MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Numismatique

Un pays qui se rétracte, constatation par la numismatique

Les plus extrêmes doutes doivent être émis quant à l’avenir à moyen terme du Danemark. La numismatique nous le crie : ce royaume rétrécit depuis le XIXe siècle. Ajoutons que l’invasion éclair de 1940 a démontré l’impuissance militaire du vieux royaume.
La dynastie a fourni de grands monarques dans le passé mais il faudrait sans doute un nouvel Harald aux Beaux Cheveux pour la sauver. En effet, il semble irrémédiable que les monarques sans pouvoir qui subsistent se trouvent prochainement ramenés au rang des princes allemands déchus en 1918. Un élu sera fier de les exhiber aux réceptions payées par l’impôt universel mais cela n’ira pas au-delà. Nous n’en sommes pas encore là mais lorsque le processus sera engagé le Danemark sera en tête de liste. Point de guillotine : une confortable pension et un engagement à la discrétion suffiront à la bonne conscience des parlementaires. Certains pourront estimer que la Belgique est encore plus menacée mais la tension entre Flamands et Wallons y provoque la nécessité d’un arbitre. Paradoxalement, les nationalistes flamands justifient l’existence d’un roi des Belges…

Le Danemark a toujours été une puissance navale.

Revenons au Danemark pour souligner que nous ne faisons pas de projections hasardeuses car le processus est déjà engagé. En 1944 les Américains ont décidé que l’Islande allait se séparer de la Couronne danoise. Et hop ! Une énorme île volcanique en moins pour les Glücksbourg (le nom “court” de la dynastie qui règne à Copenhague)… Occupés, dans tous les sens du terme, avec les Allemands, ils n’ont pas eu d’autre choix qu’entériner, après leurs politiciens, la décision prise à Washington. Heureusement que les Américains étaient des Alliés… Il faut préciser qu’ils avaient posé un jalon en 1918, lorsque Wilson avait demandé que l’union entre l’Islande et le Danemark soit personnelle. Neutres au début des deux guerres mondiales, les Danois ont quand même vu leur territoire amputé de manière plus drastique que s’ils avaient été des collaborateurs des Allemands durant les deux défaites de ces derniers en 1918 et 1945.

La suite dans Monnaies & Détections n° 117

Monnaies dissidentes de la République

Dans un pays construit au fil des siècles autour d’une dynastie, comme la France capétienne, seule une révolution avait pu changer ce schéma. Née de la révolte, la Première République (1792) allait bien sûr connaître les mêmes phénomènes. Avec Stofflet, général vendéen, commence l’instauration d’un papier-monnaie “dissident” circulant sur un territoire précis où il est accepté. Stofflet est le seul à avoir pris cette initiative, contestée par les autres chefs royalistes le soupçonnant de vouloir détourner le ravitaillement nécessaire à la bonne marche de leurs armées à son profit avec ces bons.
Jean Stofflet a été fusillé à Angers en 1796.

L’Indochine sous l’Etat Français.

 

Il faut attendre la fin de l’époque napoléonienne pour voir les luttes de pouvoir se répercuter de nouveau dans la symbolique monétaire.
Les monnaies de siège à Anvers et Strasbourg passent du “N” de Napoléon I au “L” de Louis XVIII en 1814 lorsque le commandant de chacune de ces places finit par entériner le changement de régime en 1814. Strasbourg refit de même après les Cent Jours en 1815.
Un coup à la mairie de Paris, à la faveur de la défaite de Sedan, avait mis fin à la dernière monarchie française le 4 septembre 1870. Les monnaies changèrent illico de symbolique mais la dissidence contre Napoléon III avait déjà trouvé l’une de ses formes d’expression dans les nombreuses monnaies satyriques montrant l’empereur affublé de diverses coiffes militaires prussiennes… La nouvelle révolte de Paris dès 1871 et le court intermède de la Commune n’ont pas provoqué de nouveaux types, le graveur utilisant l’image d’Hercule, par Dupré, de 1848. Surnommés les « Hercule au trident », cette arme étant le différent de Camélinat, le graveur communard, ces pièces de cent sous sont recherchées.

La suite dans Monnaies & Détections n° 117

L’île sans trésor

Dans sa magnifique Histoire des pirates, J.-P. Moreau fait la part de la réalité et du rêve et parvient à ne pas briser ce dernier. Il est pourtant amoché, notre imaginaire du flibustier, par le chapitre intitulé « Le trésor des pirates » ; le résumé que nous essaierons d’en faire ici va décevoir les fans de Barbe-Noire, du capitaine Kidd et des messages abscons de La Buse…

En effet l’île del Coco, au large du Costa Rica, semble avoir révélé un trésor à un certain Keating en 1844 (il faut dire qu’il avait bénéficié des indications de l’un de ceux qui l’ont enterré) et si comme on l’affirme, il s’agit des richesses de la ville de Lima, nul doute que la somme devait être faramineuse une fois les biens réalisés.
Ce trésor enfoui en 1821 par des mutins s’étant emparé du navire affrété par José de la Serna, dernier vice-roi du Pérou, pour empêcher que l’or du Pérou ne tombe aux mains des indépendantistes est donc le seul à s’être concrétisé. L’île del Coco étant réputé pour trois trésors célèbres : celui évoqué plus haut, celui du pirate Davis englouti dans la baie au XVIIe siècle et, le dernier, celui de Graham non retrouvé depuis le XIXe siècle, elle est, d’après J-P Moreau la plus célèbre des îles au trésor. Un seul trésor retrouvé sur trois, avouons tout de même que la légende semble plus riche d’or que le sable sous les cocotiers…
D’autant qu’un peu plus loin, l’auteur doute de la véracité de l’or trouvé par Keating en 1844, en fait il estime invraisemblable l’existence même du bateau chargé des richesses du Pérou et confié à un capitaine étranger. Etranger et incompétent, pourrait-on ajouter, puisqu’une fois en mer son second se mutine et le navire est dérouté. Aïe ! Le mythe de l’île del Coco est sérieusement mis à mal ! Quand on pense qu’un chercheur y résida vingt ans, ce Robinson détectoriste nous émeut. Buvons le calice jusqu’à la lie et enchaînons avec les fouilles sous-marines.
“Aucun (navire coulé) jusqu’à présent (2006) n’a révélé de fabuleux trésor monétaire”. Les navires des boucaniers semblent être les témoins d’une vie aventureuse, certes, mais misérable.
J.-P. Moreau relève deux chantiers qui ne furent pas complètement vains, tout de même : la fouille du Speaker, navire du capitaine Bowen englouti au large de Maurice en 1702 et celle du Whydah du capitaine Bellamy qui opérait à la même époque mais dans les parages des Bahamas, cette fois. De l’épave du Speaker ont été remontées six pièces d’or mais aussi quelques superbes instruments de marine et l’on sait la valeur marchande que peuvent atteindre ces antiquités. De l’épave du Whydah, ce sont huit mille pièces de Huit, en argent donc, qui furent remontées. Mais comme l’expédition avait coûté à ses mécènes six millions de dollars, il n’est pas douteux que les seuls qui ont fait finalement un profit sont les fouilleurs rétribués…

La fameuse pièce de huit.

La suite dans Monnaies & Détections 116

De la rose au crocodile

Voyage en galère en Méditerranée 

La rose 

Ce voyage impromptu, dans le temps et les symboles, commence tout simplement dans un bois !

Les clous, les fers à bœuf et quelquefois une piécette sont les habituelles trouvailles de ces endroits où l’on a, au fil du temps, chassé, bûcheronné, essarté, travaillé la vigne ou labouré avec l’araire…

Puis la forêt a repris le dessus avec des espaces herbeux où paissent les agneaux de l’éleveur qui me permet d’arpenter ses terres. Fin de l’après-midi, les sangliers ont labouré partout, à la recherche de glands ou même de truffes. Une rondelle bombée et couleur d’aluminium attire mon attention… le dos est creux et empli de terre, une sorte de bouchon ou capsule ? Et non ! je vois alors un portrait « à la grecque » et au dos ce qui semble être une croix et de curieuses bosses autour en forme de haricot, une pièce gauloise perdue, isolée au milieu de nulle part.

Après nettoyage, simple passage à l’eau et léger lustrage sur une étoffe de laine, je pus admirer cette monnaie, une imitation d’une drachme de Rodhé ou Rhoda émise par les Volques Tectosages au 4e siècle av JC.

Les Volques, peuple celte, dont le nom proviendrait de falk (faucon = brave) ou simplement peuple, viendraient de la région du Danube, ils ont occupé une partie de l’Aquitaine et le Roussillon, Tectosage signifiant sans toit. L’autre partie des Volques sont les Volques Arécomiques occupant la Narbonnaise, ils fondèrent la ville de Nemausus (Nîmes) dont on verra plus loin un certain lien.

La monnaie originale, modèle de ma trouvaille, a été émise à Rhoda qui était une colonie grecque, fondée par des Rhodiens venus de la fameuse île de Rhodes, célèbre alors pour posséder l’une des 7 merveilles du monde, un colosse de bronze qui fut détruit lors d’un tremblement de terre en 227 av J.C.

On trouve bien sûr la rose originale, déployée, sur les monnaies de Rhodes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sculptures sur un sarcophage du combat de galères devant Troie.

Les Rhodiens sont connus (grâce à Homère dans l’Iliade) pour avoir fourni des galères aux forces grecques lors de la guerre de Troie.

En grec ancien rhodon c’est la rose et c’est pourquoi les colons arrivés sur leurs galères en actuelle Catalogne appelèrent leur ville Rhoda, actuellement Rosas (en rappelant la proximité culturelle et géographique avec l’aquitaine et la Narbonnaise).

Et c’est bien une rose (vue du dessus) qui orne le revers de la drachme de Rhoda et de ses imitations.

La rose et la croix

L’avers comporte le portrait de Perséphone, déesse passant une partie de son cycle de vie de manière souterraine (clin d’œil à ma monnaie). Pour la monnaie ci-après on note que ce serait Cérès, donc la Déméter grecque au vu de la date (3e av J.C.) …

La suite dans Monnaies & Détections 116

Des Danois sur l’Acropole

Constantin II a 80 ans. Le dernier roi, à cette date, des Hellènes a régné sur la Grèce de 1964 à 1973. Sa tentative de reprendre le contrôle du pouvoir en 1967, face aux militaires, l’avait mené vers l’exil. Six ans après, la monarchie est abolie et le « régime des colonels » s’installe pour quelques années. C’est pourquoi il faut considérer l’ironie involontaire d’une célébration numismatique du centenaire de la dynastie par une pièce de 30 drachmes émise en 1963 ; en argent elle rappelle le visage des cinq rois qui se sont succédés en un siècle. La carte du pays, les symboles du passé grec… quelques-uns parmi tous ceux disponibles dans l’Histoire de cette matrice de l’Europe, ce Vieux Continent dont le nom est issu de son panthéon. Mais… Patatras ! Quatre ans après l’émission de cette monnaie sous le règne de Paul I, son fils Constantin le Deuxième est contraint à l’exil…
Aujourd’hui, Constantin II tente de récupérer quelques-unes de ses propriétés, mais la dynastie « Glücksbourg » n’est plus une option pour les familles qui dirigent les partis grecs. En fait, mieux connus des Français que Constantin II, sont ses cousins l’écrivain Michel « de Grèce» et le duc d’Edimbourg.
En 1863 le second fils du roi de Danemark est placé sur le trône de Grèce par les Puissances, la greffe scandinave va prendre et Georges I aura cinq successeurs. La monnaie de trente drachmes nous dévoile leurs portraits, du moins celui du fondateur et de quatre de ses descendants.

La suite dans Monnaies & Détections n° 116

La carte au trésor

Un trésor a été révélé dans un no man’s land. Une carte détaillée, qui a été financée par l’Etat et que le Bureau des Ressources Géologiques et Minières a réalisé.

Pour la modique somme de 40 millions d’euros un Inventaire des Ressources Minérales de la Guyane a été dressé. La publication de ces cartes a coïncidé avec la vague d’orpailleurs clandestins, les garimpeiros, qui a déferlé sur le département français d’Amérique du Sud. Si les dignes fonctionnaires se défendent explicitement de la moindre corrélation entre pointer du doigt les paillettes et voir se multiplier les chantiers clandestins, implicitement il n’en est pas de même. “Vingt ans pour dresser la carte d’un trésor et ne pas publier les résultats ?! Cela aurait été absurde” conclut un ancien directeur. Il n’a pas l’air gêné que l’argent public ait manifestement servi à ouvrir le poulailler en grand à tous les renards brésiliens bienheureux de venir jouer à cache-cache avec les quelques malheureux gendarmes perdus dans la jungle amazonienne et française. Tant pis pour les tribus d’Indiens ou de Marrons qui, en plein cœur d’une zone de biodiversité soi-disant protégée, avalent le mercure répandu dans les rivières (il faut 1,3 kg de mercure pour amalgamer 1 kg d’or) et transitant par le poisson pêché dans les fleuves et les rivières opportunément désignés par le BRGM entre 1975 et 1995.

Cette 500 $ du Suriname contient probablement de l’or illégal.

La suite dans Monnaies & Détections n° 115

Un nouveau regard sur les ateliers monétaires gaulois

On doit à Monsieur Louis-Pol Delestrée un nouveau regard sur la manière de frapper monnaies des ateliers monétaires gaulois. Jusqu’à présent, on imaginait les ateliers monétaires gaulois fonctionnant à l’identique des ateliers romains civiques et grecs. Rappelons que la monnaie est un droit public et que l’état romain se chargeait de cette fonction par le biais de personnage exerçant un pouvoir émetteur d’ordre politique. A contrario de l’usage romain et grec utilisant des ateliers fixes, pérennes dans le temps et localisés au pouvoir central de la ville émettrice, il se dessine, au vu des nouvelles recherches, un constat fort différent pour les ateliers gaulois. Ils devaient être mobiles, constitués d’artisans spécialisés et introduit dans la symbolique celtique et se déplaçaient en fonction des commandes de notables ou marchands partout en Gaule.

Ces trois dernières décennies, les trouvailles d’outils monétaires (à l’évidence pour la plupart, trouvailles de prospecteurs…) ont permis de mettre au jour deux outils monétaires inconnus auparavant : les poinçons et disques monétaires (voir article page 34 revue Monnaies & Détections N° 95). Ces outils, inconnus dans les ateliers monétaires romains fixes, sont un des nombreux éléments qui conceptualisent les ateliers itinérants gaulois.

 

Reprenons brièvement la chaine de production monétaire 

 

1. Les coins : 37 coins monétaires trouvés et publiés en France permettent d’avoir une idée précise de la composition métallique. Il fallait de véritables artisans spécialisés pour graver aussi artistiquement des symboles et figurations gauloises qui nous échappent complètement. De même, ces artisans devaient fréquenter la classe sacerdotale ou druidique pour pouvoir délivrer un message symbolique de leur mythologie sur les coins qu’ils allaient graver. Rappelons que les monnaies gauloises étaient anépigraphes jusqu’à la fin du IIe siècle avant JC et que les thèmes symboliques y sont totalement abstraits pour nous car non éclairées par des sources écrites.

Mais les coins sont fragiles et cassaient au bout d’un certain nombre de frappes et c’est la raison de l’existence des disques et poinçons suivants :

2. Le poinçon offre l’aspect du coin monétaire mais l’image à la base est en relief. Cette image en relief était obtenue par le moulage d’une monnaie frappée avec le coin d’origine. Il suffisait alors d’utiliser cette empreinte en relief et d’imprimer sur de l’argile ou un métal mou l’empreinte en creux pour obtenir, à partir de cette dernière, une nouvelle empreinte en relief qui pouvait être fixée à la base du moule dans lequel était coulé le bronze nécessaire à la création du nouveau coin en remplacement de celui qui avait lâché. 15 exemplaires sont connus et répertoriés.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°115 …

L’atelier d’Arras fut fermé sous Louis XIV, à la Révolution et après une remise en état très sommaire, l’atelier monétaire reprit son fonctionnement dans les anciens locaux, situés à la Maison des Carmes, sous le contrôle du commissaire lillois Delepierre, et à la direction de Bertha et cela dès le 6 mai 1792. La marque allouée à l’atelier était le « W » de Lille orné d’un point en dessous. La production d’Arras consista en pièces de 12 deniers (1 sol) constitutionnels (faisceau et portrait du roi), 2 sols constitutionnels, 1 sol à la balance de la convention (balance et déclaration des droits de l’homme) et 2 sols à la balance. L’atelier ayant reçu très tardivement les poinçons du nouveau type républicain (balance), il n’effectua sa première délivrance de pièces de 1 sol que le 6 juillet 1793, les monnaies de 2 sols eut lieu fin juillet. Ce retard est attribué à une « pénurie de flans », ainsi entre 1792 et juillet 1793, l’atelier d’Arras réalisa une production de quelques 4 102 000 pièces de 2 sols et plus de 730 000 pièces d’un sol, soit le travail de plus de 200 ouvriers.
Le tableau des ateliers monétaires provisoires publié par Gadoury, éditions 2017, rapporte une période d’ouverture de mai à août 1792 ?, le tableau en question étant très lacunaire et bourré d’erreurs. On peut sans contexte qualifier celui-ci d’empirique !

2 sols d’Arras au W pointé.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°114 …

Un Dauphiné pas si libéré

Dans « Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné », thèse soutenue il y a deux ans, B. Oury étudie la nécessité de s’assurer une exploitation sereine des métaux précieux pour ces puissants féodaux que furent les Dauphins du Viennois.

Médaille de bronze de Louis, ex-futur Dix-Neuvième de France et dernier dauphin du Viennois.

La capacité à extraire du minerai et d’en faire ensuite de la monnaie était une arme économique absolue pour les souverains, avant l’apparition de la monnaie fiduciaire. Il fallait d’abord se garantir un pourcentage le plus élevé posible de la production en respectant le droit coutumier, lequel était basé sur la sagesse ancestrale et garanti par la foi religieuse. Plus inattaquable qu’une constitution contemporaine ! Une fois ce pourcentage établi, il fallait assurer l’ordre contre les vols, pillages de guerre et autres joyeusetés que l’on pourrait qualifier de « médiévales » si ce n’était le lot quotidien et très actuel d’une large partie de l’Afrique équatoriale voire d’un département français d’Amérique du Sud. Après l’établissement de rondes de garde dans une tour à proximité de l’entrée de la mine, voilà l’argent, au sens propre, qui entre à pleins chariots dans les caisses du prince.
Ici nous résumons, ce n’est pas si simple. Si les Dauphins du Viennois sont devenus indépendants, c’est parce que le territoire sur lequel ils allaient étendre leur puissance était une parcelle de ce fameux royaume d’Arles (ou de Bourgogne-Provence) qui est tombé sous la coupe de l’empereur germanique en 1034, après deux ans de guerre contre Eudes de Blois, l’héritier légitime.
Oubliée dans l’immense empire qui va de la Meuse à la Vistule et de la Mer du Nord à l’Adriatique, la famille d’Albon va gérer son autonomie et ses mines fourniront son trésor. C’est l’empereur Barberousse qui accorde le droit de battre monnaie à Guigues, en 1155. C’est la date fondatrice du monnayage delphinal, dont on sait qu’il survivra jusqu’au XVIIIe siècle avec le fils aîné du roi de France. Avec L’Argentière, Brandes et Fangeas-Faravel, les dauphins possèdent trois beaux filons qui alimentent les ateliers d’Arisan, Crémieu, Romans, Serre et Tronche près de Grenoble. Une nouvelle campagne de prospections, à la fin du XIVe siècle, ne permit pas de trouver des filons nouveaux et rentables (avec les techniques de l’époque).

Ecu d’or du dauphin Louis, futur Onzième de France.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°114 …

Or de papier, les emprunts russes

Si l’histoire des emprunts russes peut-être considérée comme « La plus grande spoliation du (XXe) siècle », elle peut être vue sous un autre angle puisque ayant atteint le jackpot chez des collectionneurs. En effet, les amateurs d’actions et d’obligations (les scriptophiles) ont toujours constitué un monde aux lisières de la numismatique. Aux puces de Saint Ouen, il y a cinquante ans, certains d’entre eux ont raflé, au poids, des lots d’emprunts russes récupérés par les chiffonniers lors de successions.

Il y a vingt ans le ministère des finances français pondait un document intéressant : la liste officielle des emprunts russes remboursables. Plusieurs centaines de milliers d’exemplaires furent imprimés. Quoique “officielle” la liste était susceptible d’être “complétée” ou réduite… Autant dire que c’était un écran de fumée permettant d’évaluer la nature et le nombre des titres qui seraient présentés aux guichets du Trésor Public et d’en tirer une liste économe. La ficelle était d’autant plus grosse que le principal titre (Nathan-Rotschild, émis à trois millions d’exemplaires) était oublié. Ce second fait, après l’élasticité de la liste “officielle”, indiquait que le ministère des finances escomptait ne pas indemniser en complément de la maigre enveloppe obtenue des Russes.

Soixante et onze ans après la révolution d’Octobre, le successeur de Lénine, Staline, Kroutchev (etc…) acceptait de rembourser une infime portion de l’argent emprunté avant 1917 par le gouvernement des tsars.

 

Les Soviétiques ont gardé la parité pour cette dix roubles émise de 1975 à 1982 puisqu’elle contient 7,8 g d’or fin.