Le trésor d’El Carambolo

Composé de 21 fantastiques bijoux en or, il fut découvert par le plus grand des hasards lors de travaux en 1958 dans la région de Séville, en Espagne.

Datant de la période comprise entre le VIIIe siècle et le VIe siècle avant J.C. Il s’agit d’un des trésors les plus anciens jamais découvert en Espagne. Les chercheurs et archéologues attribuent ce trésor au peuple antique de Tartessos qui constitue une énigme pour les chercheurs et archéologues !
Le territoire des Tartessos (ainsi que les appelaient les Grecs) est situé dans un triangle formé par les villes espagnoles actuelles de Huelva, Séville et San Fernando, sur la côte sud-ouest de la péninsule ibérique. Ce peuple constitue une véritable énigme historique. Selon l’historien Hérodote, les Grecs qui découvrirent la cité des Tartessos, lièrent une alliance avec le souverain local, Arganthonios qui sera le dernier roi de la cité !


Selon les Grecs, la ville était un exemple de justice et de raffinement qui aurait fortement influencé Platon dans sa description de la civilisation Atlante.
Très curieusement, les habitants de cette cité élaborèrent une langue et une écriture totalement différentes de celles des peuples voisins. Pour certains chercheurs et historiens, cette zone géographique constituerait en réalité le refuge des habitants de l’Atlantide ayant échappé à la catastrophe qui a anéanti leur terre ! Les rescapés auraient trouvé asile dans cette partie de l’Espagne, Tartessos devenant de la sorte une colonie atlante. Récemment, on a découvert dans la région des mines remontant à plus de 10 000 ans, des restes de fondations cyclopéennes et d’œuvres de canalisation que l’on ne peut pas clairement rattacher à l’influence punique ou romaine et, malgré les efforts acharnés des archéologues, le mystère tartessos subsiste.

La suite dans Monnaies & Détections n° 123

L’énigme du trésor de Carambolo

En 1958 près de Séville, Espagne, des ouvriers qui creusaient des fondations découvrirent un superbe trésor composé de 21 bijoux tout en or ! Le trésor de Carambolo, nom du lieu-dit de la découverte. Les bijoux étaient d’un style inconnu, aucun autre trésor contenant des bijoux du même genre n’a été découvert depuis en Espagne ! La multitude de boules et de cupules qui les recouvrent, rappelle certains bijoux celtes…
Datés d’au moins 2500 ans, date du dépôt, les bijoux furent liés à la civilisation dite « de Tartessos » qui prospéra dans le Sud de l’Espagne entre le sixième et neuvième siècle av-JC. Les Tartessiens ont même été liés par certains chercheurs au mythe de l’Atlantide…
D’autres ont vu les bijoux de Carambolo comme étant d’origine phénicienne et ils étaient classés comme tels jusqu’à tout récemment. Une partie du mystère vient de tomber. Grâce aux progrès de la science, l’or des bijoux a été analysé, l’or antique contenant toujours plus ou moins d’impuretés, on peut donc en tracer la provenance. Et le résultat est sans appel, l’or des bijoux de Carambolo provient des mines d’or proches de Séville. Si le dépôt date bien du VIe siècle avant notre ère, les chercheurs pensent désormais que les bijoux étaient vieux d’au moins 200 ans quand ils furent cachés ! Et fabriqués sur place avec de l’or d’extraction locale selon une technique phénicienne. Et la découverte non loin de Carambolo d’un temple phénicien vient conforter cette hypothèse.
Il n’en reste pas moins une question toujours sans réponse. Qui portait cette sorte d’armure, les plaques pectorales et les autres formes, une sorte d’armure toute en or ? Sans oublier les énormes bracelets et la chaine aux pendentifs eux aussi en or ! Un prêtre-gourou phénicien ou tartessien ? Mystère…
Source : nationalgeographic.com