MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Journal d’un CDD (Le Coin du Disque du Déus)

Axel avait vainement passé la matinée à chercher une grotte sur une ligne de collines couvertes de forêts. Elle était pourtant bien mentionnée sur la carte d’Etat-major, à quelques encablures au-dessus du chemin de randonnée, avant d’arriver au col qui offrait un point de vue superbe sur la vallée. Il avait traversé des ronciers, des bandes de fougères presqu’aussi hautes que lui, quelques plantations de résineux, mais surtout des taillis dominés par des chênes et des frênes. Il avait aperçu sous le lierre et la mousse des murets d’épierrements clôturant d’anciennes parcelles cultivées, retournées à la forêt. Il avait longé des éboulis de roches, des pitons calcaires, d’impressionnantes dalles de pierres verticales. Mais de grotte, point. Il y avait tellement de végétation qu’il avait dû passer devant sans la voir. Il était onze heures passées, une chaleur étouffante commençait à monter, même sous les arbres. Il décida de revenir à la voiture et repartir vers un autre endroit pour l’après midi. Il commença à descendre le versant en se guidant sur les clarines du troupeau de gasconnes qu’il avait vues dans le pré longeant le chemin de randonnée. Quand il sortit enfin des fougères et des ronces et qu’il sauta sur le sentier retrouvé, il fit détaler deux chevreuils qui disparurent sans un bruit sous le couvert. Puis il vit arriver un basset trainant une laisse rouge d’une longueur invraisemblable.
Il vint lui sentir les chaussures brièvement, puis repartit très vite en flairant sur la piste des chevreuils. Arriva alors un vieux monsieur, pantalon et gilet de treillis camouflé, avec un gros sac plastique de grand magasin, bien gonflé.
Il s’arrêta à hauteur d’Axel en posant le sac contre sa jambe : il débordait de girolles ! « Hé bé, lui dit Axel, vous avez chargé ! Félicitations ! » « Oh c’est rien, dit l’homme, d’habitude il y en a beaucoup plus ! Mais la chaleur et le sec sont arrivés d’un coup, faudrait un bon orage, et puis la lune n’est pas bonne… »
Axel lui demanda s’il savait où se trouvait la grotte qu’il n’avait pas trouvée.
« Ah oui, la grotte, mais bien sûr que je la connais…ça fait plus de quarante ans que je chasse ici, j’ai mes coins à champignons partout dans le coin… vous l’avez là-haut, à huit ou neuf cents mètres, mais il n’y a plus de chemin maintenant pour y aller, la végétation a tout gagné, on coupe plus le bois. D’ailleurs, c’est même pas une grotte, c’est juste un trou… » (Et Axel se rappela alors les paroles de Daniel l’Ariégeois* à propos de cet endroit : « mais je l’ai faite et refaite cette grotte, il n’y a rien, c’est juste un trou, même pas un son, rien. »)
« Bon, dit Axel, je ne vais pas remonter et refaire tout ce chemin pour un trou. » « Il y a trop de végétation, dit l’homme, revenez cet hiver, mais après la chasse, vous la trouverez plus facilement. » Il reprit son sac de girolles et commença à marcher, le chien s’était arrêté plus loin et attendait. « Pourquoi vous lui laissez cette longue laisse » demanda Axel en le suivant. « C’est une zone de chasse, ici, c’est interdit de laisser les chiens libres, il faut les tenir, à cause du gibier, il y a les gardes, et puis aussi les agents de l’ONF, il faut les tenir… moi je le tiens comme ça, tè, avec cette corde, que s’il sort du chemin il s’accroche de suite, comme ça, il embête pas le gibier… »
Ils continuèrent à marcher en parlant gibier, champignons, disparition des fermes et des champs et avancée de la forêt. Quand ils arrivèrent au bout du chemin de randonnée, sur la petite route qui menait à la grosse ferme, en contrebas, vers laquelle s’étaient regroupées les gasconnes, le chien était déjà couché à l’ombre d’un petit 4×4 noir garé sur la berme. L’homme ouvrit le hayon arrière, posa son sac de girolles, sortit une écuelle métallique et une bouteille d’eau, et fit boire le chien. Axel continua pour remonter le bout de route vers son propre véhicule garé plus loin. En marchant, il fut, comme le matin, émerveillé par la vue magnifique sur les ruines d’un vieux château cathare perché sur un piton, une vue inhabituelle sur le site qu’on ne pouvait avoir que de cet endroit. Il se débarrassa du sac à dos dans la voiture, prit son casse-croûte à l’ombre, le dos calé contre le socle d’une croix en pierre grise portant un visage gravé. Puis il reprit sa voiture pour redescendre dans la vallée par une méchante route étroite en lacets, avec des bandes entières de goudron arraché par les gelées et les orages.
Il traversa plusieurs villages, puis une petite ville où il savait qu’un pan entier de sapins avait été coupé. Mais quand il arriva en vue du parking de la fontaine où il pensait se garer, il vit qu’il était fermé par une banderole rouge et blanche de chantier. Il y avait une pelle mécanique, un camion benne, et quatre ou cinq hommes avec des pelles. Axel ralentit pour chercher où stationner, put faire demi-tour une centaine de mètres plus loin, et revint se garer au bord de la route bien avant la fontaine. Il prit son sac à dos et marcha vers le chemin qui montait dans la forêt vers la coupe de sapins. Quand il fut à la hauteur du chantier, l’un des hommes qui paraissait être le chef car il n’avait aucun outil, s’approcha de lui : « Bonne balade, dit-il, mais il faudrait emballer le Déus mieux que ça ! » « C’est pas vrai, dit Axel en s’arrêtant net, un prospecteur ! » (En effet, le bout de canne du Déus, avec le méplat aimanté pour la télécommande, dépassait un peu du sac à dos). « Tè, un peu oui, que je prospecte, ça fait plus de quinze ans ! » Et ils commencèrent à discuter ! Axel appris qu’il habitait la petite ville, qu’il travaillait pour le Conseil Général, et qu’il s’occupait justement de l’aménagement et l’entretien des sites touristiques et des chemins de randonnée. Ils parlèrent bien sûr de trouvailles (il avait à son actif des monnaies, des bijoux, des boucles, des pointes de flèches, des armes blanches, des sceaux, mais aussi beaucoup de pierres taillées), d’endroits (il connaissait la grotte qu’Axel avait cherché le matin mais lui non plus n’y avait rien trouvé), de machines (il possédait trois Déus : l’un pour lui, un pour son épouse et un pour sa fille car ils prospectaient tous les trois, il avait gardé toute la gamme des XP successifs : Aventis, Gmax, Goldmax…). Axel lui dit qu’il voulait aller faire la zone sur laquelle les sapins avaient été coupés car il pensait que le sol devait être décapé par les engins tirant les grumes. « Ouais, vous pouvez y aller, j’y suis passé plusieurs fois, c’est encore assez propre, mais l’herbe commence à être haute, j’ai pas trouvé grand-chose, quelques pièces, rien de bien vieux… »

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 91

34 kilos !

30 centimètres de large, 67 centimètres de long, il s’agit du nouveau record concernant les perles fines ! Si on peut appeler ça une perle… Cette monstruosité de la nature est une concrétion de nacre naturelle provenant d’un bénitier géant « Tridacna Gigas » le plus gros mollusque bivalve du monde. On avait déjà évoqué les perles géantes dans un ancien numéro : Monnaies & Détections n° 50. Le dernier record connu était de 6,3 kilos, avec 34 kilos ce monstre pulvérise tout et de loin. Cette perle a été découverte il y a plus de 10 ans dans la mer de Palawan aux Philippines. La perle dite de Lao-Tseu pesant 6,3 kg en provient aussi. Le pêcheur qui avait trouvé cette concrétion de nacre l’avait mise sous son lit, comme porte-bonheur et il l’a gardé pendant 10 ans ! Il a fallu que sa maison soit ravagée par un incendie pour qu’elle soit vue… Ce qui devrait tout de même faire son bonheur, elle est estimée à plus d’un million d’euros !
Sources : courrierinternational.com / Monnaies & Détections n° 50

91.01

Bonjour. Trouvé en champ en Normandie ce sceau médiéval en bronze (datation et inscription), aucune idée, cordialement, merci. Nico 14
C’est un petit sceau de clerc fin XIVe ou début XVe siècle. Un oiseau posé sur une branche d’arbuste. Légende : S’(igillum) SIMON DVPONT CLC (clerc) = sceau du clerc Simon DVPONT.

 

Agenda 91

ROMORANTIN-LANTHENAY • 41
Samedi 3 décembre 2016
27e bourse multicollections
Pyramide centre culturel François 1er,
avenue de Paris, 41200 Romorantin-Lanthenay
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 02.54.76.44.04

AUCH • 32
Dimanche 4 décembre 2016
7e bourse numismatique et autres collections
Hall du Mouzon, rue du Général De Gaulle, 32000 Auch
De 8h30 à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 05.62.05.46.82

DRANCY • 93
Dimanche 4 décembre 2016
11e journée des collectionneurs
Salle Joliot Curie, 107 avenue Jean Jaurès, 93700 Drancy
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 01.48.32.44.25

HYERES-LES-PALMIERS • 83
Du 9 au 11 décembre 2016
Grande bourse
numismatique hyéroise
Salle du Forum Casino, 1 avenue Ambroise-Thomas, 83400 Hyères-les-Palmiers. De 9h à 13h et de 14h à 18h Entrée gratuite. Renseignements : 04.94.65.06.93

BAGNOLET • 93
Samedi 10 décembre 2016
Monexpo 2016
Hôtel Novotel, 1 avenue de la république, 93170 Bagnolet
De 9h à 16h. Entrée 4 e
Renseignements : tresorier@amisdeleuro.org

LILLE • 59
Samedi 10 décembre 2016
38e rencontre internationale des collectionneurs
Lille Grand palais, Hall Paris 1, bd des Cités Unies, 59000 Lille
De 9h à 17h. Entrée 3 e. Renseignements : 03.20.94.10.08

MILLY LA FORET • 91
Dimanche 18 décembre 2016
7e salon multicollections
Gymnase, 18 rue de l’Hermite, 91490 Milly la Forêt
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 06.08.26.51.40

DOMBASLE SUR MEURTHE • 54
Dimanche 8 janvier 2017
12e bourse numismatique et salon des collectionneurs
Salle polyvalente, avenue Léomont, 54110 Dombasle sur Meurthe
De 9h à 17h30. Entrée 2 e. Renseignements : 06.32.88.25.14

FEGERSHEIM  • 67
Dimanche 8 janvier 2017
19e salon toutes collections
Centre sportif et culturel, 17 rue du Général De Gaulle, 67640 Fegersheim
De 8h à 17h. Entrée 2.50 e. Renseignements : 03.88.64.16.77

SAINT-ETIENNE • 42
Dimanche 8 janvier 2016
37e salon numismatique de Saint-Etienne
Maison de quartier du soleil, 24 rue Beaunier, 42000 Saint-Etienne
De 8h30 à 16h30. Entrée 2 e. Renseignements : 04.77.46.77.10

LILLEBONNE • 76
Dimanche 15 janvier 2017
27e bourse des collectionneurs
Salle des Aulnes, rue Thiers, 76170 Lillebonne
De 9h à 18h. Entrée gratuite. Renseignements : 02.35.38.06.88

LUYNES • 13
Dimanche 15 janvier 2017
40e bourse aux monnaies d’Aix‑en-Provence
Espace Ughetti, route de Gardanne, 13090 Luynes
De 9h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.42.27.71.74

CAISSARGUES • 30
Dimanche 29 janvier 2017
25e salon des collectionneurs
Complexe Saint Exupéry, zone euro 2000,
avenue de la Dame, 30132 Caissargues
De 8h à 17h. Entrée gratuite. Renseignements : 04.66.29.19.65

VERN-SUR-SEICHE • 35
Dimanche 29 janvier 2017
Bourse aux livres et aux collections
Salle des fêtes de la Chalotais, 35770 Vern-sur-Seiche
De 9h à 17h. Entrée 1 e. Renseignements : 06.83.82.41.70

Sommaire 91

Vécu
Journal d’un CDD
XP European Gold Rally
Le trésor de Zhang Xianzhong
Le trésor du déménageur

Brèves

Histoire
Les lieux de culte souterrains
L’histoire des reliquaires, croix et autres amulettes

Article interactif
Les pointes de flèches de type Palmela en France

Numismatique
L’aventure coloniale française – 1e partie

Rétro
Année 1953 : apparition des premiers détecteurs de métaux tout public

Trouvailles
Monnaies/objets
Courrier
Librairie
Agenda
Petites annonces

Edito 91

Un peu déçus mais pas découragés par le très faible investissement des inventeurs de pointes de flèches de Palmela, nous savons que des prospecteurs refusent de participer par peur de représailles, c’est une erreur ! Notre statut  journalistique protège de facto nos sources, alors participez en masse et en dernière limite vous pouvez utiliser un envoi postal anonyme pour vos photos. On y perdra en qualité d’image mais l’important est d’exploser les données connues. Inventeur, vous seriez vous-même ravi, de voir qu’un collègue en a trouvé une pas loin de la vôtre…
Antoine 64, est un véritable conservateur virtuel de musée, un musée non pas de monnaies antiques, non pas de statues de marbres romaines mais un musée de détecteurs. Il nous fait le plaisir de remonter le temps et nous montrera, au fil des numéros à venir, l’évolution des détecteurs de métaux jusqu’à aujourd’hui.
    Bonne lecture et joyeux Noël à tous !
    Gilles Cavaillé

200 deniers

Un beau trésor romain composé de 200 monnaies en argent, des deniers, contenus dans un vase en céramique. C’est la belle découverte d’un groupe d’étudiants en archéologie espagnols, sur le vaste site romain d’Empûries, qui est fouillé depuis des décennies, près de Barcelone sur la Costa Brava.
Le dépôt date du premier siècle avant J-C. Il était caché dans une des chambres de la villa romaine, en cours de fouille, villa qui fut incendiée et c’est probablement pour cette raison que le trésor est resté en place… 24 amphores qui contenaient du vin ont aussi été mises au jour, accompagnées d’un simpulum en bronze, une louche romaine, servant à puiser le vin dans les amphores.
Source : catalannewsagency.com

90.09

Trouvées dans une petite poche au fond d’un tiroir poussiéreux par Jean, deux monnaies dont Jean aimerait connaitre l’origine et la valeur de collection.
L’écu en argent est attribué à Ferdinand II roi de Naples, Italie, royaume des deux Sicile, 120 grana, 1838. Avers : FERDINANDVS II. DEI GRATIA REX 1834. Portrait à droite de Ferdinand II des Deux-Siciles. Revers : REGNI VTR. – SIC. ET HIER. Armes couronnées de Bourbon-Sicile. La monnaie a une vilaine rayure à 3 heures et son usure lui confère un état TB maximum. Elle s’échange pour une trentaine d’euros.
La seconde monnaie est une pièce en or espagnole de 14 g, poids théorique. Avers : CAROL. III. D. G. – HISP. ET. IND. R. Buste de Charles III à droite, les cheveux noués par un ruban, cuirassé et drapé, plus le collier de l’Ordre de la Toison d’or ; fleur 1788 fleur. (Charles III, par la grâce de Dieu, roi d’Espagne et des Indes).
Revers : AUSPICE. DEO .S. IN UTROQ. FELIX. Écu couronné à multiples quartiers entouré du collier de l’Ordre de la Toison d’or, accosté de 4-S, coupant la légende en haut et en bas. La traduction est (Sous le regard de Dieu, dans un monde et l’autre). Cette monnaie est très courante et se vend à peine au dessus du poids dans cet état TTB 500 euros.

Le Garrett ACE 300i

L’ACE 300i par sa fonctionnalité, sa polyvalence, son prix, à l’instar de son processeur, se positionne d’emblée en tête des « détecteurs tout public » les plus abordables du moment.

Il reprend l’essentiel de l’ACE 250 dans sa forme, son principe de fonctionnement, mais en l’équipant de son nouveau processeur « 8.161.400 » la marque lui a conféré de nouveaux réglages, affichages comme l’identification visuelle numérique « ID » de la conductivité des cibles détectées (0 à 99), une nouvelle fréquence de travail un peu plus élevée de 8 kHz avec décalage, une nouvelle amplification du circuit audio modulant la largeur des impulsions sonores pour des réponses plus nettes et réactives.
Dans quelles mesures, toutes ces nouveautés le rendent-il différent et plus performant que son prédécesseur ?
Je vais essayer de répondre à ces diverses interrogations dans ces quelques pages de présentation et d’essais !

Matériel et mécanique

A l’ouverture on retrouve toutes les lignes caractéristiques des « ACE » :
- Boîtier jaune avec logo noir plus sobre.
- Canne en « S » démontable en 3 parties avec le repose bras jaune typique de la gamme. Elle est à présent équipée de bagues de serrage. Les divers éléments n’ont plus de jeu entre eux, la détection s’en ressent et en devient du même coup plus agréable !
- Poignée en mousse offrant une bonne prise en mains avec le boîtier de contrôle toujours aussi bien placé. A l’avant de ce dernier, se trouvent la prise de raccordement du disque et le jack pour casque de 6,5 mm.

La façade diffère peu de celle de ses prédécesseurs : partie haute : l’écran LCD ; partie basse : les 6 touches de réglages, ergonomiques, qui tombent toujours aussi bien sous le pouce.
Le 300i fait le même poids que l’Ace 250 car les disques ont été allégés, soit 1,25 kg et permet les mêmes longues heures de recherches sans fatigue.
Le disque de recherche « Proformance » concentrique elliptique de 25 x 18 cm (protège disque compris dans le pack), plus grand que le 22 x 16 cm qui équipait les Ace 150 et 250, offre un bon compromis entre superficie des balayages, profondeur d’investigation et sélectivité des cibles. Robuste mais allégé, il vient se fixer au bas de canne avec l’habituelle visserie plastique Garrett. Le câble, très souple, s’enroule parfaitement et la connectique chromée à vis est fiable.

Disque Proformance elliptique concentrique et nouvelles bagues de serrage.

L’alimentation est assurée, comme avec toute la gamme des ACE, par 4 piles AA alcalines de 1,5 volts pour une autonomie moyenne de 30/35 heures (accus possibles sans perte des performances) et qui se logent par le dessus du boîtier de contrôle.

Repose bras, logement piles, prise disque et prise casque jack 6,5 mm, haut-parleur.


Affichages de l’écran LCD

Le panneau de contrôle et son écran LCD avec ses nouvelles fonctions.

1. Echelle de conductivité graphique d’identification par pixels noirs « Iron résolution », légende détaillée avec les deux grands groupes métalliques : ferreux et non-fereux/métaux « précieux ». Donne une meilleure identification, discrimination des ferreux sur des terrains très pollués. Le curseur noir s’affiche toujours sous la nature métallique probable des cibles.
2. Discrimination progressive et multi-notch visuel pour rejeter/accepter indépendamment une ou plusieurs familles de cibles non consécutives.
3. 4 modes de recherche préréglés et 1 mode personnalisable.
4. Indicateur du niveau de charge des piles.
5. Sensibilité ajustable sur 8 niveaux.
6. Pinpoint/localisation précise et rapide des cibles avec indicateur de profondeur en cm sur quatre niveaux, au centre l’affichage de « PP ».

Le changement majeur se situe au niveau des nouvelles fonctions d’affichage et de réglage. L’amélioration majeure de la nouvelle série ACE-international 2016 se trouve au milieu de l’écran. La conductivité des cibles est désormais traduite par l’affichage d’une valeur numérique à 2 chiffres, réelle carte d’identité des métaux détectés et appelée aussi nombre ID. (7)
Complémentaire de l’échelle de conductivité avec l’affichage du curseur noir sous un des 12 segments pour donner une idée de la nature métallique et la réponse audio, il rend plus exactes, probantes, l’analyse et l’identification des cibles détectées. La reconnaissance magnétique se fait d’un simple coup d’œil à l’écran. Le nombre ID permet de discerner les cibles indésirables répétitives des bonnes, sans être obligé d’employer la discrimination. Une tirette d’aluminium, cartouche de chasse, donneront, en général, une valeur numérique spécifique et reconnaissable. On ne creusera plus systématiquement sur ce type de déchets.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 90

L’Esméralda de Vasco de Gama

En 1998, près de l’île d’Al-Hallaniyah, région du Dhofar, sultanats d’Oman, une épave fut découverte. Les premières fouilles ne furent lancées qu’en 2013, puis deux autres campagnes en 2014/2015. On en connaît aujourd’hui le résultat : l’épave est un navire de l’Armada de Vasco de Gama (1460-1524), l’Esméralda, qui sombra en mai 1503 alors qu’il faisait route vers l’Inde.
De nombreux artefacts ont été renfloués, beaucoup d’armes, la cloche du navire et de nombreuses monnaies, un grand nombre de cruzados d’or et surtout, une monnaie rarissime en argent connue sous le nom d’« Indio de Dom Manuel », en référence au roi Dom Manuel 1er (1469-1521) qui fit frapper cette monnaie destinée uniquement au commerce avec l’Inde. L’Indio d’argent, longtemps considérée comme un mythe et surnommée la monnaie fantôme de Dom Manuel, n’était connue à ce jour, qu’à un seul exemplaire !
Source : coinweek.com