MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘XVIIe siècle’

118.10

Bonjour, je vous adresse un beau pendentif en forme de cœur avec un saint sur le verso (avec trois lys et lettres S.A. à gauche ?). Et un calice avec deux angelots au recto. Il provient d’une hauteur à proximité d’une abbaye de l’ordre de prémontré !… Merci pour votre aide précieuse pour un éclaircissement. Salutations et détectons encore ! Arnaud
Il s’agit d’une médaille religieuse pour Saint Antoine, le saint que l’on invoque pour retrouver les objets perdus. Sur une face on voit le saint Sacrement : le calice et Marie et le Christ agenouillé sur l’autre face saint Antoine tient le Christ debout dans sa main et porte trois fleurs de lis dans l’autre. La forme de la médaille représente le Sacré Cœur, la bélière bouletée permet de dater la médaille du XVIIe siècle.

Le roi des pirates

Henry Every, alias : Henry Avery, John Avary, Long Ben ou Benjamin Bridgeman… fut l’un des plus célèbres flibustiers anglais. Né en 1659, personne ne connait la date de sa mort, elle est donnée pour après 1696 !

Il serait mort en 1699 ou 1714, mais rien n’est moins sûr, sous un de ses nombreux noms d’emprunts.
En 1693, Henry Every est contremaitre sur le Duke, un navire anglais faisant partie d’une flotte de quatre vaisseaux armée à Bristol, Angleterre. Ces quatre navires ont pour but d’aller chercher des épaves de galions espagnols « chargés de trésors » ayant coulé dans la mer des Caraïbes ! Pour aller repêcher ces trésors, les Anglais doivent obtenir l’autorisation des Espagnols pour exploiter les épaves, seulement elle tarde à venir, les quatre navires dont le Duke, mouillent en baie de Corogne, capitale de la Galice à l’époque, pendant près de six mois et les marins anglais ne sont plus payés !
C’en est trop pour Henry Every, sous son impulsion 85 marins du Duke se révoltent (une mutinerie), et s’emparent du navire, les voilà devenu pirates ! Le Duke est rebaptisé « Fancy », Every est élu chef des pirates et en profite pour créer son pavillon, resté célèbre, un crâne de profil surmontant les deux tibias, qui eux sont un classique des pavillons pirates. Ils mettent les voiles vers l’Afrique occidentale. En chemin ils s’associent à deux petits sloops, des navires de pirates plus petits ce qui les rend plus maniables à l’attaque et ils se lancent dans les abordages…

La suite dans Monnaies & Détections n° 118

Les prisons de Paris

La prison est le lieu public destiné à la garde de l’emprisonnement des accusés, prévenus de délits et de crimes, et également à la détention des débiteurs, obligés, ou condamnés par corps, en matière civile, qui refusent d’acquitter leurs dettes. La prison n’est pas donnée comme peine mais seulement pour la garde du prisonnier. Les prisons doivent être sûres ! et disposées de manières à ne pas nuire à la santé du prisonnier. Les détenus pour assassinat doivent être alimentés aux dépends du roi ou du seigneur haut justicier. Ils ne peuvent prétendre être nourris par la partie civile, par contre, ceux qui ne sont pas enfermés dans des cachots, peuvent se faire procurer du dehors des vivres, bois, charbon et autres choses nécessaires sans être contraints d’en obtenir des geôliers ou autres.

Geôlier sans-culotte et son gourdin.

Voilà pour la théorie, en pratique cela est très différent !
Le règlement de la prison de Bicêtre de 1684 disait à propos des enfants enfermés en ces lieux « on fera travailler ces jeunes le plus longtemps possible aux ouvrages les plus pénibles », obligés de travailler 13 heures par jour. Ces très jeunes détenus n’avaient de repos qu’au moment des repas. Levés à 5h30 du matin en été, 6h30 en hiver, les enfants étaient aussitôt conduits à l’ouvroir, et à la moindre défaillance ou faute, les gardes entravaient le coupable par les mains, par les pieds et par le milieu du corps à 5 crampons scellés dans la muraille et prévenaient le correcteur qui le fouettait à l’aide de lanières de cuir. Avant 1792, le fouet était la peine la plus ordinaire de la prison, infliger des coups de fouet à un prisonnier s’appelait « donner le ravigolet ». Certains reçoivent des coups de gourdins que chaque gardien possède. Ceux-ci disposent d’un arsenal d’objets servant à la contention des prisonniers, chaînes, entraves, menottes, ceps, camisoles, etc.

Bicêtre

Bâtie à la fin du XIIIe siècle sous le nom de Winchester, et après avoir eu plusieurs propriétaires, elle revient au domaine royal en 1375. Le nom de Winchester sera modifié au fil du temps en Vicestre, puis Bicestre pour terminer en Bicêtre.
Transformé en château au début du XVe siècle par le duc de Berry, incendié en 1411, les ruines sont données au chapitre de Notre Dame de Paris en 1416 ; en 1520, les bâtiments sont à nouveau repris par le domaine royal. François 1er envisage la conversion en hôpital. Le projet est toutefois mis de côté, jusqu’en 1633 sous Louis XIII, les travaux seront terminés en 1652. Hospice dans un premier temps, il accueille les soldats estropiés. Sous Louis XIV, l’établissement fait partie de l’hôpital général où les mendiants, galeux, vénériens, épileptiques et autres aliénés de la société sont enfermés dans les pires conditions. A partir de 1685, Bicêtre devient aussi une prison où les criminels de droit commun et autres condamnés de toute sorte seront enfermés avec les malades et aliénés et mis au fer. Les cabanons au nombre de 248 sont de petites cellules de 8 pieds carrés (environ 2,60 m2).

Respectivement ; Fer pour la cheville et le poignet, une pièce datée du 17e siècle.
et Des menottes de type « chaîne de vélo ». Elles étaient utilisées à la prison.

La suite dans Monnaies & Détections n° 115