MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘chevalière armoriée’

Trouvaille 64.28

Bonjour, prospecteurs depuis début mai cette année, un ami et moi avons trouvé cette superbe chevalière en or plein (anneau cassé côté paume de la main, pas de trace d’oxydation), dans un chemin forestier du Maine-et-Loire, où a eu lieu en 1794 un grand massacre perpétré par les colonnes de la mort. Qu’elle soit sans poinçon, de petite taille (doigts fins indispensable), pesant entre 10 et 15 g et ses gravures, nous a permis d’estimer qu’elle aurait été fabriquée avant fin 18e siècle et aurait appartenu à un/e jeune comte/sse ayant vécu à cette époque. Nous n’avons pas réussi à découvrir à qui appartenaient les armoiries et nous espérons que vous pourrez nous aider ! Merci par avance.

Belle trouvaille, un écu écartelé comprenant trois fleurs style tulipe en un et quatre et un château muni de deux tourelles en deux et trois, une bande avec trois étoiles est immiscée entre les cantons deux et quatre. Bien évidemment il pourrait s’agir d’un blason de « pacotille » issu de l’imagination d’un bijoutier ou de son donneur d’ordre, mais s’il s’agit d’une vieille et noble famille du Maine et Loire, je ne doute pas qu’un lecteur érudit ne nous mette sur sa trace au prochain numéro.

Trouvaille 34.35

par inconnu qui nous dit l’avoir trouvé  sur une plage de Normandie voici ne belle chevalière or 18 K de 17.2g  avec un écu armorié  couronné représentant un canard, surmonté d’un croissant de lune entouré de deux étoiles.

“elle porte les armes des d’Albi de Gissac (Languedoc-Rouegue) mais avec de petites maladresses. celles ci, redressées, ces armes se lisent: d’azur au cygne nageant d’argent ( et pas canard!) accompagné en chef d’un croissant de lune du même accosté de deux étoiles aussi d’argent. la couronne de comte ne va pas de bord à bord de l’écu comme il se doit et représente donc une hérésie héraldique très fin XIX° siècle (alors que cette bague me parait infiniment plus récente)”

Michel Josseaume