Une mule coins de Guillaume 1er, roi de Prusse et empereur d’Allemagne

Une mule coins ou monnaie hybride, c’est une monnaie frappée avec des coins qui n’auraient jamais dû se croiser. C’est-à-dire une monnaie comportant un droit d’un type spécifique et un revers d’un autre type spécifique ou encore, un mélange de régnant, etc., les combinaisons sont multiples.

Ces monnaies sont issues le plus souvent d’erreurs commises par des ouvriers œuvrant dans les ateliers monétaires. Ces monnaies sont rares pour l’époque moderne, les contrôles qualité étant très stricts, en théorie ! La dernière mule coins connue est l’œuvre de la monnaie des Pays-Bas, sur son émission du ducat d’or de 2021, ayant croisé un coin de l’année 2020 ! (voir Monnaies & Détections n° 121, déc. 21- janvier 2022, page 25).
La monnaie ici présentée fut découverte en Belgique dans la collection d’un bijoutier montois. Cette collection fut acquise par un numismate très connu en Belgique, J. Druart, qui fit la découverte de cette mule coins non répertoriée dans les ouvrages numismatiques et qui semble être passée inaperçue pour l’ancien propriétaire de la collection !
Cette monnaie semble donc très rare pour n’être que découverte en ce XXIe siècle, la monnaie, une 20 mark or de Guillaume 1er, roi de Prusse et empereur d’Allemagne datée de 1889, sauf que Guillaume 1er était décédé le 9 mars 1888 à l’âge de quatre-vingt-onze ans.
Guillaume 1er, né à Berlin en 1797, roi de Prusse en 1861 et empereur d’Allemagne en 1861, succéda à son frère Frédéric Guillaume IV. Il se lance dans un grand projet, la reconstitution de l’armée de Prusse et il prit comme premier ministre Bismark, en 1864, il se ligue avec l’Autriche pour écraser le Danemark. La même année, l’hégémonie de la confédération germanique étant en jeu, Guillaume 1er se retourne contre son allié autrichien qu’il écrase à la bataille de Sadowa, en 1866. L’Autriche est exclue de la confédération germanique, et devient l’empire d’Autriche-Hongrie en 1867.
Guillaume 1er se tourne ensuite vers la France, qu’il rêve d’écraser à son tour. Son âme noire et damnée, Bismark, œuvre dans l’ombre et tend un piège à Napoléon III ; celui-ci ne prenant pas en compte les leçons reçues par le Danemark et surtout l’Autriche, fonce tête baissée dans le piège tendu, pensant à tort être en mesure de vaincre la Prusse. Grave erreur, la France après 5 mois de campagne est battue avec comme dessert pour la Prusse, Sedan et 80 000 prisonniers français et la capture de l’empereur. Viendra ensuite l’humiliant traité de Francfort et la perte de l’Alsace et une partie de la Lorraine. Et, comble de l’humiliation, Guillaume 1er fut couronné empereur d’Allemagne à Versailles ! La coupe est pleine, Bonaparte est destitué et prend la fuite en Angleterre.
Guillaume 1er restera l’homme aux 3 guerres et aux 3 victoires. Ces 3 guerres établirent l’unité allemande.

Guillaume 1er à Sadowan.

Guillaume 1er décède le 9 mars 1888, son fils Frédéric III lui succède mais décède lui aussi d’un cancer après 99 jours de règne. Le fils de ce dernier, Guillaume II lui succède le 15 juin de la même année.
Ainsi, l’année 1888 fut très particulière pour les ateliers monétaires de l’empire d’Allemagne qui virent trois empereurs se succéder et cela, en quelques mois seulement, d’où la probable confusion d’un ouvrier qui, changeant un coin cassé ou défectueux, commit l’erreur ayant donné cette mule coins.