MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘Isère’

119.7

Bonjour, pourrais-je savoir qui a émis cette monnaie de 1,20 g trouvée dans le 38 près de Voiron ? Sa rareté et sa valeur si c’est possible ? Cordialement, Arnaud.
Il s’agit d’une monnaie helvète, un denier NINNO, 80-50 avant JC. A l’avers : NINNO. Description avers : tête à gauche, la légende devant le visage et grènetis. Revers : NINNO. Sanglier enseigne à gauche ; grènetis. L’avers est bien centré, il manque une partie du sanglier mais la monnaie en TTB peut s’évaluer 300 euros.

112.03

Objet trouvé dans un terrain vers Séchilienne dans l’Isère… Merci, cordialement Thierry
Toujours plus facile d’identifier un objet entier, cette identification est le fait de notre ami Régis Najac qui nous fournit même deux photos pour bien se rendre compte de la chose, c’est une enclume portable pour affûter les faux, on la plantait dans le sol et on affûtait et martelait le tranchant de la faux.

107.14

Voici une petite pièce pour estimation, Fred Nord Isère, Bourgoin.
Beau Triens au nom de l’empereur Anastase (491-518), au monogramme du roi Gondebaud (473-516). Avers : DN ANASTA/SIVS PRNC, buste diadémé, drapé et cuirassé à droite. Revers : VICTORIA/AVCVTOVN, Victoire marchant à droite, tenant une couronne et une palme. CONOB à l’exergue et monogramme de Gondebaud dans le champ. Monnaie frappée par les peuples barbares des Burgondes après l’année 507. Une même monnaie s’est envolée à 6500 euros sur un site de vente numismatique. Mais 3000 euros serait la fourchette la plus juste pour cette monnaie.

Trouvaille 76.25

Bonjour à tous, voici une plaque en plomb (9 x 5,5 cm) trouvée en labour dans le nord Isère près de Meyssiez (38). Je pense à une plaque commémorant une alliance entre deux familles ? un mariage ? Pouvez-vous me le confirmer et peut-être m’en dire plus ? Merci d’avance, cordialement, Laurent

Votre hypothèse est bonne, la forme des écus, les deux victoires soutenant une couronne et la décoration chargée de végétaux penche pour un style du XVIIe siècle. La couronne comporte trois fleurs de lys et deux demi fleurs de lys, il s’agit d’une couronne de Fils de France. L’écu de gauche est l’écu de France, l’écu de droite est aux armes de la Maison d’Espagne. Cette plaque date du début juin 1660, date de l’union entre le roi de France Louis XIV avec l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche, pour conclure la paix et le traité des Pyrénées par cette union. Les deux écus armoriés sont unis par des “lacs d’amour” cordons de mariage symbolisant une union matrimoniale et “amoureuse”. On voit donc les armes de France  tenues par une victoire ailée, armes accolées aux armes de la maison d’Espagne tenues par une autre victoire (l’honneur étant sauf, chaque souverain concluant une guerre par une victoire – diplomatique – afin qu’aucun pays ne perde la face)… Cette plaque était fixée sur un bien (selon la taille : coffre, carrosse etc.) appartenant à un membre de la suite espagnole de l’Infante (ou ambassadeur, diplomate espagnol de l’entourage de l’Infante), se rendant à la cour de France pour les noces royales. En effet, l’Infante n’est pas encore mariée, mais le projet de mariage est déjà conclu et ratifié (lacs d’amour autour des écus), sinon la plaque porterait les armes de la Reine de France, (les mêmes armes mais mi-parti fondues en un seul écu) post -mariage. Cette plaque de plomb devait être colorée de peintures ou émaillée en surface.