MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Trouvailles

105.12

David dans l’Yonne a trouvé cette belle monnaie ! Un joli aureus de Galère Maximien qui a régné de 305 à 311 de notre ère. Il était encore césar sous Dioclétien et cette monnaie fut frappée en 293 à Trèbes. Il est curieux de voir que cette monnaie n’est pas très courante à la vente. En effet nous n’avons pas retrouvé un seul exemplaire de cette monnaie vendue sur le net avec ce revers.
Nous avons dû consulter le tome IV du Roman coin qui nous a donné l’information suivante : MAXIMIANUS NOB C tête à droite laurée, revers Galère debout à droite tenant une lance et un globe. La légende est PRINCIPI IUVENTUTIS (au prince de la jeunesse). Il n’est pas évident de cadrer son état car elle n’est pas nettoyée sur la photo mais on l’estime en TTB avec un beau 3500 euros de valeur.

105.2

Bonjour, je viens de trouver cette pièce dans un champ en Indre-et-Loire près de Savigny-en-Véron, il me semble qu’elle est italienne de 1893, pourriez-vous m’indiquer sa valeur ainsi que son histoire ? Car mes recherches sur Internet ne donnent pas de résultats précis (en particulier l’année). Merci d’avance, Johann
Pourtant c’est une année courante, plus de 28 millions de pièces frappées ! Le graveur est Filippo Spéranza. Humbert Ier (en italien Umberto I), né le 14 mars 1844 et mort le 29 juillet 1900, de la maison de Savoie, est roi d’Italie du 9 janvier 1878 jusqu’à son assassinat. Il est le fils de Victor-Emmanuel II et d’Adélaïde de Habsbourg-Lorraine. Cette monnaie est plaisante à trouver quand on est débutant mais elle ne vous permettrait pas de vous offrir un café au comptoir du coin…

105.04

Christophe a trouvé une drachme d’Emporia, une imitation plus exactement, au troisième siècle avant notre ère. Drachme à la Victoire. Avers : anépigraphe, tête de Perséphone à gauche, les cheveux tirés en arrière et ramenés en trois mèches, le cou orné d’un collier de perles ; le revers, d’aspect plus frais présente un cheval tourné vers la droite, arrêté, relevant fortement la croupe et la tête bien droite, surmonté d’une Victoire très stylisée tenant une couronne. Ligne d’exergue à la base. Le portrait a un peu souffert et il est décentré légèrement. Le revers rehausse la qualité au TTB, elle s’estime 600 euros.

104.3

Bonjour l’équipe, petite sortie en cette fin de mois d’octobre aux abords de Montbéliard, et au milieu de dizaines d’ogives militaires de 39/45 et quelques clous j’ai inventé ce denier qui me semble être d’Auguste, mais je n’arrive pas à trouver d’exemplaire correspondant au revers. Il pèse 3,69 g, a un diamètre de 17 mm et le relief est bien présent. Pourriez-vous m’en dire plus ? Pour le plaisir des yeux, je vous joins également la photo d’une boursée que j’ai faite dans le même secteur il y a quelque mois ! Merci d’exister… Bien cordialement, Gil.   
Votre denier est bien attribué à Auguste, c’est une variante non répertoriée sur le « Roman coin ». Alors, est-ce une fausse bien que le poids corresponde ? La légende AUG DIVV PP est clairement lisible et ne correspond pas à une légende habituelle. Le taureau, au revers, marchant à droite avec la légende IMP, correspond à une série de deniers avec la salutation impériale, mais le taureau est totalement différent, la légende et la forme des lettres aussi. Il se pourrait que cela soit une imitation locale. Je vous suggère de vous rapprocher d’un professionnel pour examiner physiquement votre monnaie. Les deniers de la série au taureau d’Auguste se négocient entre 150 et 250 euros en TB++.
Sympa la boursée des deniers des douze premiers césars, au nombre de cinq, représentés par Domitien et Vespasien et quatre deniers de la République bien antérieurs aux deux empereurs. Remarquez d’ailleurs l’usure de ces deniers de la République par rapport à ceux des empereurs, ils ont circulé plus longtemps et étaient toujours en cours pendant la période impériale.

104.19

Bonjour, merci de m’apporter des précisions sur ce que je pense être une médaille ou une monnaie. Peut-être une copie. Diamètre 3 cm, métal argent, je pense. Je n’ai pas de balance pour le poids. Cordialement. André
C’est effectivement une reproduction d’un sceau des templiers : à l’avers on distingue deux chevaliers sur le même cheval avec leurs lances (c’est un symbole de fraternité), la légende est SIGILLUM MILITUM XPISTI (sceau de la milice du Christ). c’est une reproduction de sceau de Geoffroy de Vichier (1286-1290). Cet objet moderne possède sur l’autre face une croix templière et la célèbre allégeance des templiers à Dieu : NON NOBIS DOMINE, NON NOBIS, SED NOMINI TUO DA GLORIAM. Qui se traduit par : « Pas en notre nom Seigneur, pas en notre nom mais au nom de ta gloire. Il s’agit d’un jeton moderne d’une association, d’un groupe, d’un ordre, ou des francs-maçons se voulant les dignes héritiers des templiers aujourd’hui disparus ?

104.8

Passionné par l’archéologie, je pratique la détection de passion depuis environ 5 ans et je me fais le plaisir de vous envoyer ma première monnaie en or. Un magnifique florin trouvé à Bonnefontaine dans le Jura. Mais le problème est que je n’ai pas trouvé d’image de florin où une amphore se situe à la droite de Saint Jean-Baptiste. Si vous pouviez m’apporter votre aide ce serait magnifique (je m’excuse si le flash de l’appareil photo vous gêne). Merci d’avance, et bonne continuation. Un de vos fidèles lecteurs, Bruno.
Monnaie italienne de Florence en état TB++ : FLOR-ENTIA. : (Florence). Grande fleur de lis épanouie. Revers : .S. IOHA-NNES. B (MM). Saint Jean Baptiste debout de face, nimbé, barbu, vêtu de la peau de mouton, tendant la main droite et tenant un sceptre cruciforme bouleté. Traduction revers : (Saint Jean-Baptiste). Le premier florin frappé à Florence date de l’année 1252, il fait 3,5 g et 24 carats et les monnaies sont frappées en grand nombre jusqu’au XVe siècle. L’exemplaire que vous proposez comporte comme différent une lampe à deux anses, attribué à Lapo di Niccoló, maitre graveur, premier semestre 1343. Votre monnaie s’estime 450 euros.

104.10

Bonjour, je reviens vers vous pour identifier une nouvelle monnaie. Diamètre 16 mm, poids 0,6 g, en argent ou billon. Jonjon 05
C’est un demi-sol de Gian Galeazzo Visconti pour le duché de Milan. Guivre à l’avers et croix pattée cantonnée de fleurs au revers. On lit nettement GALEAZ CO pour la légende classique de GALEAZ COMES VIRTUTUM. Pas de valeur en l’état. ID Grosongles

104.7

Bonjour, lecteur assidu de votre revue je me permets de vous transmettre ces photos pour savoir si vous pouvez m’en dire un peu plus. Pièces trouvées avec mon Déus du côté de Carbonne. Un lot de 3 pièces soudées entre elles qui me semblent être des romaines, mais de quel empereur ? Une monnaie visage côté gauche, peut-être une autre romaine ? Pour le reste trouvé du côté de Garidech : une monnaie qui pèse 4,1 grammes et a un diamètre de 16 mm, je pense à de l’argent : croix sur une face et un cheval (d’après moi) sur l’autre face avec de gros yeux ! Rien trouvé sur internet. Et les deux autres objets trouvés à peu près côte à côte. Un cœur qui pèse 14,4 grammes avec une dimension de 30 mm et qui me semble être du bronze. Une médaille avec un blason sur la face d’une dimension de 35 mm. Merci d’avance, Henri 31.

Vos trois monnaies collées sont romaines, début du IVe siècle (300-330), reconnaissables à la forme générale du portait typique de cette époque et de Constantin le grand et ses descendants. Impossible de préciser plus que cela sans titulature lisible. Avez-vous bien tourné autour de cette trouvaille ? Et éventuellement décapé sur une dizaine de centimètres avant de repasser l’appareil ? C’est une obligation quand on trouve des monnaies collées…
Même problème pour votre autre monnaie romaine, elle n’est pas identifiable en l’état, il s’agit peut-être d’un des usurpateurs lyonnais Victorin ou les Tetricus.
Pour la trouvaille de Garidech de 4 g et d’un diamètre de 16 mm, ce n’est pas une monnaie, probablement un méreau du XIIIe siècle, et il n’est pas certain qu’il soit en argent, de plus il ne s’agit pas d’un cheval mais plus certainement d’un chien.
On continue par une petite vervelle en forme d’écu supportant un meuble héraldique et enfin on termine par un petit pendentif en forme de cœur dont l’époque est difficile à estimer mais postérieure au XVe siècle.

104.15

Pour les spécialistes des plombs, en voici un pas courant. Pour ma part c’est le premier que je trouve, toujours dans le 05.
Il est pourtant très connu ! C’est un plomb de sac de la Compagnie des Indes. A l’intérieur d’un cercle de grènetis, inscription circulaire “FLOREBO QUO FERAR” (Je prospère là où je m’implante), au centre un écu couronné, aux fleurs de lys. De l’autre côté, dans un cercle de grénetis, on remarque un blason ovale couronné de la compagnie, entouré de deux Indiens qui le soutiennent. Plomb de scellé pour la période 1749 à 1769.

104.5

Bonjour, petite sortie détection dans un champ. Pourriez-vous m’aider à identifier ces monnaies et me donner une estimation de leurs valeurs, merci à vous. Argent 0,40 g, 10 mm, billon 1,84 g, 25 mm. V.K 27
Vous avez là un jeton de Nuremberg à l’agnel. Avers : agneau pascal à gauche (imité de l’agnel d’or de Louis X 1315), au dessus, un bonfanon ; + HVRTE : BIEN : MOVTON. Le vôtre a été limé pour le réduire ou la tranche taillée pour servir d’aiguisoir à couteau par exemple. La valeur nulle de ces jetons s’y prêtait à l’époque.
Vient ensuite une menue monnaie du XIIIe siècle en bas argent, une maille de la cité de Gand en Flandres vers 1253, on voit de profil une tête de soldat portant le capuchon de mailles et une calotte en acier. Dans un grènetis, tête à gauche casquée. Le casque est orné de trois annelets. Une aigrette comme cimier. Derrière la tête, quatre points disposés en losange. Revers : croix longue double ancrée avec au centre un point. C’est une monnaie en état TB++ estimée à 30 euros.
Enfin votre dernière monnaie semble en argent, épaisse, elle pèse 1,55 g et fait 12 mm de diamètre. Sa tranche épaisse fait pencher pour une monnaie antique ou éventuellement mérovingienne. On exclut toute époque postérieure, mais en l’absence d’un quelconque indice, elle restera indéterminée.