MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘applique’

119.01

Bonjour, voici un portrait en plomb. Je n’arrive pas à le dater ni à savoir son utilité. Pourriez-vous m’aider à le dater et l’identifier ? Ce portrait me fait penser à Arlequin. 146 g. Merci à vous, Jeje77detection. 
Et nous à Cyrano de Bergerac ! Le chapeau, la plume, la moustache, le bouc et le long nez, oui on pense vraiment à lui, petite applique destinée à être suspendue peut-être.

Titan

Autre découverte d’exception, réalisée au détecteur de métaux, par un prospecteur anglais dans le Hampshire. Une découverte bien entendu déclarée et enregistrée par le PAS « Portable Antiquités Sheme ». Une superbe applique de meuble romain en bronze, datée du Ier/IIe siècle, une applique de grandes dimensions, représentant le Dieu grec Titan Océanus, dont la chevelure est formée d’algues où nagent des dauphins et des serpents de mer ! L’artefact intéresse le British-Museum !…

Source : livescience.com

112.04

Bonjour, je vous fais parvenir les photos de cet objet 5 cm x 5 cm en bronze, pouvez-vous m’identifier cet objet et me donner sa valeur ? Trouvé dans le département 27. J’attends votre réponse dans un prochain numéro, cordialement, Manu. 
C’est une applique peltiforme, peut-être en provenance d’un harnais gallo-romain. Le thème est un enfant jeune tenant des serpents dans les mains. Bien qu’il ressemble à un Cupidon, on y voit plutôt Hercule enfant qui étrangle les serpents et au-dessus une tête de lion pour rappeler le lion de Némée qui a vaincu Hercule. Ie-IIe siècle.
Suit un très beau sceau en amande ou en navette, donc ecclésiastique de la fin XIVe s. ou début XVe s. La description est la suivante : Dieu se penche en haut et tend la main depuis un nuage, une coupe symbolise le ciel avec le mot latin probable en abrégé : AETERNITAS (l’Eternité), au-dessous de cet arc de cercle, les lettres IN RI inscrites sur la croix, abréviatif de : Iesus Nazareth Rex Iudaeorum (Jesus de Nazareth, Roi des Juifs). En dessous, trois bâtiments sont présents, une petite tour, une grande tour centrale, un clocher ; ces trois figures pourraient symboliser des édifices inscrits dans les murailles d’une cité on pense alors à Reims dont le sceau présente des murailles avec des tours et structures avoisinantes (voir sceau de Reims). Dieu a tendu la Sainte ampoule, destinée à oindre les rois de France. La légende de bordure est difficilement lisible on lit FVLCO (Foulques)… Un Fulco Foulques a été  évêque de Reims vers 900… Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse mais elle est tentante pour l’un des chanoines de la cathédrale de REIMS. A défaut de cette première lecture, Dieu ayant désigné son fils le Christ, depuis la voûte céleste, à la cité terrestre, il pourrait s’agir aussi du sceau d’un chanoine d’un chapitre d’une église sous le patronage de SAINT SAUVEUR, église à repérer d’après le contexte local de la découverte.

100.6

Voici quelques objets trouvés en Savoie, tous en Tarentaise. J’ai fait quelques recherches mais sans résultat précis. Voici le descriptif : le soleil est en bronze, mesure 41 mm et pèse 8,12 g, la flèche en bronze pèse 2,25 g et mesure 26 mm (de la pointe au “manche”) sur 23 mm. La monnaie romaine : 26 mm pour 6,42 g. La mérovingienne en or : 13 mm pour 0,93 g, et enfin le plomb pèse 10,75 g et mesure 27 mm par 23 mm. Je vous souhaite une bonne continuation, Thibault.

Il s’agit d’un triens de Viviers en Ardèche, Francs vraisemblablement, il en existe de nombreux exemplaires et celui-ci est à rapprocher avec celui qui est présent dans le Belfort à la réf 4910 (dessin joint). Avers : DNVIITV STONAI, buste diadémé à droite. Revers : -NOTC S couché, AVOTVNO, croix latine potencée sur un globe et un degré accostée de VI VA à l’exergue ONOB. Bel état TTB, estimée à 1200 euros.

La monnaie romaine est un Maiorina de Julien II l’Apostat (362-363) E N FL CL IVLIANVS P F AVG. La première lettre devrait être un D mais nous voyons un E. Buste barbu, diadémé, drapé et cuirassé de Julien II auguste à droite, diadème perlé. “Dominus Noster Flavius Claudius Iulianus Pius Felix Augustus”, (Notre seigneur Flavien Claude Julien pieux heureux auguste). Revers : SECVRITAS REI PVB (La Sécurité du bien public). Taureau passant à droite surmonté d’une étoile. A l’exergue l’atelier se devine SCONS pour Arles. C’est une monnaie en TB estimée à 120 euros.

Le plomb est-il percé dans sa plus grande longueur ? C’est ce que suggère la seconde photo, on y voit un début de cavité, dans ce cas cela pourrait être un plomb servant de scellé pour fermer un sac contenant des marchandises et reconnaitre l’appartenance de ces dernières au fabricant qui aurait apposé ses marques sur le plomb : deux cercles concentriques, un besant au centre et quatre besants formant un carré virtuel autour des cercles, le tout repris deux fois.

Quant au soleil en bronze, il s’agit d’une applique mais peu d’éléments permettent de le dater car ce style figuratif a traversé les siècles…

La pointe de flèche est une pointe de forme triangulaire à pédoncule et ailerons latéraux, la soie est de section ronde. La datation est -900-500 de notre ère.

97.03

Trouvé dans un champ labouré, ce petit bronze représentant un personnage couché sur un poisson plat. Poids 106 g environ, 6 cm de diamètre. Trouvé à côté ce bronze creux de 31 g pour une dimension de 4,5 cm. Nadine
La plaque de métier de pêcheur est exclue, il s’agit plus sûrement d’une applique mais n’ayant pu retrouver la symbolique représentée nous ne pouvons efficacement dater ce bronze. La balance irait plus légèrement sur les XVIIe-XVIIIe plutôt que l’antique.
Concernant l’autre objet, une photo de la façade arrière aurait permis de voir s’il existait un système de fixation comme des trous de rivets. Nous pouvons faire l’hypothèse qu’il s’agisse d’une bouterolle ou d’une situle soudée au seau et servant à fixer l’anse de ce dernier ? Période antique gallo-romaine avec un personnage hirsute, barbe longue coiffée, peut être le dieu Pan s’il s’avère que ce soit des cornes gravées au lieu de mèches de cheveux.

87.04

Bonjour, je vous envoie quelques photos de monnaies pour la rubrique « trouvailles, identification, estimation » de Monnaies & Détections, merci et bonne continuation. La première a été trouvée dans le Gard à Rousson dans un labour, elle pèse 2,04 g, en bronze, diamètre 14 mm. La deuxième photo trouvée en labour dans le 84 à Sérignan pèse 19,01 g, en bronze, diamètre 33 mm. Puis un petit objet, si des fois vous avez une idée, en bronze je pense, trouvé dans le Gard à Pont Saint Esprit dans une vigne, poids 7,65 g et 28 mm x 22 mm. Merci, Thierry
La première monnaie est une monnaie pour Marseille comme l’indiquent immédiatement les caractères grecs MASSA, une drachme légère frappée entre 150 et 125 avant JC. La votre est encore plus légère (bonne balance ?), elle représente le profil d’Artémis à droite, diadémé ; au revers on retrouve à droite le lion marchant avec la légende déjà décrite. Cette monnaie est décentrée sur les deux faces et présente des coups d’engins agricoles, elle s’estime 80 euros.

La seconde est un peu plus récente, il s’agit d’un dupondius pour JULES CÉSAR ET OCTAVE “COPIA”. Avers : IMP. CAESAR. DIVI. IVLI. DIVI. F. Tête d’Octave nue à droite, adossée à la tête de César laurée à gauche ; entre les deux, une palme. “Imperator Cæsar Divi Iuli Divi Filii”, (L’imperator césar divin Jules fils du divin). Revers : COPIA. Proue de navire à droite ornée d’un œil et d’un dauphin ; un astre au-dessus. “Copia” (Copia). Il s’agit de la première émission avec la palme au milieu frappée en 36 avant JC. Votre revers est bien net, cette monnaie s’estime dans les 600-700 euros.

Enfin votre objet est une applique gallo-romaine probablement représentant un visage épais.

Trouvaille 66.13

Bonjour, j’ai trouvé ce demi visage en bronze, qui mesure 5,1 cm de hauteur et 2,8 cm de largeur, dans un labour en Charente-Maritime, proche de la Rochelle. Est-il possible de le dater et de m’en dire plus sur celui-ci ?

Merci, Bastien.

Jolie applique en bronze représentant le visage juvénile de face d’un jeune homme ou jeune femme souriant. En copiant collant et inversant la moitié, on obtient un portrait complet qui est celui d’une jeune femme, avec un bandeau décoré dans les cheveux surmonté d’une fleur centrale. On pourrait penser à une applique antique mais les trous ont l’air d’être mécaniques ; donc objet plus récent.

Trouvaille 65.30

Bonjour, j’ai trouvé cette applique « romane » à Ennery (Val d’Oise) lors d’une sortie avec mon chien. Elle se trouvait au bord d’un chemin dans un champ qui venait d’être labouré, la découverte s’est faite à vue… comme quoi. Pas de nettoyage, juste rincée à l’eau. 

Elle me semble en bronze et pèse 60,2 gr. Si vous pouviez m’en dire plus. Merci, Cis 95.

Cette applique est de style “néo-roman” XIXe s. ou orthodoxe pour le culte, en bronze coulé ou cuivre coulé oxydé (?), il doit manquer l’équivalent pour le dos, les deux parties ayant été rivetées à un noyau de bois devaient former le manche d’un instrument long en bois avec garniture métallique décorée dans un style traditionnel (geste de la main de tradition byzantine-orthodoxe, mais sourire plutôt moderne), on pourrait penser par exemple au manche d’un goupillon d’eau bénite pour l’aspersion ou d’un autre instrument rituel orthodoxe.

Trouvaille 63.07

Bonjour au magazine « Monnaies & Détections » que j’achète depuis maintenant 8 ans, et toujours avec autant de plaisir. Voici quelques monnaies et objets que j’ai trouvés dans le 91.Antoninien de Posthume, petit objet en bronze (attache ?) que je pense gallo-romain, de 3 cm de long, quinzain ?, une autre attache en forme de fleur de lys de 6,5 cm en bronze (XVIIème ?), denier gaulois des Rèmes ou assimilé, argent, diamètre 13 mm, poids 1,80 g, frappe centrée, cotation ? Merci pour vos réponses. Cordialement, et longue vie à votre revue. Morgan.

Le petit objet en bronze pourrait être gallo-romain sans certitude ; l’axe (cassé) est trop épais pour en faire une attache de ceinture en tout cas. Le second objet est d’une toute autre période. Il s’agit d’une applique présentant une fleur de lys ; votre datation semble valable mais peut s’étaler, pour ce type d’objet, sur plusieurs siècles. Voyons les monnaies : une croix dans un quadrilobe à fleurs de lys et au revers deux fleurs de lys dans un trilobe rappellent furieusement un double tournois de François Ier ou Louis XI. Sa valeur reste symbolique en l’état car trop usée et incomplète au niveau des légendes. L’antoninien semble être de Posthume sous toute réserve car la légende est peu visible ; on distingue néanmoins les lettres « PO » en sixième et septième position… le revers fait référence à la fidélité de l’armée (FIDES MILITUM) avec la fidélité debout entre deux étendards qu’elle tient entre chaque main. Cette monnaie n’a pas plus de valeur que la première. Les deux dernières monnaies sont, dans l’ordre inversé, un dizain ou quinzain de Louis XIII (on lit « XIII » à cinq heures sur l’avers et la lettre d’atelier « N » pour Montpellier, monnaie avec surfrappe officielle lui donnant une autre valeur pour les années de règne de Louis XIV). Enfin, un denier gaulois attribué aux Rèmes, denier ATEVLA/VLATOS classe Ia. Buste ailé à gauche et légende devant la face pour l’avers : ATEVLA. Pour le revers : un taureau à droite sur une ligne d’exergue, une esse au-dessus du dos, un pentagramme entre les pattes, un demi-cercle centré sous la ligne d’exergue et la légende VLATOS. Cette monnaie date du IIe au Ier siècles avant JC. Ref : LT 7191. Bel état de conservation pour cette monnaie, estimation 200 €.

Trouvaille 54.24

Bonjour,
Une monnaie romaine et une applique à la tête de lion ont été trouvées par mon client le long de la voie Domitia, près de Forcalquier, dans les Alpes de Haute-Provence. À identifier précisément.
En vous remerciant,
Non pas romaine, mais gauloise. Il s’agit d’un denier des Voconces (vallée du Rhône) : leurs monnaies représentent à l’avers la tête casquée de Rome tournée vers la droite, et au revers, un cavalier galopant à droite avec une lance à la main. Elles portent par contre de nombreuses légendes différentes. Ces monnaies (70-43 avant J.-C.) sont des imitations des deniers de la République Romaine du type aux Dioscures, deniers qui ont circulé en Gaule jusqu’au début de notre ère. La vôtre est en bel argent, on distingue un reste de légende devant le portrait à droite, et au revers, une partie de la légende se lit nettement : AUS. La légende complète est AUSCRO. La monnaie est sur un flan court, ce qui fait que la légende complète de l’avers est quasiment inexistante : on y lit les deux dernières lettres du mot DURNACOS. Monnaie en bel état malgré ce flan court, comptez 180€. L’applique est en bronze et représente une gueule de lion de face avec crinière abondante. Un trou situé à l’emplacement de la gueule servait à le fixer sur son support. il s’agit de la décoration du shako d’officier hussard. le trou dans la gueule avait à l’origine un anneau qui retenait la gourmette frontale du shako; Le votre est plus ancien , epoque louis XVIII° ou Louis Philippe.