MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Floride’

Le pélican d’or, suite…

Un petit rappel de l’histoire, 31 juillet de l’an de grâce 1715, onze galions espagnols qui longent l’actuelle côte de la Floride, États-Unis, sont pris dans un terrible ouragan. Les onze navires seront coulés, tous rentraient en Europe chargés de trésors ! 295 ans et 15 jours plus tard, le 15 août 2010, sur le site des naufrages, la plongeuse et chercheuse de trésor Bonnie Schubert découvrait un superbe reliquaire en or massif, un pélican ! À sa découverte, le pélican reliquaire était incomplet, l’histoire est racontée en détail dans Monnaies & Détection 60.

Bonnie Schubert a cherché pendant plus de deux mois les morceaux manquants, et par la suite, elle est souvent revenue sur la zone, sans succès. Il aura fallu attendre 10 ans de plus, pour qu’un autre chercheur de trésor découvre l’aile manquante. Henry Jones, qui plongeait avec un détecteur de métaux, a découvert l’aile manquante du pélican ainsi que trois morceaux de chaîne, eux aussi en or, qui servaient probablement à suspendre le reliquaire. Il manque toujours la ou les portes servant à fermer le reliquaire !

Le pélican fut vendu aux enchères en 2013, acheté un peu plus de 700 000 euros par un particulier ; reste à espérer, que ce dernier pourra acquérir l’aile, qui vient d’être retrouvée… Quant aux chasseurs de trésor, ils sont toujours aussi motivés, il en manque au moins un morceau, du pélican et le reste de la cargaison !…

Sources : thehistoryblog.com / Monnaies & Détections 60 et 68

Barre d’or

En 2010 une barre d’or de 74,85 onces bardée de poinçons et provenant de l’épave d’un galion espagnol était volée ! La barre d’or était exposée dans un astucieux présentoir qui permettait aux visiteurs de la prendre en main… dans le Musée Fisher à Key West, Floride, États-Unis. Cette barre d’or fut trouvée sur l’épave du Santa Margarita en 1980, coulé au large de Key West parmi une flotte de six navires, dont le célèbre Atocha qui fit la fortune de Mel Fisher, plus de 500 millions d’euros de renfloués sur les différentes épaves !
Sur une photo de 1980 on peut voir Mel Fisher, bouteille de champagne à la main et son fils Kane qui tient à bout de bras le plus gros lingot d’or de l’épave, une fortune à lui tout seul !
La compagnie d’assurance avait offert après le vol, une prime de 10 000 dollars pour toute information et sept ans après le vol la police a arrêté deux hommes qui ont été reconnus sur les vidéos du musée. La barre, elle, n’a pas été retrouvée, la police pense qu’elle a malheureusement été fondue !
74,85 onces d’or représentent 2 328 grammes, soit un peu plus de 75 000 euros au cours actuel. Une belle somme c’est vrai, seulement cette barre d’or couverte de poinçons, qui en faisait un objet unique, était estimée à plus de 500 000 euros…
Source : sun-sentinel.com

Les trésors de Mel Fisher aux enchères !

Il y a 30 ans, le 20 juillet 1985 c’était le jour ! Celui que le chasseur de trésor, Mel Fisher attendait et espérait après de nombreuses années de chasses aux trésors. Mel découvrait les premiers artefacts d’une des plus fabuleuses épaves à trésor, celle du Nuestra Señora de Atocha, qu’un ouragan avait envoyée par le fond en 1622 au large de la Floride, États-Unis. L’Atocha fera de Mel un homme riche, plus de 400 millions de dollars, après plusieurs procès, gagnés (il y a toujours des rapaces quand on trouve une fortune…) contre l’état de Floride. L’Atocha sera aussi à l’origine d’un des plus grands malheurs de sa vie, un de ses fils trouvera la mort en plongeant sur l’épave. Des tonnes d’or, d’argent, des milliers d’émeraudes, le site de fouille donne toujours, l’épave ayant été disloquée sur plus de 15 kilomètres !

Mel Fisher est décédé en 1998, pour célébrer les 30 ans de sa découverte la société Mel Fisher dirigée aujourd’hui par sa fille a mis aux enchères des objets, choisis parmi les préférés de Mel. Le résultat de la vente a été à la hauteur du légendaire trésor. Un calice en or : 370 000 €, une croix sertie d’émeraudes colombiennes : 106 000 €, plusieurs bagues serties elles aussi d’émeraudes, vendues entre 9 000 et 190 000 €, un lingot d’or bardé de poinçons : 84 000 €, pour 13 500 € on pouvait repartir avec une chaîne en or de 487 grammes ! Et ainsi de suite… le total de la vente ayant dépassé les 2 millions de dollars.

Le lot qui a le plus déçu par son résultat est une cuillère en or, probablement inca on peut y voir des condors, elle est partie à 55 000 € sur une estimation de 150 000 !

L’objet le plus étonnant et le plus mystérieux était certainement un bézoard serti dans un pendentif en or. Qu’est-ce qu’un bézoard ? Eh bien c’est un calcul d’origine humaine ou animale que l’on trouve, quelquefois, dans l’estomac de l’un ou de l’autre (comme les calculs rénaux qui sont plus connus…) En 1622 c’était considéré comme l’arme absolue contre le poison ! Peu ragoûtant, il s’est tout de même vendu 8 000 €. Quand on achète un objet ou une monnaie provenant d’un trésor aussi fantastique que celui de l’Atocha, on achète un bout de rêve et ça n’a pas vraiment de prix…

Source et résultat de tous les lots sur :

https://www.liveauctioneers.com/catalog/74178_the-mel-and-deo-fisher-collection-august-5

Trésor de la Flotta

Nouvelle découverte pour l’équipe de plongeurs chasseurs de trésor d’Éric Schmitt, qui plonge sur les traces des galions espagnols de la Flotta de 1715, et plus précisément au large de Fort Pierce, Floride, USA, sur la zone où fut trouvé le pélican d’or (voir M&D N° 60). L’année dernière un de leurs plongeurs, Greg Bound, avait trouvé pour 300 000 dollars de pièces et chaînes en or (M&D N° 72). Cette fois ils ont trouvé le fond d’un ciboire en or, la partie manquante, le plus gros morceau du ciboire, avec les deux portes, avait lui été découvert en 1989 par Andy Matroci, il y a 25 ans !, sur la même zone, à environ 300 mètres d’après les points GPS… Découverte réalisée avec un détecteur Aquapulse AQ1B, dans la tranchée d’une Mailbox*. Ce ciboire entièrement en or, finement ciselé, une pièce unique en son genre, pouvait être porté autour du cou comme le suggère la boucle sur la partie haute (portes fermées il mesure environ 10 x 7 cm). Il permettait de conserver les hosties au sec, sans doute plus facilement que dans une coupe, sur un galion en haute mer avec une forte humidité ambiante. Désormais complet le ciboire est estimé à plus de 600 000 dollars…

Sources : treasurenet – Monnaies & Détections N° 60*-72

Le Pélican d’Or…

Des nouvelles du désormais célèbre Pélican d’or, découvert en 2010 par la plongeuse et chercheuse de trésors Bonnie Schubert en Floride. À lire ou relire, le Pélican d’or dans l’exceptionnel numéro anniversaire de Monnaies & Détections, N° 60. Il a finalement été vendu en 2012, acquis par un particulier pour près d’un million de dollars, environ 750 000 euros !  Bonnie a depuis mis son bateau en vente, non, elle n’arrête pas la chasse aux trésors, bien au contraire elle compte avec sa part du Pélican, acheter un plus gros bateau mieux équipé et y consacrer beaucoup plus de temps ! Il manque toujours quelques morceaux du Pélican et surtout le reste de la cargaison d’au moins un des 11 galions perdus de la flotte de 1715…

Source : treasurenet.com

A la poursuite du diamant vert

Une histoire assez incroyable et étrange révélée par la chaîne américaine CBS, qui rappelle dans son déroulement le célèbre film « À la poursuite du diamant vert ». Il y a quelques mois, les journalistes de CBS apprennent qu’un chasseur de trésor « aurait » découvert une fortune en pierres précieuses au large des côtes de Key West, en Floride. Une zone qui regorge d’épaves, dont de nombreux galions espagnols coulés par les ouragans et tempêtes tropicales, fréquentes dans la région.

Flairant le bon scoop, les journalistes remontent la piste et finissent par rencontrer en Pennsylvanie un dénommé Jay Miscovich, investisseur immobilier et, surtout le reste du temps, chasseur de trésor ! Il finit par admettre qu’il a bien trouvé quelques pierres… Devant la pression des journalistes, il les quitte un instant et revient avec un panier de linge dont il verse le contenu sur la table. Devant les journalistes effarés s’étale un tas de pierres vertes plus ou moins opaques, des émeraudes brutes ! Depuis, Jay a raconté son histoire, il a même eu droit à une émission, 60 Minutes, sur CBS ! L’histoire de son trésor est assez étrange et lui vaut maintenant quelques démêlés avec la justice…

Il y a 3 ans, Jay Miscovich, plongeur amateur rentre dans un bar en Floride, un ami plongeur lui présente un homme qui prétend posséder une carte au trésor ! …

La suite dans Monnaies & Détections n° 66