MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘matrice de sceau’

123.03

Pierre dans le Tarn a trouvé cette matrice de sceau. C’est un petit sceau de chevalier du début à milieu XIVe siècle. Il est  blasonné d’une plante ou d’un arbuste en guise d’armes parlantes : on lit : S. ENS. PRUNET    S (igillum) ENS (eau ?) PRUNET – Le décor central est-il censé figurer un prunier ?

La monnaie est une vaquette d’Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret pour le Béarn : ANT ET. IOA. D: G. RR. NA. D D B. Avers : champ écartelé, au 1 un A, aux 2 et 3 une vache, au 4 un I. (Antoine et Jeanne, par la grâce de Dieu, roi et reine de Navarre, seigneurs de Béarn). Revers : + GRA. D. SVMVS. Q. MVS. Croix dans un quadrilobe tréflé. (Par la grâce de Dieu, nous sommes ce que nous sommes). La monnaie conserve de beaux reliefs pour ce billon, elle est quand même un peu décentrée sur le revers, comptez 60 euros pour ce TB+.

118.18

Pierre dans le Tarn a trouvé cette matrice de sceau dont l’anneau de préhension est cassé hélas. C’est un sceau d’un artisan ou d’un chevalier de la fin du XIVe au début XVe siècle représentant un motif floral dans un écu. Ce dernier est au centre d’un double quadrilobe imbriqué et supportant un motif en forme de trèfle. La légende est la suivante : S. B NAT DE LOT, soit Bernard ou Bernat (en forme occitane) du Lot.

Trouvaille 62.03

Un florilège des trouvailles de Dédé en Charente, trouvées dans un champ en une semaine. Il s’agit, à n’en pas douter, d’un cimetière de la fin de la période wisigothique au Haut Moyen Âge : on y distingue des agrafes, des morceaux de plaques, des boucles et fibules mérovingiennes, des boucles médiévales, des pendentifs et plaques dorées du Moyen Âge, sans oublier le sceau.
Ce dernier agrandi nous donne un sceau de chevalier – S.IOHAN ; GVIONET – sceau de Jean Guyonnet – style fin XIVe s. à début XVe siècle – avec un lion héraldique.
Autre objet remarquable, une rouelle peu courante et une bague en argent qui mériterait un agrandissement.
Parmi les monnaies, il me semble voir du gaulois, du mérovingien, du carolingien, du royal et moderne en argent de Louis XVIII. Impossible de faire une ID en l’état.

Trouvaille 61.09

de Jean Christophe à Toulouse :
un très joli sceau navette  en bel état de conservation légende : sceau « navette » d’un religieux  les sceaux navettes sont en principe attribuables soit a des femmes soit a des ecclésiastiques – S(igillum) B. DE CADILACO (Bernard de Cadillac ?) fin XIV a milieu XVe s
 – hampe au lis d’un étendard double? Planté sur un mont ? Le lis symbolise le Christ ou la vierge. Et le mont représente le Golgotha

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Trouvaille 60.19

Envoi de Guy à Albi : un sceau en bronze et une petite bague en bronze avec chaton enserrant une pâte de verre rouge, même époque ou un peu plus tardif. Le sceau est difficilement lisible : personnage (religieux ?) agenouillé, mains jointes devant une Vierge à l’Enfant. Légende : S (igillum) H O N V (ON?) G (S ou O ?) le reste illisible, mal frappé et encrassé, fin XVe à début XVIe siècle.

Trouvaille 60.14

Michel à Balma a trouvé trois objets métalliques somme toute banals (une petite clé de coffre en bronze, un bouton ou scellé en plomb, et enfin un petit sceau difficilement lisible avec une croix centrée XIII°-XIV° siècle), mais le quatrième objet fut trouvé à l’œil nu et présente la particularité d’être un os (certainement d’animal) taillé, percé et décoré sur toute sa surface de deux séries de lignes. Chaque série étant perpendiculaire et formant avec les lignes se croisant des losanges équivalents en tailles et surfaces. Peut-être une flûte ? Aucune idée de l’époque néanmoins.

trouvaille 60.03

Bonjour, je vous contacte en espérant avoir des informations sur cet objet, sachant que celui-ci a le diamètre d’un sesterce. Pour le second, je pense à un sceau, mais malgré de nombreuses recherches sur les monnaies ou autres, aucune ne porte ce genre de croix.
Sébastien

En principe, il s’agit d’un petit sceau de clerc ou de paysan (fin XIIIe à début XVe siècle) avec une simple croix centrale et un nom et prénom en légende : S’ (Sigillum) MICHIS ou E (l?) CERMET.

Le second objet est rond, épais et creusé au centre. Cela pourrait être soit un poids de ville du XVIe-XVIIe siècle à cause du creux en cupule, soit un palet de jeu pour lancer. Difficile de préciser puisqu’il n’y a ni dessin ni rien de marqué.

Trouvaille 58.23

Yannick, à Mauran, a trouvé un sceau d’ecclésiastique avec une fleur de lys en haut relief occupant tout l’espace. L’église royale (lys) Sainte Marie de ?. La légende se lit facilement : le sceau est celui du vicaire de l’église.

Inscription : S(igillum) V(i)C(arius) ECCLE(sie) S(an)C(t)E MARIE =Sceau du vicaire de l’Eglise (royale) de Sainte Marie – fin XIIIe/début XIVe s.

Trouvaille 58.08

Bonjour

Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour votre magasine que j’ai découvert récemment et que j’apprécie beaucoup. Pourriez-vous m’identifier cette monnaie et ce sceau tout deux trouvés en région Toulousaine et si possible m’en donner la valeur? Pouvez-vous m’indiquer un moyen permettent de mieux nettoyer la monnaie? Merci de votre réponse. T.

Monnaie du Béarn à la croix tortillée, Antoine et jeanne  reine de Navarre valeur moyenne 15 euros Le sceau rond du milieu XVe s  doit être un sceau de clerc ou de chevalier : légende S (igillum)  IOHAN MORO   sceau de Jean Moro ou Moreau, ou Le Maure  –  l’écu héraldique mi parti porte des mures (moro en italien) – On se rappellera par ailleurs et sans autre lien, que le murier était une arme parlante retenue au  par Ludovic Sforza, dit Le More

Trouvaille 57.14

Sceau trouvé sur le plateau de Sequerre

Le sceau a été trouvé sur le plateau de Sequerre, pays de Fenouillèdes, près de Sournia dans les Pyrénées-Orientales, proche de la préceptorie templière de Corbos. L’église et la grange fortifiées de Sequerre furent détruites par les grandes Compagnies en 1374. Le sceau est en bronze, pèse 9 g, avec un diamètre de 18 mm pour le sceau principal et 11 mm pour le contre-sceau. La longueur est de 22 mm. En espérant que vous pourrez répondre à nos recherches, et dans l’attente d’une réponse, nous vous remercions par avance.

Le style du sceau et des caractères correspond au milieu du XVe siècle, très précisément (1450/60), donc en pleine période de reconstruction après la guerre de Cent Ans. L’oiseau central présente un bec inhabituel et il serait tentant d’y voir un corbeau (pour Corbos = armes parlantes?). Le contre-sceau présente un écu héraldique surmonté d’une croix (hospitalière?). Il faudrait identifier les armes familiales locales. Légende : S(igillum) BERRIA M PIA ou B E R B I A M P I A. Il reste une troisième possibilité moins vraisemblable : BERRIAM R I B. Le possesseur du sceau semble curieusement être une femme, Berria ou Berbiam, car le mot latin « pius » (pieux), si le possesseur était masculin, est décliné au féminin : ce qui donnerait : S(eau) de la pieuse Berriam. L’ordre des Hospitaliers, auquel les biens du Temple ont été attribués (à vérifier pour cette région), a-t-il accepté des femmes à un quelconque titre ? La commanderie de Corbos a-t-elle continué à exister en tant qu’hospitalière au XVe siècle ? Voilà encore des questions à résoudre.