MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Grenade’

Trouvaille 131.08

Bonjour Veuillez trouver ci-joint 2 photos de 4 monnaies argent fortuitées en forêt privées. N’en déplaise à certains. La 1 ère 6 gr 30 mm, la 2 ème  25 mm, La 3 ème 4 gr 27 mm, la 4 ème 23 mm.  Pour les trois premières je pense pour des Henri III. Je cale pour la 4 ème. Merci pour votre aide. Un abonné. Éric

En haut à gauche, il s’agit d’un demi- Franc au col plat frappé à Bayonne car vous avez indiqué un poids de 6.3gr. .HENRICVS. III D G  FRANCOR. E. POL. REX. – L, Buste de Henri III à droite, lauré et cuirassé avec col plat ; au-dessous 158Z. (Henri III, par la grâce de Dieu, roi des Francs et des Polonais). Revers : + SIT NOMEN DOMINI BENEDICTVM ancre Croix feuillue et fleurdelisée, une H en cœur. (Béni soit le nom du Seigneur). Réf : DY1130.passons à son état, le frai est assez marqué sur le portrait mais absence de coup important ou de rayure, idem au revers on peut définir un état TB 50 à 60€. Vous ne donnez pas le poids de la seconde mais on peut voir que c’est un module de taille inférieure, c’est donc le même type de monnaie mais en quart de franc frappée à Paris  pour un poids de 3.54g ayant un cours de 5 sols tournois Ref DY 1132 : état TB 50à 60€. Passons à la seconde ligne, on a de la chance de pouvoir identifier directement le quart d’écu grâce au chiffre II accostant l’écu son poids théorique est de 9.71gr. Vous vous êtes mélangés les pinceaux dans les poids, pas grave ! Avers : HENRICVS III.D G.FRANC.ET.POL.REX. (dif)E Henri III par la grâce de Dieu roi des Francs et des Polonais Écu de France couronné accosté de II et II, revers : SIT NOMEN DOMINI.BENEDICTVM 1580 Béni soit le nom du Seigneur Croix fleurdelisée atelier illisible. Réf :DY1133A. Cette monnaie est un peu plus fatiguée que les précédentes c’est un état TB- Un cours de 15 sols tournois de l’époque. Enfin la dernière monnaie est espagnole, un réal si l’on en juge par son diamètre comparée aux autres, cette monnaie est antérieure d’un siècle à Henry III, le réal des rois catholique pèse 3.4gr. Il eut été intéressant de savoir si les monnaies provenaient toutes les quatre de la même trouvaille ce qui aurait pu permettre de définir que le réal était utilisé au cours du jour et donc équivalent au quart de franc. Frappé à Grenade son état est un petit TTB : FERNANDVS° ET° ELISAB. Écu couronné, écartelé, aux 1 et 4 contre-écartelé en a et d de Castille, en b et c de Léon ; aux 2 et 3 mi-parti d’Aragon et de Sicile ; enté en pointe de Grenade ; l’écu est accosté à droite d’une R entre deux annelets et à gauche de la lettre d’atelier. (Ferdinand et Isabelle). Revers : + REX° ET° REGINA CASTE LEG. Joug et faisceau de six flèches. (Roi et Reine de Castille et Léon). 30 à 40€

Un personnage médiéval de France et d’Espagne

Le 26 mars 1366, Bertrand du Guesclin est couronné roi de Grenade dans un monastère près de Burgos. C’est son allié et son commanditaire, qui vient d’être couronné roi de Castille juste avant et au même endroit, qui a ordonné à sa cour d’organiser ce second sacre.

Bertrand du Guesclin est un militaire réputé et expérimenté, couvert d’honneurs, d’or et de titres, il passe un cap avec cette couronne royale… qui reste à conquérir. La bataille de Montiel où ses 20 000 hommes vaincront les 50 000 soldats de Pierre le Cruel et de ses alliés anglais (chiffres à minorer probablement), trois ans plus tard, va ouvrir le sud-est de la Castille au mercenaire français et, par-là, la route des montagnes qui enserrent le dernier Etat musulman de la Péninsule Ibérique : “son” royaume de Grenade.
La famille du Guesclin, petite noblesse des confins britto-normands, a une tradition familiale qui prétend qu’elle descend d’un ancêtre sarrasin, un roi de Bougie sur la rive sud de la Méditerranée. Légende, sans doute, mais qui a imprimé l’esprit des rejetons du Guesclin à chaque génération. Le chroniqueur Froissart indique que Bertrand du Guesclin se voyait bien franchir la mer pour reconquérir le royaume de son ancêtre. Une véritable croisade qui va commencer avec les raids contre les musulmans de Grenade qui possèdent un royaume plus concret que celui d’Aquin, un royaume constitué que le roi de Castille vient de lui reconnaître.
Sa croisade, Bertrand du Guesclin ne la finira pas, il est rappelé en France et y meurt en 1380. Le royaume de Grenade restera donc musulman jusqu’en 1492. Cette année-là, entre autres évènements majeurs, Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille ajouteront à leurs armoiries un quartier parlant : une fleur de grenade sur fond blanc. On peut la voir, en pointe sur le blason du quadruple d’or émis par le couple.

Quadruple d’or avec la grenade au bas des armoiries.

La suite dans Monnaies & Détections n° 120