MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Le trésor de la forteresse

Située au sud de la région de Dobroudja, en Bulgarie, la forteresse de Kaliakra surplombe la Mer Noire, le promontoire qu’elle occupe fut une place forte à l’époque romaine et probablement avant, puis une forteresse médiévale. Fouillée depuis plus de 15 ans par les archéologues, elle vient de délivrer un trésor contenu dans un vase d’argile contenant 957 artefacts, monnaies et bijoux en argent et or, probablement caché au 14e siècle sous un plancher, dont quelques restes brulés ont été retrouvés. De nombreuses monnaies du trésor, furent frappées sous le règne du sultan Bayazid Yildirum (1389-1402). Le trésor est composé de 873 monnaies en argent, 28 monnaies en or, 11 boucles et appliques, 28 boutons en argent et bronze, 11 boucles d’oreilles en or, 2 bagues en or et quatre perles, deux en pierres précieuses et deux en or, un superbe trésor ! Les chroniques de l’histoire nous disent que la forteresse fut prise par un groupe armé de Tatars en 1399, ils occupèrent les lieux jusqu’en 1401 d’où ils furent à leurs tour délogés par les armes, il est probable que le magot fut caché entre ces deux dates…
Source : novinite.com

 

102.5

Bonjour à tous, voici un briquet trouvé en labour, jolie forme, avec la tête, je pense, de notre cher Henry IV. Une petite idée de l’époque de ce briquet ? Cordialement Pascalou 65.
Briquet d’artisanat de tranchée, 1917-1918. Briquet hexagonal dans lequel s’inscrit un cercle de plusieurs végétaux avec le buste de trois quart arrière de Henry IV. Sur le revers est présent un écu au loup protégeant une francisque et l’un des coins supporte un ceinturon sur lequel une épée est passée et dépasse du l’écu.De part et d’autres de ce dernier, un motif floral est présent. Le tout est dans un cartouche rond à l’identique de l’avers mais avec une décoration différente mais toujours florale. Notez la sortie du combustible masquée par une valve de chambre à air…

100 ans après la tragédie, le naufrage du paquebot l’Egypt reste dans les mémoires. Régulièrement la presse revient sur les circonstances de sa disparition et sur les recherches qui ont suivi. L’importante cargaison était en partie constituée de tonnes d’or et d’argent. Ce trésor extraordinaire n’a toujours pas été entièrement repêché.

Le SS l’Egypt

L’Egypt est un bateau à vapeur (Steamer Ship) construit en Ecosse aux chantiers maritimes de la ville de Greenock située sur l’estuaire du Clide. Il jauge près de 8000 tonnes, mesure 165 mètres de long, 16 mètres de large et sa vitesse est d’environ 30 km/h (15 nœuds). Il peut prendre à son bord plus de 500 passagers. Mis en service en 1897, il navigue du Royaume-Uni aux Indes et en Australie sous les couleurs de la Peninsular and Oriental Steam Navigation Company (Compagnie de navigation à vapeur péninsulaire et orientale), la P&O. Pendant la Première Guerre mondiale, sous les couleurs de la Croix-Rouge, il sert de navire-hôpital dans les Dardanelles. Il reprend son service normal au début des années 1920.

Le Steamer Ship l’Egypt.

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 102

Le trésor des Sakas

Enorme trésor découvert dans les montagnes de Tarbagataï au Kazakhstan. Plus de 3 000 artefacts en or ont été découverts dans un tumulus, probablement la tombe d’un roi ou d’un prince saka, sur un plateau montagneux qui en comporte plus de 200 ! Beaucoup ont été pillés à diverses époques. Les archéologues ont mis au jour de nombreux bijoux, amulettes et figurines animales en or, une caractéristique des trésors scythes, le peuple des Sakas étant une branche des Scythes. L’apogée de leur civilisation se situe entre le VIIe siècle av-JC et la fin de l’empire romain.
Il y a toujours énormément d’or sous différentes formes, bijoux, figurines animales, statuettes et masques d’or dans les trésors scythes, celui-ci ne déroge pas à la règle. D’où, de plus en plus de chasseurs de trésor dans les montagnes, quasi désertiques, du Kazakhstan…
Sources : viendongdaily.com

 

Ma première année de détection

Mes parents avaient acheté un terrain de plusieurs hectares dans le Var dans la commune de Rians dans les années 1970.
Un flanc de colline anciennement aménagé en restanques de pierres sèches, exposé plein sud, sur lequel une forêt de chênes avait repris le dessus d’une oliveraie abandonnée.
Depuis plus de quarante ans, presque tous les week-ends avec mes parents, nous avons aménagé des petites parcelles de ce terrain avec un petit cabanon sans eau ni électricité, un petit potager sans prétention, un four à pizzas dans lequel ma maman fait encore son pain pour la semaine et organisé une multitude de fêtes champêtres entre amis, petit détail qui va prendre de l’importance plus tard, comme l’activité de chasse de mon papa.
Depuis tout petit, comme beaucoup d’enfants, j’ai toujours rêvé de trésors. Explorateur dans l’âme j’ai fouillé tous les moindres petits recoins de cet énorme terrain, dénichant une multitude de fossiles, ammonites, bélemnites, crinoïdes, dents de requin…, de cailloux, notamment des blocs de calcite orange cristallisée…, d’ossements de rongeurs et petits mammifères, de plumes d’oiseaux… Cette accumulation de 40 ans de découvertes a transformé mon bureau en cabinet de curiosités.
Ce terrain m’avait déjà offert généreusement tout ce qu’il pouvait de sa surface, même des cèpes et des morilles… Oui en surface, mais le « sous-sol » ??? Et oui, son sous-sol, cette petite couche pédologique sur laquelle je me suis promené depuis tant d’années.
L’idée avait germé, il me fallait maintenant explorer la partie enterrée de ma parcelle… Deux de mes connaissances pratiquaient déjà la détection, et m’ont aidé sur le choix de mon premier détecteur, un Garrett ACE 250 que j’ai boosté six mois plus tard d’un disque Tornado 33.
Alors le 7 mai 2017, à 53 ans, sur mon terrain à Rians, a commencé pour moi le début d’une nouvelle passion, la détection de loisir.

(cliquez pour m’agrandir)

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 102

Bague olympique

Jeux Olympique 2018 d’hiver à Pyeongchang, l’Américain John Landsteiner remporte la finale de l’épreuve de curling, médaillé d’or. Comme tous les médaillés américains il reçoit en plus, une bague en or affichant son titre de champion olympique, une tradition américaine. Hélas pour lui, John a perdu sa précieuse bague en se baignant sur une plage de Californie, alors qu’il participait à d’autres épreuves sportives et malgré des recherches immédiates, elle ne sera pas retrouvée. John fait une croix dessus et rentre chez lui, dans le Minnesota.
Quelques semaines plus tard, Leon Jones, prospecteur assidu des plages, se balade sur une plage de Californie avec son CTX 3030, il n’a pas entendu parler de la perte de l’anneau olympique et tombe dessus par hasard ! Leon a pour habitude de filmer ses sorties avec une GoPro pour les diffuser sur sa chaine YouTube (Doctor Rings & Things) et on peut donc y voir la découverte de la bague en direct ! La vidéo a été baptisée : GOLD OLYMPIC RING ! 2018.
Leon, ce jour-là, trouva deux bagues en or, il a bien sûr contacté le champion olympique et lui a rendu sa bague, l’histoire a fait le tour de la plupart des médias US, une bonne pub pour les prospecteurs…
Sources : bringmethenews.com & YouTube

102.12

Voici les photos d’une boucle métallique provenant d’un bois près de Grenoble de 55 mm x 50 mm et d’un poids de 32 g. Je pense à la boucle d’une ceinture ou d’une chaussure ancienne. Au plaisir de lire vos avis et encore merci pour votre revue ! D’avance merci Michel38.
Oui boucle de chaussure ajourée du XVIIIe siècle. Elle est de forme rectangulaire, les côtés sont incurvés vers l’intérieur et ils sont renforcés par un second arc de courbe plus marquée qui se reprend sur chaque angle. Le métal est difficile à identifier. La chape d’accrochage et l’ardillon simple sont de même nature métallique. Il semble aussi que l’axe attachant la chape soit du même métal sinon il y aurait une trace importante de rouille sur la chape si l’axe eut été en fer.

Les omphalos, pierres du domaine des dieux

Omphalos, nombril (c’est-à-dire le centre du monde) chez les Grecs.

En effet, la mythologie grecque nous raconte que pour déterminer le centre du monde (l’omphalos, le nombril) Zeus lâcha deux aigles des extrémités de celui-ci. Ils se rencontrèrent au-dessus de Delphes où il laissa tomber une pierre qui marquait ainsi le centre, le nombril du monde. Mais pas n’importe quelle pierre, celle substituée à Zeus nouveau-né et avalée par Cronos. Ayant appris qu’un jour un de ses fils le détrônerait, Cronos exigeait que sa Rhéa lui remette chaque nouveau-né qu’il dévorait aussitôt. Rhéa put lui soustraire Zeus en le remplaçant par une pierre emmaillotée. Une fois adulte, Zeus détrôna son père Cronos et lui fit régurgiter la pierre qui est en fait un bétyle, se confond avec la notion qu’elle symbolise et est appelé omphalos. Non seulement ce terme signifie ombilic mais désigne aussi tout ce qui existe. L’omphalos représentait donc essentiellement le centre du monde, c’est-à-dire tout ce qui existe. L’omphalos de Delphes était accompagné de deux aigles en or et placé dans le temple d’Apollon Pythien, dans la fosse oraculaire, l’adyton. L’oracle de Delphes, la Pythie se tenaient près de l’omphalos.
L’omphalos de Delphes n’est pas unique.

L’omphalos derphique surmonté de deux aigles.

D’autres furent érigés durant l’Antiquité sur le pourtour méditerranéen.Plusieurs monnaies antiques portent un omphalos au revers, tantôt associé à Apollon, tantôt à un serpent, attribut d’Asklepios (esculape en latin), dieu gréco-romain de la médecine.

Phocide – Delphes ; statère ou didrachme (336-335 AC). Revers : Appolon assis sur l’omphalos de Delphes.
Réf. : Hoover, vol. 4, 1140.

L’omphalos apparaît aussi pour la toute première fois sur un denier de la République romaine, à l’époque où une épidémie dévastatrice de peste sévissait à Rome en 87 avant J.C.

Mysie – Pergame ; Æ22 ; (133-116 AC).
Avers : tête laurée d’Asklepios. Revers : serpent enroulé sur un omphalos. (Source : www.forumancientcoins.com/moonmoth/coins/pergamon_004.html).

Un autre denier en argent de l’empereur romain Vespasien (70-79, ap. J.C), un omphalos du domaine des dieux est représenté.

Îles de Carie – Rhodes ; drachme. Au revers, dans le champ en bas à gauche, omphalos sur lequel est enroulé un serpent. (Source : http://www.ancient-wisdom.com/earthnavels.htm)

… La suite de l’article dans Monnaies & Détections n° 102

Le lion de Megiddo

Nouvelle monnaie en or, frappée en Israël, d’une valeur faciale de 20 Shekel. Elle a un poids d’une once d’or, soit 31,1 g en or pur à 999.9 millièmes. Sur l’avers on trouve le lion de la ville de Megiddo et sur le revers la carte de Mādabā avec le mot Jérusalem en hébreux, anglais et arabe.
Source : coinupdate.com

102.9

Marie, 11 ans, jeune détectoriste débutante à Antichan, a découvert cette médaille, jeton, 1870. Avers : REPUBLIQUE FRANCAISE RECONQUISE, revers : VIVRE LIBRE OU MOURIR. Il s’agit de la proclamation de la République le 4 septembre 1870, en cuivre argenté. Visiblement cette médaille a été clouée sur un panneau de bois ou portée en pendentif.