MONNAIES ET DETECTIONS

Pour les passionnés de la détection

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Articles taggés ‘prospecteurs’

Trouvaille 135.19

/ Je détectais fin janvier dans un champ avec autorisation dans les Côtes d’Armor du côté de Pédernec lorsque je suis tombé sur cette monnaie. Elle fait 11 mm de diamètre, 1,5 mm d’épaisseur environ pour un poids de 1,89 g. Après de nombreuses recherches sur internet, j’ai contacté un expert en monnaies gauloises qui après examen de la pièce me dit qu’il devrait s’agir d’un quart de statère gaulois de -100 à -50. Il s’agirait d’une pièce hybride face Vénète hybridée Coriosolite, revers de type Morin secteur d’Avranches. Il existerait deux pièces de ce type dans le monde au musée de Saint Germain en Laye, mais la pièce ne serait pas répertoriée. Moi qui voudrais la monter en bijou pour ma compagne, ce ne serait peut-être pas une bonne idée ! J’ai fait tester le métal par un bijoutier, la pièce est en or et n’est pas fourrée. Je ne sais plus quoi faire et je vous avoue que vu comment l’État traite les détectoristes, je ne suis pas tranquille, même si je n’ai aucune intention de la vendre. Auriez-vous l’amabilité de l’expertiser, je connais votre savoir-faire ayant été abonné plusieurs années à votre magazine et ayant acheté chez vous mon détecteur (ace 250). Vous serait-il possible de m’envoyer votre expertise par mail, sachant que je vous donne l’autorisation de publier ma trouvaille dans votre magazine à la rubrique découverte non déclarée, ou expertise de monnaie, tant que cela reste anonyme. Je vous remercie par avance et vous souhaite une bonne journée. Philippe

 Quart de statère, fin du II siècle et première moitié du premier siècle avant JC. Profil à droite très schématique, pupille marqué par un globule, chevelure en demi-couronne faites de traits parallèles à fort reliefs. Les cordons perlés sont bien visibles derrière la tête. Revers : un trait épais divise le champ. Il s’agit d’un petit  monnayage en or mal connu en raison de ses nombreuses variétés, dont des exemplaires ont été trouvés sur le littoral des Côtes d’Armor et de l’île de Bretagne. Votre quart de statère  dérive directement  de l’exemplaire présenté dans le Nouvel Atlas TII DT 2348 parmi quelques monnaies armoricaines de type composite. Le R/ de la monnaie est bien sûr simplifié à l’extrême. Les 2 ex du MAN 803 -804 sont différents et dérivés de l’ensemble des quarts «  au bateau » du littoral de la Gaule Ci-joint (N.A. t I série 41 A). Il y a sans doute un «  cousinage » entre ces petites espèces tardives qui circulaient sur les littoraux des peuples maritimes de la Manche.  Estimation difficile : 600 à 800€

Trouvaille 135.18

J’ai trouvé dans un champ du 36 une plaque en bronze (ou cuivre), longueur 62 mm, largeur 24 mm, poids ?  .  Deux rivets sont encore présents. Cela me fait penser à une suspension d’épée ; qu’en est-il exactement ? Merci. Fred

Non ce n’est pas une suspension d’épée c’est un ferret. L’extrémité d’une ceinture en cuir. Celui est  de forme foliacée, avec au sommet une plaque trapézoïdale nettement distincte, lisse avec un encadrement gravé ; décor excisé. Décor principal : volute et amphore datation milieu du IV° siècle a début V°

Trouvaille 135.17

Trouvaille de Patrick, une vervelle de petite taille 1.5cm (pendentif ?) avec écu présentant un écartelé à la croix de gueule et de « coquille saint Jacques » ( selon Patrick), en toute honnêteté on ne voit pas les coquilles saint Jacques…  la rigueur que l’on s’impose nous oblige à effectuer une recherche plus approfondie sur le net sur les armes écartelées ci-dessus,  bon,  on est tombé sur la « conserverie la belle illoise» On a pas osé allé plus loin…

Trouvaille 135.16

/ Je fais appel à votre expertise pour déterminer le type exact d’une pièce romaine que j’ai trouvé dernièrement, dans un champ, dans les Alpes-de-Haute-Provence (avec un Minelab 540 pro-pack). Je pense qu’il s’agit d’un denier d’Antonin le Pieux. L’avers porte les inscriptions suivantes : ANTONINVS PIVSAVGBRIT autour d’un profil droit portant une fine barbe et une couronne de lauriers. Au revers, la silhouette d’une allégorie tournée vers la droite aussi, et IICO comme inscriptions. Je n’ai aucune idée de ce que symbolise cette allégorie qui a un bras levé. Je vous joins bien évidemment deux photos. Merci pour vos précieux renseignements. Cordialement. Francis
Un denier de Caracalla frappé en 211 après JC. Avers : ANTONINVS PIVS AVG BRIT. Tête laurée de Caracalla à droite : (Antonin pieux auguste Britannique). Revers : P M TR P XIIII – COS III P P. Victoria (la Victoire) debout à droite sur une proue de navire, tenant une couronne de la main droite et une palme de la gauche. “Pontifex Maximus Tribunicia Potestas quartus decimus Consul tertius Pater Patriæ”, (Grand pontife revêtu de la quatorzième puissance tribunitienne consul pour la troisième fois père de la patrie). Monnaie un peu défraichie 70en estimation. Réf : C188

Trouvaille 135.15

Bonjour à tous, D’abord meilleurs vœux à tous, jamais trop tard, Voici un denier trouvé dans le Gers 1g33 et 2 cm  de diamètre, plus d’infos ? Je joins un poids monétaires 8g93 trouvé en labour et  très bien conservé je trouve. Cordialement Pascalou 65.

Un denier de la fin du X° siècle frappé par le roi Charles le simple  et co-monnayé par l’évêque  de Toulouse Hugues  (926-972). Description : avers croix pattée et légende suivante CARLUS RE +.revers TOLOSA CIVI+ en exergue et à l’intérieur U G O placé en triangle  pour rappeler l’évêque. Cette monnaie est échancrée, pour rappel une même monnaie a été identifiée sous le numéro trouvaille 7.25 (2002) et aussi trouvée dans le Gers.  Rendez-vous sur le blog et tapez dans la recherche « 7.25 » ou les trois mots clés : « Charles Hugues Toulouse » pour l’admirer. Estimation 350 €.  Réf PA 3656. Le poids monétaire est effectivement très bien conservé surtout provenant d’un labour ou des pesticides ont des produits agricoles ont du etre déversé…Avers VII  D  X soit 7deniers dix grains qui correspond au poid théorique de 9.46g, au revers trois fleurs de lis. Il s’agit du poids monétaire pour le teston de Louis XII à Henry III

Forme tronc pyramidal carré

Trouvaille 135.14

Bonjour, J’ai trouvé ce bracelet en forme de torque d’un poids de 27 gr, diamètre 8cmX6.5.  Ce bracelet a été trouvé dans le 06. Pourriez-vous me donner de plus amples renseignements sur ce très beau bracelet.

Merci pour votre excellent magazine. Dios

Ce bracelet est inconnu dans la typologie  des objets de l’Age du Bronze par Jacques Briard. Si on procède par élimination, on exclut donc cette période. De même les trois périodes suivantes, gallo –romaine, mérovingienne et haut moyen-Age  n’ont pas produit, lors des fouilles, des bracelets s’apparentant au votre. La fabrication est assez primaire et la décoration a peine existante. On pourrait rajouter que l’absence de patine joue pour un objet moderne car on ne pense pas que vous soyez allé à faire sauter une éventuelle patine. Sans avoir retrouvé d’objets très semblables, nous le pensons moderne et éventuellement de manufacture africaine…

Trouvaille 135.13

Bonjour Je suis en possession d’un Ecu d’or au soleil de louis xii de l’atelier de tournai , j’aimerai en être sur  , merci de me donner votre avis Rémi

(LIS COURONNÉ) LUDOVICVS DEI GRACIA FRANCORUM REX Écu de France couronné sous un soleil. (LOUIS, par la grâce de dieu, roi des Francs

Revers ; (LIS COURONNÉ) XPS: VINCIT: XPS: REGNAT: XPS: IMPERAT: (ponctuation par deux annelets superposés) Croix fleurdelisée avec quadrilobe en cœur. (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande). Dans le numéro 123 nous avons fait un article sur les rarissimes monnaies de Louis XII frappé à Tournai. On suppose que cet article vous a interpellé. Après étude, il s’agit bien d’un écu d’or au soleil de Louis XII frappé à Tournai point seizième. Bien que la graphie soit différente de l’autre exemplaire L de LV  moderne par rapport au long jambage de l’autre L, GRACIA  en un seul mot au lieu de GRA. Le lys couronné en début de légende permet de distinguer les exemplaires  d’écus au soleil de Louis XI de Louis XII.  L’exemplaire de la vente Gadoury s’est vendu 3200€

Trouvaille 135.12

Briquet 1914-1918 boucle de ceinture allemande 1914-1918 environ d’Aix Noulette dans le nord cordialement. tegxax

 Reste de ceinturon prussien modèle 1895 mais fabrication 1915 : « Gott mit uns »  « Dieu est avec nous » en légende avec une couronne centrale. Le briquet semble trop propre pour avoir été trouvé en détection, il se peut qu’il ait été restauré par Tegxax, mais vous mentionnez briquet 14-18 ? Vous supposez que c’est de l’artisanat de tranchée ou qu’il date de cette période ?  Pour notre part, nous le pensons plus récent,  briquet à essence et mèche des années 1920-1930

Trouvaille 135.11

dan 22 ,breizh, nous envoie ses deux dernières trouvailles : Un denier serratus, du monétaire Mamilii,  frappé 82 avant JC, Avers Buste de Mercure drapé à droite, coiffé d’un pétase ailé ; derrière, un caducée au-dessus de l’épaule et une lettre de contrôle. Anépigraphe. Revers Ulysse marchant à droite, tenant un bâton de la main gauche et étendant sa main droite vers son chien Argos. Différent du magistrat monétaire en sens antihoraire en deux parties dans les champs gauche et droit La monnaie étant en état B, et présentant une cassure importante n’est pas collectionnable pour un amateur averti. Enfin une Hache à talon ayant connu des jours meilleurs. Le milieu dans lequel elle se reposait depuis plus de 3000 ans était pour le moins très agressif…

Trouvaille 135.10.bis

Vient le quatrième objet qui est un  fermoir à charnière en bronze dont la tête est prolongée par un corps en forme de langue et orné de trois séries de lignes incisées. Datation entre le I° et IV° siècle. Enfin vos étoiles de David en plomb ou étoiles à six branches paraissent  être des poids décoratifs sur une parure pour un animal par exemple (on a du mal à imaginer du plomb, métal vil, pour une parure féminine. objet n’étant jamais passé dans la revue en 23 ans…