MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Eure’

112.04

Bonjour, je vous fais parvenir les photos de cet objet 5 cm x 5 cm en bronze, pouvez-vous m’identifier cet objet et me donner sa valeur ? Trouvé dans le département 27. J’attends votre réponse dans un prochain numéro, cordialement, Manu. 
C’est une applique peltiforme, peut-être en provenance d’un harnais gallo-romain. Le thème est un enfant jeune tenant des serpents dans les mains. Bien qu’il ressemble à un Cupidon, on y voit plutôt Hercule enfant qui étrangle les serpents et au-dessus une tête de lion pour rappeler le lion de Némée qui a vaincu Hercule. Ie-IIe siècle.
Suit un très beau sceau en amande ou en navette, donc ecclésiastique de la fin XIVe s. ou début XVe s. La description est la suivante : Dieu se penche en haut et tend la main depuis un nuage, une coupe symbolise le ciel avec le mot latin probable en abrégé : AETERNITAS (l’Eternité), au-dessous de cet arc de cercle, les lettres IN RI inscrites sur la croix, abréviatif de : Iesus Nazareth Rex Iudaeorum (Jesus de Nazareth, Roi des Juifs). En dessous, trois bâtiments sont présents, une petite tour, une grande tour centrale, un clocher ; ces trois figures pourraient symboliser des édifices inscrits dans les murailles d’une cité on pense alors à Reims dont le sceau présente des murailles avec des tours et structures avoisinantes (voir sceau de Reims). Dieu a tendu la Sainte ampoule, destinée à oindre les rois de France. La légende de bordure est difficilement lisible on lit FVLCO (Foulques)… Un Fulco Foulques a été  évêque de Reims vers 900… Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse mais elle est tentante pour l’un des chanoines de la cathédrale de REIMS. A défaut de cette première lecture, Dieu ayant désigné son fils le Christ, depuis la voûte céleste, à la cité terrestre, il pourrait s’agir aussi du sceau d’un chanoine d’un chapitre d’une église sous le patronage de SAINT SAUVEUR, église à repérer d’après le contexte local de la découverte.

104.5

Bonjour, petite sortie détection dans un champ. Pourriez-vous m’aider à identifier ces monnaies et me donner une estimation de leurs valeurs, merci à vous. Argent 0,40 g, 10 mm, billon 1,84 g, 25 mm. V.K 27
Vous avez là un jeton de Nuremberg à l’agnel. Avers : agneau pascal à gauche (imité de l’agnel d’or de Louis X 1315), au dessus, un bonfanon ; + HVRTE : BIEN : MOVTON. Le vôtre a été limé pour le réduire ou la tranche taillée pour servir d’aiguisoir à couteau par exemple. La valeur nulle de ces jetons s’y prêtait à l’époque.
Vient ensuite une menue monnaie du XIIIe siècle en bas argent, une maille de la cité de Gand en Flandres vers 1253, on voit de profil une tête de soldat portant le capuchon de mailles et une calotte en acier. Dans un grènetis, tête à gauche casquée. Le casque est orné de trois annelets. Une aigrette comme cimier. Derrière la tête, quatre points disposés en losange. Revers : croix longue double ancrée avec au centre un point. C’est une monnaie en état TB++ estimée à 30 euros.
Enfin votre dernière monnaie semble en argent, épaisse, elle pèse 1,55 g et fait 12 mm de diamètre. Sa tranche épaisse fait pencher pour une monnaie antique ou éventuellement mérovingienne. On exclut toute époque postérieure, mais en l’absence d’un quelconque indice, elle restera indéterminée.

100.13

Je vous ai envoyé des photos d’un très beau statère carnute au loup et au cheval, trouvé à la limite de l’Eure-et-Loir et l’Eure. Son poids fait 2,2 grammes. Merci de bien vouloir me donner votre avis ainsi qu’une estimation pour cette monnaie, Alain.
Puisque le poids est de 2 grammes, il s’agit d’un quart de statère des Carnutes, région de la Beauce, au loup conducteur. La monnaie est anépigraphe avec une tête imitée de Philippe II à gauche, le revers d’excellent relief présente un loup conduisant un cheval à droite, sous le ventre de l’équidé un oiseau aile déployée (aigle ?). Il s’agit théoriquement du quart « au loup conducteur » DT 2077A et B ; mais curieusement, le profil est à gauche alors qu’il devrait être orienté à droite, et le dessin du revers peut sembler curieux… Il nous est difficile de se prononcer sur l’authenticité de la monnaie sans l’avoir en main. Ce quart de statère est SUP et sa valeur (si elle est authentique) oscille entre 900 et 1200 euros.

87.03

À tous les amateurs de belles monnaies, voici une trouvaille de l’Eure qui m’a fait vraiment plaisir ! Anglo-saxon sceattas, 12,4 mm pour 1,3 g en argent bien sûr :)  Amicalement, Prospect’eure
Sceat au porc-épic, série E, VICO. Avers : Anépigraphe. Tête très stylisée à droite avec présence de deux triangles. Revers : Anépigraphe. Carré perlé, avec un annelet au centre, accosté des pseudo-lettres V, I et C plus deux globules. Cette monnaie est en bel état et s’estime 150 euros.

87.10

Je vous envoie cette monnaie que j’ai fortuité dans l’Eure (27). C’est un double sesterce radié à la galère, le problème c’est que je ne trouve aucune autre monnaie de ce type avec cette légende au revers. Serait-ce une monnaie dite « unique » ? Dimension 29 mm, poids 11 g. Cordialement, Prospect’eure
Oui, un double sesterce pour Posthume, catalogué chez Bastien sous le N° 290. Le déclin de l’Empire gaulois était manifestement déjà si avancé, que l’orthographe gravée par les différents ateliers secondaires sur les revers de cette monnaie n’avait plus grande importance à cette époque. On rencontre plusieurs différences de légende pour ce revers. La pénurie de bronze en Gaule et la baisse de l’aloi de l’antoninien provoquèrent une multitude d’imitations qui furent frappées entre 263 et 266 pour les doubles sesterces. POSTVMVS P F AVG. Buste radié, drapé et cuirassé à droite, vu de trois quarts en avant (A). Revers : Légende illisible. Galère voguant à gauche avec quatre rameurs et l’acrostolium. Il manque une petite partie de la monnaie, qui présente une usure forte sur un tiers de l’avers. Le revers ne se présente pas mieux. Ce type de monnaie avec une usure assez proche, a été proposée à 80 euros sur Ebay sans qu’elle trouve preneur.

Trouvaille 83.09

Bonjour, je m’appelle Adrien mais mon pseudo est prospect’eure, j’ai 17 ans et ça fait déjà plus de deux ans que je détecte :)  Je vous envoie une petite trouvaille qui m’a fait bien plaisir et que j’ai nettoyée moi-même. Je l’ai fortuitée en forêt dans le 27 (Eure) avec mon XP Déus. C’est un potin au sanglier enseigne des Aulerques Eburovices (Région d’Evreux) pesant 3 g (avec balance de cuisine). Si les photos ne sont pas nettes je peux en refaire. En espérant voir cette monnaie dans le prochain numéro :) , amicalement, Prospect’eure.

Souhait exaucé et tu nous as aussi mâché le travail : potin au sanglier aulerque éburovice. Tête stylisée à gauche, l’œil, le nez et la bouche indiqués par des globules. Revers : sanglier enseigne à droite ; entre les pattes, trois globules disposés en triangle. 60-50 avant JC. La valeur de cet exemplaire tourne autour de 50 euros.

Trouvaille 82.23

Vous trouverez, ci-joint, le cliché d’une pièce or apparemment d’époque mérovingienne que j’ai trouvée dans l’Eure. Malgré mes recherches, je n’ai pu trouver aucune information sur celle-ci. Pourriez-vous s’il vous plait examiner cette pièce et m’informer de sa date d’usage et éventuellement une estimation à ce jour sur le marché ? Jacques P.

Au droit : CHILDIERNVS, buste perlé à droite. Au revers : MASICIACO, croix fichée sur un globe (hors flan) cantonnée de croisettes et de pendentifs. Il existe une monnaie du même monétaire (Childiernus) frappée dans le même atelier (Masiciacum) et avec des caractères similaires et dont voici une gravure issue du Belfort. Au droit : un buste doublement perlé : MASICIACO. Au revers : croix fichée sur un globe (également hors flan) cantonnée de croisettes et de pendentifs CHILDIERNVS. Réf : Belfort 2430, monnaie datée du VIIe siècle. Cet atelier monétaire est incertain pour Belfort, Prou et Engel/Serrure, en revanche Depeyrot attribue cet atelier à Maisey le Duc en Côtes d’Or près de Châtillon-sur-Seine (21) sans réellement donner les raisons de cette attribution. Cette monnaie que l’on pourrait qualifier d’inédite par sa typologie  vient donc s’ajouter et compléter la liste du monnayage de cet atelier et de ce monétaire. Très jolie trouvaille… La monnaie est en état TTB+, voire sup étant unique, on peut l’estimer aux alentours des 2000 euros.

20 kilos d’or

Un trésor ! C’est sûrement ce que se sont dit ces trois ouvriers qui effectuaient un terrassement dans une propriété privée de l’Eure, sur la commune de Notre-Dame-de-L’Isle, Normandie. Et quel trésor, près de 20 kilos d’or !

16 lingots et 600 pièces d’or, des monnaies, énormes, de 20 dollars, dont les dates s’échelonnent entre 1924 et 1929, pour une valeur totale de près d’un million d’euros ! Enfin 900 000 €, vendus discrètement, car les inventeurs ont fait le mauvais choix de ne rien dire au propriétaire et d’écouler le magot pour leurs seuls comptes… L’effet trésor d’une vente aux enchères aurait certainement rapporté beaucoup plus… A titre d’exemple, le trésor de Riceys (Monnaies & Détections N° 71) rapporta 705 000 €, il était lui aussi composé de 20 dollars or de la même époque, mais il n’y avait « que » 497 monnaies ! La découverte du magot remonte à 2011, le couple, propriétaire d’une longère achetée en 2000, du XVIIIe, décida de l’agrandir pour rajouter une pièce à la place d’une grange attenante au bâtiment principal ; le trésor était caché, dans le sol de terre battue de la grange. Les 600 monnaies et les 16 lingots étaient contenus dans des bocaux en verre, un contenant assez classique pour ce genre de trésor.

C’est un banquier des trois maçons qui a trouvé suspects les gros chèques encaissés par son client et qui a prévenu le fisc… La police est remontée jusqu’à eux et ils ont fini par parler. Le plus surpris a sûrement été le propriétaire du terrain qui est aussi le maire de la commune. Tout l’or ayant déjà changé de main, la police a saisi de fortes sommes d’argent et plusieurs véhicules… La suite de l’affaire, en justice, nous dira s’ils ont encore droit à leur part du trésor, ce qui s’est déjà vu dans des affaires similaires.

Le numismate ayant procédé à la transaction et qui a, au passage encaissé plus de 250 000 € de commission, est aussi mis en examen pour recel…

Finalement, au regard des sommes obtenues, en prenant en compte l’effet trésor et collection sur les dollars or aux États-Unis (vente du trésor de Riceys) les trois maçons auraient sans doute obtenu presque autant (peut-être même plus !) en déclarant leur trésor et sans risque de tout perdre !

Il serait intéressant de déterminer la provenance du magot, les millésimes des monnaies de 20 dollars sont datés entre 1924/1929. Il ne doit pas être bien dur de retrouver le nom du propriétaire du terrain de l’époque, la somme est vraiment énorme pour un bas de laine de 1930 ? À moins que le dépôt ne soit lié à la Seconde Guerre mondiale, tout est possible, un nom de famille apportera aussi d’éventuels ayants droit, qui voudront sûrement leur part du pactole, ce qui pourrait transformer le trésor en succession, le dépôt était à l’intérieur des bâtiments, ça se plaide.

D’après les propriétaires il n’y avait aucune légende de trésor courant sur la maison, ils avaient pourtant dit aux ouvriers, si vous trouvez un trésor, on partage…

Le procès est prévu en décembre, à suivre.

Source : lemonde.fr & infonormandie.com