Karl Martel n’arrêta pas les Arabes à Poitiers

Karl (du germain le mâle), Martel (du germain le marteau), Karl Martel signifie en germain « le mâle au marteau » et bien entendu celui-ci n’a absolument jamais porté le prénom de Charles ! (sic)
La bataille de Poitiers de l’an 733 encore et encore présentée comme une grande bataille historique ! ayant sauvé l’Occident d’une terrible invasion musulmane ! ne fut en réalité qu’un simple raid de représailles et de pillages envers le duc Eudes d’Aquitaine et absolument rien d’autre ! Et Karl Martel n’a levé aucune armée pour voler au secours du duc d’Aquitaine ! comme encore et encore raconté de nos jours, car en réalité Karl et son armée sont en Aquitaine pour faire la guerre à Eudes, qui est le véritable ennemi de Karl Martel et des pépinides ! En effet il commit un véritable acte de trahison envers les Francs, en ayant fait alliance avec un prince berbère, et scellant cet acte en donnant sa propre fille en mariage ! Il invite des troupes arabes en Aquitaine, ouvrant ainsi la porte du royaume franc aux musulmans ! Pour Karl Martel et les seigneurs pépinides, les seigneurs saxons, frisans, alamans et bavarois, la trahison du duc Eudes doit être punie ! D’autant plus qu’il existe déjà un très sérieux contentieux entre les deux hommes, qui remonte à l’année 714 quant Pépin de Herstal mourut et que le demi-frère de Karl, Grimoald II le jeune maire du palais de Neustrie, d’Austrasie et d’Aquitaine décéda lui aussi quelques mois avant Pépin, laissant le siège de maire du palais vacant à cause d’une querelle de famille entre pépinides. En effet, la femme de Pépin, Plectrude, soutenait ses petits fils plutôt que Karl qu’elle considérait comme illégitime parce que né d’une autre femme, Alpaïde.

Caballarii austrasiens, l’enseigne dragon est un héritage des cavaliers sarmates servant comme fédérés dans l’armée romaine.

Profitant de cette vacance, le duc d’Aquitaine s’empare de Poitiers, Tours et Clermont en 741, et cela pour son propre compte, de plus il attise une rébellion ouverte envers Karl et les pépinides. La querelle de famille réglée, Karl Martel est maire du palais de Neustrie, d’Austrasie et d’Aquitaine et pour consolider sa position, Karl installe un nouveau roi mérovingien, Clotaire IV, tandis que les rebelles d’Aquitaine, de Provence et de Bourgogne placent leur roi mérovingien, Chilpéric II.
Ainsi, entre 714 et 719, la guerre fait rage entre les deux clans, et cela jusqu’à la bataille de Soissons en 719 où Karl Martel écrase la rébellion qui rentre dans les rangs, le duc d’Aquitaine vaincu dut livrer son roi Chilpéric II à Karl Martel et faire allégeance à Karl devant l’assemblée des potentes (les puissants aristocrates francs). Pour le duc d’Aquitaine, l’affront est monumental ! Mais la situation politique du royaume franc est complexe. Le royaume comporte 3 entités, plus une « enclave musulmane ! ». A savoir :

  • L’Austrasie : royaume oriental de la Gaule Franque, berceau de la puissante famille pépinide de Belgique et berceau de la dynastie carolingienne, englobe la Frise (la Hollande), l’Alémanie et la Thuringe (l’Allemagne du moins en partie) et une partie du nord de la France. Les Austrasiens parlent le francisque et d’autre dialectes germaniques. Ils se revendiquent comme les francs authentiques, rejettent de concert la décadence des mérovingiens, cette race s’étant mélangée et liquéfiée au contact des gallo-romains en ayant, de plus, adapté leur langue, le roman, bafouant de la sorte leurs racines germaniques. Les Austrasiens n’ont ainsi que du mépris pour cette race décadente et leur roi fantoche ! le véritable pouvoir étant déjà entre les mains des pépinides !

La suite dans Monnaies & Détections n° 125

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*