MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Brèves

2 518 aurei

L’un des plus gros trésors de pièces d’or romaines découvert ces trente dernières années, a échappé de peu à un vol ! Trois hommes avaient réussi à pénétrer dans le musée de Trêve, Allemagne, et commencé à percer la vitre blindée protégeant le trésor : 2 518 pièces d’or et le reste du chaudron en bronze qui le contenait ! Le système d’alarme a bien fonctionné et la police est arrivée juste à temps, les malfaiteurs avaient réussi à s’enfuir, mais l’un d’eux avait laissé son ADN sur la vitre blindée… Le trésor de Trêve, découvert en 1993, est depuis au coffre, le musée ayant décidé de renforcer son système de protection. Le trésor étant le plus gros, en or du musée, 18,5 kilos d’or presque pur et au détail des monnaies, une valeur marchande de plusieurs millions d’euros. À l’époque romaine, le contenu du chaudron représentait la paye annuelle, de 160 légionnaires romains !


Source : artnews.com

Le barque du roi Khéops

Découverte en 1954, dans une fosse au pied de la grande pyramide de Khéops à Gizeh en Égypte, la barque dite « solaire » était probablement une offrande au roi Khéops. Elle a été découverte démontée et soigneusement rangée dans la fosse à l’angle sud de la grande pyramide. Réalisée en bois de cèdre, quasiment imputrescible, elle a résisté au temps. Khéops régna sur l’ancien empire égyptien aux alentours de 2 600 avant notre ère ! Longue de 42 mètres (vu ses dimensions, c’est plutôt un bateau qu’une barque, mais tout le monde s’acharne à dire que c’est une barque…) pour un poids d’environ 20 tonnes, c’est le plus grand et le plus ancien artefact de bois de toute l’histoire de l’humanité ! Ces dernières années, elle était exposée à l’étroit dans une salle près des pyramides. La barque solaire du roi Khéops a rejoint début août le tout nouveau et grand musée des antiquités égyptiennes construit sur le plateau de Gizeh.


Source : geo.fr

Le coffre de Napoléon, suite

Suite de la brève du numéro 117, sur la statue de Napoléon à Rouen. Statue démontée en juillet 2020, le socle cachait des liasses de papiers rongées par l’humidité et un tube de laiton scellé. La statue date seulement de 1865, il a donc fallu presque un an, à la Drac pour ouvrir un tube de laiton, ouverture faite à l’aide d’aiguille à ultrason et d’un maillet en téflon. D’après les journalistes qui ont suivi l’affaire de près, le tube contenait un trésor !
7 monnaies en bronze, 5 monnaies d’argent et 5 en or ! Des monnaies à l’effigie de Napoléon III, sans plus de précision sur leurs valeurs faciales… Et les journalistes de rajouter que désormais les numismates de la Drac travaillent sur l’analyse de ces monnaies pour en déterminer l’origine et la provenance. Étant donné qu’il y a une date et un poinçon d’atelier sur chaque monnaie, ça ne devrait pas leurs prendre plus de six mois…
A suivre !


Source : lepoint.fr

King Henry gold specimen

Le plus gros spécimen d’or – les spécimens, dans la recherche d’or natif, sont des blocs de quartz où l’on voit les filaments d’or cristallisés, courir et suivre les veines de quartz –, découvert dans un filon australien de la mine de Kambalda en 2018, a finalement été vendu au musée de Perth, Australie. Les mineurs étaient tombés sur un filon exceptionnel, le plus gros bloc baptisé « King Henry », pèse 93 kilos pour environ 45 kilos d’or pur (M&D 103) !, vendu pour 3 millions de dollars au musée. Il y a déjà eu de plus gros spécimens découverts par le passé mais ils ont tous fini broyés… King Henry est exposé en compagnie d’une pépite d’argent, la Reine Karratha, découverte en 2000 dans un filon d’argent au sud de Karratha, Australie, c’est la plus belle et plus grosse pépite d’argent découverte à ce jour, elle pèse 145 kilos !


Source : thewest.com.au // Monnaies & Détections 103

Le disque d’or de Cusco

Le Smithsonian American Art, musée à Washington, États-Unis, a récemment annoncé qu’il offrait à la ville de Cusco au Pérou, un disque d’or inca (ou pré-inca), qui est le symbole de la ville de Cusco ! Ce disque d’or, une feuille d’or martelée de différents signes et symboles, en or 22 carats, mesure 5,3 pouces de diamètre, environ 13,5 centimètres.
Le disque était dans les collections du Smithsonian depuis 119 ans ! Il apparaît la première fois dans les archives en 1853, il est alors offert au président du Pérou, José Rufino Echenique en visite à Cusco. À la mort de ce dernier, sa fille aurait vendu le disque en 1912 à un collectionneur privé… le docteur Gaffron, médecin allemand ayant vécu plusieurs décennies au Pérou et qui constitua une importante collection d’objets incas. Qui lui, le revendit au Smithsonian.
Les dernières études du disque le situent entre 800 avant JC et 100 après JC ; pour sa fabrication, il comporte 20 sections égales sur le pourtour, probablement un calendrier solaire ou lunaire voire les deux, puisqu’il n’a toujours pas été déchiffré ! Selon la légende, l’Inca pensait que le disque pouvait guérir toutes les blessures et prédire les tremblements de terre ! Après plus d’un siècle d’absence, il sera bientôt de retour dans la ville de Cusco.


Source : smithsonianmag.com

L’or de l’âge du Bronze

Belle découverte pour des archéologues allemands, qui ont mis au jour la tombe d’une femme adulte, datée de 1 800 avant notre ère. Découverte réalisée au sud-ouest de l’Allemagne, près de la ville d’Ammerbuch-Reusten. Et pourtant, cette femme portait une spirale d’or dans ses cheveux, un chouchou en or !
Encore mieux, les analyses au spectromètre ont permis d’établir que cet alliage, naturel, d’or natif composé de 20 % d’argent, 2 % de cuivre, avec d’infimes traces d’étain et de platine, provenait très certainement de la rivière Canon située à Cornwall, Angleterre !
Cette rivière, relativement riche en paillettes d’or, a sans doute été une des premières d’Europe à être orpaillée par les tous premiers chercheurs d’or, c’est sans doute là que furent mises au point les premières techniques d’orpaillage, puisque cet alliage se retrouve un peu partout en Europe, dans les premiers bijoux en or, à l’époque de l’âge du Bronze ! Période comprise entre 3 100 av. J.-C. – 300 av. J.-C.


Source : thehistoryblog.com

7 tonnes !

Fantastique découverte dans une oliveraie en Turquie, plusieurs sarcophages d’époque romaine, en marbre finement sculpté ! Le premier fut découvert par des pillards, on ne sait pas comment ils localisèrent ce qui semble être un cimetière de nobles ou de personnages importants, vu la qualité des sarcophages. Le premier, percé sur le dessus par les pillards, pèse 7 tonnes ! Il figure des scènes de l’Illiade, représentant Achille et Agamemnon entre autres.
Le ministère de la Culture turc a voulu racheter le terrain, 3 autres sarcophages ont déjà été extraits, et il en reste sûrement d’autres. Après une offre de 500 000 livres turques, environ 49 000 euros, les propriétaires ont porté plainte devant ce tarif ridicule (pour le terrain et des oliviers centenaires). Finalement expertisé à plus de 100 000 euros, le gouvernement a payé la note. Des fouilles sont prévues, à suivre…


Source : thehistoryblog.com

Chapeau bas

Le chapeau du plus célèbre des chasseurs de trésor vendu aux enchères, celui d’Indiana Jones porté par le héros de la saga dans le deuxième épisode : « Indiana Jones et le Temple maudit ». Sur une estimation de 150 000 euros, il a finalement atteint la somme de 252 000 euros ! C’est un peu moins que le prix du tout premier chapeau porté dans l’épisode I « L’arche perdue ». Des chapeaux réalisés à chaque fois sur mesure par de prestigieux chapeliers anglais. Indiana Jones (Harrison Ford) doit rempiler l’été prochain dans un nouvel épisode des aventures du docteur Jones, il lui faudra donc un nouveau chapeau…


Source : bfmtv.com

Serpent de bois

Découverte exceptionnelle pour des archéologues finlandais. Dans la tourbe d’un lac fouillé depuis plusieurs années, ils ont découvert un serpent sculpté dans un morceau de bois. Ce qui rend cette découverte hors du commun, c’est la stratigraphie, des couches de tourbes datées de 5 000 ans, et de la datation radiocarbone du bois, située au Néolithique, entre 2471 et 2291 avant notre ère ! Faisant de ce serpent de bois, la plus ancienne sculpture en bois jamais découverte à ce jour !


Source : cambridge.org

Bague en or médiévale

Encore un trésor découvert à l’actif d’un prospecteur anglais, Peter McCoy ! Après avoir obtenu l’autorisation d’un agriculteur de Ledbury de prospecter ses terres, Peter y a découvert une superbe bague en or ! Un modeste trésor, mais trésor tout de même, la bague médiévale est datée du XIIIe siècle.
Ensuite, la procédure à suivre est très simple, Peter déclare la découverte au Coroner local, un agent de liaison des services archéologiques présent dans chaque commune, bien souvent des bénévoles ; si l’objet est antique, intéressant pour l’art ou l’histoire ou contient plus de 10 % d’or, il reçoit la mention « trésor » ! Il est ensuite confié à un musée ou un comité d’expertise qui va déterminer sa valeur marchande et puis soit un musée local voire national suivant la qualité de l’objet, fait une offre, sinon le trésor passe aux enchères, dans les deux cas l’inventeur et le propriétaire se partagent la somme obtenue !
Le résultat de ce système on ne peut plus simple étant, et c’est bien le plus important, que les bases de données anglaises s’enrichissent de nouvelles entrées toutes les semaines !
En France, rien de nouveau, le système en place attend on ne sait quoi pour se remettre en cause, et pendant ce temps tout ce qui est perdu est définitivement perdu…


Source : herefordtimes.com