MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘solidus’

95.19

Bonjour, vous trouverez ci-joint deux photos d’une monnaie pour identification ainsi que sa cote. Je pense qu’il s’agit d’un solidus de Constantin, atelier de Trèves. Elle pèse 4,33 g. Vous pouvez la publier dans votre revue dont je suis abonné. (Monnaie trouvée en Charentes) bien cordialement, Patrick
Effectivement, très beau solidus extrêmement bien conservé, de Constantin le grand. Buste de l’empereur à droite, CONSTANTINUS PF AUG. Le revers représente Constantin à cheval à droite, la main droite levée. Monnaie frappée à Trèves en 312-313, la monnaie est en bel état SUP et s’estime 3600 euros.

95.06

Bonjour, enfin une petite jaune, comment je suis content ! Est-ce qu’il serait possible d’avoir des infos ? Merci, seb 31
VALENTINIEN II. Solidus, 22 novembre 375 – 15 mai 392. Thessalonique. 379. DN VALENTINIANVS IVN PF AVG. Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valentinien II à droite. Revers : VICTORIA AVGG. Les deux empereurs drapés, assis de face, tenant ensemble un globe ; derrière, une Victoire éployée ; à l’exergue, TESOB. Cet exemplaire a subi une avarie importante quand il naviguait d’année en année dans son champ, les socs ne l’ont pas épargné et ceci-lui donne une valeur de 250 euros.

 

93.06

Mouloud est en Tunisie et nous envoie par mail une photo de sa première pièce en or qui a été suivie par ses dires de beaucoup d’autres… Théodose II. 402-450. AV. Solidus frappé en 442-443 après JC de Constantinople. DN THEODOSIVS PF AVG, diadémé, coiffé et cuirassé trois quarts face au buste, tenant la lance sur l’épaule droite et sur le bouclier on aperçoit un décor sous la forme d’un bouclier transperçant un ennemi situé dessous. IMPXXXXII COS XVII PP, Constantinopolis assis à gauche, tenant un globe crucigère et un sceptre, le pied gauche repose sur la proue ; étoile dans le champ gauche ; CONOB. La monnaie est agréable dans son ensemble mais dénote une usure de circulation, son état est assimilé à du TB++, elle se négocie au souk, pardon au marché, 250 euros.

93.14

Bonjour, voici 4 monnaies (en pièces jointes), trouvées par David du 62 dans un champ. Je souhaite faire partager mes trouvailles avec Monnaies & Détection et ses lecteurs. Merci à vous pour votre revue parfaite. Valentin
En haut à gauche il s’agit d’un denier de Antonin le pieux frappé en 143 à Rome : ANTONINVS AVG PIVS P P TR P COS III. Tête laurée d’Antonin le Pieux à droite. “Antoninus Augustus Pius Pater Patriæ Tribunicia Potestate Consul tertium” (Antonin Auguste pieux père de la patrie revêtu de la puissance tribunitienne consul pour la troisième fois). Au revers on lit : IMPERATOR. II. Deux cornes d’abondance entrecroisées avec un caducée ailé. “Imperator iterum” (Deuxième acclamation impériale). Cette monnaie est courante et dans un état TB elle se négocie 60 euros.
Passons à la seconde romaine en dessous de la monnaie précédente, il s’agit d’un autre denier au nom de Trajan. Avers : IMP TRAIANO AVG GER DAC P M TR P. Buste lauré de Trajan à droite, drapé sur l’épaule gauche : “Imperatori Traiano Augusto Germanico Dacico Pontifici Maximo Tribunitiæ Potestate” (À l’empereur Trajan auguste germanique dacique grand pontife revêtu de la puissance tribunitienne). COS V P P S P Q R OPTIMO PRINC. La victoire debout à droite, le pied posé sur un casque inscrivant DA/CI/CA en trois lignes sur un bouclier posé sur un palmier. “Consul Quintus Pater Patriæ Senatus Populus Que Romanus Optimo Principi” (Consul pour la cinquième fois, père de la patrie, le Sénat et le Peuple Romain, au meilleur des Princes). Cette monnaie est commune, son état général est plus satisfaisant que le Antonin et sa cote tourne autour des 100 euros.
La gauloise en haut à droite est un quart de statère à l’astre des Bellovaques, région de Beauvais. L’avers présente un reste de tête humaine à droite avec un astre et des annelets. Le revers montre un cheval galopant à gauche, sous les pattes un soleil aux rayons courbes. Au-dessus un élément non déterminé, une sorte de croissant dont les extrémités sont terminées par des anneaux, à l’arrière encore un astre. Cette monnaie est rare, le poids n’est pas précisé mais il doit avoisiner les 1,7 grammes. La monnaie, surtout au revers, présente de beaux éléments, elle est TTB et s’estime 400 euros.
Enfin on termine par un solidus de Zeno, ou plutôt un faux d’époque saucé qui a connu des jours meilleurs, 476-491, second règne, Constantinople, D N ZENO-PERP AVG. Portrait de l’empereur de face cuirassé et diadémé. Au revers : VICTORI_A AVGGG E. La Victoire debout à gauche, un long javelot posé droit dans sa main droite. A l’exergue a disparu l’atelier qui était en principe CONOB. Evidemment, malgré le plaisir immédiat de la trouvaille, on reste déçu de ne pas avoir trouvé la même en bon état… Sans valeur de collection.

Trouvaille 84.03

De Tofy 31 nous parviennent deux trouvailles faites à Mauvezin : un méreau fruste figurant soit un personnage bras écartés avec deux têtes sous ses bras tendus ou alors une simple lettre I et trois globules. Revers : une croix de Saint André ou en X. Le style fruste ne permet pas de dater ce méreau avec précision. Mais on peut l’envisager de la fin XIIIe au début XVIe siècle. C’est un méreau de paroisse probable.

La seconde est une monnaie fourrée de Crispus, ou plutôt un follis de Crispus doré à l’or car ce solidus n’existe pas avec la légende. Revers ALAMANNIA DEVICTA où on voit la Victoire tenant un trophée et des palmes, une captive à ses pieds. L’avers présente la légende : FL IUL CRISPUS NOB CAES, l’empereur à droite, frappée en 324-325 de notre ère. Cette monnaie, pour la curiosité du sausage peut valoir 80 euros.

La période qui s’étend de 284, date de l’accession de Dioclétien au pouvoir à 337, année de la mort de Constantin I offre une très grande richesse numismatique et de très nombreuses possibilités de collection : on peut collectionner les principaux types de monnaies (à l’exception des aurei et des solidi, réservés aux plus fortunés), mais aussi envisager une collection des portraits de la tétrarchie ou des membres de la dynastie constantinienne. Les thématiques des revers, qui sont le reflet des évolutions idéologiques et religieuses de l’époque sont particulièrement intéressants, bien que moins variés que les revers des époques précédentes. Les revers des monnaies passent de Jupiter et du Génie du peuple romain à Sol Invicitus avec, à la fin du règne de Constantin, une apparition très discrète du chrisme, symbole de la nouvelle religion officielle de l’Empire. 

Aperçu d’ensemble de l’histoire monétaire de la période

Aurelianus de Dioclétien frappé à Antioche en 285 après JC. L’exergue du revers porte la marque XXI, qui signifie que la pièce contient 20 parts de cuivre et 1 part d’argent. Photo © Pegasi Numismatics

On trouvera dans l’ouvrage de Georges Depeyrot (cf. bibliographie, pages 152-170) une bonne description de l’histoire monétaire de la période. Au moment où Dioclétien accède au pouvoir, le système monétaire romain qui avait atteint un état de délabrement inimaginable après 50 ans de dévaluations ininterrompues avait déjà été réformé avec succès par Aurélien (270-275 après JC). On retrouve donc au début du règne de Dioclétien les “aureliani” qui sont des monnaies créées par la réforme d’Aurélien pour remplacer les antoniniens, monnaies de billon fortement dévaluées et de mauvaise facture qui ont été produites en très grandes quantités au moment du paroxysme de la crise du IIIe siècle.

L’instauration de la tétrarchie a été accompagnée d’une réforme monétaire en 294 après JC. Un nouvel aureus taillé au 1/60e de livre (5,45 grammes) et portant la marque Σ est créé.

L’argenteus, une pièce d’argent taillée au 1/96e de livre (soit 3,41 grammes) est mise en circulation. Il s’agit de monnaies comparables aux deniers frappés à l’époque de Néron. Enfin, un grand bronze taillé à 1/32e de livre (10,32 grammes) est créé, ainsi qu’une petite monnaie de cuivre de 5 grammes et quelques monnaies plus petites encore mais qui n’occupent qu’une place marginale dans le nouveau système…

La suite dans Monnaies & Détections n° 67