de Keszthely, la quasi-totalité des juifs de la ville, soit au moins 15 % de la population, ont péri dans le camp d’extermination nazi d’Auschwitz. Sur 829 personnes déportées, seules 64 ont survécu.

La Hongrie est au centre de l’Europe.

Les rives du lac Balaton à Keszthely (carte postale de la fin du XIXe siècle).

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 108

Le Boeing B17 type G est l’un des bombardiers les plus célèbres de la Seconde guerre mondiale. Ce quadriréacteur, long de 23 mètres et d’une envergure de 35 mètres, a une hauteur d’environ 6 mètres et pèse près de 15 tonnes. Chacun de ses moteurs a une puissance de 1200 chevaux. Vulnérable dans ses premières versions le B 17 est rapidement équipé de 13 mitrailleuses qui le protègent des chasseurs ennemis. Il a un rayon d’action de près de 3000 kilomètres et il peut voler à 483 km/h jusqu’à une hauteur dépassant 10 500 mètres. Depuis les bases de l’US Air Force situées au Royaume-Uni, dès 1943, il participe à de nombreux bombardements contre l’Allemagne nazie et, en 1944, à la bataille de Normandie. Son équipage est composé de 10 hommes (un pilote et un co-pilote, un bombardier, un navigateur, un mécanicien, un opérateur radio et quatre mitrailleurs) et il est capable d’embarquer plusieurs tonnes de bombes. Il est surnommé « Flying Fortress » (la Forteresse volante). De temps à autre, la presse annonce la découverte d’une épave d’un Boeing B 17 utilisé pendant la Seconde guerre mondiale. En juin de cette année, les services d’archéologie maritime de l’Institut flamand de la Mer ont indiqué qu’un Boeing B 17 type G a été retrouvé dans les fonds marins de la mer du Nord, au large des côtes belges.

La découverte fortuite de l’épave

Pour la Radio-télévision belge de la Communauté française : « c’est une découverte archéologique importante car c’est une épave quasi complète d’un bombardier américain Boeing B 17 type G qui a été retrouvée en mer du Nord ». La RTBF précise que « son état en fait une découverte de choix car il est très rare de retrouver un avion aussi bien conservé ». La découverte remonte à l’été 2017, lors de travaux d’installation de câbles sous-marins permettant l’interconnexion des réseaux électriques entre le Royaume-Uni et la Belgique, mais elle n’a été divulguée qu’à la fin de ces travaux. Ainsi tout pillage de l’épave a été évité.

ERRATUM: La légende sous la pièce d’une couronne de Tristan Da Cunha de 2016 est erronée, la légende correcte est : « une couronne frappée dans l’île Tristan Da Cunha ».

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 105

Bombardier B17

Des plongeurs belges ont découvert, en mer du Nord et par hasard, alors qu’ils posaient une ligne électrique, les restes exceptionnellement bien conservés d’un bombardier B17 de la Seconde Guerre mondiale.
Trois des moteurs sont encore en place sur la carcasse, quelques morceaux ont été remontés, l’armée US va essayer d’identifier l’appareil. Le B17 surnommé Flying Fortress (forteresse volante) fut conçu à la fin des années 30, équipé de quatre moteurs, énormes, neuf cylindres en étoile de 1200 cv et consommant 750 litres d’essence à l’heure. Rempli de bombes, son poids dépassait les 25 tonnes pour un rayon d’action de 1600 km. Plus de 12 500 B17 furent construits et un très grand nombre abattu au-dessus de l’Europe.
Le 14 octobre 1943, dit « le jeudi noir », 291 forteresses volantes se lancent dans un raid sans précédent, 59 seront abattues au-dessus de l’Allemagne, une autre perdue dans la Manche et 5 de plus s’écraseront à leur retour en Angleterre. Dans chaque B17 il y avait 10 hommes d’équipages, la grande majorité avaient moins de 25 ans…
Source : parismatch.com & lepoint.fr

Entrainement fatal

Juillet 1943

L’escadrille Kampfgeschwader 76 (La « KG76 ») est basée à Toulouse et vole sur Junkers88. Depuis 1940, ce bimoteur standard de la Luftwaffe est sur tous les fronts, et il est également utilisé comme avion d’entrainement avancé. Dans le sud-ouest de la France, les jeunes pilotes de la KG76 s’entrainent à lancer des bombes d’exercice en béton sur une cible située au milieu d’une forêt proche de leur base.
Ce 21 juillet 1943, le Junkers88 A4, numéro de série 885793, immatriculé F1+FU, s’élance dans les airs (photo 1). A son bord, un équipage de quatre hommes : le pilote, Günther Rose, l’observateur/mitrailleur Werner Leistner, le radio Raimund Brückner et un équipier Helmut Illmer.
Cet appareil est déjà une « vieille » machine : il a été construit en janvier 1942, il a été endommagé en mai 1943 à Tours à 30 % lors d’un atterrissage d’urgence, à cause d’un problème moteur.
L’appareil se dirige vers la forêt et commence à s’entrainer au bombardement en piqué, en déployant ses freins de piqué. Tout d’un coup, l’accident survient et l’appareil percute le sol à pleine vitesse : il est pulvérisé. Ses occupants qui n’ont pas pu se parachuter, sont tués sur le coup.
Que s’est-il passé exactement ? Le pilote a-t-il fait une erreur de pilotage ? A-t-il mal évalué son altitude et raté sa ressource ? Y a-t-il eu un problème technique ? Une collision en vol avec un autre appareil ? Un tel accident s’est produit deux mois plus tôt, le 21 mai 1943, lorsque deux Junkers 88 se sont accrochés et se sont écrasés, entrainant dans la mort six des huit hommes d’équipage (voir note 1). Les archives ne le disent pas et la cause exacte du crash restera sans doute un mystère.
Sur place, après le crash, l’armée allemande évacue les plus gros débris mais des centaines de minuscules fragments sont éparpillés tout autour du point d’impact…

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 100

Richard Wallace

Juin 2016, un prospecteur, Gwen le Moal, découvrait dans un bois près de Saint-Malo, Ille-et-Vilaine, un bracelet d’identification militaire de la Seconde Guerre mondiale, au nom de Richard Wallace. Après bien des recherches, Gwen a réussi à retrouver la ville où était né et avait vécu R. Wallace, à Ravenne dans le Nebraska, États-Unis. Richard Wallace avait 29 ans quand il débarqua en juillet 1944 en France, blessé le 8 août pendant la terrible bataille de Saint-Malo, une poche de résistance allemande. Il trouva la mort le 10 août dans un hôpital militaire et son corps resta enterré en France quatre ans, avant d’être rapatrié à Ravenne.
Gwen le Moal a eu l’occasion de rapporter lui-même le bracelet aux descendants de Richard Wallace à Ravenne, un article d’un journal du Nebraska relate son arrivée dans l’auditorium de la ville où une bonne partie de la population avait fait le déplacement, émue par ce geste ! Sûrement un moment très fort pour tout le monde et qui prouve une fois de plus que la détection peut vous emmener très loin…
Source : journalstar.com/Nebraska

L’or des nazis en 39/45

Pendant la guerre, Hitler fut en quête d’or par tous les moyens, car l’or était un support essentiel pour l’achat d’armement et une valeur refuge indispensable pour la dictature. Ce fut donc un régime politique de pillage ordonné par les nazis sur les victimes de la guerre.

Au début de l’occupation, le IIIe Reich avait déjà pénétré dans la Banque de France pour s’emparer de tout l’or – français, belge et polonais – qui s’évaluait à plus de 2 500 tonnes d’or, mais l’or était déjà parti à l’étranger par navires pour être sauvegardé. Les modalités concernant l’occupation allemande furent négociées avec le Maréchal Pétain, moyennant un apport en or en faveur du Reich. Une partie de l’or français fut donc rapatrié de la ville de Kayes au Soudan pour prendre la destination de Berlin. Et c’est sur le compte de la Belgique que 200 tonnes d’or furent données à l’armée allemande qui lui servit à acheter de l’armement à la Suisse.

Hitler lors de la mise en œuvre de l’Alpenfestung.

Les musées, les succursales bancaires, les bijouteries, les riches particuliers et les nobles ne furent pas épargnés par les perquisitions. Les Allemands réquisitionnèrent ce qu’ils trouvaient de précieux dans les grandes propriétés, villas, magasins, commerces, caves, greniers, granges, remises où l’on pouvait dissimuler de l’or. Ils torturaient même pour faire avouer les cachettes.
Le maître de la SS Heinrich Himmler, commandant en chef de la Wehrmacht et de tous les camps de concentration et d’extermination, avait donné l’ordre de déposséder les millions de prisonniers, de leurs alliances, chaînes, bracelets, boucles d’oreilles, couronnes dentaires, et autres bijoux en or. Le tout était refondu en “lingots sales” de un kilo avec le sigle des nazis poinçonné dessus.
Une fois enrichi, le Reich utilisa de l’or à des fins de réarmement, mais une bonne partie fut cachée par les Allemands. On suspecta d’abord un lieu très sécurisé dans les chaînes montagneuses des Alpes car le terrain pouvait permettre de se défendre facilement en évitant ainsi toute pénétration de chars ennemis. Les troupes d’élites allemandes SS et les hauts dignitaires nazis avaient leur quartiers dans la région et on suspecta cette forteresse très étendue jusqu’à la frontière nord autrichienne. La mise en œuvre de cette structure commandée par le Führer avait pour but de devenir son point de haut commandement. C’était soit-disant un lieu hautement surveillé par des milliers de soldats. La forteresse devait être conçue par sa grandeur pour contenir une usine de fabrication du Messerschmitt 262, le premier avion à réaction allemand, ainsi que le missile V2, un autre missile balistique très puissant, et un bombardier à réaction. Sa surface mentionnant plusieurs kilomètres carrés, devait aller jusqu’à une profondeur incroyable d’après les plans et les cartes des architectes allemands retrouvés. Plus de 2 000 ouvriers devaient prendre part à son début de construction en janvier 1945 avec le contrôle de Franz Hofer, un haut dignitaire allemand qui avait en novembre 1944, proposé les plans de la construction à Hitler.

Des milliers d’alliances en or retrouvées dans des caisses au camp de Buchenwald le 11 avril 1945.

Mais la forteresse appelée l’Alpenfestung n’avait pas pu voir le jour car la ville de Nuremberg était déjà tombée et la ville de Berlin était sur le point d’être encerclée. Vers la fin de la guerre les bombardements alliés et les charges d’explosifs avaient endommagé considérablement plusieurs grottes et tunnels défendus par des bunkers, beaucoup de caches souterraines n’auraient pas été fouillées, cependant on retrouva des restes de carlingues de missiles et d’avions en construction dans des galeries avant que l’on s’aperçoive que les parois se déterioraient ; par mesure de sécurité le site fut depuis fermé et interdit au public.
La Reichsbank fut bombardée, alors l’or allemand n’étant plus à l’abri dans la capitale fut pour une partie emporté et caché. Seul un pourcentage fut récupéré par les Américains. De là de nombreuses légendes ont circulé – et encore aujourd’hui – au sujet de l’or nazi, reposant sur de prétendus témoignages directs datant de la fin de la guerre. Des témoins avaient même vu un convoi de mules escorté par des Allemands, et une jeune femme avait même était surprise d’être sur le chemin du convoi, les mules avaient peine à se déplacer à cause de leur lourd chargement porté aux abords des flancs de montagne à la tombée de la nuit. Les Américains, au courant du déplacement du convoi, finirent par retrouver une cache de plusieurs centaines de kilos d’or en barres et lingots.

Grand stockage dans les mines de Merkers-Kielselbach avec des œuvres d’art et de l’or volés par les nazis.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 98