MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘apport scientifique’

Ces derniers temps, une salve d’articles contre les détectoristes, que dis-je, les pilleurs du patrimoine, s’est fait jour dans les journaux télévisés et papiers. Anonnés par des journalistes recopiant la dictée de certains archéologues, ces articles ont tous un point commun, le mensonge par omission et une prise de position arbitraire. 

Il y a quelques années, il y avait l’Happah, assez virulente, qui s’est fait, depuis, taper sur les doigts et qui s’est calmée, on a maintenant Xavier, le Don Quichotte de l’anti-détection !

Qui est donc ce Monsieur Xavier Delestre ? C’est le conservateur régional d’archéologie de la région Paca, auteur d’un article : « Trafic, vols, fouilles clandestines, un patrimoine en danger ; conclusion d’une enquête menée sur les années 2015-2017 » où l’auteur termine par : « un objet n’a d’intérêt que s’il est associé à d’autres découvertes provenant des mêmes structures et qu’il est donc privé de toute valeur intrinsèque. Son étude et sa publication ne seraient ainsi pas de mise car elles ne peuvent être prises en considération par les milieux scientifiques, et doivent être recouvertes d’un voile gris ». D’autres de ses collègues vont même jusqu’à écrire : « un objet archéologique déplacé de son contexte est un témoin mort » (Y. Brun, Le journal de Saône-et-Loire, 23 mars 2019).

Et bien n’en déplaise à Monsieur Xavier Delestre, nous avons lu un intéressant article scientifique qui prouve exactement le contraire des dires de Don Quichotte de la Paca.

Tous les numismates se spécialisant dans le monnayage gaulois connaissent, au moins de nom, Monsieur Louis-Pol Delestrée qui, associé avec Marcel Tache, a publié les quatre tomes du « Nouvel Atlas de monnaies Gauloises », ouvrage de référence pour tous collectionneurs et chercheurs. Il y a peu de temps, ce chercheur a publié dans les cahiers numismatiques hors-série N° 2, Rencontres numismatiques 2, numéro spécial consacré aux monnaies gauloises, mars 2021, un article dont le titre a lui tout seul est déjà un désaveu de la pensée de Monsieur Xavier Delestre : « les apports scientifiques des monnaies gauloises trouvées hors contexte… »

Sur une dizaine de pages il donne des exemples frappants de l’intérêt de ces monnaies trouvées isolément.

Revenons sur la notion de contexte archéologique

Pour l’archéologie politico-administrative, le seul contexte archéologique valable pour étudier une monnaie est sa présence dans une couche stratigraphique non perturbée dans le temps depuis la perte de cette monnaie. Autant dire que cette situation est exceptionnelle. Les contextes de situations se rattachent à de nombreux sites dont la durée d’occupation s’est étendue sur une longue période et ont été remaniés régulièrement au fur et à mesure des époques. Tous ces sites livrent des monnaies en surface qui sont considérées comme dépourvues de contextes archéologiques exploitables.

Venons-en aux monnaies gauloises proprement dites

98 % des monnaies gauloises conservées à la BnF sont dépourvues de tout contexte et de provenances exploitables. Dans la réalité, en raison des progrès considérables enregistrés depuis le milieu du XXe siècle en numismatique gauloise, la typologie et la datation des séries monétaires sont de mieux en mieux connues et inventoriées, de telle sorte que les classements des monnaies sans contexte et sans provenance s’en trouvent grandement facilités. En d’autres termes, il est de plus en plus aisé de réintroduire dans un ensemble typo-chronologique des monnaies dont l’environnement initial et la localisation exacte sont ignorés.

Prenons l’exemple de la typologie 

Souvent les coins monétaires sont supérieurs en diamètres aux flancs frappés et dans le cas de série d’émissions rares, telle monnaie trouvée hors contexte permet de compléter la composition de l’image incomplète connue. Un exemple parmi tant d’autres : un statère en or allié trouvé hors contexte appartient à la série dite à fleur (DT 2247). Devant le profil à gauche, deux motifs décrits comme « masses ovales » sont en fait deux poissons ou dauphins parallèles, figuration marine sur la signification de laquelle nous reviendrons (Fig. 1). Des exemples comme celui-là sont légions en numismatique.

… La suite dans Monnaies & Détections n° 118