MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Trouvailles

Tombe à char

C’est une première pour la Croatie, la première tombe à char découverte dans le pays, une tombe d’époque romaine, un char qui était tiré par deux chevaux avec une structure en fer dont le bardage des roues et en bronze. Le char a été trouvé sous un tumulus qui fut pillé il y a quelques décennies, les pillards avaient découvert des tombes en surfaces qui contenaient sûrement un riche mobilier (vu le char) et s’étaient arrêtés là, pensant probablement qu’il n’y avait plus rien. Le char et les chevaux étaient enterrés plusieurs mètres en dessous…
Source : thehistoryblog.com

109.3

Bonjour. En pièce jointe, des trouvailles faites depuis plusieurs années avec mon Déus. J’avais très envie de vous les montrer pour identification et pour apprendre tout ce qu’il est possible sur ces objets et monnaies. Cordialement, davidou23
Votre monnaie en argent, assez usée, est une drachme légère de Marseille. Avers : anépigraphe. Buste d’Artémis diadémé et drapé à droite, avec collier et boucles d’oreilles ; arc et carquois sur l’épaule. Revers : lettres grecques entre les pattes du lion. Lion bondissant à droite. MASSA//LIHTWN/ H-A. Seule la légende sous les pattes du lion est visible ; votre monnaie est en état Tb, il y a des coups sur le portrait, c’est une monnaie à 80 euros.
En deux, un poids monétaire transformé ! Il semble qu’il s’agisse du poids monétaire hexagonal pour le florin au XIIIe siècle à Florence. Celui-ci a été rogné sur ses six faces pour devenir une sorte de rouage. On remarquera sur la branche de gauche l’angle exact de l’hexagone original.
En trois une modeste bague en cuivre, un simple anneau plat sur lequel on a soudé une tôle de cuivre présentant deux cartouches. Au milieu, un cœur couronné ? Une croix sur la gauche et le dernier n’est pas visible. Datation probable : période révolutionnaire et bague appartenant à un royaliste.
La monnaie suivante est un denier carolingien de Louis le pieux. Avers : HLUDOVVICUS IMP, croix cantonnée de quatre besants. Revers : PISTIANA RELIGIO, temple à quatre colonnes. Votre monnaie est en état TB+ et s’envisage dans un médailler pour 70 euros.
Enfin la dernière monnaie est un sol coronat pour Robert D’Anjou, comté de Provence : R: IE-R: ET: SICIL: – REX (ponctuation par double annelet). Avers : couronne fleurdelisée (Robert, roi et Jérusalem et de Sicile). Revers : + COM-ES: P-VIN-CIE. Croix fleurdelisée coupant la légende, cantonnée de quatre lis. Cette monnaie présente une usure de circulation, son prix en état TB++ est de 40 euros.

Trouvaille 109.01

Bonjour, je vous contacte pour mettre un article sur votre magazine. Il y a peu de temps un ami me demande si cela me dit de faire de la détection dans une petite crique en Bretagne où il a déjà fait quelques objets en argent. J’accepte sa proposition. Manque de chance, le jour même, j’ai un imprévu avec ma voiture et vers 10h, Jeremy m’envoie un message sur Messenger pour savoir s’il peut m’appeler pour identifier une monnaie. Il m’appelle et me dit “Tom prends pas des pincettes et dis-moi ce que tu en penses même si ça peut me décevoir. Il m’envoie une photo, Waouh ! C’est une royale en or. Par contre elle n’est pas française. Je regarde vite fait sur Internet du côté des monnaies portugaises. Bingo ! Une 1000 réal en or de Saint Vincent ! (7,58 g). Jeremy le soir même me dit : “Tom, je sais pas pourquoi, mais pour moi il y en a d’autres !” Sans le savoir un ami à lui passe deux jours après dans la même crique sauf que lui, il soulève les cailloux et là : bingo pour lui aussi ! Une monnaie en or espagnole de Philippe II. Moi aussi voulant ma monnaie en or, nous sommes retournés en janvier 2019 après des coups de vents en Bretagne. J’avais dit à Jeremy : “S’il y a des monnaies sur une rive, il y a de fortes chances qu’il y en ait de l’autre côté du bras de mer”. La chance me fuit encore car ce jour là j’oublie mon pro pointer. Ayant un CTX3030, je vous laisse imaginer la galère pour trouver des micros cibles dans du sable vaseux ! Vite découragé, je vois une prairie et l’agriculteur près de l’endroit où je me trouve. Je préviens Jeremy et je lui dis que je vais demander l’autorisation à la personne. Je me dis à ce moment : “Autant dans la mer, les monnaies se déplacent, autant en prairie elles restent quasiment à l’endroit de la perte”. Après quelques minutes, j’ai un bon son. Je creuse assez profond car je n’ai pas mon pro pointer et là, dans une motte, je vois une monnaie sur la tranche. Rien qu’avec la tranche, j’ai vite compris de quoi il s’agissait ! Je l’a nettoie doucement et voilà qu’entre mes mains j’ai 2000 ans d’Histoire : un quart de statère osisme en électrum. Après recherches pour une identification, il s’avère qu’il est inédit et non répertorié. Début février Jeremy est retourné dans cette crique magique et a refait une monnaie ,mais cette fois-ci en argent, avec une contremarque en forme de fleur de lys. J’ose espérer que l’histoire ne s’arrêtera pas en si bon chemin… Affaire à suivre… Ps : En pièces jointes les monnaies une fois nettoyées. Thomas

Commençons par la monnaie portugaise : il s’agit d’une monnaie du Portugal pour Joao III (1521-1557), type de Saint Vincent ou 1000 reis. Avers : IOANNES: III REX: PORTV ET AL (Jean III, roi du Portugal et d’Algarve). Ecu du Portugal couronné. Revers : USQUE ADMORTEN ZELATOR FIDEIS (Par ce signe tu vaincras). Saint Vincent à droite tient un navire et la palme des martyrs. Deux étoiles l’entourent de part et d’autres. C’est une monnaie qui représente Saint Vincent, tenant une palme et un navire rappelant son martyre subi en 304. Après avoir été épargné par les fauves de l’arène, son corps fut attaché à une lourde pierre et jeté à la mer. Le rocher se mit alors à flotter miraculeusement jusqu’au rivage. Ses restes furent alors ensevelis. En 1173, ses reliques furent amenées à la cathédrale de Lisbonne où elles reposent encore. La monnaie conserve un beau panache, elle est en TTB et s’estime 2200 euros.

La seconde monnaie trouvée par Jérémie ne se rattache pas du tout à la même époque puisque on est à la fin du XVIe siècle. Il s’agit d’un dizain ou douzain contremarqué, inidentifiable dans cet état.

L’ami qui soulève les cailloux a trouvé une monnaie des Pays Bas espagnols pour le duché du Brabant pour Philippe II en 1558. Cette monnaie est un réal d’or non daté, frappé à Anvers (Main), 149 841 exemplaires fabriqués pour tout le règne et pour cet atelier, De Mey 466. Avers : PHS. D: G HISP. ANG Z REX. DUX BRAB. Buste à droite de Philippe II couronné et cuirassé, dont la couronne coupe la légende. Légende sans séparation avec le champ et la figure mais avec grènetis extérieur. Revers : écu couronné aux armes écartelées en 1 de Castille et Léon (écartelé de), en 2 d’Aragon-Deux-Siciles (parti de), en 3 d’Autriche-Bourgogne ancienne (coupé de), en 4 de Bourgogne moderne-Brabant (coupé de) ; sur les 3 et 4, un écusson parti de Flandre et Tyrol. L’écu est entouré du collier de l’ordre de la Toison d’Or, le bijou pendant dans la légende. Légende : DOMINVS . MICH / HI . ADIVTOR main (le seigneur est mon aide). Cette monnaie possède un léger coup sur la tranche sinon elle est de belle conservation et s’estime environ 1000 euros.

Enfin dans un autre registre et avec une jolie chance, voyons votre quart de statère osisme. Ce quart peut se rattacher à la série « au trépied » (DT 2229), bien que le motif en triangle (« trépied ») soit complètement hors flan. Le profil est tourné à droite : c’est sans doute une variante originale de DT 2228-29. La localisation de cette série se situe au N-O des pays osismes. Avers : profil à droite ; la chevelure est entourée d’un cordon perlé. Devant, une croix bouletée. Revers : cheval androcéphale à gauche, au-dessus, les restes d’un aurige. En dessous, un trépied constitué d’une roue sur un trépied. Monnaie en état TTB,  estimation 400 euros.

109.2

C’est en faisant du kayak cet été que j’ai trouvé cette médaille dans le limon du gave d’Oloron, entre Navarrenx et Sauveterre de Béarn. En réalité je venais de me prendre un gadin dans un contrecourant et c’est carrément le nez dans le sable noir que je tombais sur l’objet. Bref ! N’y connaissant absolument rien, j’ai littéralement dévoré votre bulletin d’info passionnant. Vos avis sont clairs, concis et teintés d’une dose d’humour que j’apprécie. Mon but est d’offrir cette trouvaille à un neveu qui “collectionne” les pièces de monnaie. Ma question est donc de savoir s’il s’agit d’une monnaie, afin que le cadeau puisse se fondre dans sa jeune collection. Si c’est une monnaie, peut-être pourriez-vous me préciser son métal ou son alliage ? Et vers quelle époque et en quel pays ou lieu elle a été frappée ? Est-elle estimable ? Je vous donne bien entendu l’autorisation de publier les photos sur votre bulletin. La monnaie possède un diamètre de 25 mm et pèse 4 g sur le Terraillon de cuisine. Bien à vous et remerciements appuyés. Bruno
Il ne s’agit pas d’une monnaie, on est sur une médaille en l’honneur de Saint Michel l’Archange. Avers : buste de quart droite les yeux baissés en prière, une double auréole. Légende : SANCTUS MICHEL ARCHANGELIS ORA PRO NOBIS (Saint Michel l’archange, priez pour nous). Revers : XPC VINCIT +XPC REGNAT+XPC IMPERAT (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ ordonne). Cette légende est apparue pour la première fois sur les monnaies de Saint Louis entre 1250 et 1270. On peut remarquer plusieurs choses, tout d’abord une faute en latin car Michel se dit Michaelis, ensuite la forme des lettres est très curieuse, un mélange légèrement gothique mâtiné de fantaisies et d’arabesques mais néanmoins avec une base de lettres modernes. On est donc sur une fabrication moderne. La couleur, nonobstant le fait qu’elle sorte de l’eau, rappelle le laiton. La présence ensemble de l’agneau pascal et de Saint Michel est habituelle. C’est le nez dans le sable que vous l’avez trouvée ? C’est les yeux dans le vague qu’on vous répond : on ne sait pas ! Il ne nous est pas possible de vous dire où et quand elle a été fabriquée. En l’occurrence, un examen de la tranche aurait pu être instructif.

109.9

Ci-joint, les 3 photos d’un objet en plomb, trouvé sur le chemin d’un bois, dans l’Aude (11). Il est en plomb, avec comme une sorte de croix de Lorraine ?? Si vous avez une idée de cet objet ? Métal : plomb. Diamètre : 15 mm. Longueur : 10 mm. Poids : 15 g. Cordialement, Philippe de Toulouse
Toutes les hypothèses que l’on a envisagées ne vont pas. On avait pensé à une matrice de potier, mais le fait que cela soit creux est rédhibitoire pour une matrice. Par contre nous ne pensons pas que cela soit du plomb, la patine ne correspond pas à ce métal. Peut-être un creuset, mais alors pourquoi ce marquage en dessous ? Nouvel objet en attente d’une solution probable d’un lecteur.

109.04

Bonjour à tous, lecteurs et rédacteur. J’ai trouvé cette bague en bronze de 4 grammes dans un labour de la Haute-Garonne. Je cherche des infos depuis + d’un an sur internet et dans des livres. Mais ne trouve rien !!!!!! Donc je me retourne vers vous tous pour savoir de quel siècle elle arrive ? Merci d’avance, William
Il s’agit du motif à la FEDE les mains jointes, bagues de fiançailles du milieu du XVIe siècle jusqu’au début XVIIIe. Sur l’épaulement quatre incisions font décorations symétriques. A votre décharge, le symbole des deux mains jointes n’est pas des plus réussis. C’est un travail artisanal bien sûr.

108.1

Bonjour l’équipe, je vous envoie quelques trouvailles que j’ai eu l’immense bonheur de trouver fort fortuitement comme d’habitude dans l’Aude. Peut-être une petite place dans la revue ? Au moins la jaune, poids 1,44 g, peut-être tremissis libius severus mero ? Diamètre 13 mm. La fibule, longueur totale 7,5 cm, hauteur 2,5 cm, gauloise ou romaine ? La Louis XIV, diamètre 19 mm, poids 1,37 g. Merci pour votre excellente revue. François
Oui c’est exact : trémissis de LIBIUS SEVERUS (19/11/461-25/09/465). Monnayage autonome des Wisigoths pour Toulouse. Avers : D N SEVER-VS P F AVG. Buste diadémé, drapé et cuirassé de Libius Sévérus à droite, vu de trois quarts en avant “Dominus Noster Libius Severus Pius Felix Augustus”, notre seigneur Libius Severus pieux heureux auguste. Revers : VICTORI AVGGG COMOB. Victoire stylisée debout à gauche, drapée, les ailes déployées, tenant une longue croix de la main droite “Victoria Augustorum”. C’est une monnaie en état TB++ son estimation est de 1000 euros.

La fibule est très jolie, elle date de la deuxième période de l’Age du fer : (-475-350), arc massif légèrement renflé, pied redressé vers l’arc et terminaison en bouton ; gros ressort à corde externe, 2 spires visibles en bronze.

Vous avez trouvé aussi un 4 sols des traitants de Lyon pour le millésime 1676, 4 sols correspondent à un 15e d’Ecu de l’époque (1 écu = 60 sols). Avers : LVDOVICVS. XIIII. D. GRA. Buste drapé à droite. Revers : FRAN. ET. NAVARRAE. REX. (Millésime encadrant une couronne). Croix fleurdelisée avec différent d’atelier en cœur sous une couronne. Le Droulers donne une frappe de 21 498 000 exemplaires. C’est une monnaie courante en argent, ces exemplaires se vendent une centaine d’euros en état sup. La vôtre a subi une mutilation volontaire du visage elle est en état B++ et s’estime 20 euros.

108.5

Les années passent, et je n’oublie pas la prospection même si j’ai moins de temps à y accorder. Je vous ai récemment acheté un XP Orx pour remplacer mon Déus que j’ai perdu dans l’incendie de ma cave. Et je voulais partager avec vous la première monnaie que j’ai trouvée avec l’Orx. Première sortie chou blanc, et à la seconde, après quelques merdouilles, une superbe drachme tolosate ! Ci-joint les photos. 2,51 g. Octave
Belle entrée en matière pour l’ORX ! Une drachme tolosate au type négroïde. Avers : tête stylisée à gauche, la chevelure représentée par un rang d’esses reposant sur un rang d’épis en forme d’Y. Revers : croix bouletée au centre, formée de quatre cantons ornés chacun d’une lunule : annelet au 1er canton, un globule aux 2e, 3e et 4e cantons. Le métal est un peu granuleux, la chevelure est incomplète, c’est une monnaie à 100-120 euros.

Bonjour, moi qui n’avais jamais trouvé d’or, ma joie fut immense après avoir découvert ces deux magnifiques trouvailles durant les beaux jours du mois de mai. Ça arrive toujours lorsqu’on ne s’y attend pas. Pouvez-vous m’aider à les identifier ? (Pays de la Loire) Bonne continuation à votre magazine. Bayou
Belles trouvailles en effet, bague de fiançailles en or au motif de la « fede » (deux mains unies), périodes 1550-1700. Il est dommage que l’on n’ait pas une vue de face de l’épaulement pour le décrire.
Quand à votre monnaie d’or sachez qu’elle est plus courante à trouver que votre bague ! Une monnaie d’or à la chaise attribuable à Philippe VI, que l’on distingue des monnaies de Jean II le Bon par la première lettre (de son nom) après la croix au-dessus qui est sans contestation possible un P. Avers : + PHILIPPVS DEI. GRA FRANCORVM REX, Philippe VI assis dans une stalle gothique, couronné, vêtu de la cotte d’armes, il tient de la main droite l’épée levée et de la gauche l’écu de France aux lis dans un polylobe cantonné de petits trèfles (Philippe, roi des Francs par la grâce de Dieu). Revers : XPCX VINCIT XPC REGNAT XP’C IMPERAT, croix quadrilobée et fleuronnée, dans un quadrilobe orné de feuilles et cantonnée de quatre trèfles (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande). La monnaie est usée et rognée, son état B+ à TB- lui confère une estimation de 400-450 euros.

108.4

Bonjour, veuillez m’identifier cette petite pièce trouvée en terrassant en bordure d’un champ. Je n’ai pas de balance assez précise pour la peser, elle mesure environ 1,6 cm de diamètre. Merci, cordialement, Pierre de Haute-Saone.
Il s’agit d’une variante d’un potin anépigraphe rattachable aux Séquani selon l’ouvrage de Monsieur Déléstrée (DT3256), l’avers présente une tête de profil à gauche casquée, l’œil est marqué par un globule entre la nuque et la base de la joue, il y a un triangle à fort relief qui figure une probable jugulaire. Au revers, un cheval à gauche sous forme de globules. La variante se situe sur la queue qui n’est pas relevée en S comme sur l’exemplaire référencé. Annelet au dessus du cheval et forme indistincte en dessous ? L’exemplaire est en bel état de conservation et se monnaye aux environ de 90 euros.