MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Justice, crimes et châtiments Les Francs et la loi salique

Les Francs, peuple plein de gloire et de sagesse, est composé d’individus à l’aspect rayonnant de santé. Audacieux et capables de supporter de grandes fatigues, tels furent les Francs qui parvinrent à secouer le cruel joug romain. Ces paroles, certes, ne sont pas empreintes de modestie. Les Francs qui les prononcèrent se considéraient comme des gens qui avaient conquis leur liberté, d’où leur nom de Francs qui signifie « libres », « affranchis ».

Les Francs apparaissent pour la première fois dans l’histoire vers l’an 258 lorsque l’empereur Aurélien les écrase près de Mayence sur le Rhin, en Germanie occidentale. Plus tard, les Francs Ripuaires (c’est-à-dire riverains), qui vivent sur les bords du Rhin moyen et les Francs Saliens (vivant sur les bords du fleuve Sala, aujourd’hui appelé Ijssel) se dirigent vers le sud et l’est et s’infiltrent sur les territoires hollandais, belge, luxembourgeois et français actuels. La chute de Cologne, prise par les Francs en 355, donne un coup terrible à l’empire romain déjà agonisant. En 388, une terrible vague de guerriers francs venus de Germanie franchit le Rhin, tuant et pillant au passage toute la Gaule du nord. Enfin, en 406, le pouvoir romain abandonnait très officiellement toute prérogative sur les territoires de la Gaule du nord aux Francs.
De race germanique, le guerrier franc est armé d’une épée et surtout d’une hache à double tranchant (francisque). Les hommes comme les femmes aimaient les bijoux et portent bagues, bracelets et colliers qu’ils confectionnaient eux-mêmes. Le Franc est rude et violent, la plus grande qualité est alors le courage, qui d’ailleurs absout l’assassinat ou la violence.

La loi salique

Rien d’étrange à ce qu’un peuple évolué comme les Francs puisse se donner des lois et jusqu’à un certain point des lois civiles. La loi « fondamentale » dite « loi salique » (du nom des Francs Saliens) fut formulée au début du VIe siècle par 4 chefs vénérables, puis examinée « démocratiquement » par 3 assemblées du peuple avant d’entrer en vigueur dans tout le royaume. Il y avait 2 procédures judiciaires, la « compurgation » et « l’ordalie ».

La compurgation

Compurgation signifie « décharge faite par plusieurs personnes. Suivant ce système, un nombre déterminé de témoins bien qualifiés témoignent du bon vouloir et de l’innocence de l’accusé dans le cas, évidemment, où il n’est pas coupable. Le nombre de témoins varie avec la gravité de l’accusation. Il en faut une dizaine pour disculper un accusé de vol, 72 pour un homicide, pour les crimes considérés comme très graves tels la trahison, le massacre d’un noble ou d’un prince, on peut avoir recours à 300 personnes. Les législateurs partent du principe qu’un, deux ou trois témoins peuvent être corrompus mais 10, 50 ou 100, c’est à peu près impossible.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°112 …

Une monnaie pour James Bond

Pour fêter dignement le 25e film des aventures de James Bond, la Monnaie britannique a frappé des monnaies exceptionnelles. La plus grosse sera la plus chère, une valeur faciale de 7 000 £ ! Ce n’est que la valeur faciale d’ailleurs, en réalité elle en vaut plus, puisqu’elle est en or et d’un poids de 7 kilos ! Il fallait un maximum de (7) pour 007…
La monnaie affiche la voiture préférée de James, une Aston Martin DB5 avec sa plaque d’immatriculation fétiche : BMT 216 A, le tout étant représenté à l’intérieur d’un canon de pistolet…
Le prix de cette bête n’a pas été révélé, mais vous pouvez acheter sa petite sœur, qui elle ne pèse que 2 kilos d’or 22 k, valeur faciale 2000 £, proposée au prix de 130 000 £, soit environ 150 000 euros ! Si le prix est encore trop élevé pour vous, il vous reste la 5 £, en valeur faciale, proposée elle à 13 £ ! Finalement, la seule chose que l’on retient de cette histoire anglaise, c’est que la valeur affichée sur leurs monnaies, ne sert pas à grand-chose…

Source : actualitte.com

112.01

Première monnaie romaine trouvée par Jonathan dans le Lot. Son poids de 5,7 g la définit comme Antonionien ; on lit aisément la légende de l’avers : IMP ANTONINUS AUG, tête avec la couronne tétra radiée à droite, revers : FIDES MILITUM (la fidélité de l’armée), Fides debout de face, la tête tournée à droite, tenant de la main droite le vexillum et de la main gauche un étendard transversal. Cette monnaie est en état TTB et s’échange entre 50 et 70 euros. Elle est courante frappée en 219 de notre ère.

L’or des Bulgares

Une exposition en France en 2012 a évoqué les magnifiques orfèvres de l’or qu’étaient les Thraces, prédécesseurs des Bulgares sur les rives de la Mer Noire. De métal précieux il n’a pas été question lors de notre seule confrontation avec les Bulgares.
Souvenirs ramenés de l’Armée d’Orient, les monnaies de zinc bulgares ou même les douilles de 77 mm en laiton avec le culot gravé d’une inscription en cyrillique nous rappellent que les relations entre les “Buls” et les “Poilus” sont celles d’ennemis de la Grande Guerre. Ces modestes prises de guerre, même si parfois les douilles de 77 sont artistement modelées, témoignent d’un passé un peu oublié.
Un aparté au sujet des douilles : si elles sont travaillées et quel qu’en soit le calibre, elles ne peuvent être saisies en cas de problème car considérées comme des œuvres d’art. Ceci n’est pas seulement anecdotique, certaines associations alertent régulièrement les collectionneurs de souvenirs militaires sur le durcissement de la réglementation, y compris sur les étuis vides… En cas de saisie d’une collection d’épaves oxydées le détectoriste ne doit pas se voir confisquer ces objets d’artisanat de tranchées, qu’ils soient français, allemands, anglais ou… bulgares.
Sinon, les coques de casques modèles 16 ayant appartenu à des soldats bulgares ornent encore les poulaillers des montagnes macédoniennes et certains touristes en ont ramenées.
Il paraît plus aisé de s’intéresser à la numismatique des trois derniers tsars des Bulgares.
Un diptyque : cyrillique et lion rampant. Ces deux indices suffisent pour reconnaître une monnaie bulgare. Rappelons que le lion rampant est paradoxalement celui qui est dressé. Les armoiries princières, puis royales, à l’époque contemporaine sont «de gueules au lion d’or».

Pièce de 10 stotinkis.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°112 …

82 grammes !

Énorme découverte pour un prospecteur de plage. Fred, un Anglais qui prospecte sur la côte du Dorset a d’abord trouvé une belle chevalière en or, ornée d’une pierre blanche. Puis en remontant vers sa voiture son Minelab Équinoxe a accroché une dernière cible, comme il le dit lui-même, le son paraissait énorme et ne donnait pas envie de creuser… Il a tout de même vérifié et vu apparaître un gros truc jaune, qui lui a fait penser à un fond de boîte de conserve, avant de voir une très grosse bague ! 82 grammes d’or ! Bon c’est du 9 carats, mais au cours du jour (au moment où j’écris ces lignes) ça fait tout de même 1200 € ! Pour ce qui est de trouver ça beau ou pas, je vous laisse juger, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais le plus étonnant, hormis le fait de porter un truc pareil, c’est tout de même de se baigner avec ! Heureusement pour les prospecteurs de plage, il y a des personnes qui osent, ou plus simplement qui ne pensent pas, qu’il y a toujours un risque de perdre un bijou en se baignant avec…


Source : UK. Metaldetector

Agenda du n°112

GAP • 05
Dimanche 28 juin 2020
39e bourse aux collections
C.M.C.L, boulevard Pierre et Marie Curie,
05000 Gap
De 9h à 17h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.33.38.06.38

VALS-LES-BAINS  07
Dimanche 5 juillet 2020
40e bourse aux collections
Gymnase municipal, chemin du stade,
07600 Vals-les-Bains
De 8h30 à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 04.75.39.89.82

BELLEGARDE-SUR-VALSERINE  01
Dimanche 19 juillet 2020
36e salon multicollections
Salle des fêtes de l’Hôtel de ville, 2 rue de la République,
01200 Bellegarde-sur-Valserine
De 9h à 17h. Entrée gratuite
Renseignements : 04.50.48.29.50

LES SABLES D’OLONNE  85
Dimanche 19 juillet 2020
42e salon des collectionneurs
Salle Audubon, boulevard Pasteur, 85100 Les Sables d’Olonne
De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 02.51.33.50.80

REVEL  31
Dimanche 19 juillet 2020
18e bourse d’été
Halle centrale, place Philippe VI de Valois, 31250 Revel
De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.27.77.22.04

SIGEAN  11
Dimanche 19 juillet 2020
Bourse multicollections
Au gymnase, place de l’Octroi, 11130 Sigean
De 8h à 14h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.76.05.47.02

SAINT-JUST-EN-CHEVALET  42
Samedi 25 juillet 2020
52e bourse Monnaies et collections
Ancienne salle des fêtes, centre ville,
42430 Saint-Just-en-Chevalet
De 8h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.33.07.11.33

POLLESTRES  66
Dimanche 2 août 2020
Bourse multicollections
Salle Jordi Barre, avenue Pablo Picasso, 66450 Pollestres
De 9h à 16h. Entrée gratuite
Renseignements : 04.68.82.41.16

LISLE-SUR-TARN  81
Samedi 15 août 2020
37e bourse toutes collections
Place de la Mairie Paul Saissac, 6 rue porte Peyrolle, 81310 Lisle-sur-Tarn
De 10h à 18h. Entrée gratuite

Sommaire du n°112

Vécu
Cahiers de prospection 2004-2005
Un trésor caché par les Vandales retrouvé après 1800 ans
Feu au décollage
En terrain miné
Le trésor se trouvait sur l’une des poutres du clocher de l’église
Le trésor de Begoml en Biélorussie
Confinatus sed prospectuus
Brèves
Histoire
Justice, crimes et châtiments
La chute de la Bastille
Numismatique
L’or des Bulgares
Une curieuse union monétaire
1920 – 2020. Centenaire d’un nouveau type monétaire français
Trouvailles
Monnaies/objets
Courrier
Technique de prospection
Le LIDAR
Humour
Photo insolite !
Agenda
Librairie
Petites annonces

Édito du n°112

Le confinement a changé bien des choses pour nous. D’un point de vue professionnel, nous avons battu notre record de ré-abonnement, soit dix-huit points de mieux que la moyenne des 5 dernières années ! Nous avons eu plus de courriers de lecteurs ainsi que de demandes d’identifications. A croire que les prospecteurs tournant en
rond dans leurs appartements ou leurs maisons, une fois qu’ils avaient re-prospecté leur jardin à fond, se sont tournés vers leurs boites de merdouilles pour faire du tri et nous les envoyer. Comme l’exemple de William en trouvaille n° 14 de ce numéro ou bien l’article d’Alexandre « Confinatus sed prospectus ». Ça nous permet de voir qu’en règle générale, le moral des Français restait bon et l’humour était toujours au rendez-vous…
Dans ce numéro, on vous a réservé un bel article de Mystère Gold, notre spécialiste des plages, article qui rendra impatient tout lecteur vivant au bord de la mer et qui attend de pouvoir retourner sur la plage sans masque et distanciation sociale.
Les trouvailles trésoraires se multiplient partout dans le monde sauf en France
grâce à la loi de juillet 2016. Selon un
représentant de la jeune génération d’archéologues français avec qui je devisais, il s’agirait d’une volonté délibérée de nos gouvernants, ne disposant pas d’argent pour étudier-restaurer-acheter et exposer
les trouvailles archéologiques fortuites nom­breuses de France. Affaire à suivre.
Bonne lecture, 
Gilles Cavaillé

Les monnaies des Etats-Unis d’Amérique sont très collectionnées aussi bien en Amérique du Nord que dans beaucoup d’autres pays du monde. Les différentes pièces courantes rencontrées portent la mention « United-States of America » (Etats-Unis d’Amérique) et ont pour valeurs faciales un demi cent, un cent, deux cents, trois cents, cinq cents, une demi dime, une dime, vingt cents, un quart de dollar, un demi dollar et un dollar. Il existe aussi des pièces en or de diverses valeurs nominales. Depuis la fin du XVIIIe siècle leurs caractéristiques ont rarement changé, et pour chaque valeur il existe peu de types différents. Dans cet article nous vous présentons les seules pièces frappées il y a exactement 100 ans, en 1920, et pour lesquelles il existe uniquement sept valeurs nominales : 1 cent, 5 cents, 1 dime, un quart de dollar, un demi dollar, 10 dollars et 20 dollars.

Les Etats-Unis d’Amérique dans le monde de 1920

Sur le plan international :
Depuis un peu plus d’un an la guerre a pris fin en Europe de l’ouest contre l’Allemagne et ses alliés, mais, menée par une coalition de 14 pays (les Etats-Unis d’Amérique, la France, La Tchécoslovaquie, le Japon, le Royaume-Uni, la Grèce, la Pologne, etc.), se poursuit en 1920, en Crimée et dans d’autres régions de Russie, contre la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie.
De nombreux pays comptent des millions de morts et se retrouvent avec des régions entières terriblement dévastées et des économies exsangues. En Europe, tout est à reconstruire et il faudra du temps, beaucoup de temps. Ainsi, en France, alors qu’en un an 3 présidents de la République, Raymond Pointcarré, Paul Deschanel et Alexandre Millerand se succèdent, une inflation de + 39,5 % et une forte hausse des impôts marquent cette année 1920.

Thomas Woodrow Wilson, président des Etats-Unis d’Amérique de 1913 à 1921.

Sur le plan national :
Aux Etats-Unis d’Amérique, en 1920 le Démocrate Thomas Woodrow Wilson est président depuis
1913 et le reste jusqu’en 1921. Bien que pacifiste, il a rompu avec la tradition isolationniste américaine en
intervenant en 1917 aux côtés des Alliés contre l’Allemagne et les nations qui la soutiennent. Il reçoit le Prix Nobel de la paix en novembre 1919 en tant qu’instigateur de la Société des Nations (SDN). Il échoue cependant à faire adopter par son propre congrès l’adhésion des Etats-Unis d’Amérique à la SDN. Si son action intérieure avant la guerre est principalement économique (création du Federal Reserve Système et loi anti trust), ses décisions intérieures en 1919-1920 sont d’une part sociétales : le droit de vote donné aux femmes et la prohibition de la fabrication, la détention, le transport et la consommation de l’alcool, d’autre part politiques par des lois anti anarchistes et l’interdiction du Parti Communiste. Ces lois sont motivées par le contexte économique et social de 1920 qui provoque de graves et violents conflits avec les ouvriers et entraine la multiplication des attentats anarchistes.

Armoiries des Etats-Unis d’Amérique.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°111 …

 

Une monnaie inédite !

Un prospecteur anglais, réécrit l’histoire d’Angleterre ! C’est avec ce titre que plusieurs journaux anglais présentent Andy Hall, âgée de 55 ans. En janvier 2016, Andy prospecte un champ du Wiltshire, avec son fidèle détecteur de métaux, un Déus. Il va trouver ce que cherchent avec passion de nombreux prospecteurs anglais, une monnaie d’argent martelée, jusque-là rien d’extraordinaire, seulement tous ceux à qui il va montrer la monnaie, lui donnent la même version : elle est fausse !
Soit on lui dit que c’est une copie moderne, il n’y croit pas et pour cause, il l’a trouvée dans un champ perdu au milieu de nulle part… Soit on lui dit que c’est une fausse monnaie frappée au 19e, Andy a du mal à y croire, et pendant trois ans, il va consulter plusieurs experts numismates et scientifiques pour faire expertiser sa monnaie.
Cette monnaie est censée avoir été frappée en 826 sous le règne du Roi Ludica qui a régné seulement un an sur la Mercie entre l’an 826 et 827. Ce petit royaume comprenait l’actuelle ville de Londres, seulement tous les livres d’histoire anglaise affirment que Londres et la Mercie, tombèrent aux mains du Roi Ecgberht qui régnait sur le Wessex, en l’an 825 après la bataille d’Ellendun !
Après trois années de controverse, tous les experts sont désormais unanimes, cette monnaie est bien authentique ! Ce qui signifie que Londres est tombée sous la coupe du Roi du Wessex en l’an 827 et pas en 825 ! La petite monnaie d’Andy, contredit donc tous les livres d’histoire ! Cette monnaie, encore considérée comme fausse il y a quelques mois est désormais estimée à 15 000 livres Sterling ! Elle sera bientôt proposée aux enchères, et risque fort d’exploser son estimation, elle est désormais authentique et unique ! A suivre…
Source : dailymail.co.uk