MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Agenda octobre-novembre 2016

GANNAT  • 03
Samedi 1er octobre 2016
10e bourse multicollections
Centre Socioculturel, allée des Tilleuls, 03800 Gannat
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.70.56.80.99

JEUMONT  • 59
Samedi 1er octobre 2016
11e bourse multicollections
Salle Alain Mimoun, 864 rue Roger Salengro, 59460 Jeumont
De 9h à 16h. Entrée 1 €. Renseignements : 03.27.68.64.61

GRENOBLE  • 38
Dimanche 2 octobre 2016
39e bourse aux monnaies
Hôtel Europole, 29 rue Pierre Sémard, 38100 Grenoble
De 9h à 17h. Entrée : 2 €. Renseignements : 06.72.64.25.77

LIMOGES  • 87
Dimanche 2 octobre 2016
35e bourse numismatique
Salle Blanqui, rue Louis Longequeue, 87000 Limoges
De 9h à 17h. Entrée gratuite

PERSAN  • 95
Dimanche 9 octobre 2016
57e salon toutes collections
Salle des Fêtes Marcel Cachin, 114 avenue Gaston Verméire, 95340 Persan
De 8h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 01.30.34.44.88

PESSAC  • 33
Dimanche 9 octobre 2016
50e bourse multicollections
Salle de Bellegrave, avenue du Colonel Robert Jacqui, 33600 Pessac
De 9h à 17h30. Entrée : 1 €. Rens. : 06.13.51.41.31/06.09.89.47.23

ANNECY  • 74
Samedi 15 octobre 2016
13e bourse d’échanges des Pays de Savoie
Salle Paroissiale des Fins, 26 avenue de Genève, 74000 Annecy
De 8h à 12h30. Entrée gratuite. Renseignements : 04.50.25.81.80

MEAUX  • 77
Samedi 15 octobre 2016
Salon des collectionneurs
Salle des Fêtes, avenue de la Marne, 77100 Meaux
De 8h à 17h. Entrée 1 €. Renseignements : 06.20.82.51.47

PARIS  • 75
Samedi 15 octobre 2016
66e salon numismatique
Palais Brongniart, Place de la Bourse, 75002 Paris
De 9h15 à 17h. Entrée 8 €

LE REVEST-LES-EAUX  • 83
Dimanche 23 octobre 2016
14e salon cartes postales et toutes collections
Maison des Comoni, 83200 Le Revest-les-Eaux
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.94.06.64.16

VERNEUIL-SUR-AVRE  • 27
Dimanche 23 octobre 2016
13e salon Toutes Collections
Salle des Fêtes, avenue André Chasles, 27130 Verneuil-sur-Avre
De 9h à 17h. Entrée 1,50 €. Renseignements : 06.01.04.27.47

CALONNE RICOUART  • 62
Dimanche 30 octobre 2016
6e bourse toutes collections
Gymnase Gagarine, rue du Marais, 62470 Calonne Ricouart
De 8h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 06.13.23.82.46

LA CHAPELLE-SAINT-MESNIN  • 45
Dimanche 30 octobre 2016
38e bourse aux monnaies
Espace Béraire, 22 rue Nationale, 45380 La Chapelle-Saint-Mesnin
De 8h30 à 16h. Entrée 2,50 €. Renseignements : 02.38.45.98.20

MONT DE MARSAN  • 40
Dimanche 30 octobre 2016
Bourse Multi Collections
Auberge Landaise, Parc Jean Rameau, 328 rue l’Auberge Landaise, 40000 Mont de Marsan.
De 8h à 18h. Entrée gratuite. Rens. : 06.43.53.15.37

CHATILLON  • 92
5 et 6 novembre 2016
Exposition Numisphila 2016
Espace Maison Blanche, 2 rue St Exupéry, 92320 Chatillon
De 10h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 01.46.31.56.16

SAUSHEIM  • 68
Dimanche 6 novembre 2016
7e bourse aux monnaies
Complexe sportif Peugeot Mulhouse, route de Chalampé, 68390 Sausheim.
De 9h à 12h et de 14h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 03.89.53.61.16

LILLE  • 59
Dimanche 13 novembre 2016
36e bourse numismatique
Salle du Gymnase, 7 place Sébastopol, 59000 Lille
De 9h à 17h. Entrée 2 €. Renseignements : 06.43.01.55.57

MONS EN BAROEUL  • 59
Dimanche 13 novembre 2016
Bourse multicollections internationale
Salle du Fort de Mons, 59370 Mons en Baroeul
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 07.83.01.76.86

EPERNON  • 28
Dimanche 20 novembre 2016
3e salon Toutes Collections
Salle de la Savonnière, 36 rue de la Savonnière, 28230 Epernon
De 9h à 18h. Entrée 1 €. Renseignements : 01.34.83.10.88

LEVROUX  • 36
Dimanche 27 novembre 2016
16e bourse Multicollections de Levroux
Gymnase Michel Moulin, avenue des Arènes, 36110 Levroux
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 02.54.35.73.71

Sommaire 90

Vécu
15e rallye Midi-Pyrénées : une réussite !
Journal d’un CDD
Découvertes en Roumanie
Trop tard !
Un canon dans le jardin !

Brèves

Histoire
Le trésor de Charonne
Philippe II Auguste
Les fontaines

Article interactif
34 Les pointes de flèches de type Palmela en France

Numismatique
Le monnayage colonial français Le monnayage atypique
de la Nouvelle-France – 3e partie
Le « denier de la veuve », une monnaie biblique

Trouvailles
Monnaies/objets

Banc d’essai
Le Garrett ACE 300i

Librairie

Agenda

Petites annonces

Courrier

Edito 90

Les vacances ont-elles porté leurs fruits ? Les prospecteurs passionnés ont mis à profit cette période pour cumuler camping sauvage, prospection au fin fond de la nature, dans des paysages idylliques et porteurs d’histoires. D’autres se sont contentés de passer leurs détecteurs dans les terrains alentours de leur location saisonnière. Qu’importe l’endroit (non classé !), tout le monde trouve toujours son bonheur un détecteur à la main. Et bientôt, cette même main sera équipée du nouveau pin pointeur XP qui est la nouveauté de cette rentrée 2016. On lui prédit un bel avenir. Dans ce numéro 90, nous attaquons un nouveau type d’articles, les articles interactifs. Il s’agit de grouper et de répartir géographiquement des trouvailles particulières : la pointe de flèche de Palmela a été choisie pour ce premier essai. Il est important que chaque prospecteur y participe pour produire une base de données qui puisse changer la maigre donne que possèdent les archéologues français en la matière. On compte sur vous !
Bonne lecture
Gilles Cavaillé

11 millions d’euros en pièces d’or

C’est la superbe découverte d’une équipe de géologues qui cherche des diamants dans le désert namibien. Travaillant pour la compagnie De-Beers, une des plus grosses sociétés exploitant le diamant, les géologues qui pompent et tamisent des tonnes de sable sur la façade atlantique du désert namibien, avaient mis en place un lagon artificiel, une lagune créée de toutes pièces au bulldozer. Le but étant de se servir de la mer et de la houle pour brasser et laver le sable qui contient des diamants. Sans le savoir, les géologues ont créé leur lagon artificiel sur l’emplacement d’une épave portugaise, le Bon Jésus, navire porté disparu il y a plus de 500 ans alors qu’il faisait route vers les Indes, chargé de cuivre, d’étain, d’ivoire et d’une grande quantité de pièces d’or ! Une première estimation parle d’une valeur marchande de plus de 11 millions d’euros pour les pièces retrouvées.
Les monnaies sont parfaitement conservées puisque l’épave se trouvait à l’intérieur du trait de côte, sous les dunes ! Et sans la création du lagon elle y serait encore. Le Portugal a officiellement renoncé à ses droits sur l’épave dont le contenu revient intégralement à la Namibie. Quant à la compagnie De-Beers, ayant, elle, le monopole d’exploitation du diamant sur le désert namibien, elle n’est pas à 11 millions près…
Sources : independent.co.uk

Trésor de recyclage

Étonnante trouvaille pour deux plongeurs israéliens. Les deux hommes qui plongeaient sur l’ancien port de Césarée, un lieu qui a déjà délivré plusieurs trésors antiques, ont découvert une multitude d’objets en bronze. Lampes à huile, cloches, poids, morceaux de statuettes et de statues plus imposantes, mais incomplètes. A la vue des objets récupérés par les plongeurs et par les archéologues, il s’agit probablement d’une épave qui transportait du métal destiné à la fonte. Le recyclage n’est pas nouveau, même à l’époque antique on recyclait les statues et autres objets, cassés, ou tout simplement passés de mode…
Source : sciencesetavenir.fr

89.05

Bonjour, un poids de 200 grammes (pesé au centième) de la ville d’Orange trouvé dans un pierrier près d’un château dans la Drôme. J’ai trouvé les photos d’un semblable sur le net de 45 grammes ; existait-il une série complète ? Je vous envoie les photos car c’est un bel objet, peu commun. Mais que pouvait-on peser avec ? Merci pour votre publication et votre réponse. Cordialement. François
Nous supposons qu’il est en bronze ? Il s’agit bel et bien d’un poids de ville d’Orange dont le symbole est un cornet ou cor de chasse présent sur une face et une croix sur le revers. Vous dites qu’il pèse deux cents grammes, c’est donc une demi-livre d’Orange. Aux XIVe et XVe siècles chaque grande ville avait sa livre propre qui différait un peu de celle du voisin. L’expliquer nécessiterait un article entier. Mais les marchands utilisaient le système de poids en usage dans chaque ville pour vendre leurs marchandises… Et oui, il existe les séries complètes, à vous de trouver maintenant le seizième de livre pour le plus petit et la livre pour le plus gros !

Charles VII

Portrait du roi

Charles VII par Jean Fouquet, vers 1445 ou 1450.

Né à Paris le 22 février 1403 à Paris, il est le deuxième fils de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, il devient Dauphin et Duc de Touraine en 1417 ; puis Comte de Ponthieu. Il régna en tant que roi de 1422 à 1461. Il est le cinquième roi de la branche des Valois de la dynastie des Capétiens. On le surnomma « le victorieux », « le bien servi », « le roi des merveilles » ou « le roi fontaine de justice ». Charles fut d’abord déshérité par son père Charles VI, au traité de Troie en 1420 au profit du roi d’Angleterre Henri V et Henri VI. Charles était dépourvu de caractère. En pleine guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons, les menaces touchèrent le royaume, Charles quitta Paris et se refugia à Bourges où il fut surnommé le « petit roi de Bourges » par la population afin de se moquer de lui, voyant un Dauphin qui n’était pas à la hauteur d’un futur roi de France. En tant que Dauphin, Charles avait reçu par son oncle le château de Guenappe et une pension annuelle de
36 000 livres.

Jeanne d’Arc.

Mais le tournant de son destin arriva lorsqu’il rencontra Jeanne d’Arc à Chinon le 25 février 1429. Cette jeune pucelle réussit à convaincre Charles d’avoir entendu des voix pour la placer à la tête d’une armée afin de prendre Orléans ; lui ouvrant ainsi la route vers le sacre à Reims. Jeanne d’Arc mit le siège à Orléans le 8 mai 1429. De cette victoire Charles prit confiance en elle. Il réorganisa son armée et resserra les liens avec les Bretons. Il reprit la Normandie aux Anglais en 1450 puis la Guyenne en 1453. Jeanne avait auparavant fait frapper des jetons de propagande qui furent distribués à la population pour soulever leur ferveur. D’un côté des jetons on pouvait lire son cri de guerre et de l’autre sa devise. Ces pièces de cuivre servirent d’amulettes pour ceux qui en possédaient.
Après la reprise aux Anglais des territoires du nord, le traité d’Arras en 1436 fait retrouver la paix avec Philippe le Bon, Duc et chef des bourguignons jusqu’alors allié aux Anglais.
Charles se proposa de racheter les Châtellennies de Péronne, Roye, Mondidier, Bar-sur-Seine, les villes de la vallée de la Somme et le comté de Ponthieu pour la somme de
400 000 écus d’or.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 89

Jeton de Jeanne avec sa devise en légende (son gré soit fait ici…). Christogramme au centre.

Jeton de propagande de Jeanne d’Arc avec en légende son cri de guerre (Jésus Maria).

 

Le trésor de Vincent

De Vincent Van Gogh ! Une nouvelle fracassante pour le monde de l’art, la découverte d’un carnet de croquis (une dizaine) de la main de Van Gogh qui est un des peintres les plus chers du monde, plusieurs de ses toiles ayant dépassé les 60 millions de dollars. On n’en sait pas plus pour l’instant. Le carnet aurait bien été expertisé et reconnu comme authentique, les propriétaires inventeurs, ménagent le suspense espérant sans doute faire exploser sa cote… A suivre.
Source : bfmtv.com

89.02

Trouvée par Louis en Haute-Loire, c’est une bague sceau ou à cacheter, d’un compagnon de chantier de construction (probablement maçon-tailleur de pierres). Au centre les dessins de trois outils : la massette dentelée aux deux extrémités des tailleurs de pierre, puis une équerre et une règle. La légende autour se lit : DIEV LE GART ! (Dieu le garde = Dieu le protège !) exclamation du métier avant de débuter la tâche, qui est peut-être devenue sur plusieurs générations de maçons, le nom du propriétaire de la bague, en un seul mot ou nom : DIEULEGART… Comme on a connu de nos jours aux actualités télévisées un Philippe de DIEULEVEULT (nom qui au départ était l’exclamation traditionnelle des pèlerins croisés en route vers Jérusalem : DIEU LE VEULT ! DIEU LE VEULT !

Boursée en OR

Bonjour ! Je viens vous faire partager une petite sortie comme on en fait très rarement.

Avec mon collègue de détection Geoffrey, que je salue au passage, on avait décidé de sortir un samedi après-midi malgré le temps moyen. On se trouve donc un champ et on part avec nos poêles sur l’épaule, déterminés à trouver et à sauver quelques objets !
Ça faisait un petit bout de temps qu’on n’avait pas sorti le détecteur alors on était assez excité. Comme tous bons détectoristes nous sommes allés trouver le propriétaire qui se trouvait dans les champs d’à côté.
L’autorisation obtenue il était temps d’allumer le détecteur. On a remarqué que la terre était très sableuse et j’adore ce genre de terrain, les trouvailles y sont en général mieux conservées. Au bout de 30 minutes de détection et de quadrillage intensif, on avait fait très peu de monnaies. Geoffrey avait sorti une 2 sols à la balance et quelques DT qui traînaient… Pour ma part je n’avais encore rien sorti, je me suis dit que je devais aller faire l’autre côté du champ qui était encore vierge de nos pas.
Arrivé au bout du champ je capte un son assez médium mais très net, la télécommande du Déus indiquait entre 67 et 75. Geoffrey était à quelques mètres derrière moi, il continuait de sortir des petites royales en mauvais état. J’ai donc dégainé ma pelle et me suis mis à creuser sans effort à l’endroit que le détecteur avait indiqué. J’ai sorti un tas de terre et j’ai repassé mon disque dessus : l’objet était bien déterré, je n’avais plus qu’à m’accroupir et à localiser le son avec mon pointer. Mêlée à la terre brune, je distingue une tranche de monnaie jaune brillant, ça y est, j’avais trouvé une monnaie en or !
Surexcité, j’appelle Geoffrey qui se précipite vers moi, on était super heureux, en frottant on voyait bien la tête laurée de Napoléon III, une 20 francs or. Je marque l’endroit avec des pierres et on décide de quadriller la zone. A peine 5 minutes après la première, le détecteur sonne à nouveau, indice 72-74, à 5 mètres de la première j’ai refait une autre 20 francs or. On était fou ! Et on a continué à quadriller hardiment la zone, c’était sûrement une boursée perdue en chemin.
Geoffrey a commencé à creuser sur un son, il a levé la tête et s’est exclamé « J’en ai une !! », c’était sa toute première monnaie en or, une 20 francs Napo III non laurée. Décidément ce champ nous avait fait un beau cadeau.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 89