MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Catégorie : Brèves

Le trésor des Sakas

Enorme trésor découvert dans les montagnes de Tarbagataï au Kazakhstan. Plus de 3 000 artefacts en or ont été découverts dans un tumulus, probablement la tombe d’un roi ou d’un prince saka, sur un plateau montagneux qui en comporte plus de 200 ! Beaucoup ont été pillés à diverses époques. Les archéologues ont mis au jour de nombreux bijoux, amulettes et figurines animales en or, une caractéristique des trésors scythes, le peuple des Sakas étant une branche des Scythes. L’apogée de leur civilisation se situe entre le VIIe siècle av-JC et la fin de l’empire romain.
Il y a toujours énormément d’or sous différentes formes, bijoux, figurines animales, statuettes et masques d’or dans les trésors scythes, celui-ci ne déroge pas à la règle. D’où, de plus en plus de chasseurs de trésor dans les montagnes, quasi désertiques, du Kazakhstan…
Sources : viendongdaily.com

 

Bague olympique

Jeux Olympique 2018 d’hiver à Pyeongchang, l’Américain John Landsteiner remporte la finale de l’épreuve de curling, médaillé d’or. Comme tous les médaillés américains il reçoit en plus, une bague en or affichant son titre de champion olympique, une tradition américaine. Hélas pour lui, John a perdu sa précieuse bague en se baignant sur une plage de Californie, alors qu’il participait à d’autres épreuves sportives et malgré des recherches immédiates, elle ne sera pas retrouvée. John fait une croix dessus et rentre chez lui, dans le Minnesota.
Quelques semaines plus tard, Leon Jones, prospecteur assidu des plages, se balade sur une plage de Californie avec son CTX 3030, il n’a pas entendu parler de la perte de l’anneau olympique et tombe dessus par hasard ! Leon a pour habitude de filmer ses sorties avec une GoPro pour les diffuser sur sa chaine YouTube (Doctor Rings & Things) et on peut donc y voir la découverte de la bague en direct ! La vidéo a été baptisée : GOLD OLYMPIC RING ! 2018.
Leon, ce jour-là, trouva deux bagues en or, il a bien sûr contacté le champion olympique et lui a rendu sa bague, l’histoire a fait le tour de la plupart des médias US, une bonne pub pour les prospecteurs…
Sources : bringmethenews.com & YouTube

Le lion de Megiddo

Nouvelle monnaie en or, frappée en Israël, d’une valeur faciale de 20 Shekel. Elle a un poids d’une once d’or, soit 31,1 g en or pur à 999.9 millièmes. Sur l’avers on trouve le lion de la ville de Megiddo et sur le revers la carte de Mādabā avec le mot Jérusalem en hébreux, anglais et arabe.
Source : coinupdate.com

Cheval de bronze

Le 12 août 2009, un agriculteur allemand dans le comté de Hesse, mettait au jour une superbe tête de cheval en bronze, provenant d’une statue équestre d’époque romaine ! L’état de Hesse, versa alors, la somme de 48 000 euros à l’inventeur, propriétaire du terrain.Somme qu’il trouva un peu légère, mais accepta…
Il y a quelques mois, l’affaire a refait surface : l’agriculteur s’est rendu compte qu’il avait été floué et a porté plainte, un rapport d’expertise estimant la tête à 1,6 million d’euro ! Et ce n’est qu’une estimation…
Le tribunal lui a finalement rendu justice en lui accordant la somme de 773 000 euros ! Plus les intérêts courant depuis la découverte, il y a neuf ans. Le comté peut encore faire appel…
Source : thehistoryblog.com

Rembrandt inconnu

Un amateur d’art avait acheté une toile à Londres il y a près de deux ans. Le style du tableau, non signé, lui avait fait penser à un Rembrandt, toile achetée 148 000 euros. Après l’avoir confiée aux experts du musée d’Amsterdam qui possède la plus grosse collection de Rembrandt, l’expertise a prouvé que l’amateur avait vu juste, jackpot !
Personne n’a osé donner une estimation, mais on parle désormais de millions d’euros ! Le tableau pourrait faire partie d’un diptyque (une paire) daté aux environs de 1634, l’autre partie ayant été rachetée par la famille Rothschild il y a quelques années, pour la somme de 160 millions d’euros…
Source : arts-in-the-city.com

Pépite d’or écossaise

Un chercheur d’or écossais a réussi l’exploit de battre le record d’Écosse de la plus grosse pépite d’or. En 1808 il fut découvert une pépite de 59 g dans la région du Cornwall. Il y a deux ans, un chercheur d’or a trouvé, à vue et en plongée, une pépite de 85,7 grammes !
Il a conservé sa découverte secrète pendant deux ans pour continuer ses recherches tranquillement et sans concurrence. Sans réussir à en trouver une autre… La pépite, nommée « pépite Douglas » est estimée à plus de 50 000 Livres Sterling ! La rivière où elle a été découverte n’est pas connue, l’inventeur garde son secret pour éviter une ruée vers l’or…
Elle a la forme caractéristique des pépites d’or dites « roulées », l’or est lisse et arrondi sur les angles, contrairement aux pépites de filon qui sont plus cristallisées et elle contient pas mal d’impuretés, dont du quartz bien visible. Pour les spécialistes, il ne fait aucun doute que la zone de découverte en contient d’autres !
Source : independent.co.uk

Trésor saxon

2014, un étudiant anglais, Tom Luking, un nom qui porte chance, découvrait dans un champ du Norfolk un superbe trésor de bijoux en or ! Son Déus venait de lui faire gagner le jackpot, quatre pendentifs en or et deux perles, elles aussi en or. Le plus gros des pendentifs est constitué d’une mosaïque de petites pierres, des grenats, assemblée en figures géométriques, un bijou dans le plus pur style saxon !
Deux des petits pendentifs sont, eux, réalisés à partir de monnaies mérovingiennes ! Après un an d’étude, le trésor était estimé à 14 5050 £, une somme trop importante pour le musée de Norfolk qui voulait le trésor pour ses collections. Plutôt que de morceler le trésor par une vente aux enchères, le musée avec l’accord des deux propriétaires, Tom l’inventeur et le propriétaire foncier, le musée lançait un appel aux mécènes. Il a fallu un peu de temps pour réunir la somme, mais ils y sont arrivés, le trésor est désormais exposé dans sa totalité au musée de Norfolk et Tom a touché sa part pour son trésor : 81 800 euros !
Source : edp24.co.uk/news

28 lingots d’or

En 2002, un couple achète une maison à Roanne, située à mi-chemin entre Vichy et Villefranche-sur-Saône dans la Loire. Sept ans plus tard, en 2009, le couple fait une surprenante découverte en bêchant le jardin : 6 lingots d’or ! Ils n’en parlent à personne et vont vendre les lingots, sans apparemment faire de plus amples recherches… parce que c’est toujours par hasard qu’en 2013 ils trouvent une nouvelle cache… qui contient : 22 lingots d’or !
28 kilos d’or au total, une fortune ! Ils n’en parlent toujours pas, ça on peut le comprendre, après tout ils ont juste trouvé un trésor dans leur jardin. Mais ils vont faire une erreur qui va leur être fatale, négocier la plus grande partie des lingots et tout bêtement déposer l’argent sur leurs comptes en banque…
Le service TRACFIN « Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins » va repérer les mouvements de fond, probablement signalés par leurs propres banques et lancer une enquête. Le couple passe aux aveux, raconte l’histoire du trésor et l’affaire passe au tribunal, car du même coup la veuve de l’ancien propriétaire réclame le magot ! Après plusieurs procès et appels, contre toute attente, la cour de cassation a donné raison à l’ancienne propriétaire ; seize ans après avoir vendu sa maison, elle est donc toujours considérée comme la propriétaire de ce qui était enterré dans le jardin ! Les inventeurs ont été condamnés à rendre un peu plus de 600 000 euros et 5 lingots qui n’avaient pas été vendus.
Aucun article de presse sur l’affaire n’a évoqué des titres de propriétés portant les numéros des lingots d’or et si c’était le cas, les anciens propriétaires les auraient recherchés. Vous ne vendez pas une maison si vous savez qu’il y a quelque part 28 lingots d’or ! Le premier jugement aurait même été rendu sur, je cite : « Une forte probabilité ! ». Voilà donc une nouvelle jurisprudence en matière de trésor qui va sûrement laisser des traces. Les trésors, en France risquent de devenir de plus en plus rares, au détecteur il ne s’en trouve déjà quasiment plus, enfin officiellement…
Source : 20minutes.fr & charentelibre.fr

30 000 Livres Sterling

Un trésor en billet de banque, c’est assez rare, ce qui est encore plus rare c’est que les billets sont « normalement » toujours valables. Découverte réalisée à Londres, pendant les travaux d’une galerie marchande. C’est le propriétaire des lieux qui a remarqué, sous le carrelage qui venait d’être cassé, une forme rectangulaire. Des liasses de billets, 30 000 £ en billets de 1 et 5 £, caché d’après le terminus des billets (dernières dates d’émissions) au cours de la Seconde Guerre mondiale ! Avec le calcul de l’inflation, la somme représenterait de nos jours, environ 2,4 millions d’euros !
Les billets sont imprimés à l’encre bleue, qui ne fut utilisée par la banque d’Angleterre que pendant la guerre, pour enrayer la fausse monnaie produite par les nazis, la livre sterling étant imprimée, avant et après la guerre, avec de l’encre verte.
Si les billets bleus ont été retirés de la circulation à la fin des années 80, ils sont toujours valables. Le pactole a été remis à la police, qui doit déterminer son origine, ça me parait difficile plus de 70 ans après les faits, et il faudra ensuite décider s’il s’agit bien d’un trésor ou pas…
Source : foxnews.com

Pilleurs de tombes

Le 26 novembre 2012, deux hommes étaient interpellés, par hasard, près du cimetière de Pantin à Paris. Sur eux la police découvrait onze dents en or, et d’autres dents ainsi que des bijoux en or et une balance de précision dans leur voiture… Les deux hommes étaient fossoyeurs de profession ! On avait évoqué cette affaire dans M&D 68. Pendant la garde à vue, l’un d’eux avouera qu’ils venaient d’ouvrir une dizaine de tombes, avant de se rétracter par la suite. Plusieurs complices, tous fossoyeurs dans la même entreprise, seront arrêtés. Six ans plus tard, l’affaire n’est toujours pas jugée et ce n’est pas fini, le dernier jugement a été mis en renvoi…
Le dernier procès, début juin, a mis en avant une pratique, courante dans le métier de fossoyeur, lors de réduction de tombes, pour libérer une place dans un caveau, ou quand une tombe en déshérence arrive en fin de concession, et est tout simplement vidée Les fossoyeurs trouvent très souvent des objets de valeurs dans les sépultures, bijoux et autres… Normalement ces valeurs doivent être remises soit à la ville propriétaire du cimetière, soit aux familles, c’est apparemment rarement le cas…
Source : leparisien.fr