MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Trouvaille 75.17

Voilà une jolie bague en or dont la monture est cassée. Son dernier propriétaire la portait du coup en pendentif autour du cou, c’est la raison pour laquelle il reste ce petit anneau de bronze. Le plateau enserre un cabochon de verre transparent taillé représentant un écu surmonté d’un heaume. Le blason est une épée verticale entourée de sept étoiles. L’écu est entouré de motifs floraux exubérants. On est avec cet objet, sur une période estimée début XIXe siècle. Trouvaille émérite de Pierre dans le Var.

Le 25 février 2014, la société numismatique Kagin a annoncé dans un communiqué de presse la découverte et la mise en vente d’un trésor composé de 1427 pièces d’or américaines datées de 1847 à 1894. Ces pièces, d’une valeur faciale de 28000 dollars, sont pour la plupart des pièces de 20 dollars or de type “Liberty Eagle”, dont la valeur totale est estimée à environ 10 millions de dollars. Les médias américains se sont bien entendu emparés immédiatement de cette histoire qui a fait sensation outre Atlantique.
Les pièces ont été découvertes enterrées dans une propriété privée au nord de la Californie, dans un lieu-dit baptisé Saddle Ridge en février 2013. L’emplacement exact de la trouvaille a été gardé secret pour éviter que des chasseurs de trésor n’aient la tentation d’aller chercher d’autres pièces d’or dans ces montagnes de la Sierra Nevada qui avaient déjà connu la ruée vers l’or de 1849.
C’est un couple qui a tenu à garder l’anonymat mais dont nous connaissons tout de même les prénoms, Mary et John, qui a découvert les pièces en promenant leur chien. Dans une interview, le couple est revenu longuement sur les circonstances de la découverte.
“On avait déjà souvent vu une vieille boîte de conserve rouillée qui sortait du sol à un endroit où on se promène tous les jours depuis des années et puis on avait remarqué un vieil arbre qui poussait sur la colline. Les racines de l’arbre avaient déterré un morceau de boîte de conserve. C’était juste au-dessus de l’endroit où les pièces étaient enterrées. A l’époque on a pensé que c’était un vestige de pot de fleur ou quelque chose comme ça. On avait également vu un rocher angulaire dressé et on s’était demandé ce que c’était.”
Ils passaient à côté du trésor depuis des années
“Après coup, précise Mary, on a réalisé que c’était un marqueur de la cachette du trésor : en partant de la pierre si on marche 10 pas vers le nord, on tombe sur le trésor !”. …

La suite dans Monnaies & Détections n° 75

Un nouveau trésor anglais au détecteur !

Une nouvelle et superbe découverte d’un prospecteur anglais ! Greg Sweetman, 40 ans qui était de sortie par un beau dimanche de février avec son fidèle Safari, un détecteur Minelab et quelques copains de son nouveau club de détection, sa première sortie avec ce club d’ailleurs, la balade du dimanche quoi…

Sauf que celle-ci s’est transformée en chasse au trésor ! Greg a d’abord trouvé un morceau de boucle finement travaillé et portant quelques pierres fines ou précieuses de couleur rouge. La boucle était à 6 pouces de profondeur, environ 15 cm, dans un sol sablonneux, puis plus rien…

Après avoir montré la boucle à l’un de ses collègues, Kevin, ce dernier a reconnu un bijou d’époque saxonne ! Période dite, au Royaume-Uni, de l’âge sombre ou des ténèbres, comprise entre l’an 410 et l’an 1066 qui verra débarquer les Normands. Il a donc conseillé à Greg d’agrandir le trou pour voir… Une fois élargi la bobine du Minelab a pu y entrer et elle a accroché une nouvelle cible, un trésor ! Car il s’agit bien d’un trésor, le reste du dépôt était à environ 20 pouces de profondeur = 50 cm.

Plusieurs boucles et broches, toutes d’époque saxonne, comme le célèbre trésor de Burntwood ou Staffordshire*, mais en moindre quantité. Contrairement à ce que veut la procédure anglaise en matière de trésor, le club de Greg a procédé à l’extraction, il n’a pas réussi à joindre le coroner (archéologue responsable du district) un dimanche matin…

Une fouille plus complète est tout de même prévue, il est probable que Greg soit tombé sur la tombe d’un Saxon de haut rang, vu la qualité des artefacts et dans ce cas, il en manque.

Ces derniers ont été confiés au British Museum qui va les nettoyer et expertiser, on parle déjà d’une somme dépassant les 40 000 euros pour ce petit trésor. Un de plus qui va enrichir le patrimoine… anglais !

Sources : kentonline.co.uk

* Monnaies & Détections n° 49 & 56

Plus de photos dans Monnaies & Détections n° 75

Trouvaille 75.12

Merci de tenter d’identifier cet objet en bronze recouvert d’une patine épaisse. Je l’ai trouvé récemment dans un bois de Mayenne (53), il pèse 335 g et est creux à l’intérieur. Longueur 9,3 cm, diamètre extérieur 4 cm, diamètre intérieur 3 cm. Il y avait à proximité des résidus de bronzes dont je joins une photo représentant quelques échantillons. Sam

Pas évident de retrouver son usage originel. Le fait qu’il soit creux, qu’il y ait aussi une ouverture sur le côté malgré l’épaisseur du métal, permet de penser que cette ouverture a été faite exprès. Du genre pour clouter une hampe de bois pour fixer la pièce à son extrémité. L’usage décoratif est attesté par les liserés sur toute la longueur. C’est le seul usage qui nous vienne à l’esprit mais il se peut que l’on fasse faute route. Encore une fois nous en appelons à vos connaissances, lecteurs, pour préciser éventuellement l’usage de cette pièce.

Un détectoriste fait une découverte extraordinaire en Allemagne

Un détectoriste anonyme a découvert illégalement un extraordinaire trésor d’or et d’argent datant de l’antiquité tardive dans une forêt près de Ruelzheim en Allemagne, au sud-ouest de l’Etat de Rhénanie-Palatinat. L’annonce de cette découverte a été rendue publique le 19 février 2014.

Le détectoriste a déterré le trésor et l’a mis en vente sur le marché noir des antiquités.

Les autorités ne se sont pas étendues sur la façon dont le chasseur de trésor a été interpellé, notant seulement que “le pillard a rendu les pièces du trésor lui-même, mais uniquement sous la pression des enquêteurs”.

Cela signifie qu’ils l’ont d’abord capturé avant de le convaincre de rendre le trésor. La police a des raisons de croire que l’individu aurait déjà procédé à la vente de quelques éléments du trésor aux Etats-Unis.

L’enquête se poursuit à l’heure actuelle, à la recherche des objets manquants. Aucune annonce n’a été faite au sujet des peines encourues par le pillard. Peut-être un arrangement a-t-il été passé en échange d’une coopération pour la restitution du trésor ?

Du recel d’objets archéologiques volés

D’après la loi allemande, toutes les fouilles faites à la recherche de matériel archéologique doivent recevoir une autorisation des autorités en charge du patrimoine historique. Les différents Etats allemands ont chacun des lois particulières pour les découvertes faites par les particuliers. Certains Etats autorisent les inventeurs à conserver la moitié de la valeur des trouvailles, et parfois même la trouvaille complète. Mais la Rhénanie-Palatinat ne mange pas de ce pain là.

Chercher des objets archéologiques avec un détecteur de métaux y est considéré comme un délit. Emporter les objets découverts sans les signaler est une fraude, et les vendre s’apparente à du recel d’objets volés. Il est certain que si la valeur des objets joue un rôle pour déterminer la sévérité des sanctions encourues, et ce fait est valable aussi bien en Allemagne qu’aux Etats-Unis par exemple, le pillard risque une sanction exemplaire…

La suite dans Monnaies & Détéctions n° 75

Un prospecteur salué par les archéologues !

Tom Redmayne, est anglais, évidemment ! Il a été officiellement et publiquement remercié par les archéologues du comté, du Lincolnshire pour avoir trouvé et surtout répertorié plus de 500 objets/monnaies déclarés d’intérêt archéologique ! qu’il a découvert en tant qu’amateur et avec son détecteur dans les prairies, champs et bois de sa région. Depuis la création du P.A.S. en 1997, un site qui permet de déclarer ses trouvailles en ligne, plus de 900 000 objets ont ainsi été répertoriés.

En France, je connais plusieurs prospecteurs qui font la même chose et bien d’autres doivent le faire, notant le lieu de découverte d’un objet, voire même le point GPS, pour les monnaies/objets sortant de l’ordinaire… Seulement, il n’y a pas grand monde d’intéressé par ces informations ! On doit pouvoir les compter sur les doigts d’une main et encore, il faut pouvoir les trouver…

Source : bbc.co.uk

Trouvaille 75.16

Bonjour, voici une petite boucle (d’oreille ?) trouvée en labour, en or ou électrum, son poids entre 3 et 4 g, sa dimension 15,31 mm. Si quelqu’un peut l’identifier ou la dater ? Trouvaille faite en Normandie. Merci, Tyty

Il s’agit d’un anneau penannulaire daté du millénaire avant JC, anneau de cheveux ou anneau de nez, Ils sont souvent en or massif, ou en cuivre recouvert d’une feuille de métal précieux. Il y a une alternance de lamelles d’or et d’argent enroulées perpendiculairement à l’âme de l’anneau et cela forme des stries variées en fonction de la largeur de chaque lamelle entourée.

« Les détectoristes anglais ont trouvé plus de rings money au cours des dix dernières années qu’il n’en a été trouvé durant les deux derniers siècles précédents… » (extrait du bulletin N° 5 de l’Association pour la promotion des recherches sur l’Age du Bronze en 2008…) Voilà encore un argument à utiliser pour la défense de notre loisir !

Agenda avril-mai 2014

ORANGE 84
Samedi 5 avril 2014
Bourse toutes collections
Salle Alphonse Daudet, rue Antoine Pinay, 84 Orange. De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 04.90.34.78.44

VERSAILLES 78
Dimanche 6 avril 2014
33e salon numismatique versaillais
Salle polyvalente Richard Mique, 7 bis rue Pierre Lescot, 78000 Versailles. De 9h à 17h30. Entrée 2 €
Renseignements : 06.07.65.42.50

HERGNIES  59
Dimanche 13 avril 2014
1e Bourse aux collections
Salle polyvalente, rue Arthur Lamendin, 59199 Hergnies. De 9h à 17h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.85.17.12.30

TOURNEFEUILLE • 31
Dimanche 13 avril 2014
27e bourse numismatique du Grand Toulouse
Salle Jean Gay, rue de Provence, 31170 Tournefeuille. De 9h à 18h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.65.17.79.82

SAINT-PRIEST • 69
Dimanche 20 avril 2014
Bourse toutes collections
Espace Mosaïque, 47-49 rue Aristide Briand, 69800 Saint-Priest. De 9h à 18h. Entrée 2 €
Renseignements : 06.31.94.16.32

ANNECY • 74
Dimanche 27 avril 2014
40e bourse aux monnaies
Hôtel Novotel, 1 place Marie Curie (à côté de la mairie), 74 Annecy. De 8h30 à 17h. Entrée libre
Renseignements : 04.50.45.93.71 ou 04.50.24.11.15

HYERES  • 83
Dimanche 27 avril 2014
24e bourse de Hyères
Salle du Forum Casino, avenue Ambroise-Thomas, 83400 Hyères. De 9h à 17h. Entrée gratuite
Renseignements : 06.87.40.78.60

MONTAIGU • 85
Dimanche 27 avril 2014
25e salon des collectionneurs
Salle des fêtes, place de l’Hôtel de Ville, 85600 Montaigu
Renseignements : 06.89.42.31.89

PARIS  75
Dimanche 4 mai 2014
15e bourse numismatique
Salle des fêtes de la Mairie du 19e, 5-7 place Armand Carrel (métro Laumière) 75 Paris. De 9h à 17h. Entrée gratuite
Tél : 06.11.23.19.73

DAINVILLE • 62
Jeudi 8 mai 2014
25e bourse toutes collections
Salle polyvalente, allée du 8 mai 1945, 62000 Dainville. De 9h à 17h
Renseignements : 03.21.07.00.27

BOURGES • 18
Dimanche 11 mai 2014
27e Bourse numismatique
Pavillon d’Auron Hall B, 7 bld Lamarck, 18000 Bourges  De 9h à 18h. Entrée 2 €
Renseignements : 02.48.70.64.42

LYON • 69
Dimanche 18 mai 2014
29e bourse numismatique
Lycée Ampère, 31 rue de la bourse 69002 Lyon. De 9h à 16h. Entrée 3 €

MILLAU • 12
Dimanche 18 mai 2014
Salon numismatique et multi-collectionneurs
Salle des fêtes du parc de la Victoire, 12100 Millau
Renseignements : 05.65.59.19.63


Ces artefacts perdus pour la science

Beaucoup se reconnaitront dans ce petit texte, et désolé de ne pourvoir citer mes sources, ça viendra peut-être un jour.

Tout d’abord, rappelons-nous que pour l’archéologie officielle et dogmatique : « Tout objet sorti de son contexte n’a pas d’intérêt archéologique ».

Une terre labourée en profondeur depuis des siècles devient-elle « contexte archéologique » à la découverte d’une monnaie ancienne ?

Question épineuse.

Voici donc :

Un jour du siècle passé, c’est-à-dire voici quelques mois, un prospecteur a découvert un magnifique artefact en plusieurs éléments reliés, qu’il supposait être celte et regardait comme exceptionnel.

Son intention première a été de le déclarer au SRA de sa région.

Toutefois, l’ayant trouvé avec son détecteur, et bien que ce soit hors de tout secteur archéologique, il hésita et remisa sa trouvaille dans une « boiboite »…

Inutile de dire qu’il craignait la foule d’emmerdements inhérents aux respects de la loi et les tracasseries administratives chères aux SRA et autres INRAP dans ce domaine.

Pauvres de nous et bienheureux Anglais…

Cependant, très au fait des choses archéologiques et patrimoniales, il se dit ne pouvoir conserver cet objet pour lui sans en faire profiter la science. Il décida d’en envoyer des vues à un archéologue de renommée, lequel est tout à fait conscient de l’intérêt majeur de la détection électromagnétique dans le domaine des connaissances archéologiques.

Ils ne sont pas tous aussi intégristes que certains.

La réponse ne se fit pas attendre et l’objet en question se révéla être un rarissime ensemble fibulaire celte en argent, et plus que rarissime car totalement inédit.

Ce scientifique déclara : « Rien d’aussi joli de ce type n’a été découvert en France, depuis Napoléon III ! »

Excusez du peu !

L’objet a donc une valeur archéologique importante, mais ne servira jamais à la science ni à l’archéologie.

En Angleterre il serait devenu un trésor, un de ces trésors qui servent la science, qui sont exposés et ravissent le public.

En France cela devient une merdouille oubliée dans de sombres tiroirs et promise à la benne un jour ou l’autre, au fil des « héritages » ou des nettoyages de printemps.

C’est lamentable.

Cette « anecdote » (qui n’est pas sans en rappeler une autre, récente et fâcheuse concernant une certaine fibule en or…) est d’autant plus remarquable qu’elle n’est pas du tout isolée et que nombreuses sont celles qui ne seront jamais connues…

Pourtant les membres des fora de détection en connaissent des quantités (dépôts de haches de bronze ou de bronzier, dépôts monétaires, objets insolites et non répertoriés, monnaies rarissimes ou uniques, voire même sites d’intérêt majeur, lieux de cultes celtiques, etc. etc…).

Nous souhaitons cependant que ces objets soient répertoriés en attendant que la loi soit en notre faveur et nous désirons sauvegarder les informations de chaque trouvaille de valeur avec de belles photos, les lieux précis de la découverte et tous les détails possibles.

Pourquoi cette petite histoire ?

Parce qu’elle est loin d’être banale et que nombre de découvertes fortuites ne peuvent pas être déclarées ni étudiées tant nos lois sont incitatives à leur non respect, tant elles sont nuisibles à l’archéologie et à l’Histoire.

C’est grave.

Ces lois desservent notre patrimoine.

Ces lois nuisent à notre histoire.

Vous êtes, messieurs les élus, les complices de ces préjudices si vous ne faites pas évoluer ces lois.

Arouar.

Régis Najac

Appel à tous les prospecteurs de France !

Le temps est venu pour nous d’agir. Les prospecteurs anglais ont défilé en Angleterre pour faire entendre leurs revendications il y a un peu plus de dix ans. Cela a abouti à la réalisation du PAS (portable antiquities scheme). Avec l’analyse de ces dix ans passés, de plus en plus de rapports positifs des instances officielles britanniques sont publiés. Un rendez-vous s’est déroulé il y a peu au parlement européen pour les présenter à divers élus européens et français.

En France les relations sont parfois tendues entre certains archéologues et les prospecteurs, chacun campant sur ses positions. 

Nous ne souhaitons pas que cette défiance perdure car nous avons en commun l’amour de l’Histoire, et la volonté de la faire partager au plus grand nombre.

C’est ainsi que nous appelons à adopter l’attitude pragmatique des Anglo-Saxons qui ont compris tout l’intérêt d’une collaboration entre les deux parties.

Plutôt que de défiler dans les rues, nous envisageons avec votre aide, de créer un électrochoc destiné à faire prendre conscience aux autorités compétentes et à l’ensemble des  archéologues tout le formidable potentiel que représente le monde des prospecteurs, une alternative aux manques cruels de moyens humains et financiers dont souffre l’archéologie institutionnelle.

Nous souhaitons ainsi publier à chaque numéro de « Monnaies & Détections » une à deux pages de photos d’objets archéologiques, de trésors de monnaies et dépôts divers, tous trouvés hors contexte archéologique au cours de travaux, d’arrachages de vignes, ou par des particuliers utilisant un détecteur de métaux à des fins de loisirs comme la recherche d’objets perdus par un voisin par exemple.

Que vous les ayez trouvés hier ou il y a 20 ans, et jamais déclarés par peur des conséquences, nous vous proposons de nous envoyer les photos de ces objets, uniquement les photos, pas de texte, pas d’indication de lieu ni de date etc… n’utilisez pas les mails faites un envoi anonyme par courrier d’un CD gravé avec les photos, anonymat totalement protégé !*

On nous oppose souvent qu’en détruisant les couches stratigraphiques pour sortir un objet ce dernier ne représente plus aucun intérêt pour l’archéologie… A cela nous répondons que la plupart du temps ces objets sont trouvés dans des champs labourés depuis des décennies et que ces couches sont annuellement et profondément bouleversées ! Soyons sérieux ! L’enjeu est majeur  puisque cette collaboration fera avancer la connaissance et participera à la préservation de véritables trésors, qu’il s’agisse d’un bijou unique, d’une monnaie rarissime ou d’un dépôt plus important. 

Il ne s’agit pas de confondre « détecter en toute impunité » avec « détecter en toute tranquillité », d’autant qu’en cas de découverte majeure, le prospecteur pourra, dès lors qu’il ne craindra plus les problèmes, prévenir les archéologues afin qu’ils prennent le relais comme cela se passe en Angleterre. Et ce d’autant plus facilement que les contacts précédents et fréquents avec les instances officielles l’auront sensibilisé dans cette direction.

Les archéologues, les autorités, le public, doivent prendre conscience de l’ampleur et de la richesse des trouvailles fortuites faites sur notre territoire.

Pour lancer le mouvement, nous publions aujourd’hui (page 9 du numéro 75) un très rare ensemble fibulaire celte.

Espérons que ces témoignages permettront d’ouvrir le dialogue sur des bases saines et sincères afin que chacun puisse légitimement s’enorgueillir de participer à la connaissance de notre Histoire.

Nous comptons sur vous ! 

* Envoyez votre CD anonyme à :
Monnaies & Détections
33 boulevard Carnot 31000 Toulouse