MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Trouvaille 86.02

Bonjour, j’ai trouvé cette petite monnaie en détection, je sais à peu près ce que c’est mais je ne la trouve sur aucun site numismatique et dans aucune archive de vente, je l’ai juste trouvée en dessin sur un site. Denier de Louis II le bègue, pourriez-vous me le confirmer et me donner une petite estimation ? Ce serait sympa de votre part. Cette monnaie pèse 1,65 gramme et fait 20 mm, trouvée dans le 66. Cordialement, David 

Denier toulousain de Louis II, LVDOVICVS REX croix – TOLOSA CIVI. Monogramme : LVDO 1,65 g, 20 mm. C’est une monnaie rare, elle est en état TTb et peut s’estimer 1 900 euros.

Bêtise humaine…

Il y a peu, dans une bourgade du NPDCP (Nord Pas-de-Calais Picardie), le centre de la petite ville est congestionné par des travaux à base de barrières et de sens interdits, de rues barrées et de panneaux « déviation » qui pourrissent la vie de l’usager depuis plusieurs semaines. Des hommes en jaune et de gros camions, de gros bulldozers, et de grosses machines arrachent les arbres, les pavés, les massifs, les trottoirs ! Tout, tout le centre ville va être revu, corrigé, aplani, embelli, mais il y a des surprises ! Dedans la terre ! 

En effet, après divers sondages, on sait bien que le pourtour de l’église est plein d’histoire, que les premiers habitants se sont installés depuis l’ère chrétienne autour des églises, centre de tout depuis longtemps à l’époque… Des traces du temps d’avant, de restes enfouis de ce que fut la ville au Moyen Âge et même avant, à l’époque où Jésus était garde champêtre même… 

Au fil des trous et des tranchées qui apparaissent un peu partout, on voit arriver une multitude de gens qui gravitent autour des fosses fraichement creusées. De délicieuses vestes jaune fluo, orange fluo et même fluo-fluo avec casques et bottes du plus bel effet, s’affairent près des cavités, dubitatifs, « y’a des trucs pas normaux, voire même comme des pierres et machins bien rangés au fond… ».

Le détectoriste que je suis, doublé d’un passionné d’histoire, ne met pas longtemps à s’intéresser. Je furète, traine, m’interroge entre midi et deux, un sandwich à la main. Des sépultures (faut pas dire tombe y paraît) sont mises au jour, ici, là, là-bas… Je n’avais jamais rien vu de tel ! Des « squelettes » d’êtres humains du IX, X XI, XIIe siècle sont là, au bord de la rue, de l’ancienne place, sous les anciens massifs de fleurs, devant la porte de la sainte maison du Christ, à 1 m de profondeur, sur deux mètres d’épaisseur parfois, certains sont endormis dans une position calme et confortable, bras croisés, mains jointes sur le bas ventre, d’autres couchés sur le côté, et même, je l’ai vu, l’un d’eux a la tête… entre ses jambes !

Un jeune archéo, avec qui un lien visuel s’est créé (car je ne rate pas un midi de creusage, de sondage et de passage au pinceau des fouilles, par procuration !), ce jeune gars dis-je, je l’interpelle, lui demande, moi, le profane de derrière les grilles, qui sont ces gens, ces anonymes des périodes troubles ? Il me répond gentiment que la surprise est de taille pour eux, qu’ils pensaient (les archéos de la très sainte inquisi…, heu, non, de la région), qu’ils pensaient donc trouver une cinquantaine de sépultures et des restes de quelques habitations basiques, sauf que, c’est plus de 300 squelettes qui les attendent !

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 86

Le trésor du Seigneur de Haihun

Un très beau trésor mis au jour par des archéologues chinois dans la province de Nanchang, sud de la chine. Énorme de par sa composition, plus de 10 tonnes d’artefacts ! Des centaines en bronze dont de nombreuses statues, des objets en jade et un exceptionnel trésor composé de 75 objets et monnaies en or dont 50 monnaies en or qui sont énormes, chaque monnaie pesant 250 grammes ! accompagnées de bijoux et d’artefacts ainsi que de quelques lingots d’or qui ont une forme caractéristique de sabots. Le dépôt a été trouvé dans un des huit tombeaux d’un mausolée de l’époque Hans. D’après les archéologues, les monnaies, très rares, auraient été offertes au seigneur de Haihun par l’empereur. C’est à ce jour le plus gros trésor en or, découvert, concernant la dynastie Hans. Plus courant pour les Chinois, des millions de sapèques, des monnaies de bronze empilées par endroits sur près de deux mètres de haut accompagnaient les défunts dans l’au-delà, un peu de monnaie ça peut toujours servir…

Source : xinhuanet.com

Agenda février-mars 2016

ST-MÉDARD-EN-JALLES  33
Samedi 6 et dimanche 7 février 2016
37e week-end du collectionneur
Salle louise Michel-Village Caupian, rue Pierre Ramond, 33160 St-Médard-en-Jalles
De 9h à 18h30. Entrée gratuite - Renseignements : 05.56.05.51.25 ou 05.56.95.91.51

ARGENTEUIL 95
Dimanche 7 février 2016
48e bourse numismatique
Salle Jean Vilar, 9 boulevard Héloïse, 95018 Argenteuil
De 8h30 à 17h. Entrée gratuite - Renseignements : 06.83.00.46.34

THIEZ 74
Dimanche 14 février 2016
35e salon aux Monnaies et Billets
Forum des lacs, 269 rue des Sorbiers, 74300 Thyez
De 9h à 17h. Entrée gratuite - Renseignements : 04.50.25.81.80 / 06.85.50.58.50

ST-SÉBASTIEN-SUR-LOIRE 44
Samedi 20 février 2016
29e salon annuel des collectionneurs
Salle de l’Escall, rue des Berlaguts, 44233 St-Sébastien-sur-Loire
De 9h à 17h. Entrée gratuite - Renseignements : 06.85.03.82.36

ALBI  81
Dimanche 21 février 2016
29e salon de la carte postale et des collectionneurs
Salle de Pratgraussals, 104 rue Lamothe, 81000 Albi
De 7h à 17h30. Entrée gratuite - Renseignements : 06.84.05.75.42

AUCAMVILLE  31
Samedi 27 février 2016
5e bourse numismatique du grand Toulouse
Salle Georges Brassens, 31140 Aucamville
Entrée gratuite - Renseignements : 06.73.55.39.87

POLLESTRES 66
Dimanche 28 février 2016
12e bourse numismatique
Salle polyvalente Jordi Barre, avenue Pablo Casals, 66450 Pollestres
De 9h à 12h30 et de 14h à 18h. Entrée gratuite - Renseignements : 06.86.16.51.23 ou 04.68.54.50.44

CHOLET 49
Samedi 5 et dimanche 6 mars 5016
35e salon des collectionneurs
Parc des Expositions de la Meilleraie, avenue Marcel Prat, 49306 Cholet
De 9h30 à 18h. Entrée 2 € (gratuit moins de 16 ans) - Renseignements : 02.41.65.85.42

CHÂTILLON 92
Dimanche 6 mars 2016
16e salon toutes collections
Espace Maison Blanche, 2 avenue Saint Exupéry, 92320 Châtillon
De 9h à 18h. Entrée gratuite - Renseignements : 01.46.31.56.16 ou 06.76.34.35.63

SÈTE 34
Dimanche 6 mars 2016
38e bourse-exposition
Salle Georges Brassens, Rue Jean Jaurès, 34200 Sète
De 9h à 18h. Entrée gratuite - Renseignements : 06.78.28.21.78

Sommaire 86

Vécu
Journal d’un CDD
Bêtise humaine…
Les plaques de ceinturon françaises

Brèves

Histoire
Jamaica Island ou le naufrage de Port-Royal
Crésus et son pactole
Histoire des métaux monétaires

Appel aux prospecteurs
Trésors en attente d’une déclaration sans risque en France

Numismatique
L’obole à l’oiseau des Sotiates
Le monnayage de Probus, empereur romain au destin tragique

Trouvailles
Monnaies/objets

Banc d’essai
Demandez le programme !

Technique de prospection
Viva la playa - Programme relic Déus

Librairie

Agenda

Petites annonces

Courrier

Trouvaille 85.30

Bonjour, je suis Scipion04 détecteur depuis plus de 5 ans, je viens d’acquérir un Déus, auparavant j’avais un GMP. J’ai trouvé récemment ces 2 pièces en argent à 20 cm l’une de l’autre, dans un champ des Hautes-Alpes. J’ai retrouvé la première, un gros sol au coronat, Louis III d’Anjou. +:LVDOV:IhR:ET:SICL:REX: (Louis, roi de Jérusalem et de Sicile). Grande couronne surmontant deux lis placés sous un lambel. Revers : +:COMES:PVICE:ET:FORCAL: (Comte de Provence et de Forcalquier). Champ parti de Jérusalem et d’Anjou. Argent 1,79 g, 22,5 mm. Mais la deuxième, je n’arrive pas à la trouver. Je n’arrive pas à lire le contour, malgré les recherches effectuées, l’aigle est couronné, le blason je n’arrive pas à l’identifier. La pièce pèse 2,7 g en argent, et mesure 23 mm. Cordialement, Scipion04

Rien à redire pour le sol coronat de Louis d’Anjou, c’est exact : son état est moyen et le revers est absent mais on peut l’estimer à une trentaine d’euros.

La monnaie suivante est un pierreale de Sicile d’Alfonse IV roi d’Aragon et de Sicile. Avers : écu aux armes d’Aragon surmonté d’une couronnelle, le tout dans un octolobe cantonné de huit annelets. AC ATENARU (rose) NEOPATRI: DUX. Au revers : + COSTA: DEI: GRA: ARAG z SICIL: REGIA. Aigle éployé, la tête à droite, dans un octolobe cantonné de huit annelets : ALFONSUS D: G: ARAG: SICIL: R:, Alfonse par la grâce de Dieu roi de Sicile et d’Aragon. Cette monnaie est en état TTB – légèrement rognée et s’estime 80 euros.

Edito 86

Faire bouger les lignes est difficile en France, l’immobilisme, le corporatisme priment toujours sur l’intérêt général. Le projet de loi sur l’appropriation par l’état de toute trouvaille fortuite – dont nous nous sommes, comme beaucoup d’autres et en premier lieu Action centurion, fait l’écho et essayé de mobiliser les gens – semble prendre du recul. Il n’est pas complètement enterré mais risque de sortir dans une version très édulcorée. Aucun triomphe là dessus, j’ai peine à croire que les mille trois cents signataires de la pétition contre aient pesé lourd dans la décision des élus… Mille trois cents, autant dire zéro mobilisation de la part des prospecteurs… Nous continuerons néanmoins à dénoncer
les idioties de ce système, lisez la bêtise humaine page 7, un beau témoignage d’un prospecteur lecteur, et faites de même, envoyez-nous, quand vous avez une info vérifiable, votre retour sur un comportement étrange des archéologues, d’éventuelles pertes d’objets dans les musées, des trouvailles de chantiers de fouilles jamais déclarées, bref tout ce qui est prudemment voilé par l’administration et réglé en famille sans bruit et surtout sans média… 

Bonne lecture et prospectez serein ! la détection de loisir est libre… 

Gilles Cavaillé

Nom de code : Kin No Yuri

Deuxième partie : suite du n° 84

1er juin 1945, tunnel n° 8 sous la montagne de Bambang, nord des Philippines. Le n° 8 rejoint le n° 9 traversant de part en part la montagne, il est long de plusieurs kilomètres. Les 175 ingénieurs en chef du Lys d’or y sont réunis, un ingénieur pour chaque site impérial*. Le saké coule à flot et à chaque tasse on hurle un Banzaï. Le long du tunnel des tonnes de barres d’or, de platine, des lingots de toutes tailles, des barils de pièces d’or, des Bouddhas en or, des vases remplis de diamants, de rubis s’entassent, le trésor des Princes !

Dans un des tunnels adjacents, plus de 200 prisonniers coréens, les rares survivants de ceux qui ont creusé les tunnels sont sous bonne garde. Discrètement, le général Yamashita et les Princes de sang en charge de l’opération Kin No Yuri, accompagnés d’une dizaine d’officiers sortent du tunnel et quelques minutes plus tard une immense explosion retentit, suivie d’un silence… de mort.

Près de 1000 hommes, soldats japonais, ingénieurs et prisonniers de guerre viennent d’être ensevelis vivants ! Yamashita rejoint la poche de Kiangan qu’il va tenir jusqu’à la reddition d’octobre 1945, les Princes sont exfiltrés vers le Japon à l’aide d’un sous-marin.

La dernière des caches impériales vient d’être définitivement murée. Maintenant, la plus grande des chasses aux trésors terrestres de tous les temps peut commencer, celle des 175 caches impériales !

La légende de Santa Romana

Comme nous l’avons vu précédemment, l’interrogatoire du Major Kojima, le chauffeur du général Yamashita, fut confié à un officier du renseignement de la C.I.A, surnommé Santy, de son vrai nom Severino Garcia, dit aussi Santa Romana. Né aux Philippines il s’était engagé bien avant la guerre dans l’armée US. Son appartenance au renseignement, sa connaissance des langues en plus de l’anglais, le tagalog pour les Philippines et du japonais, le désigne naturellement pour l’interrogatoire de Kojima, il ne le sait pas encore, mais ce coup du destin va changer sa vie et faire de lui un homme richissime ! Son supérieur qui participa aussi aux interrogatoires, le capitaine Joseph McMicking va lui aussi devenir subitement très riche. Que les deux hommes qui ont fait parler Kojima soient du jour au lendemain, après la guerre, devenus millionnaires n’est certainement pas dû au hasard.

À sa mort en 1974, Santy laissa une multitude de comptes et coffres bancaires dans le monde entier pour une valeur estimée de 50 milliards de dollars ! Ses héritiers n’y ont jamais eu accès…

Une chose primordiale est à retenir, les seules informations dont disposaient les Américains, fin 1945, sont celles fournies par Kojima et en tant que chauffeur de Yamashita, ce dernier ne pouvait connaître et n’avoir vu que les sites fermés entre juin 1944 et octobre 1945, tous ceux qui avaient été fermés entre 1942 et juin 1944, avant l’arrivée de Yamashita aux Philippines, lui étaient inconnus.

Après avoir parlé et raconté tout ce qu’il savait, le Major Kojima va disparaître corps et bien, jamais plus personne ne le reverra…

Les sites à trésors

Dès le blocus des Philippines, début 1943, par les sous-marins US, le principal objectif du Lys d’or fut de trouver des sites pour cacher ses innombrables trésors. Si les diamants et pierres précieuses pouvaient encore être évacués, non sans risque, par avion, la quantité d’or et de platine amassée rendait cette option impossible tout simplement à cause du poids ! Il est aussi probable qu’une quantité (inconnue) d’uranium fut cachée aux Philippines, les Japonais eux aussi tentaient de maîtriser l’arme atomique. De par sa situation géographique, les trois quarts des prises de guerre transitaient obligatoirement par les Philippines.

Ce sont les princes, Chichibu en tête, qui choisirent les principales caches. Les monuments historiques, cathédrales, temples, monastères et autres, furent privilégiés, leurs emplacements échapperaient normalement aux constructions modernes d’après-guerre ainsi qu’aux fouilles. Sur ce dernier point, les Japonais commirent une erreur de jugement, le dictateur Ferdinand Marcos (1917-1989) qui s’empara, après guerre, des Philippines ne s’arrêtait pas à ce genre de détail et il mettra la main sur de nombreux trésors japonais ! Il trouvera, entre autres, deux caches impériales sous la cathédrale de Manille : butin inconnu ?

Les sources d’eau étaient aussi des endroits privilégiés pour cacher des trésors, on ne construit pas au-dessus d’une source ou d’une rivière.

Le dédale de Manille 

Mais, plus que tout autre cache, ce sont les grottes naturelles et les souterrains qui arrivent en tête de liste. Les Japonais aiment les tunnels, ils en sont mêmes les spécialistes, y compris de nos jours, l’actuel tunnel ferroviaire le plus long du monde se trouve à Seikan, au Japon et mesure plus de 50 kilomètres. … La suite dans Monnaies & Détections n° 85

43 kilos d’or…

Disparus, mais pas pour tous les mondes, évidemment. Un procès hors norme sur le monde assez opaque, il faut bien le reconnaître, des marchands d’or, dans le nord de la France. A Erstein plus précisément où la société Orest poursuivait plusieurs de ses désormais ex-employés pour vol d’or. Des vols commis sur plus d’une dizaine d’années sans que personne ne s’en aperçoive ! Pourtant équipée de détecteurs de métaux et d’un système de vidéo surveillance, Orest qui fournit de grands joailliers en alliances, Cartier, Boucheron, Van clef & Appel…, n’a rien vu venir, les employés indélicats avaient trouvé des parades : les rondelles d’or de 20/30 g sortaient dans les chaussures de sécurité, la coque métallique des dites chaussures faisant forcément sonner le détecteur… Au dire de certains des prévenus, ça passait aussi avec des plaques de 150 g dans les chaussettes ! D’autres encore dissimulaient des bagues dans leurs téléphones portables, à la place de la batterie. L’or était ensuite revendu à des marchands d’or en Alsace qui étaient aussi sur le banc des prévenus, poursuivis pour recel. Plusieurs peines de prison ferme ont été prononcées et le montant cumulé des amendes se monte à 978 000 euros, l’équivalent de 43 kilos d’or, bien que la société pense avoir été flouée d’au moins 82 kilos !

Sources : dna.fr & estrepublicain.fr

Trouvaille 85.02

Trouvé en Savoie et personnellement jamais vu ça ! Dabrice
Cet objet mérite une déclaration en bonne et due forme : il s’agit d’un anneau dit « à pointes » de la période de la Tène. Jusqu’à présent, seuls 3 spécimens ont été trouvés en Allemagne. Deux à Manching et un à Dieburg. Sa fonction n’a pas été élucidée, il est estimé que ces anneaux ont été utilisés pour le dressage des jeunes chevaux. Ils devaient être fixés avec les pointes vers le bas sur le nez ou le menton des chevaux, afin d’exercer des pressions. Cette hypothèse est basée sur des trouvailles en Italie, où des chaînes étaient encore fixées sur des anneaux. ID Sepp