MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Trouvailles

95.01

Rémi à Varaire a trouvé cette très jolie plaque boucle mérovingienne étamée, VIIe-VIIIe siècle. Un motif animal est représenté deux fois mais l’animal n’est pas vraiment identifiable. Toutes les têtes de rivets ont disparu ainsi que la boucle, l’ardillon et la contre plaque. On suppose que Rémi a prospecté consciencieusement la zone autour de cette trouvaille ?

95.02

Uroy le viking nous présente un bronze épigraphique IIRATOS (DT 658E), veliocasse et voudrait avoir un avis sur cet objet fortuité en prairie. Ce bonze est de toute beauté, son poids est 3,18 g pour 15 mm, profil à droite légende IIRATOS=ERATOS. Le revers détaille un sanglier avec un décor de rinceau au-dessus, un objet en forme de V devant et sous le ventre un annelet centré d’un globule. Un exemplaire identique s’est vendu plus de 1000 euros sur le net celui-ci est en état SUP mais décentré, on peut l’estimer à 800 euros.
Concernant son objet en bronze de diamètre 50 mm, il s’agit d’une poignée du XIXe siècle d’un meuble à tiroir.

95.11

Pourriez-vous me trouver l’atelier de ce joli denier de Charlemagne ainsi que me donner une estimation ? En vous remerciant. Etienne
Denier de Charlemagne, type de 771 -774 CARO-LUS en deux lignes, avec présence de globules entre les lignes. Revers : croix cantonnée des lettres ARDIS, nombreuses variétés de légendes ponctuations et gravure d’après l’ouvrage « Le numéraire carolingien corpus des monnaies » de G depeyrot, il est précisé que l’on peut raisonnablement rattacher ARDIS à l’atelier d’Arles. Mais l’auteur a préféré créer une référence supplémentaire pour ARDIS. Votre monnaie mériterait un petit nettoyage très précautionneux car elle est TTB et s’estime entre 2800 et 3000 euros.

95.13

Raoul a trouvé cet écu de Louis XV 1730 X (Amiens), état TB++. Avers : portrait du roi à gauche, LUDO XV D G FR ET NAV REX. Au revers une couronne de laurier, SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM, un cœur et 1730 X. La patine présente des taches, quelques petites rayures sont présentes, cette monnaie est estimée à 120 euros pour 88000 exemplaires.
L’autre trouvaille est un plomb de sac représentant un triangle ayant à sa base trois carrés accolés. Une légende sur le pourtour semble présente mais totalement illisible. Si vous en avez un en meilleur état, merci de nous éclairer sur sa provenance.

95.06

Bonjour, enfin une petite jaune, comment je suis content ! Est-ce qu’il serait possible d’avoir des infos ? Merci, seb 31
VALENTINIEN II. Solidus, 22 novembre 375 – 15 mai 392. Thessalonique. 379. DN VALENTINIANVS IVN PF AVG. Buste diadémé, drapé et cuirassé de Valentinien II à droite. Revers : VICTORIA AVGG. Les deux empereurs drapés, assis de face, tenant ensemble un globe ; derrière, une Victoire éployée ; à l’exergue, TESOB. Cet exemplaire a subi une avarie importante quand il naviguait d’année en année dans son champ, les socs ne l’ont pas épargné et ceci-lui donne une valeur de 250 euros.

 

95.07

Voilà les photos des monnaies, j’en ai trouvé plusieurs à Dijon… Merci pour l’identification et éventuellement l’estimation de valeur de ces monnaies. Bien cordialement. Vincent
Il s’agit d’un denier frappé après 840 à Pavie (Italie) pour Louis I le pieux (814-840). Avers : +HIOTHARIVS IMPAV croix. Revers : PAPIA son état est TTB et sa valeur de collection est 1600 euros.

95.04

Bonjour, je viens à l’instant de trouver cette grosse monnaie romaine que je suppose être de Constantin, pouvez-vous m’en dire plus ? Merci beaucoup. Poids : 7,27 g. J’en profite aussi pour vous montrer une petite royale trouvée avec une jolie patine, en assez bon état mais je suis dégouté pour ce petit trou…, merci d’avance pour ces identifications. Agathé
Follis pour Constance I Chlore, frappé aux environ de 300-303, lettres d’atelier à l’exergue illisibles.
Avers : CONSTANTIVS NOB CAES, tête laurée de constance I à droite. Revers : SACRA MONETA AVGG ET CAES NOSTR, Moneta debout à gauche, tenant balance et corne d’abondance. Etat TB, on note des rayures importantes sur l’avers, elle peut rentrer sur un plateau pour une vingtaine d’euros maximum.
La seconde monnaie n’en est pas une, il s’agit d’un jeton de Nuremberg : + AVE MARIA GRACIA. Avers : écu à trois fleurs de lis couronné. Revers : croix fleurdelisée et fleuronnée centrée d’une quartefeuille, inscrite dans un quadrilobe fleuronné, cantonné de lettres indistinctes. En bon état, la valeur de ce type de jeton tourne autour des 10 euros, alors avec le trou (qui servait à les enfiler sur un brin) sa valeur est réduite à néant.

94.12

De musketer 24 nous proviennent ces deux pièces.
Un centenionalis de Constantin le Grand (diamètre 19 mm, poids 1,77 g) au type Beata tranquillitas, Constantin Ier, 321 atelier de Trèves. Avers : CONSTAN-TINVS AVG : “Constantinus Augustus” : Constantin auguste. Buste casqué, drapé et cuirassé de Constantin auguste à droite. Revers : BEATA TRAN QVILLITAS VOTIS XX PTR : L’Heureuse Tranquillité, vœux pour vingt années de règne. Autel surmonté d’un globe et de trois étoiles. La monnaie possède une jolie patine et une usure prononcée, son estimation tourne autour des 15 euros.
La seconde est d’une toute autre époque, c’est une monnaie royale de Charles VII le victorieux ou Charles VIII. Avers : (lis) KAROLVS FRACORV REX (ponctuation par deux annelets superposés). Bien que la légende soit illisible, la première lettre K se devine et permet de l’attribuer à un Charles plutôt qu’à un Louis. Deux lis dans un trilobe (Charles, roi des francs). Le revers présente TVRONVS CIVIS FRAHCIE (ponctuation par deux annelets superposés). Croix dans un double quadrilobe (Cité française de Tours). Monnaie usée en TB estimée à 25 euros.

94.09

Le bienheureux David avec son Déus a trouvé dans les Pyrénées cette monnaie peu courante, un gros en argent de Jaime Ier (1213-1276), roi d’Aragon. Avers : +IACOBVS DEI GRA REX ARAGONV. Revers : +DOMINVS MONTISPESVLANI. C’est une monnaie rare, elle est en TTB et s’évalue 1500 euros.

94.02

Les deux bagues qui ont été trouvées l’une à côté de l’autre près d’une pierre sont de la famille Abeille, d’après le blason qui représente des abeilles. Les bagues ont été trouvées dans le Finistère près de Perros Guirrec. Elles ne sont pas poinçonnées et de petites tailles. Pour l’anecdote, j’étais en sortie avec un ami qui ne possède pas de détecteur de métaux mais qui est intéressé par notre passion. Lors de cette sortie il a pris des photos quand je détectais. Un moment je lui dis : « Indice 79/80 » (en programme 7 que j’utilise même sur terre car je le trouve très bon) d’habitude c’est des 2 euros cet indice mais vu qu’ici on trouve que des dt et liards, je sais pas ce que ça peut être. Et là whaouuuu une chevalière !!! Elle est en or en plus. Je lui montre et la nettoie. Je lui dis « attends je repasse on sait jamais ! » Là un petit indice 50/54. Je lui dis « d’habitude c’est toujours de l’aluminium quand je creuse sur ça, mais là à côté de la chevalière, je ne peux pas ne pas creuser ». Et là, la vache ! une deuxième bague en or avec des diamants et un saphir !!! Explosion de joie retenue malgré tout mais super heureux. On les a pesées, il y en a en tout pour 12,36 grammes d’or. Cordialement, Thomas. 
Ces bagues ont été cachées intentionnellement, la pierre devait servir de repère. La chevalière sans poinçons date antérieurement à la Révolution française. Elle représente deux écus accolés avec un lion marchant à droite et une ruche entourée de trois abeilles en triangle. Elle date probablement du XVIe siècle. Il s’agit certainement de l’union de deux familles. Une recherche des armoiries a été lancée avec notre spécialiste mais cela prend plus de temps qu’une simple identification. La seconde bague est un empierrage classique en forme de fleur, saphir et diamant. Même période que la chevalière. Belle trouvaille plaisante qui stimule l’imagination : noble fuyant la révolution ? Larcins commis et cachés par peur de représailles ? Qui le saurait ?!