MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Monnaies d’aubaine à La Réunion

Quitter le confort d’un cabinet d’avocat paternel pour s’engager dans l’Artillerie de Marine est le signe d’une personnalité forte. Le jeune Normand Decaen est né la même année que le jeune Corse Bonaparte. Ils ne seront jamais intimes. Toutefois, le Premier Consul saura la valeur de ce soldat dans l’âme qu’est Decaen.
Le natif de Caen (eh, oui !) va exploiter ses talents dans les domaines militaires et administratifs lorsqu’ils se retrouve à la tête des actuelles Réunion, Seychelles et Maurice.
En 1803, le général Decaen va devoir gérer des îles harcelées par la première flotte du Monde d’alors : la Navy (la vraie, pas l’américaine). Passons sur ses exploits contre la Perfide Albion car il est plus étonnant de le voir s’improviser maître de la Monnaie.
Il a la main sur les dizaines de corsaires français qui fraient dans l’Océan Indien et ceux-ci lui en annoncent une bien bonne : la prise de milliers de monnaies anglaises.
Le général Decaen ne va pas laisser perdre ces belles productions ennemies. La monnaie est nécessaire à la confiance de la population dans l’encaisse, l’estimation des produits et, en cas de coup dur, pour épargner. Alors Decaen, assiégé sous les palmiers, va convertir les monnaies de la “East India Company”. Les valeurs de 5, 10 et 20 cash vont trouver un cours légal à Maurice et à La Réunion au taux de 3 sous = 20 cash. La profusion des captures et la nécessité de petite monnaie ont incité le général Decaen à cette mesure pragmatique. Il n’y a pas de contremarques.
Si cette monnaie “magique”, puisque gratuite, n’a pas reçu la patte d’un artiste français, c’est bien un compatriote qui va graver une belle monnaie de dix livres en argent pour les îles.
Là encore c’est un hardi corsaire, Pierre Bouvet (1775-1860) qui capture le navire néerlandais “Ovidor” chargé de lingots d’argent. L’orfèvre local Aveline va en faire de magnifiques monnaies qui seront surnommées “piastres Decaen”. Une 40 livres en or était prévue mais Maurice (“île de France”) est subjuguée par les Anglais en 1810.

La suite dans Monnaies & Détections n° 118

 

Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback depuis votre site web.

Laisser une réponse

*