MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘vol d’or’

Barre d’or

En 2010 une barre d’or de 74,85 onces bardée de poinçons et provenant de l’épave d’un galion espagnol était volée ! La barre d’or était exposée dans un astucieux présentoir qui permettait aux visiteurs de la prendre en main… dans le Musée Fisher à Key West, Floride, États-Unis. Cette barre d’or fut trouvée sur l’épave du Santa Margarita en 1980, coulé au large de Key West parmi une flotte de six navires, dont le célèbre Atocha qui fit la fortune de Mel Fisher, plus de 500 millions d’euros de renfloués sur les différentes épaves !
Sur une photo de 1980 on peut voir Mel Fisher, bouteille de champagne à la main et son fils Kane qui tient à bout de bras le plus gros lingot d’or de l’épave, une fortune à lui tout seul !
La compagnie d’assurance avait offert après le vol, une prime de 10 000 dollars pour toute information et sept ans après le vol la police a arrêté deux hommes qui ont été reconnus sur les vidéos du musée. La barre, elle, n’a pas été retrouvée, la police pense qu’elle a malheureusement été fondue !
74,85 onces d’or représentent 2 328 grammes, soit un peu plus de 75 000 euros au cours actuel. Une belle somme c’est vrai, seulement cette barre d’or couverte de poinçons, qui en faisait un objet unique, était estimée à plus de 500 000 euros…
Source : sun-sentinel.com

Le trésor de la Selby Smelting

Juillet 1901, Comté de Comtra Costa, Californie, États-Unis. La fonderie Selby Smelting située au bord de la baie de San-Francisco, qui était alors spécialisée dans le raffinage du plomb, de l’argent et de l’or, reçoit un important stock d’or destiné à la fonte. Un peu plus d’une demi-tonne.

Les caves de stockage de la Selby étant pleines, l’or est entreposé dans la vieille cave d’un entrepôt destinée au plomb et les 500 kilos d’or sont sous la surveillance, jour et nuit de trois gardiens, sans compter les cinquante hommes qui travaillent 24 h sur 24 dans la fonderie. Les hauts fourneaux destinés à la fonte des métaux tournent en permanence.
Pourtant, le 5 août 1901, lorsque les gardiens contrôlent le stock d’or, ils tombent sur un trou dans le sol de la cave et se rendent compte que l’on vient de voler, sous leur nez, pour plus de 900 livres d’or : 408 kilos !

408 kilos d’or

C’est en 1901 le plus gros vol d’or jamais commis au États-Unis. La police pense avoir affaire à une bande de voleurs chevronnés, qui ont creusé un tunnel de plus de 12 mètres de long pour arriver juste sous le stock d’or ! Il faudra attendre 1976 et Albert Spaggiari lors du casse de la Société Générale de Nice, entré dans la salle des coffres par un tunnel, pour revoir un vol aussi spectaculaire !
La fonderie Selby Smelting offre alors une prime de 25 000 dollars pour toute information permettant de retrouver les audacieux voleurs ou l’or, une fortune en 1901.
Deux jours après le vol les enquêteurs vont donc être très surpris. Alors qu’ils fouillent une cabane, à quelques mètres de la fonderie, la police découvre un pistolet, des vêtements pleins de boue — celle du tunnel — et une lettre qui va les conduire à Jack Winters, aussi connu sous le pseudo de Buck Taylor. La police va mettre quelques jours à réaliser et comprendre qu’ils tiennent leur homme, car c’est bien un seul homme, qui a réussi le casse du siècle ! Après avoir réussi le coup parfait, Jack Winters a commis plusieurs erreurs qui vont lui être fatales… Jack passe rapidement aux aveux et explique son acte.

Une histoire stupéfiante

Alors qu’il se contentait d’une petite vie et d’un salaire de misère à la fonderie, il a rencontré une belle fermière, Ida. Tombé fou amoureux, Jack a fini par la demander en mariage ; Ida étant pragmatique lui a répondu que s’il arrivait à économiser et mettre de côté 1000 dollars, elle l’épouserait. Jack s’est vite rendu compte qu’il n’arriverait jamais à réunir une telle somme, au même moment la fonderie recevait une demi tonne d’or…

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 96

43 kilos d’or…

Disparus, mais pas pour tous les mondes, évidemment. Un procès hors norme sur le monde assez opaque, il faut bien le reconnaître, des marchands d’or, dans le nord de la France. A Erstein plus précisément où la société Orest poursuivait plusieurs de ses désormais ex-employés pour vol d’or. Des vols commis sur plus d’une dizaine d’années sans que personne ne s’en aperçoive ! Pourtant équipée de détecteurs de métaux et d’un système de vidéo surveillance, Orest qui fournit de grands joailliers en alliances, Cartier, Boucheron, Van clef & Appel…, n’a rien vu venir, les employés indélicats avaient trouvé des parades : les rondelles d’or de 20/30 g sortaient dans les chaussures de sécurité, la coque métallique des dites chaussures faisant forcément sonner le détecteur… Au dire de certains des prévenus, ça passait aussi avec des plaques de 150 g dans les chaussettes ! D’autres encore dissimulaient des bagues dans leurs téléphones portables, à la place de la batterie. L’or était ensuite revendu à des marchands d’or en Alsace qui étaient aussi sur le banc des prévenus, poursuivis pour recel. Plusieurs peines de prison ferme ont été prononcées et le montant cumulé des amendes se monte à 978 000 euros, l’équivalent de 43 kilos d’or, bien que la société pense avoir été flouée d’au moins 82 kilos !

Sources : dna.fr & estrepublicain.fr