MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘drachme’

120.02

Bonjour, fidèle lecteur de votre revue, je demande votre expertise pour ces deux monnaies gauloises trouvées dans une vigne dans l’Aude aux alentours de  Narbonne. J’en profite aussi pour vous montrer ces deux monnaies que j’ai depuis longtemps, toujours de l’Aude, la première est une demi ou un quart de monnaie certainement romaine et enfin cette monnaie féodale en mauvais état. Laurent
Les deux gauloises sont des monnaies d’imitation emporitaine du type de Bridiers. Nous sommes au troisième siècle avant Jésus Christ.
Monnaie anépigraphe, avers : tête diadémée de Perséphone à gauche, les cheveux tirés en arrière et ramenés en trois mèches, le cou orné d’un collier de perles, un fleuron signifiant un dauphin devant la bouche. Le revers est aussi anépigraphe avec cheval tourné vers la gauche, plus rare (1 gramme, 1 cm Ø), que vers la droite (5 grammes, 1,8 cm Ø), surmonté d’une victoire stylisée tenant une couronne, ligne d’exergue sur la deuxième et tête humaine sous le premier cheval. Ce dernier symbole est inconnu ou peu connu sur les monnaies au type de Bridiers.
La première, le drachme est en état TTB++ voire SUP ; la seconde, l’obole est en TTB avec une frappe plus molle. Ce sont de belles monnaies qui font le bonheur des collectionneurs et qui peuvent monter jusqu’à 1800 euros pour la drachme avec cette particularité de la tête humaine sous le cheval et dans les 600 euros pour l’obole qui est plus rare que la drachme.

117.06

Bonjour, j’ai trouvé cette monnaie gauloise en argent il y a 2 ans, c’est une volque tectosage mais je n’arrive pas à savoir laquelle exactement. Elle est en argent, elle pèse 3,28 g, son diamètre fait 15 mm. Pouvez-vous m’en dire plus ? Merci d’avance et longue vie à Monnaies & Détections, Arnaud. Trouvée à Villaries.
C’est une longostalète, drachme au style languedocien cubiste romanisée, IIe siècle avant JC, anépigraphe. Tête stylisée à gauche, avec la chevelure faite de mèches. Revers anépigraphe. Croix bouletée divisée en quatre cantons : hache évidée à gauche au 3e canton avec un besant, besant dans les 3 autres cantons, non visible pour les deux premiers cantons. Le portrait est bien centré, le revers est décalé, c’est une monnaie en TTB- à 130 euros.

Des Danois sur l’Acropole

Constantin II a 80 ans. Le dernier roi, à cette date, des Hellènes a régné sur la Grèce de 1964 à 1973. Sa tentative de reprendre le contrôle du pouvoir en 1967, face aux militaires, l’avait mené vers l’exil. Six ans après, la monarchie est abolie et le « régime des colonels » s’installe pour quelques années. C’est pourquoi il faut considérer l’ironie involontaire d’une célébration numismatique du centenaire de la dynastie par une pièce de 30 drachmes émise en 1963 ; en argent elle rappelle le visage des cinq rois qui se sont succédés en un siècle. La carte du pays, les symboles du passé grec… quelques-uns parmi tous ceux disponibles dans l’Histoire de cette matrice de l’Europe, ce Vieux Continent dont le nom est issu de son panthéon. Mais… Patatras ! Quatre ans après l’émission de cette monnaie sous le règne de Paul I, son fils Constantin le Deuxième est contraint à l’exil…
Aujourd’hui, Constantin II tente de récupérer quelques-unes de ses propriétés, mais la dynastie « Glücksbourg » n’est plus une option pour les familles qui dirigent les partis grecs. En fait, mieux connus des Français que Constantin II, sont ses cousins l’écrivain Michel « de Grèce» et le duc d’Edimbourg.
En 1863 le second fils du roi de Danemark est placé sur le trône de Grèce par les Puissances, la greffe scandinave va prendre et Georges I aura cinq successeurs. La monnaie de trente drachmes nous dévoile leurs portraits, du moins celui du fondateur et de quatre de ses descendants.

La suite dans Monnaies & Détections n° 116

111.17

Bonjour, je vous envoie les photos de cette petite merveille de 4 grammes d’argent. Trouvée dans le Gers à Lombez. Si vous pouviez m’en dire plus. Cordialement, William.
Le Gers ou l’occident toulousain est riche en drachmes gauloises style languedocien, une tête à gauche non visible sur cette frappe et un revers à la croix avec croissants périphériques dans les quatre cantons avec un cercle pointé dans le second et un anneau au quatre. Le revers est très proche de la référence DCR-227. Mais l’absence de portrait ne lui confère qu’une faible valeur de collection d’une trentaine d’euros.

109.3

Bonjour. En pièce jointe, des trouvailles faites depuis plusieurs années avec mon Déus. J’avais très envie de vous les montrer pour identification et pour apprendre tout ce qu’il est possible sur ces objets et monnaies. Cordialement, davidou23
Votre monnaie en argent, assez usée, est une drachme légère de Marseille. Avers : anépigraphe. Buste d’Artémis diadémé et drapé à droite, avec collier et boucles d’oreilles ; arc et carquois sur l’épaule. Revers : lettres grecques entre les pattes du lion. Lion bondissant à droite. MASSA//LIHTWN/ H-A. Seule la légende sous les pattes du lion est visible ; votre monnaie est en état Tb, il y a des coups sur le portrait, c’est une monnaie à 80 euros.
En deux, un poids monétaire transformé ! Il semble qu’il s’agisse du poids monétaire hexagonal pour le florin au XIIIe siècle à Florence. Celui-ci a été rogné sur ses six faces pour devenir une sorte de rouage. On remarquera sur la branche de gauche l’angle exact de l’hexagone original.
En trois une modeste bague en cuivre, un simple anneau plat sur lequel on a soudé une tôle de cuivre présentant deux cartouches. Au milieu, un cœur couronné ? Une croix sur la gauche et le dernier n’est pas visible. Datation probable : période révolutionnaire et bague appartenant à un royaliste.
La monnaie suivante est un denier carolingien de Louis le pieux. Avers : HLUDOVVICUS IMP, croix cantonnée de quatre besants. Revers : PISTIANA RELIGIO, temple à quatre colonnes. Votre monnaie est en état TB+ et s’envisage dans un médailler pour 70 euros.
Enfin la dernière monnaie est un sol coronat pour Robert D’Anjou, comté de Provence : R: IE-R: ET: SICIL: – REX (ponctuation par double annelet). Avers : couronne fleurdelisée (Robert, roi et Jérusalem et de Sicile). Revers : + COM-ES: P-VIN-CIE. Croix fleurdelisée coupant la légende, cantonnée de quatre lis. Cette monnaie présente une usure de circulation, son prix en état TB++ est de 40 euros.

108.5

Les années passent, et je n’oublie pas la prospection même si j’ai moins de temps à y accorder. Je vous ai récemment acheté un XP Orx pour remplacer mon Déus que j’ai perdu dans l’incendie de ma cave. Et je voulais partager avec vous la première monnaie que j’ai trouvée avec l’Orx. Première sortie chou blanc, et à la seconde, après quelques merdouilles, une superbe drachme tolosate ! Ci-joint les photos. 2,51 g. Octave
Belle entrée en matière pour l’ORX ! Une drachme tolosate au type négroïde. Avers : tête stylisée à gauche, la chevelure représentée par un rang d’esses reposant sur un rang d’épis en forme d’Y. Revers : croix bouletée au centre, formée de quatre cantons ornés chacun d’une lunule : annelet au 1er canton, un globule aux 2e, 3e et 4e cantons. Le métal est un peu granuleux, la chevelure est incomplète, c’est une monnaie à 100-120 euros.

Trouvaille 85.26

Bonjour, je vous joins les deux photos d’une pièce que j’ai du mal à identifier, du fait de nombreux détails, trouvée dans le Berry. Je penche pour un drachme (pictons-biturgies-carnutes) au cavalier, joue tatouée. Merci pour votre aide. Tchimel

Oui c’est bien cela. Avers : anépigraphe. Tête à droite, la chevelure formée de grosses mèches aquitaniques, torque au cou ; une croisette bouletée sur la joue ; grènetis. Au revers : anépigraphe.Cavalier tenant un bouclier et les rênes galopant à droite ; sous le cheval on aperçoit l’extrémité d’une main ; grènetis. L’attribution n’est pas encore formellement établie, il serait judicieux de répertorier l’endroit de la trouvaille… Cette monnaie est un peu décentrée mais reste encore rare et s’estime aux environs des 450 euros.

Trouvaille 83.16

Très belle trouvaille de Jérôme à Saint-Gaudens : une drachme de la région toulousaine de 14 mm de diamètre et d’un poids de 1,85 g. Il s’agit d’une drachme à la croix à légende ibérique : tête à gauche, chevelure formée par des mèches parallèles. Revers : croix bouletée, un globule rattaché au centre par un petit trait dans chaque canton ? Légende ibérique : AKEREKONTON dans les cantons. On ignore quel est le début de légende, c’est pour cette raison que vous pouvez voir la même monnaie avec la légende démarrant sur une autre lettre selon les marchands et leurs hypothèses… Cet exemplaire est magnifique comparé à ce que l’on a pu voir en vente : son estimation frôle les 500 euros.

Une monnaie énigmatique

La drachme dite « à la paire de fesses » 

Ce monnayage nous est connu par deux trésors découverts dans le département des Landes en 1845 à Eyres-Moncube (250 pièces) et en 1892 à Pomarez (400 pièces). Plusieurs trouvailles de monnaies isolées sont venues compléter notre vision sur ce monnayage que nous percevons encore très mal.

La plupart des trouvailles ont été effectuées dans le département des Landes à Saint-Maurice-sur-Adour (2 pièces) ou à Sanguinet. Mais nous avons aussi des indications de découvertes, dans le Tarn-et-Garonne à Sos (1 pièce sur 4 pièces retrouvées) et au Mas-de-l’Agenais (2 pièces sur 5 pièces retrouvées), dans la Haute-Garonne à Vieille-Toulouse (1 pièce), dans le Lot à Capdenac (1 pièce sur un trésor total de 535 pièces retrouvées) et à Bordeaux (carte n° 1).

La datation des monnaies de ces deux trésors semble se situer au IIe siècle avant J.-C, avant -118. La circulation de ces monnaies à protubérances est attestée tout au long du Ier siècle avant JC, se prolongeant même, à titre résiduel, jusqu’à la période augusto-tibérienne, soit jusqu’au Ier siècle après JC. Elles circulent donc même avant et durant la Guerre des Gaules (58-50 avant JC).

On a pensé tout d’abord que ce type de monnaie avait été émis par le peuple celte de la région de Tarbes, les Tarbelles, mais ensuite, qu’il pouvait s’agir d’une émission du peuple celte de la région de Tartas, les Tarusates.

Les Tarusates comme les Sotiates ou les Élusates furent soumis par Publius Licinius Crassus, lieutenant de César, fils de Crassus en 56 avant J.-C.

Ce petit peuple aquitain avait son territoire circonscrit autour de Tartas dans l’actuel département des Landes entre Dax et Mont-de-Marsan. … La suite dans Monnaies & Détections n° 82 

Trouvaille 67.03

Bonjour, voici une monnaie grecque que je n’arrive pas à identifier car le visage est tourné à gauche au lieu de droite, mais je pense à un tétradrachme. En informations supplémentaires : diamètre 12 mm, poids 3 g, alliage argent, lieu de découverte 06.
Merci à vous, Jean Sébastien

Un tétradrachme pèse environ dix-sept grammes, votre monnaie n’en fait que trois. Il s’agit donc d’une drachme grecque ou imitation. Vous faites référence à la drachme de Macédoine ?
Avers : Anépigraphe Tête d’Héraklès à droite, coiffée de la léonté
Revers : Zeus aétophore, les jambes croisées, assis à gauche sur un siège sans dossier, nu jusqu’à la ceinture, tenant un aigle posé sur sa main droite et un long sceptre bouleté de la gauche. Votre monnaie présente une tête à gauche et un trident au revers au lieu du sceptre. Le trident est le symbole de Poséidon. Il peut s’agir d’une variante ou bien d’une imitation plus tardive, je laisse aux lecteurs le soin de compléter cette identification.