MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Édito

Edito 134

Que cette nouvelle année vous soit propice et vous apporte son lot de bonheur, de joie, de santé et de trouvailles sans intérêt pour l’archéologie. Les sots ! Il est évident que les prospecteurs français ne déclarent plus rien. Cette démagogie affichée de nos fonctionnaires de la culture ripoux, bornés et incompétents est dans l’air des temps. Hélas la conjoncture mondiale ainsi que l’état déplorable dans lequel se trouve notre pays fait passer au dernier plan des médias ce qui, pour nous, reste primordial pour une prospection sereine dans un environnement calmé. Il faut continuer à se battre pour faire changer les choses. A propos de changement, je suis heureux aussi de vous apprendre que dorénavant vous pouvez vous abonner à la revue et acheter les magazines sans intermédiaires en passant par le Blog monnaiesdetections.com et vous y trouverez aussi la base de données de vos trouvailles publiées depuis 2001 dans les numéros. Un très bel outil pour identifier vos monnaies et objets sans perte de temps en lecture sur des pages web non représentatives de votre recherche. J’espère vous y voir très nombreux !

 Bonne lecture

Gilles Cavaillé

Éditorial 133

J’espère qu’Octave sera fier  de sa trouvaille splendide en une de couverture, cette matrice de sceau est dans un état que l’on aimerait qualifier d’habituel, mais hélas c’est l’adjectif « exceptionnel »qui est retenu de nos jour pour les trouvailles dans cet état. On ne va pas refaire le monde et crier «au loup !» contre pesticides et autres engrais, nous en avons besoin. On peut toujours s’indigner de cette «interdiction de détecter» non dite alors que la loi est de notre côté et permettrait de sauver des milliers d’artefacts de la destruction irrémédiable des engins agricoles. D’ailleurs Octave a sorti cette matrice d’un coin paumé du Causse de l’Hérault, loin de sillons agricoles. Cette précision géographique  joue sur l’état de ce métal bronze sorti il y a peu. Cette nouvelle couverture est la première d’une longue série, elle mettra en valeur une belle découverte publiée dans les trouvailles et nous réfléchissons à l’alterner avec la photo d’un prospecteur  en action, c’est surtout l’environnement qui devra faire la différence. Notre lectorat est composé de prospecteurs à plus de 90 pour cent. Ça compte ! En attendant n’hésitez pas à nous dire de ce que vous pensez de cette nouvelle couverture. Bonne lecture.

Gilles Cavaillé

Edito 131

Il y a un peu plus de 20 ans, quand on s’est lancé dans cette aventure, la plupart des trouvailles que l’on recevait, étaient sous format papier et imprimées à « la va comme je te pousse », par une machine quelquefois limite en encre…. Heureusement le magasin était grand pourvoyeur de trouvailles par le biais des clients qui nous les amenaient pour identification. J’utilisais alors un scanner de marque Epson qui me sortait des scans de toutes beautés.  Le temps passant, tout le monde s’est équipé au moins d’un smartphone qui permet de nous envoyer du  numérique sinon toujours de qualité, mais au moins numérique !  Et l’on s’est rendu compte que les rares trouvailles que l’on reçoit actuellement par courriers papiers anonymes sont toujours de très belles trouvailles archéologiques  et la relation est simple : les inventeurs ont peur de laisser une trace  par mail. Pourtant en vingt-trois ans, aucun prospecteur ayant publié, un tant soit peu dans la revue, n’a jamais été inquiété ! Alors je m’adresse à CB qui est le dernier envoi anonyme avec une magnifique bague or  gallo-romaine à intaille. On ne peut pas publier ses impressions car la qualité de l’impression plus le scanner par-dessus donne une image floue et laide et frustrerait nos lecteurs et ne rendrait pas honneur à votre trouvaille et à notre magasine.

Prends ton smartphone, utilise la lumière naturelle et fais une mise au point nette. Tout le monde y gagnera…

 Bonne lecture.

Gilles Cavaillé

Éditorial 131

L’été est bien entamé, n’oubliez pas de demander l’autorisation du propriétaire avant de détecter
dans les champs aujourd’hui récoltés. J’entends dire que des prospecteurs raccrochent leurs détecteurs au clou par peur des représailles ? Malheureux ! La loi existe et elle est pour la détection de loisir, l’amalgame fait actuellement par les gendarmes sous l’emprise des archéologues ne tiendra pas bien longtemps mais cela exige de vous une volonté de ne pas vous laisser faire. Le courrier officiel du ministère de la Culture publié dans le numéro 130 peut vous servir de base de défense en cas de problème. En ce pays, deux poids, deux mesures, sont la règle… Apparemment c’est le même cas en Australie, l’histoire de Jean-Luc Billard et de sa découverte de météorite dans un état australien est hallucinante. Après les trois articles
parus dans les numéros précédents, il a, huit ans après, retrouvé sa météorite, bien loin de l’endroit officiel
où elle devrait être… Tous pourris ??? Nooooooon je n’en crois pas un mot ! (Vérifiez tout cela page 11.)

Bonne Lecture Gilles Cavaillé

éditorial 130

Quel constat hilarant ! Les médias nous gâtent jour après jour avec des découvertes sensationnelles réalisées par des “archéologues amateurs” (sic) en Angleterre et au Danemark, entre autres pays. Même notre section brèves ne fait pas exception. Et hop, encore un article sur les pièces de monnaie inédites dénichées par des prospecteurs belges en 2022 et 2023, oui, vous avez bien lu, déjà en 2023, avec une publication scientifique en prime ! Mais qu’est-ce que nos chers archéologues fabriquent pendant ce temps-là ? Ils jouent aux pouces, c’est ça ? Attendent-ils patiemment que nous déclarions nos trouvailles par pur hasard ? Histoire de se mettre dans de beaux draps et d’être qualifiés de pillards ? Pourtant, la détection de loisir est libre, je dis bien LIBRE, comme le précise clairement le courrier du ministère de la culture en réponse à la commission européenne (page 8). En dehors du cadre de la recherche archéologique où une autorisation est nécessaire, vous avez tout à fait le droit de nettoyer un terrain (avec l’accord du proprio depuis 2016), de chercher des météorites, de collectionner les douilles de chasse ou même de retrouver la clavette perdue de l’agriculteur. Et lorsque vous tombez par hasard sur un objet archéo, comme le moule du faux-monnayeur à la page 54, la plupart des découvreurs se demandent : “Bon, qu’est-ce que je suis censé en faire, alors ?” Une situation loufoque pour les prospecteurs français.

Régalez-vous en lisant, Gilles Cavaillé

Edito 128

Monnaies&Détections souhaite une très belle année 2023  à tous les prospecteurs et numismates de France. Ce premier numéro de la nouvelle année démarre par une saga, et quelle saga ! Un vrai roman photo plein de rebondissement et de coups bas mais chut pas de spoiler ! Le final se lira dans le numéro 130. L’année 2023 commence aussi avec une série de reportage à charge contre les prospecteurs, à l’heure où j’écris ces lignes il ne s’est pas passé 48h depuis celui du journal télévisé de l’A2. Nous avons laissé sur leur  site web un commentaire courtois mais qui démontait clairement que  le reportage manquait d’impartialité. Il n’a toujours pas été mis en ligne par le modérateur et il me parait bon de rappeler que la liberté d’expression semble à sens unique dans le service public. Cette année 2023 sera l’année de la bataille pour faire reconnaitre nos droits et prospecter dans un environnement apaisé. C’est cette année ou jamais, et je ne veux plus lire de commentaires sur la page facebook de Monnaies&Détections du genre : « Pour vivre heureux vivons cachés ! » Cette bataille mérite d’être gagnée mais elle ne le sera pas si on n’est pas soutenu par la majorité des utilisateurs de détecteurs de métaux !

 Bonne lecture  Gilles Cavaillé

Edito 126

La défense de notre loisir, qui est une priorité absolue pour nous, est vue par Monsieur-tout-le-monde comme quelque chose de totalement insignifiant face aux informations alarmistes effrayantes des médias mainstream (Ukraine, réchauffement climatique, prix de l’énergie, etc. etc.) La surenchère étant de mise pour effrayer la population et en faire des moutons dociles, il est inconcevable pour eux de parler de cette loi de la culture qui fait disparaitre des éléments important de notre patrimoine en regard du peu d’intérêt que cela comporte au vu des autres infos actuelles. Ainsi donc nos voleurs patentés peuvent continuer en toutes quiétudes à faire disparaitre les monnaies des collections publiques et continuer à fouiller sans contrôle extérieur. Quel intérêt peut-on apporter à notre histoire commune  à déclarer un aureus trouvé en cours de fouille sur un site gallo-romain reconnu ? D’ailleurs la monnaie est le parent pauvre des artefacts trouvés en cours de fouille, son intérêt pour l’histoire locale est quasi nul, je me suis toujours demandé pourquoi les rapports de fouilles officielles des années 70 et 80 que je lisais régulièrement étaient, déjà à l’époque, si pauvre en monnaies trouvées, alors que vingt ans après, on en ramassait encore en pagaille avec les détecteurs, oui je me le demande encore….

Lisez l’affaire Bigot dans les brèves et le texte pour la défense de notre loisir  page 29

Bonne lecture Gilles Cavaillé

Sommaire du n°125

Vécu
• Cahiers de prospection 2009
• Le trésor aux mille pièces d’or
• À la recherche des trésors de Rochechouart !
• Une si belle stèle…
• Arnaque à l’égyptienne
À tous les prospecteurs de France !
Brèves
Histoire
• Justice, crimes et châtiments
• La disparition du trésor de Jérôme Bonaparte
• Le Régent
• De l’Annam au Viet-Nam, histoires de métaux
• Karl Martel n’arrêta pas les Arabes à Poitiers
Numismatique
• Les monnaies de l’Odyssée
• Albanie française
• Trois couronnes pour le Pays de Galles
• Elisabeth II
• Une dynastie européenne
Trouvailles
• Monnaies/objets avec flèche de Palmela
Courrier
La chasse au trésor
Agenda
Librairie
Photos insolites !

Édito du n°125

Nous et moi savons que le milieu archéologique français pue ! Que cette caste protège un pré carré doré en barrant l’accès aux « amateurs » passionnés souvent plus cultivés que la majorité des fonctionnaires rentrés par « concours », passe droits et copinages, comme on le voit sans fard à l’identique chez les politiques français d’une incompétence extrême nommés aux plus hautes fonctions de l’Etat.
Peut-être qu’aujourd’hui, la majorité de la population française ouvrira un peu les yeux sur « cette archéologie française » qui vient de faire la une des journaux mainstream avec la mise en examen de Jean-Luc Martinez pour blanchiment d’objets archéologiques et escroquerie. Il fut responsable des antiquités au Louvre de 2007 à 2013 et nommé par Monsieur Macron à la lutte contre le trafic d’antiquité. Tomber sur un tel paradoxe est magnifique, un scénariste n’oserait pas l’intégrer dans son film de science-fiction, trop peu crédible !
Bien entendu le ministère de la Culture a publié un communiqué laconique le 3 juin : « dans l’attente d’une clarification de sa situation judiciaire », il s’est vu retirer le « volet relatif à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels ». Une affaire enterrant la précédente, on lui demandera de se faire discret et on le nommera à un poste tranquille très bien rémunéré avec votre argent dans quelques mois.
Et les ayatollahs de l’archéologie ? Les Délestre, Happah et autres outils doctorants créés pour lutter non pas contre le faux pillage archéologique des prospecteurs mais protéger la chasse gardée de la fonction ? On ne les entend pas ? Mais basta, c’est humain, ils protègent juste leur beefsteak ! Pas le patrimoine…
Bonne lecture,
Gilles Cavaillé

Edito du n°124

Les beaux jours sont de retour, le soleil brille et c’est constamment un plaisir d’évoluer dans la nature avec son détecteur à la main. Il nous faut cela pour oublier les nouvelles affligeantes que nous déversent en continu les médias télévisés. J’ose espérer que le magazine participe un peu à cette parenthèse bienfaisante pendant le temps que vous prenez à le lire. Nous avons un nouvel auteur qui nous a proposé l’histoire de la patère de Rennes dont j’ignorais l’existence d’ailleurs, ou je l’ai oubliée car j’ai visité le musée de la monnaie il y a bien longtemps maintenant. On essaie de varier pour ne pas lasser et surtout ne pas reproduire ou retranscrire un article que nous aurions écrit il y a une quinzaine d’années. A l’époque où j’étais lecteur de Didier Audinot, cette sensation de déjà vu m’était désagréable et je ne saurais utiliser ce subterfuge pour remplir les pages. J’aime aussi le côté décalé de la numismatique qu’apporte Monsieur Duflot, car malgré le plaisir que j’ai au contact des monnaies, je ne connais rien de plus rébarbatif qu’un article numismatique pur qui compare la longueur de la patte du chiffre neuf avec un autre exemplaire. C’est, certes, nécessaire pour remonter les différents ateliers et autres indices pour se rapprocher de la réalité historique mais ce n’est pas ma tasse de thé. Je ne vais pas faire le tour de tous les collaborateurs qui participent au journal, j’espère qu’ils ne m’en voudront pas mais s’ils sont là c’est pour la même chose : vous procurer un moment de détente agréable, alors je les remercie une fois de plus et, vous aussi bien sûr, sinon nous ne serions pas là à deviser aimablement ensemble.
Bonne lecture
Gilles Cavaillé