MONNAIES ET DETECTIONS Le Blog

Monnaies et Détection, le blog

Bienvenue sur le Blog Officiel
Monnaies et Détections

Archive pour septembre, 2020

22 obus sous la plage

Découverts par un promeneur sur une plage de Gironde à Vendays-Montalivet, 22 obus affleurant le sable. Le recul de la dune par les dernières tempêtes a permis cette découverte. En janvier dernier, la même plage avait déjà vu la mise au jour de sept obus ! Probablement des caches pratiquées par les Allemands avant la déroute…


Source : sudouest.fr

113.2

Bonjour à tous. Je sollicite vos connaissances à propos de la pointe de flèche en cuivre que j’ai trouvée dans la terre de mon jardin potager dans le sud-est. La soie présente un motif incisé en zigzags entrelacés recto-verso. Poids : 13g. Mesures : longueur totale : 81 mm, longueur de la pointe : 40 mm, largeur maximum de la pointe : 19 mm. Merci pour votre aide ! Patrick
Cet objet a la forme d’une pointe de flèche mais cela n’en est pas une pour plusieurs raisons : les pointes de flèches en cuivre datent de l’Age du cuivre comme la Palmela qui a peu de chance de se retrouver dans votre jardin et cette forme n’est pas du tout répertoriée. La soie n’en est pas une, c’est plutôt un manche avec un décor en losange pour une meilleure tenue entre le pouce et l’index éventuellement. Il n’existe pas de soie de cette forme, il n’y a aucun intérêt à décorer une soie qui est une partie que l’on ne peut voir. On pencherait plus certainement sur un petit outil à fard ou d’herboriste pour mélanger, prélever et homogénéiser un onguent quelconque.

Le ducat

Voilà une valeur qui fleure bon la Renaissance puis le Grand Siècle.

Le ducat d’Ernest I.

Le dernier Etat qui en émit (Pays-Bas) avait gagné une course contre le temps et ses derniers concurrents furent quelques principautés allemandes. Prenons l’exemple du ducat d’or de Ernest I, duc de Saxe-Cobourg et Gotha. Deux années d’émission pour un peu moins d’un millier d’exemplaires justifient certainement une cote qui dépasse allègrement les 3 000 euros.
938 millièmes d’or pour une monnaie de 3,5 grammes : le ducat du duc Ernest est la copie du vieux ducat hollandais. Par contre, lorsque les monnaies des Etats de l’Empire Allemand seront entrées dans le système normalisé du mark, le ducat de Ernest I fera pâle figure par rapport à la monnaie de 20 marks de son fils et successeur Ernest II.
Les 20 marks émises avec une face différente pour chacun des 25 Etats qui formèrent l’Empire Allemand de 1870 à 1918 (mais avec une pile commune) pèsent presque 8 grammes d’or. Mais il s’agit d’or à 900 millièmes, l’or plus fin qui a servi en 1836 et 1842 pour les ducats ducaux faisait, quant à lui, 938 millièmes.
Ce titre est appelé, d’ailleurs, « or de ducat ».
La monnaie est intéressante à plus d’un titre, si l’on ose dire, car son côté pile présente l’un de ces blasons qui enchantent les amateurs d’héraldique. Pour les lecteurs qui auront lu le n° 102 de M&D ils repèreront parmi les 24 quartiers qui occupent l’écu, les chevrons de Hanau.
Ernest I meurt en 1844. Une monnaie d’une valeur de deux groschen est frappée cette année-là et jaillit de terre, des décennies plus tard. Lavée, elle révèle des reflets cuivrés. Le 1/15e de thaler qu’elle constitue est fait de billon.
L’argent de cette monnaie titre 229 millièmes et nous frôlons la limite à laquelle l’argent va perdre la main sur le cuivre rouge.

La suite de l’article dans Monnaies & Détections n°113 …